Vente Sport & GTs au Mans Classic /Lot 137 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)

  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
  • 1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)
1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing) Châssis n° 1210406502717

Au début des années 1950, Mercedes-Benz était revenue en force sur les marchés mondiaux et en compétition et son modèle phare, la 300 SL prévue initialement pour la course, avait dû être mise en production sous la pression de la demande américaine. Mais son prix élevé ne pouvait en faire la Mercedes sportive de grande diffusion et l'heure était venue de créer un modèle plus abordable.

Dans le style de la prestigieuse 300 SL de production, Mercedes créa donc un type à tendance sportive sur la base de la nouvelle berline 180 monocoque, dont il reprenait la plate-forme raccourcie, habillée dans ce cas d'une très belle carrosserie de cabriolet à deux places proche esthétiquement de la 300 SL, luxueusement équipée et finie selon des critères de qualité propres à la marque. Pour la mécanique, Mercedes choisit naturellement le moteur de la nouvelle 190, un solide et beau quatre-cylindres moderne à arbre à cames en tête de 1,9 litres donnant la respectable puissance de 105 ch (DIN) à 5 700 tr/min avec deux carburateurs. Toutefois, l'option cabriolet de luxe s'était traduite par un poids à vide proche de 1 200 kg et les relances s'en trouvaient pénalisées surtout si l'on comparait (injustement) ses performances avec celles de la redoutable 300 SL, à laquelle elle ressemblait grâce à quelques détails de style volontairement transposés.

Mais la clientèle ciblée, séduite par son élégance, son confort, ses équipements et ses finitions, ne se focalisa pas sur le 400 mètres départ arrêté et plus de 25 000 cabriolets et coupés (hard top avec capote en option) firent le bonheur d'amateurs de conduite cheveux au vent sachant apprécier aussi un coffre à bagages digne de ce nom, condition incontournable d'un voyage à deux réussi.

En 1955, Mercedes étudie une version compétition (190 SLR) dans l'esprit des roadsters 300 SL, avec portes en aluminium et petit pare-brise saute-vent avant de renoncer au projet, préférant consacrer toutes ses ressources à la Formule 1.

Cette rare, belle et très sportive Mercedes 190 SL version roadster de teinte grise avec intérieur en cuir rouge, dans un parfait état de présentation et de fonctionnement, a été soigneusement construite dans cet esprit. Sur son moteur préparé par Atelier SL, spécialiste des SL, les carburateurs Solex d'origine, sobres, mais inadaptés à une conduite sportive, ont été remplacés par deux Weber double corps de 40 plus généreux. Un allumage électronique a été installé ainsi que deux repose-pieds en aluminium et une lampe lecteur de carte. Deux têtières profilées servent d'arceaux de sécurité.

Carte grise française

Mercedes-Benz made a forceful return to both the world market and motor-racing in the early 1950s. Their star model, the 300 SL, was initially intended just for racing, but had to enter production in response to American demand. Yet, given its high price, it was not suited to becoming a production-line sporting Mercedes, and it was time to create a more affordable model.

Along the lines of its prestigious 300 SL, Mercedes created a sports type based on the new 180 monocoque saloon, borrowing its shortened chassis - here with fine two-seater cabriolet bodywork aesthetically similar to that of the 300 SL - luxuriously equipped and finished with typical Mercedes quality. On the mechanical front, Mercedes naturally opted for the engine of the new 190: a fine, solid, modern 1.9-litre four-cylinder with overhead camshaft, yielding a respectable 105bhp (DIN) at 5700rpm with two carburettors. The cabriolet de luxe option, however, meant a tare weight of nearly 1200kg, which hindered acceleration, especially when compared (unfairly) with the redoubtable 300 SL to which it resembled thanks to various (deliberately borrowed) stylistic details.

But the targeted clientèle, attracted by its elegance, comfort, appointments and finish, was not overly concerned about its 400m standing start, and more than 25,000 cabriolets and coupés (hard top with optional hood) delighted lovers of open-air driving who approved of a boot worthy of the name, essential for successful two-person travel.

In 1955 Mercedes considered a racing version (the 190 SLR) in the spirit of the 300 SL roadster, with aluminium doors and smaller windscreen, before abandoning the project to concentrate on Formula 1.

Our rare, handsome and very sporty Mercedes 190 SL Roadster was constructed in such a spirit. It is of excellent appearance, coloured grey with a red leather interior, and is in perfect working order. Its engine, prepared by SL specialists Atelier SL, has two sets of large Weber 40 carburettors instead of the original, sober Solex carburettors ill-suited to a sporty style of driving. Electronic ignition has been installed, as well as two aluminium foot-rests and a map-reading light. Two profiled head-rests serve as roll bars.

French registration "carte grise"



Estimation 55 000 - 85 000 €

Vendu 64 867 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 137

1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing)

Vendu 64 867 € [$]

1957 MERCEDES BENZ 190 SL (Racing) Châssis n° 1210406502717

Au début des années 1950, Mercedes-Benz était revenue en force sur les marchés mondiaux et en compétition et son modèle phare, la 300 SL prévue initialement pour la course, avait dû être mise en production sous la pression de la demande américaine. Mais son prix élevé ne pouvait en faire la Mercedes sportive de grande diffusion et l'heure était venue de créer un modèle plus abordable.

Dans le style de la prestigieuse 300 SL de production, Mercedes créa donc un type à tendance sportive sur la base de la nouvelle berline 180 monocoque, dont il reprenait la plate-forme raccourcie, habillée dans ce cas d'une très belle carrosserie de cabriolet à deux places proche esthétiquement de la 300 SL, luxueusement équipée et finie selon des critères de qualité propres à la marque. Pour la mécanique, Mercedes choisit naturellement le moteur de la nouvelle 190, un solide et beau quatre-cylindres moderne à arbre à cames en tête de 1,9 litres donnant la respectable puissance de 105 ch (DIN) à 5 700 tr/min avec deux carburateurs. Toutefois, l'option cabriolet de luxe s'était traduite par un poids à vide proche de 1 200 kg et les relances s'en trouvaient pénalisées surtout si l'on comparait (injustement) ses performances avec celles de la redoutable 300 SL, à laquelle elle ressemblait grâce à quelques détails de style volontairement transposés.

Mais la clientèle ciblée, séduite par son élégance, son confort, ses équipements et ses finitions, ne se focalisa pas sur le 400 mètres départ arrêté et plus de 25 000 cabriolets et coupés (hard top avec capote en option) firent le bonheur d'amateurs de conduite cheveux au vent sachant apprécier aussi un coffre à bagages digne de ce nom, condition incontournable d'un voyage à deux réussi.

En 1955, Mercedes étudie une version compétition (190 SLR) dans l'esprit des roadsters 300 SL, avec portes en aluminium et petit pare-brise saute-vent avant de renoncer au projet, préférant consacrer toutes ses ressources à la Formule 1.

Cette rare, belle et très sportive Mercedes 190 SL version roadster de teinte grise avec intérieur en cuir rouge, dans un parfait état de présentation et de fonctionnement, a été soigneusement construite dans cet esprit. Sur son moteur préparé par Atelier SL, spécialiste des SL, les carburateurs Solex d'origine, sobres, mais inadaptés à une conduite sportive, ont été remplacés par deux Weber double corps de 40 plus généreux. Un allumage électronique a été installé ainsi que deux repose-pieds en aluminium et une lampe lecteur de carte. Deux têtières profilées servent d'arceaux de sécurité.

Carte grise française

Mercedes-Benz made a forceful return to both the world market and motor-racing in the early 1950s. Their star model, the 300 SL, was initially intended just for racing, but had to enter production in response to American demand. Yet, given its high price, it was not suited to becoming a production-line sporting Mercedes, and it was time to create a more affordable model.

Along the lines of its prestigious 300 SL, Mercedes created a sports type based on the new 180 monocoque saloon, borrowing its shortened chassis - here with fine two-seater cabriolet bodywork aesthetically similar to that of the 300 SL - luxuriously equipped and finished with typical Mercedes quality. On the mechanical front, Mercedes naturally opted for the engine of the new 190: a fine, solid, modern 1.9-litre four-cylinder with overhead camshaft, yielding a respectable 105bhp (DIN) at 5700rpm with two carburettors. The cabriolet de luxe option, however, meant a tare weight of nearly 1200kg, which hindered acceleration, especially when compared (unfairly) with the redoubtable 300 SL to which it resembled thanks to various (deliberately borrowed) stylistic details.

But the targeted clientèle, attracted by its elegance, comfort, appointments and finish, was not overly concerned about its 400m standing start, and more than 25,000 cabriolets and coupés (hard top with optional hood) delighted lovers of open-air driving who approved of a boot worthy of the name, essential for successful two-person travel.

In 1955 Mercedes considered a racing version (the 190 SLR) in the spirit of the 300 SL roadster, with aluminium doors and smaller windscreen, before abandoning the project to concentrate on Formula 1.

Our rare, handsome and very sporty Mercedes 190 SL Roadster was constructed in such a spirit. It is of excellent appearance, coloured grey with a red leather interior, and is in perfect working order. Its engine, prepared by SL specialists Atelier SL, has two sets of large Weber 40 carburettors instead of the original, sober Solex carburettors ill-suited to a sporty style of driving. Electronic ignition has been installed, as well as two aluminium foot-rests and a map-reading light. Two profiled head-rests serve as roll bars.

French registration "carte grise"



Estimation 55 000 - 85 000 €

Vendu 64 867 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 1855
Date : 09 juill. 2010 17:00

Contact

Artcurial Motorcars
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Sport & GTs au Mans Classic