Vente Sport & GTs au Mans Classic /Lot 106 1962 FACEL VEGA HKII

  • 1962 FACEL VEGA HKII
1962 FACEL VEGA HKII Châssis : n° HK2 A184
Moteur : n° TY8-712-207
N° de production : 85
Boîte de vitesses automatique

Présentée au Salon de Paris 1961, la Facel II ou HK2 était l'aboutissement des efforts de Jean Daninos, qui s'était fixé comme objectif de créer un luxueux haut de gamme français, dignes des grandes routières d'avant 1950 signées Delage, Delahaye, Hotchkiss, Salmson et Talbot. Déjà Bugatti et Hispano-Suiza avaient jeté l'éponge au lendemain ou à la veille de la Seconde Guerre mondiale et seules cinq marques avaient repris le flambeau après six années de vacances forcées. Leur excellence, forgée à l'école de la course en formule sport entre 1935 et 1940, avait laissé croire à leur pérennité, mais si elles furent dans le coup du point de vue technique jusqu'en 1949, les conditions fiscales, économiques et industrielles allaient les condamner en moins de quatre ans. En 1954, le grand luxe automobile français avait disparu, mais en cette même année, Facel prenait le relais.

Le promoteur de cette aventure, Jean Daninos, industriel compétent et chevronné, ancien du bureau d'études Citroën puis fondateur d'une entreprise, la société des Forges et Ateliers de Construction d'Eure et Loir (FACEL), spécialisée dans l'emboutissage et la chaudronnerie, sous-traitait des fabrications pour l'aviation et l'automobile, notamment pour Simca dont il fabriquait les carrosseries des dérivés sport, et Ford pour lequel il avait créé la Comète. Son goût pour les belles voitures et ses compétences en matière de style l'incitèrent à produire une Bentley spéciale, la Cresta, puis pour son propre usage un unique coupé sur base Bentley qui ne fut pas industrialisé. Jean Daninos avait déjà en tête le projet d'un modèle construit à partir d'un châssis tubulaire original de conception moderne et d'une mécanique française puissante et silencieuse qu'il chercha en vain. Il finit par adopter un moteur américain sur sa Véga de 1954, équipée d'un moteur Chrysler à culasse hémisphérique particulièrement brillant.

Le succès de la Véga, dû à l'élégance de son style autant qu'à ses performances et à la qualité de ses finitions, fut confirmé par celui des FV (Facel-Véga) produites de 1955 à 1961 avec des évolutions nécessitées par les exigences de la clientèle et par les nouvelles motorisations du groupe Chrysler. Ainsi la puissance passa de 203 à 253 ch sur les FVS de 1956-1958 (caractérisées par un pare-brise panoramique), puis à 335 ou 360 ch sur le type HK 500 1959 capable d'atteindre 230 km/h. C'était en son temps le coupé quatre places le plus rapide du monde. Parallèlement, Facel proposa une limousine allongée sur empattement, l'Excellence, à quatre portes sans montant central, produite jusqu'en 1961 avec un certain succès malgré son prix.

Mais en 1959, Jean Daninos avait créé un nouveau modèle encore plus élancé, plus bas, plus élégant, un coupé généreusement vitré avec pare-brise et lunette arrondis, fermé par un toit mince à peine visible de profil, la Facel II (ou HK2). Issue de la HK 500, elle fut l'expression suprême des conceptions personnelles de Daninos en matière de performances, de style, d'habitabilité et de qualité globale. Son moteur Chrysler, poussé à 390 ch en toute sécurité, la qualité de son intérieur regorgeant du plus beau cuir alors disponible, le raffinement de sa planche de bord et la clarté de son habitacle, en firent aussitôt une classique très représentative du luxe à la française, sans outrance ni ostentation. On ne parlait pas à l'époque de " qualité perçue " puisque celle-ci découlait tout naturellement du choix des matériaux les plus nobles, de la rigueur de la conception et du simple " bon goût ", garants d'une ambiance et d'un confort intérieur au-delà de toute critique.

La Facel II ne fut présentée qu'en septembre 1961, son industrialisation ayant été retardée par des problèmes internes à l'entreprise, dont la coûteuse mise au point de la Facellia, qui finit par placer Facel SA sous contrôle gouvernemental. Sa production fut donc limitée à quelque 200 exemplaires. Un raffinement de Rolls-Royce, des performances de Ferrari : quelle autre automobile a pu réussir cette quadrature du cercle ?

Selon les informations extraites des livres de production que nous ont fournis les Archives Amicale Facel Véga, la voiture a été livrée neuve le 27 juillet 1962 au concessionnaire allemand Auto Becker, " silver grey " avec son intérieur cuir rouge code " 3171 ", équipée d'une boite automatique, de la direction assistée, et de roues à rayons Borrani. Son numéro de production Facel est le 85, et la voiture a conservé jusqu'à aujourd'hui son moteur d'origine TY8-712-207.
Elle est exceptionnellement équipée d'un toit ouvrant, probablement réalisé chez Facel sur commande spéciale, l'Archives Amicale Facel Vega nous confirmant que cette option ne figurait pas toujours sur les tarifs, ni sur les fiches de production. L'Amicale Facel Holland suppose que cette modification aurait pu être entreprise à l'époque directement par l'importateur Auto Becker en Allemagne.
On retrouve cette HK2 en 1990 aux Etats-Unis avant qu'elle soit vendue en 2001, par le grand spécialiste des Facel en Hollande Hans Ruhé à un membre de l'Amicale Facel résidant dans le Finistère, qui la vendit au propriétaire actuel en 2004. La face avant a été modifiée, Probablement lors de son séjour aux USA, par montage de projecteurs de Mercedes à la place des célèbres Mégalux d'origine.
La voiture, qui a une carte grise française, se présente dans sa robe " silver grey " avec son intérieur en cuir rouge joliment patiné.

Carte grise française


Presented at the 1961 Paris Motor Show, the Facel II or HK2 marked the pinnacle of achievement for Jean Daninos, who had been striving to create a French de luxe range worthy of the great pre-1950 road cars by Delage, Delahaye, Hotchkiss, Salmson and Talbot. Bugatti and Hispano-Suiza had called it a day just before, or just after, World War II and only five makes had taken up the baton again after the enforced six-year lay-off. Their excellence, forged at the school of racing driving from 1935-40, suggested they would continue indefinitely but - although they remained technically up-to-date until 1949 - fiscal, economic and industrial conditions would entail their demise in less than four years. By 1954 French top-of-the-range carmaking had disappeared but, that very year, FACEL picked up where they had left off.

The man behind this adventure was Jean Daninos, a talented and experienced industrialist, who worked for the Citroën study bureau before founding the firm Forges & Ateliers de Construction d'Eure-et-Loir (FACEL), specializing in stamping and boiler-making, and also working as sub-contractors for aviation and automobile manufacturers, notably Simca - FACEL made the bodywork of their sports models - and Ford, for whom Daninos created the Comète. His taste for fine cars, and skill as a stylist, led to the Bentley Cresta; then, for his own use, to a unique Bentley-based coupé that was never produced industrially. Jean Daninos was already thinking about building a model from an original tubular chassis of modern design, with a quiet, powerful, French engine… which he looked for in vain. He ended up adopting an American engine on his Véga of 1954, fitted with a Chrysler engine with a particularly brilliant hemispherical cylinder-head.

The Véga's success, due to its elegant style, high-level performance and quality finish, was confirmed by that of the FV (FACEL-Véga) produced from 1955-61, developed in line with clients' requirements and with Chrysler's new engine units. Power grew from 203-253bhp on the FV between 1956-58 (a period characterized by the FV's panoramic windscreens), then to 335bhp or 360bhp on the HK 500 of 1959, which could top 140mph - making it the fastest four-seater coupé in the world. FACEL also produced a long-wheelbase, four-door limousine called Excellence which, despite its price, met with some success until 1961.

But in 1959 Jean Daninos created a new, lower and even racier-looking model: the Facel II (or HK2), a large-windowed coupé with rounded windscreen and rear window, and a thin roof barely visible in profile. Derived from the HK 500, this gave supreme expression to Daninos' ideas about performance, style, capacity and general quality.

With its Chrysler engine safely producing 390bhp; superb interior lined with the finest available leather; refined dashboard and airy interior, this immediately became a classic embodiment of luxury à la française, without excess or ostentation. There was no talk back then of 'perceived quality'; this resulted naturally from rigorous design, the choice of the finest materials, and simple 'good taste' - ensuring an ambiance and interior comfort beyond reproach.

The Facel II was not presented until September 1961, as its industrialization was delayed by the firm's internal problems (including the costly development of the Facellia), which ended in FACEL SA being placed under government control. Its production was therefore limited to around 200 units. Rolls-Royce refinement and Ferrari performance: what other car managed to square that particular circle?

According to information in the production records kindly supplied to us by Archives Amicale Facel Véga, the car was delivered new on 27 July 1962 to the German dealers Auto Becker, 'silver grey' with a 'code 3171' red leather interior, and fitted with an automatic gear-box, power steering and Borrani radiating wheels. It has a FACEL production number of 85, and retains its original TY8-712-207 engine.

Exceptionally, it is equipped with a sun-roof, probably made by FACEL to special order; Archives Amicale Facel Vega have confirmed that such an option did not always appear on price-lists or product specifications. Amicale Facel Holland suggest this modification may have been carried out in Germany by Auto Becker, its original importers.

Our HK2 resurfaced in the United States in 1990, and was sold in 2001 by Hans Ruhe, the great Facel specialist in Holland, to a member of Amicale Facel in Brittany, who sold it to the current owner in 2004. The front has been altered, probably during its time in the USA, with Mercedes headlamps mounted instead of the famous original Megalux lamps. The car has a French carte grise, and is in its 'silver grey' livery with attractively patinated red leather interior.

French registration "carte grise"



Estimation 140 000 - 160 000 €

Vendu 176 910 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 106

1962 FACEL VEGA HKII

Vendu 176 910 € [$]

1962 FACEL VEGA HKII Châssis : n° HK2 A184
Moteur : n° TY8-712-207
N° de production : 85
Boîte de vitesses automatique

Présentée au Salon de Paris 1961, la Facel II ou HK2 était l'aboutissement des efforts de Jean Daninos, qui s'était fixé comme objectif de créer un luxueux haut de gamme français, dignes des grandes routières d'avant 1950 signées Delage, Delahaye, Hotchkiss, Salmson et Talbot. Déjà Bugatti et Hispano-Suiza avaient jeté l'éponge au lendemain ou à la veille de la Seconde Guerre mondiale et seules cinq marques avaient repris le flambeau après six années de vacances forcées. Leur excellence, forgée à l'école de la course en formule sport entre 1935 et 1940, avait laissé croire à leur pérennité, mais si elles furent dans le coup du point de vue technique jusqu'en 1949, les conditions fiscales, économiques et industrielles allaient les condamner en moins de quatre ans. En 1954, le grand luxe automobile français avait disparu, mais en cette même année, Facel prenait le relais.

Le promoteur de cette aventure, Jean Daninos, industriel compétent et chevronné, ancien du bureau d'études Citroën puis fondateur d'une entreprise, la société des Forges et Ateliers de Construction d'Eure et Loir (FACEL), spécialisée dans l'emboutissage et la chaudronnerie, sous-traitait des fabrications pour l'aviation et l'automobile, notamment pour Simca dont il fabriquait les carrosseries des dérivés sport, et Ford pour lequel il avait créé la Comète. Son goût pour les belles voitures et ses compétences en matière de style l'incitèrent à produire une Bentley spéciale, la Cresta, puis pour son propre usage un unique coupé sur base Bentley qui ne fut pas industrialisé. Jean Daninos avait déjà en tête le projet d'un modèle construit à partir d'un châssis tubulaire original de conception moderne et d'une mécanique française puissante et silencieuse qu'il chercha en vain. Il finit par adopter un moteur américain sur sa Véga de 1954, équipée d'un moteur Chrysler à culasse hémisphérique particulièrement brillant.

Le succès de la Véga, dû à l'élégance de son style autant qu'à ses performances et à la qualité de ses finitions, fut confirmé par celui des FV (Facel-Véga) produites de 1955 à 1961 avec des évolutions nécessitées par les exigences de la clientèle et par les nouvelles motorisations du groupe Chrysler. Ainsi la puissance passa de 203 à 253 ch sur les FVS de 1956-1958 (caractérisées par un pare-brise panoramique), puis à 335 ou 360 ch sur le type HK 500 1959 capable d'atteindre 230 km/h. C'était en son temps le coupé quatre places le plus rapide du monde. Parallèlement, Facel proposa une limousine allongée sur empattement, l'Excellence, à quatre portes sans montant central, produite jusqu'en 1961 avec un certain succès malgré son prix.

Mais en 1959, Jean Daninos avait créé un nouveau modèle encore plus élancé, plus bas, plus élégant, un coupé généreusement vitré avec pare-brise et lunette arrondis, fermé par un toit mince à peine visible de profil, la Facel II (ou HK2). Issue de la HK 500, elle fut l'expression suprême des conceptions personnelles de Daninos en matière de performances, de style, d'habitabilité et de qualité globale. Son moteur Chrysler, poussé à 390 ch en toute sécurité, la qualité de son intérieur regorgeant du plus beau cuir alors disponible, le raffinement de sa planche de bord et la clarté de son habitacle, en firent aussitôt une classique très représentative du luxe à la française, sans outrance ni ostentation. On ne parlait pas à l'époque de " qualité perçue " puisque celle-ci découlait tout naturellement du choix des matériaux les plus nobles, de la rigueur de la conception et du simple " bon goût ", garants d'une ambiance et d'un confort intérieur au-delà de toute critique.

La Facel II ne fut présentée qu'en septembre 1961, son industrialisation ayant été retardée par des problèmes internes à l'entreprise, dont la coûteuse mise au point de la Facellia, qui finit par placer Facel SA sous contrôle gouvernemental. Sa production fut donc limitée à quelque 200 exemplaires. Un raffinement de Rolls-Royce, des performances de Ferrari : quelle autre automobile a pu réussir cette quadrature du cercle ?

Selon les informations extraites des livres de production que nous ont fournis les Archives Amicale Facel Véga, la voiture a été livrée neuve le 27 juillet 1962 au concessionnaire allemand Auto Becker, " silver grey " avec son intérieur cuir rouge code " 3171 ", équipée d'une boite automatique, de la direction assistée, et de roues à rayons Borrani. Son numéro de production Facel est le 85, et la voiture a conservé jusqu'à aujourd'hui son moteur d'origine TY8-712-207.
Elle est exceptionnellement équipée d'un toit ouvrant, probablement réalisé chez Facel sur commande spéciale, l'Archives Amicale Facel Vega nous confirmant que cette option ne figurait pas toujours sur les tarifs, ni sur les fiches de production. L'Amicale Facel Holland suppose que cette modification aurait pu être entreprise à l'époque directement par l'importateur Auto Becker en Allemagne.
On retrouve cette HK2 en 1990 aux Etats-Unis avant qu'elle soit vendue en 2001, par le grand spécialiste des Facel en Hollande Hans Ruhé à un membre de l'Amicale Facel résidant dans le Finistère, qui la vendit au propriétaire actuel en 2004. La face avant a été modifiée, Probablement lors de son séjour aux USA, par montage de projecteurs de Mercedes à la place des célèbres Mégalux d'origine.
La voiture, qui a une carte grise française, se présente dans sa robe " silver grey " avec son intérieur en cuir rouge joliment patiné.

Carte grise française


Presented at the 1961 Paris Motor Show, the Facel II or HK2 marked the pinnacle of achievement for Jean Daninos, who had been striving to create a French de luxe range worthy of the great pre-1950 road cars by Delage, Delahaye, Hotchkiss, Salmson and Talbot. Bugatti and Hispano-Suiza had called it a day just before, or just after, World War II and only five makes had taken up the baton again after the enforced six-year lay-off. Their excellence, forged at the school of racing driving from 1935-40, suggested they would continue indefinitely but - although they remained technically up-to-date until 1949 - fiscal, economic and industrial conditions would entail their demise in less than four years. By 1954 French top-of-the-range carmaking had disappeared but, that very year, FACEL picked up where they had left off.

The man behind this adventure was Jean Daninos, a talented and experienced industrialist, who worked for the Citroën study bureau before founding the firm Forges & Ateliers de Construction d'Eure-et-Loir (FACEL), specializing in stamping and boiler-making, and also working as sub-contractors for aviation and automobile manufacturers, notably Simca - FACEL made the bodywork of their sports models - and Ford, for whom Daninos created the Comète. His taste for fine cars, and skill as a stylist, led to the Bentley Cresta; then, for his own use, to a unique Bentley-based coupé that was never produced industrially. Jean Daninos was already thinking about building a model from an original tubular chassis of modern design, with a quiet, powerful, French engine… which he looked for in vain. He ended up adopting an American engine on his Véga of 1954, fitted with a Chrysler engine with a particularly brilliant hemispherical cylinder-head.

The Véga's success, due to its elegant style, high-level performance and quality finish, was confirmed by that of the FV (FACEL-Véga) produced from 1955-61, developed in line with clients' requirements and with Chrysler's new engine units. Power grew from 203-253bhp on the FV between 1956-58 (a period characterized by the FV's panoramic windscreens), then to 335bhp or 360bhp on the HK 500 of 1959, which could top 140mph - making it the fastest four-seater coupé in the world. FACEL also produced a long-wheelbase, four-door limousine called Excellence which, despite its price, met with some success until 1961.

But in 1959 Jean Daninos created a new, lower and even racier-looking model: the Facel II (or HK2), a large-windowed coupé with rounded windscreen and rear window, and a thin roof barely visible in profile. Derived from the HK 500, this gave supreme expression to Daninos' ideas about performance, style, capacity and general quality.

With its Chrysler engine safely producing 390bhp; superb interior lined with the finest available leather; refined dashboard and airy interior, this immediately became a classic embodiment of luxury à la française, without excess or ostentation. There was no talk back then of 'perceived quality'; this resulted naturally from rigorous design, the choice of the finest materials, and simple 'good taste' - ensuring an ambiance and interior comfort beyond reproach.

The Facel II was not presented until September 1961, as its industrialization was delayed by the firm's internal problems (including the costly development of the Facellia), which ended in FACEL SA being placed under government control. Its production was therefore limited to around 200 units. Rolls-Royce refinement and Ferrari performance: what other car managed to square that particular circle?

According to information in the production records kindly supplied to us by Archives Amicale Facel Véga, the car was delivered new on 27 July 1962 to the German dealers Auto Becker, 'silver grey' with a 'code 3171' red leather interior, and fitted with an automatic gear-box, power steering and Borrani radiating wheels. It has a FACEL production number of 85, and retains its original TY8-712-207 engine.

Exceptionally, it is equipped with a sun-roof, probably made by FACEL to special order; Archives Amicale Facel Vega have confirmed that such an option did not always appear on price-lists or product specifications. Amicale Facel Holland suggest this modification may have been carried out in Germany by Auto Becker, its original importers.

Our HK2 resurfaced in the United States in 1990, and was sold in 2001 by Hans Ruhe, the great Facel specialist in Holland, to a member of Amicale Facel in Brittany, who sold it to the current owner in 2004. The front has been altered, probably during its time in the USA, with Mercedes headlamps mounted instead of the famous original Megalux lamps. The car has a French carte grise, and is in its 'silver grey' livery with attractively patinated red leather interior.

French registration "carte grise"



Estimation 140 000 - 160 000 €

Vendu 176 910 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 1855
Date : 09 juill. 2010 17:00

Contact

Artcurial Motorcars
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Sport & GTs au Mans Classic