• 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
  • 1957 Porsche 550 A Spyder
1957 Porsche 550 A Spyder
Carte grise française
Châssis n°550A-0126
Moteur n° 90 120
Boîte de vitesses n°690016

- Jalon essentiel de la saga Porsche en compétition
- Seulement cinq propriétaires connus
- Superbe présentation, restauration de qualité
- Eligible dans les plus prestigieux évènements

Cette authentique Porsche 550 A a connu une première destination plutôt exotique, car elle a été livrée neuve à Hubert Wiesse, par l'intermédiaire de Carribean Motors Co, au Guatemala. Pilote amateur, Wiesse l'a engagée avec succès dans plusieurs épreuves sud-américaines, décrochant fin 1957 la victoire à la Carrera Amatitlan et la Buen Corazon (au Salvador), avec une dixième place au classement général des 1000 Km de Buenos Aires où il partageait le volant avec Jaroslav Juhan alors que Huschke von Hanstein, alors directeur de la compétition chez Porsche était prévu mais ne pris pas part à la course. Lors de la saison 1958, Wiesel remportait encore deux victoires avec cette voiture, au Circuito Santa Anna (salvador) et au Circuito San Benito ce qui contribuait sans doute à son titre de Champion d'Amérique centrale tel qu'il apparaît sur une publicité Porsche rappelant les succès de la marque en course. Il faut noter qu'à Santa Anna une autre 550 A était engagée par Ricardo Rodriguez qui dut abandonner après avoir perdu une roue. En 1958, le premier moteur a été remplacé par un autre du même type, n°90101.
En 1959, cette voiture a été vendue en France à Robert Buchet, nom que connaissent bien tous les amateurs de Porsche. En effet, après un début modeste à la tête d'un garage situé à Poitiers, Robert Buchet s'est fait un nom en course automobile, tout en faisant de son garage une concession Porsche. Personnage haut en couleurs, ex-rugbyman, il a remporté avec Claude Storez, à bord d'une Porsche 356, le Rallye des Routes du Nord, celui d'Armagnac et le redoutable Liège-Rome-Liège. On le reverra tout au long des années 1960 au volant de diverses Porsche de compétition de cette époque, à commencer par une 904 avec laquelle il s'adjuge avec Guy Ligier la catégorie GT moins de 2 litres aux 24 Heures du Mans 1964 (course qu'il dispute six fois), puis la victoire au Tour de France Automobile avec Herbert Linge (classement handicap). En 1967, il est couronné Champion de France des circuits. Toutefois, il ne semble pas qu'il ait utilisé cette 550 A en course.
Mais en 1974, il succombe à un accident de la route provoqué par un chauffard et la Porsche 550 est vendue à un autre amateur de Porsche bien connu, Raymond Touroul. Avec son style généreux, ce pilote originaire de St-Lô a participé à toutes sortes de compétitions au volant de diverses voitures, que ce soit courses de côte, rallyes où épreuves d'endurance comme les 24 Heures du Mans (auxquelles il a pris part 16 fois, dont 11 en Porsche). Au chapitre de ses exploits, il a remporté un titre de Champion de France de Rallyecross au volant de sa Porsche 911 et a même effectué des interventions au cinéma, comme cascadeur.
Au bout de près de 10 ans, Raymond Touroul a cédé la voiture en 1985 à M.G. Bochand, basé à Compiègne, et lui aussi grand amateur de Porsche. Raymond Touroul était le mécanicien de son père et les deux hommes se connaissaient de longue date. La Porsche était alors partiellement démontée avec le châssis et la carrosserie d'un côté, elle était équipée d'un pont arrière de RSK. C'est en 2010, sur les conseils de Jean-Philippe Grand, que l'actuel propriétaire en a fait l'acquisition. Porschiste exigeant, ayant participé plusieurs années à la Carrera Cup, il va alors se lancer dans une importante restauration qui sera supervisée par un spécialiste monégasque bien connu. Le châssis a été vérifié au marbre, et ne montrait pas de signe de déformation majeure. La carrosserie d'époque était trempée dans un bain afin de la décaper. Il apparaissait alors qu'elle était trop endommagée pour être réutilisée. Une nouvelle carrosserie en aluminium fut alors refaite par un artisan de Turin.
Concernant la partie mécanique, il était naturel de se tourner vers les établissements Freisinger, ces derniers conservant un important stock de pièces d'époque. Le carter de la boîte en magnésium d'origine a été racheté pour la somme de 55 000 €. Son n°690016 renvoie à une fiche de fabrication manuscrite, datant du 15 avril 1957 et qui fait référence au travail n°8607. Le carter moteur n°90120 a également été racheté aux mêmes établissements, et il correspond au Type 547/2 conforme au modèle, d'une cylindrée de 1 498 cm3 et développant 135 ch à 7 200 tr/mn. L'ensemble moteur et boite fut alors entièrement refait chez le spécialiste du moteur quatre arbre allemand, Karl Lorh et son propriétaire nous a confirmé que les montées en régime étaient particulièrement vigoureuses !

Aujourd'hui, la présentation de ce spyder respecte quasi-parfaitement la configuration initiale de la voiture. L'habitacle comporte des sièges baquet en tissu conformes à l'origine, en face du tableau de bord complet et du volant à jante bois conforme à l'origine. La voiture porte toujours sa plaque de la "Karrosserie Wendler", de Reutlingen, affichant le numéro 550 A 0126 et la date 1957. Le capot avant dissimule un réservoir de grande capacité et la carrosserie présente la forme fine et élégante de celle qui fut la première Porsche exclusivement conçue pour la course.
Rappelons en effet que la 550 A était une version plus aboutie de la 550, première Porsche de course à moteur central. Dotée d'une structure tubulaire au lieu du précédent châssis en échelle, la 550 A était à la fois plus rigide et plus légère. Elle reprenait le quatre-cylindres à plat quatre arbre et double allumage, dans une version plus puissante, et la suspension était modifiée, ce qui permettait d'améliorer la tenue de route de façon significative. Cette version 550 A a été produite de 1957 à 1959 à 40 exemplaires, avec des numéros de châssis de 0101 à 0146.
Cette voiture est accompagnée d'un dossier historique comportant différentes expertises et factures récentes liées à sa restauration. Premier jalon de la formidable saga Porsche en compétition, cette 550 A ouvrira à son propriétaire la porte des évènements historiques les plus prestigieux, tout en lui apportant le plaisir inhérent à une machine légère, agile et d'une sobre beauté.

La participation aux enchères pour ce lot est soumise à une procédure d'enregistrement particulière. Si vous souhaitez enchérir sur ce lot, merci de vous rapprocher du bureau des enchères ou du département Motorcars minimum 48 heures avant la vente.



French title
Chassis n°550A-0126
Engine n° 90 120
Gearbox n°690016

- Key milestone in Porsche competition history
- Just five known owners
- Superb presentation, high quality restoration
- Eligible for the most prestigious events

This Porsche 550 A had an exotic initial destination, delivered new to Hubert Wiese, through the intermediary Caribbean Motors Co, in Guatemala. An amateur racing driver, Wiese successfully entered the car in several South American events, winning the Carrera Amatitlan and the Buen Corazon (in Salvador) at the end of 1957. He also finished tenth in the Buenos Aires 1000km, sharing the drive with Jaroslav Juhan and Huschke von Hanstein, racing director at Porsche at that time. During the 1958 season, Wiese won two more races in this car, at the Circuito Santa Anna and the Circuito San Benito (Salvador). He was crowned Champion of Central America following these latest victories, and appeared in a Porsche advertisement promoting the marque's success in competition. In 1958, the original engine was replaced with another one of the same type, n°90101.
The car then went to France in 1959, having been sold to Robert Buchet, a name known to all Porsche enthusiasts. After a modest start running a garage in Poitiers, Buchet made a name for himself in motor racing, and went on to establish his garage as a Porsche dealership. A colourful character and ex-Rugby player, he won the Rallye des Routes du Nord, driving a Porsche 356 with Claude Storez, followed by the Armagnac as well as the formidable Liège-Rome-Liège. He was seen throughout the 1960s behind the wheel of various competition Porsche, starting with a 904 in which he won the under 2-litre GT class with Guy Ligier in the 1964 Le Mans 24 Hours (a race he took part in six times), followed by victory in the Tour de France Automobile with Herbert Linge (first in class). In 1967, he was crowned Champion de France des circuits. It appears, however, that he didn't use his 550 A to compete in.
Robert Buchet died in 1974 in a road accident, his 550 A was sold to another well-known Porsche enthusiast, Raymond Touroul. A versatile driver, originally from St-Lô, Tourol competed in a variety of cars in all types of competition, from hillclimbs and rallies to endurance events such as Le Mans 24 Hours (in which he took part 16 times, 11 of these in a Porsche). In terms of his achievements, he won a Rallycross French Championship title in a Porsche 911 and even appeared on the big screen, as a stunt man.
In 1985, after almost ten years, Raymond Tourol sold the car to Mr G. Bochand, from Compiègne, another Porsche enthusiast. Tourol was the mechanic for Bochard's father and the two men had known each other for a long time. The Porsche was then partially dismantled and fitted with the rear axle from an RSK. The current owner bought the car in 2010, on the advice of Jean-Philippe Grand. A demanding Porschiste, who has taken part several times in the Carrera Cup, he embarked on a major restoration supervised by a well-known Monegasque specialist. The frame was checked on a flat floor and showed no major sign of deformation. The body was dipped in acid to strip the paintwork and was thought to be too badly damaged to be re-used. A new aluminium body was built by a craftsman in Turin.
For the mechanical work, it made sense to turn to Freisinger, who kept a large supply of period parts. The original case for the magnesium gearbox was bought for the sum of 55 000 €. Its number 690016 appears on a handwritten factory production record dated 15 April 1957 which refers to job n°8607. The engine case n°90120 from bought from the same source, and corresponds to the Type 547/2 conforming to the model. It has a capacity of 1 498 cm3 and produces 135 bhp at 7 200 rpm. The engine and gearbox were completely rebuilt by the German four-cam engine specialist, Karl Lorh, and the owner has confirmed to us that it revs vigorously !

Today, the presentation of this spyder respects the original configuration of the car almost perfectly. The passenger compartment has fabric-covered bucket seats, a complete dashboard and wood-rimmed steering wheel all conforming to the original. The car still has its "Karrosserie Wendler" plaque, from Reutlingen, with the number 550 A 0126 and the date 1957. There is a large capacity fuel tank under the bonnet, and the body displays the sleek and elegant form of the model that was the first Porsche designed exclusively for racing.
It is worth remembering that the 550 A was a more developed version of the 550, the first mid-engined competition Porsche. Designed with a tubular frame instead of a ladder chassis, the 550 A had greater rigidity and was lighter. It was fitted with a more powerful version of the flat-four four-cam and twin-spark engine. The suspension was modified which improved its road-holding significantly. Some 40 examples of this 550 A version were produced between 1957 and 1959 and given chassis numbers 0101 to 0146.
This car comes with a history file containing various expert reports and recent invoices relating to the restoration. The first milestone model in the history of Porsche's involvement in racing, this 550 A will open doors to the most prestigious historic events, in addition to providing the pleasure inherent in a lightweight, agile machine that is a thing of beauty.


Participating in the auction on this lot is subject to a special registration process. If you would like to bid on this lot, please get in touch with the bidding office or the motorcars department at least 48 hours before the sale.

Photos © Loïc Kernen


Estimation 3 800 000 - 4 800 000 €

Lot 65

1957 Porsche 550 A Spyder

Estimation 3 800 000 - 4 800 000 € [$]

1957 Porsche 550 A Spyder
Carte grise française
Châssis n°550A-0126
Moteur n° 90 120
Boîte de vitesses n°690016

- Jalon essentiel de la saga Porsche en compétition
- Seulement cinq propriétaires connus
- Superbe présentation, restauration de qualité
- Eligible dans les plus prestigieux évènements

Cette authentique Porsche 550 A a connu une première destination plutôt exotique, car elle a été livrée neuve à Hubert Wiesse, par l'intermédiaire de Carribean Motors Co, au Guatemala. Pilote amateur, Wiesse l'a engagée avec succès dans plusieurs épreuves sud-américaines, décrochant fin 1957 la victoire à la Carrera Amatitlan et la Buen Corazon (au Salvador), avec une dixième place au classement général des 1000 Km de Buenos Aires où il partageait le volant avec Jaroslav Juhan alors que Huschke von Hanstein, alors directeur de la compétition chez Porsche était prévu mais ne pris pas part à la course. Lors de la saison 1958, Wiesel remportait encore deux victoires avec cette voiture, au Circuito Santa Anna (salvador) et au Circuito San Benito ce qui contribuait sans doute à son titre de Champion d'Amérique centrale tel qu'il apparaît sur une publicité Porsche rappelant les succès de la marque en course. Il faut noter qu'à Santa Anna une autre 550 A était engagée par Ricardo Rodriguez qui dut abandonner après avoir perdu une roue. En 1958, le premier moteur a été remplacé par un autre du même type, n°90101.
En 1959, cette voiture a été vendue en France à Robert Buchet, nom que connaissent bien tous les amateurs de Porsche. En effet, après un début modeste à la tête d'un garage situé à Poitiers, Robert Buchet s'est fait un nom en course automobile, tout en faisant de son garage une concession Porsche. Personnage haut en couleurs, ex-rugbyman, il a remporté avec Claude Storez, à bord d'une Porsche 356, le Rallye des Routes du Nord, celui d'Armagnac et le redoutable Liège-Rome-Liège. On le reverra tout au long des années 1960 au volant de diverses Porsche de compétition de cette époque, à commencer par une 904 avec laquelle il s'adjuge avec Guy Ligier la catégorie GT moins de 2 litres aux 24 Heures du Mans 1964 (course qu'il dispute six fois), puis la victoire au Tour de France Automobile avec Herbert Linge (classement handicap). En 1967, il est couronné Champion de France des circuits. Toutefois, il ne semble pas qu'il ait utilisé cette 550 A en course.
Mais en 1974, il succombe à un accident de la route provoqué par un chauffard et la Porsche 550 est vendue à un autre amateur de Porsche bien connu, Raymond Touroul. Avec son style généreux, ce pilote originaire de St-Lô a participé à toutes sortes de compétitions au volant de diverses voitures, que ce soit courses de côte, rallyes où épreuves d'endurance comme les 24 Heures du Mans (auxquelles il a pris part 16 fois, dont 11 en Porsche). Au chapitre de ses exploits, il a remporté un titre de Champion de France de Rallyecross au volant de sa Porsche 911 et a même effectué des interventions au cinéma, comme cascadeur.
Au bout de près de 10 ans, Raymond Touroul a cédé la voiture en 1985 à M.G. Bochand, basé à Compiègne, et lui aussi grand amateur de Porsche. Raymond Touroul était le mécanicien de son père et les deux hommes se connaissaient de longue date. La Porsche était alors partiellement démontée avec le châssis et la carrosserie d'un côté, elle était équipée d'un pont arrière de RSK. C'est en 2010, sur les conseils de Jean-Philippe Grand, que l'actuel propriétaire en a fait l'acquisition. Porschiste exigeant, ayant participé plusieurs années à la Carrera Cup, il va alors se lancer dans une importante restauration qui sera supervisée par un spécialiste monégasque bien connu. Le châssis a été vérifié au marbre, et ne montrait pas de signe de déformation majeure. La carrosserie d'époque était trempée dans un bain afin de la décaper. Il apparaissait alors qu'elle était trop endommagée pour être réutilisée. Une nouvelle carrosserie en aluminium fut alors refaite par un artisan de Turin.
Concernant la partie mécanique, il était naturel de se tourner vers les établissements Freisinger, ces derniers conservant un important stock de pièces d'époque. Le carter de la boîte en magnésium d'origine a été racheté pour la somme de 55 000 €. Son n°690016 renvoie à une fiche de fabrication manuscrite, datant du 15 avril 1957 et qui fait référence au travail n°8607. Le carter moteur n°90120 a également été racheté aux mêmes établissements, et il correspond au Type 547/2 conforme au modèle, d'une cylindrée de 1 498 cm3 et développant 135 ch à 7 200 tr/mn. L'ensemble moteur et boite fut alors entièrement refait chez le spécialiste du moteur quatre arbre allemand, Karl Lorh et son propriétaire nous a confirmé que les montées en régime étaient particulièrement vigoureuses !

Aujourd'hui, la présentation de ce spyder respecte quasi-parfaitement la configuration initiale de la voiture. L'habitacle comporte des sièges baquet en tissu conformes à l'origine, en face du tableau de bord complet et du volant à jante bois conforme à l'origine. La voiture porte toujours sa plaque de la "Karrosserie Wendler", de Reutlingen, affichant le numéro 550 A 0126 et la date 1957. Le capot avant dissimule un réservoir de grande capacité et la carrosserie présente la forme fine et élégante de celle qui fut la première Porsche exclusivement conçue pour la course.
Rappelons en effet que la 550 A était une version plus aboutie de la 550, première Porsche de course à moteur central. Dotée d'une structure tubulaire au lieu du précédent châssis en échelle, la 550 A était à la fois plus rigide et plus légère. Elle reprenait le quatre-cylindres à plat quatre arbre et double allumage, dans une version plus puissante, et la suspension était modifiée, ce qui permettait d'améliorer la tenue de route de façon significative. Cette version 550 A a été produite de 1957 à 1959 à 40 exemplaires, avec des numéros de châssis de 0101 à 0146.
Cette voiture est accompagnée d'un dossier historique comportant différentes expertises et factures récentes liées à sa restauration. Premier jalon de la formidable saga Porsche en compétition, cette 550 A ouvrira à son propriétaire la porte des évènements historiques les plus prestigieux, tout en lui apportant le plaisir inhérent à une machine légère, agile et d'une sobre beauté.

La participation aux enchères pour ce lot est soumise à une procédure d'enregistrement particulière. Si vous souhaitez enchérir sur ce lot, merci de vous rapprocher du bureau des enchères ou du département Motorcars minimum 48 heures avant la vente.



French title
Chassis n°550A-0126
Engine n° 90 120
Gearbox n°690016

- Key milestone in Porsche competition history
- Just five known owners
- Superb presentation, high quality restoration
- Eligible for the most prestigious events

This Porsche 550 A had an exotic initial destination, delivered new to Hubert Wiese, through the intermediary Caribbean Motors Co, in Guatemala. An amateur racing driver, Wiese successfully entered the car in several South American events, winning the Carrera Amatitlan and the Buen Corazon (in Salvador) at the end of 1957. He also finished tenth in the Buenos Aires 1000km, sharing the drive with Jaroslav Juhan and Huschke von Hanstein, racing director at Porsche at that time. During the 1958 season, Wiese won two more races in this car, at the Circuito Santa Anna and the Circuito San Benito (Salvador). He was crowned Champion of Central America following these latest victories, and appeared in a Porsche advertisement promoting the marque's success in competition. In 1958, the original engine was replaced with another one of the same type, n°90101.
The car then went to France in 1959, having been sold to Robert Buchet, a name known to all Porsche enthusiasts. After a modest start running a garage in Poitiers, Buchet made a name for himself in motor racing, and went on to establish his garage as a Porsche dealership. A colourful character and ex-Rugby player, he won the Rallye des Routes du Nord, driving a Porsche 356 with Claude Storez, followed by the Armagnac as well as the formidable Liège-Rome-Liège. He was seen throughout the 1960s behind the wheel of various competition Porsche, starting with a 904 in which he won the under 2-litre GT class with Guy Ligier in the 1964 Le Mans 24 Hours (a race he took part in six times), followed by victory in the Tour de France Automobile with Herbert Linge (first in class). In 1967, he was crowned Champion de France des circuits. It appears, however, that he didn't use his 550 A to compete in.
Robert Buchet died in 1974 in a road accident, his 550 A was sold to another well-known Porsche enthusiast, Raymond Touroul. A versatile driver, originally from St-Lô, Tourol competed in a variety of cars in all types of competition, from hillclimbs and rallies to endurance events such as Le Mans 24 Hours (in which he took part 16 times, 11 of these in a Porsche). In terms of his achievements, he won a Rallycross French Championship title in a Porsche 911 and even appeared on the big screen, as a stunt man.
In 1985, after almost ten years, Raymond Tourol sold the car to Mr G. Bochand, from Compiègne, another Porsche enthusiast. Tourol was the mechanic for Bochard's father and the two men had known each other for a long time. The Porsche was then partially dismantled and fitted with the rear axle from an RSK. The current owner bought the car in 2010, on the advice of Jean-Philippe Grand. A demanding Porschiste, who has taken part several times in the Carrera Cup, he embarked on a major restoration supervised by a well-known Monegasque specialist. The frame was checked on a flat floor and showed no major sign of deformation. The body was dipped in acid to strip the paintwork and was thought to be too badly damaged to be re-used. A new aluminium body was built by a craftsman in Turin.
For the mechanical work, it made sense to turn to Freisinger, who kept a large supply of period parts. The original case for the magnesium gearbox was bought for the sum of 55 000 €. Its number 690016 appears on a handwritten factory production record dated 15 April 1957 which refers to job n°8607. The engine case n°90120 from bought from the same source, and corresponds to the Type 547/2 conforming to the model. It has a capacity of 1 498 cm3 and produces 135 bhp at 7 200 rpm. The engine and gearbox were completely rebuilt by the German four-cam engine specialist, Karl Lorh, and the owner has confirmed to us that it revs vigorously !

Today, the presentation of this spyder respects the original configuration of the car almost perfectly. The passenger compartment has fabric-covered bucket seats, a complete dashboard and wood-rimmed steering wheel all conforming to the original. The car still has its "Karrosserie Wendler" plaque, from Reutlingen, with the number 550 A 0126 and the date 1957. There is a large capacity fuel tank under the bonnet, and the body displays the sleek and elegant form of the model that was the first Porsche designed exclusively for racing.
It is worth remembering that the 550 A was a more developed version of the 550, the first mid-engined competition Porsche. Designed with a tubular frame instead of a ladder chassis, the 550 A had greater rigidity and was lighter. It was fitted with a more powerful version of the flat-four four-cam and twin-spark engine. The suspension was modified which improved its road-holding significantly. Some 40 examples of this 550 A version were produced between 1957 and 1959 and given chassis numbers 0101 to 0146.
This car comes with a history file containing various expert reports and recent invoices relating to the restoration. The first milestone model in the history of Porsche's involvement in racing, this 550 A will open doors to the most prestigious historic events, in addition to providing the pleasure inherent in a lightweight, agile machine that is a thing of beauty.


Participating in the auction on this lot is subject to a special registration process. If you would like to bid on this lot, please get in touch with the bidding office or the motorcars department at least 48 hours before the sale.

Photos © Loïc Kernen


Estimation 3 800 000 - 4 800 000 €

Détails de la vente

Vente : 3888
Lieu : Salon Rétromobile Hall 2.1 Paris Expo – Porte de Versailles 75015 Paris
Date : 08 févr. 2019 14:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2019 La Vente Officielle