• 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena
  • 1957 Ferrari 250 GT Ellena

1957 Ferrari 250 GT Ellena
Titre de circulation anglais
Châssis n° 0727GT
Moteur n° 1483 GT

- Restauration complète de très haut niveau
- Rare version Ellena
- Les débuts du Grand Tourisme pour Ferrari
- Equipée d'un V12 Colombo bougies intérieures

Faisant partie d'une importante collection européenne, cette voiture splendide a fait l'objet d'une restauration complète qui s'est terminée récemment. Largement documentée par un important dossier photographique on peut constater qu'aucun élément ne semble avoir été oublié. La carrosserie a été mise à nu et repeinte en respectant des teintes Ferrari spécifiques, avec caisse noire et pavillon or métallisé, ce qui sied à merveille à cette forme élégante. L'intérieur a été remis en état par les célèbres établissements Luppi, de Modène, et la sellerie en cuir affiche une couleur qui s'accorde parfaitement à celle du pavillon. Les jantes à rayons ont été refaites en Italie par Ruote Borrani, et chaussées de pneus Pirelli neufs. Comme cela arrivait souvent sur les modèles de cette époque, le moteur a été remplacé à une date indéterminée, mais, la voiture est bien équipée du V12 Colombo avec les bougies à l'intérieur du V ce qui correspond bien à notre modèle. Il provient de la voiture n°1483GT qui est un coupé 250 GT Pininfarina. Il est intéressant de noter que, selon l'historien Andreas Birner, le moteur d'origine de 0727 GT existe encore et qu'il se trouve dans une Ferrari 250 GT Europa. Toute la mécanique a été elle aussi complètement démontée et restaurée, les pistons forgés sont neufs. Le circuit électrique a lui aussi était entièrement revu ainsi que les instruments.

Il faut en effet rappeler que, pour Ferrari, la famille des 250 a marqué l'entrée dans une ère nouvelle, passant d'une dimension artisanale à une logique industrielle. Bâtie autour du splendide V12 Colombo, la 250 Europa lancée en 1953 a pourtant fait des débuts modestes, mais avec elle sont apparues deux choses : d'une part une collaboration plus étroite avec Pinin Farina (encore en deux mots), et d'autre part un soin particulier apporté au confort des occupants. Les précédentes 166, 195 et 212 étaient plus proches de voitures de compétition adaptées à la route, alors que sur la 250 GT les aménagements intérieurs, l'insonorisation, les sièges et l'habitacle ont fait l'objet de soins plus attentifs. L'apparition pour la première fois dans la nomenclature Ferrari des lettres GT, pour "Gran Turismo", a traduit elle aussi cette volonté de s'ouvrir à une plus large clientèle. Devant le succès remporté par cette nouvelle voiture, Ferrari et Pinin Farina ont décidé d'augmenter le rythme de production, ce qui a conduit le carrossier à construire une nouvelle usine, à Grugliasco. Mais en attendant qu'elle soit achevée, la construction de la 250 GT a été confiée à la carrosserie Boano, créée en 1954 par Mario Boano, ancien de Ghia. Il a travaillé avec son fils Gian Paolo et son partenaire Luciano Pollo. Lorsque les deux Boano ont quitté l'entreprise pour Fiat, la carrosserie a été reprise par Pollo et le gendre de Boano, Ezio Ellena. Il a donné son nom à l'entreprise, qui est devenue Carrozzeria Ellena. Voilà qui explique les 250 GT Boano et Ellena, voitures de transition extrêmement intéressantes produites entre 1956 et 1958. Il en sera réalisé environ 129 exemplaires, qui suivent les 35 exemplaires des premières 250 GT Europa. Après eux apparaîtra le plus classique coupé 250 GT PF.

Classique, élégante et rare, cette voiture est accompagnée d'un dossier de photos qui documente les travaux de restauration. Sa présentation impeccable et les nombreux détails de finition traduisant le travail minutieux du carrossier et de ses artisans ne manqueront pas de séduire les amateurs.



UK title
Chassis n° 0727GT
Engine n° 1483 GT

- Full restoration of the highest quality
- Rare Ellena version
- The start of the Grand Tourism era for Ferrari
- Equipped with V12 Colombo engine with inside plugs

Belonging to an important European collection, this splendid car has recently emerged from full restoration. Looking at the comprehensive photographic file documenting the project, it is clear that nothing was left out. The body was stripped and repainted in specific Ferrari colours and the black body and metallic gold roof suits the elegant shape of the car perfectly. The interior was restored by the renowned Luppi business in Modena and the colour of the leather upholstery matches the roof perfectly. The wire wheels were refurbished in Italy by Ruote Borrani and fitted with new Pirelli tyres. As was common with models of this era, the engine was replaced at some unknown date but the car has the V12 Columbo engine with inside plugs that is the correct type for our model. It came from car n°1483GT, a coupé 250 GT Pininfarina. It is interesting to note that according to the historian Andreas Birner, the original engine for 0727 GT still exists and is in a Ferrari 250 GT Europa. During the restoration of our car, all mechanical elements were completely dismantled and refurbished and new forged pistons were fitted. The electrical circuit and all the instruments were also refurbished.

It is interesting to note that the 250 line signalled a new era for Ferrari which grew from a small enterprise to an industrial concern. Built around the splendid V12 Columbo engine, the 250 Europa began modestly in 1953, but with two changes in approach. Firstly, where Ferrari had previously worked with several coachbuilders, notably Vignale, they now began a stricter collaboration with Pinin Farina (still two words), and secondly, passenger comfort became a higher priority. The previous 166, 195 and 212 models were essentially race cars adapted for road use, whereas on the 250 GT, greater attention was given to the interior fittings, soundproofing, seats and cockpit space. The appearance of the letters GT for " Gran Turismo " also reflected the desire to appeal to a wider clientèle. Following the success of this new car, Ferrari and Pinin Farina set about increasing the pace of production, and began building a new factory for the coachbuilder at Grugliasco. While this was being finished, construction of the 250 GT was given to Boano coachbuilders, created in 1954 by Mario Boano, formerly of Ghia. He worked with his son Gian Paolo and partner Luciano Pollo. When the two Boanos left to join Fiat, Pollo took over the business with Boano's son-in-law, Ezio Ellena, with the name changing to Carrozzeria Ellena. This explains the Boano and Ellena 250 GTs, transition cars produced between 1956 and 1958. Some 129 examples were built, following the initial 35 examples of the 250 GT Europa. After this would come the more classical coupé, the 250 GT PF.

Classical, elegant and rare, this Ferrari is presented with a file of photographs documenting its restoration. The impeccable condition and finishing details of the car reflect the meticulous work of the coachbuilder and his craftsmen, and it is bound to appeal to enthusiasts.




.





.



Estimation 500 000 - 700 000 €

Lot 658

1957 Ferrari 250 GT Ellena

Estimation 500 000 - 700 000 € [$]

1957 Ferrari 250 GT Ellena
Titre de circulation anglais
Châssis n° 0727GT
Moteur n° 1483 GT

- Restauration complète de très haut niveau
- Rare version Ellena
- Les débuts du Grand Tourisme pour Ferrari
- Equipée d'un V12 Colombo bougies intérieures

Faisant partie d'une importante collection européenne, cette voiture splendide a fait l'objet d'une restauration complète qui s'est terminée récemment. Largement documentée par un important dossier photographique on peut constater qu'aucun élément ne semble avoir été oublié. La carrosserie a été mise à nu et repeinte en respectant des teintes Ferrari spécifiques, avec caisse noire et pavillon or métallisé, ce qui sied à merveille à cette forme élégante. L'intérieur a été remis en état par les célèbres établissements Luppi, de Modène, et la sellerie en cuir affiche une couleur qui s'accorde parfaitement à celle du pavillon. Les jantes à rayons ont été refaites en Italie par Ruote Borrani, et chaussées de pneus Pirelli neufs. Comme cela arrivait souvent sur les modèles de cette époque, le moteur a été remplacé à une date indéterminée, mais, la voiture est bien équipée du V12 Colombo avec les bougies à l'intérieur du V ce qui correspond bien à notre modèle. Il provient de la voiture n°1483GT qui est un coupé 250 GT Pininfarina. Il est intéressant de noter que, selon l'historien Andreas Birner, le moteur d'origine de 0727 GT existe encore et qu'il se trouve dans une Ferrari 250 GT Europa. Toute la mécanique a été elle aussi complètement démontée et restaurée, les pistons forgés sont neufs. Le circuit électrique a lui aussi était entièrement revu ainsi que les instruments.

Il faut en effet rappeler que, pour Ferrari, la famille des 250 a marqué l'entrée dans une ère nouvelle, passant d'une dimension artisanale à une logique industrielle. Bâtie autour du splendide V12 Colombo, la 250 Europa lancée en 1953 a pourtant fait des débuts modestes, mais avec elle sont apparues deux choses : d'une part une collaboration plus étroite avec Pinin Farina (encore en deux mots), et d'autre part un soin particulier apporté au confort des occupants. Les précédentes 166, 195 et 212 étaient plus proches de voitures de compétition adaptées à la route, alors que sur la 250 GT les aménagements intérieurs, l'insonorisation, les sièges et l'habitacle ont fait l'objet de soins plus attentifs. L'apparition pour la première fois dans la nomenclature Ferrari des lettres GT, pour "Gran Turismo", a traduit elle aussi cette volonté de s'ouvrir à une plus large clientèle. Devant le succès remporté par cette nouvelle voiture, Ferrari et Pinin Farina ont décidé d'augmenter le rythme de production, ce qui a conduit le carrossier à construire une nouvelle usine, à Grugliasco. Mais en attendant qu'elle soit achevée, la construction de la 250 GT a été confiée à la carrosserie Boano, créée en 1954 par Mario Boano, ancien de Ghia. Il a travaillé avec son fils Gian Paolo et son partenaire Luciano Pollo. Lorsque les deux Boano ont quitté l'entreprise pour Fiat, la carrosserie a été reprise par Pollo et le gendre de Boano, Ezio Ellena. Il a donné son nom à l'entreprise, qui est devenue Carrozzeria Ellena. Voilà qui explique les 250 GT Boano et Ellena, voitures de transition extrêmement intéressantes produites entre 1956 et 1958. Il en sera réalisé environ 129 exemplaires, qui suivent les 35 exemplaires des premières 250 GT Europa. Après eux apparaîtra le plus classique coupé 250 GT PF.

Classique, élégante et rare, cette voiture est accompagnée d'un dossier de photos qui documente les travaux de restauration. Sa présentation impeccable et les nombreux détails de finition traduisant le travail minutieux du carrossier et de ses artisans ne manqueront pas de séduire les amateurs.



UK title
Chassis n° 0727GT
Engine n° 1483 GT

- Full restoration of the highest quality
- Rare Ellena version
- The start of the Grand Tourism era for Ferrari
- Equipped with V12 Colombo engine with inside plugs

Belonging to an important European collection, this splendid car has recently emerged from full restoration. Looking at the comprehensive photographic file documenting the project, it is clear that nothing was left out. The body was stripped and repainted in specific Ferrari colours and the black body and metallic gold roof suits the elegant shape of the car perfectly. The interior was restored by the renowned Luppi business in Modena and the colour of the leather upholstery matches the roof perfectly. The wire wheels were refurbished in Italy by Ruote Borrani and fitted with new Pirelli tyres. As was common with models of this era, the engine was replaced at some unknown date but the car has the V12 Columbo engine with inside plugs that is the correct type for our model. It came from car n°1483GT, a coupé 250 GT Pininfarina. It is interesting to note that according to the historian Andreas Birner, the original engine for 0727 GT still exists and is in a Ferrari 250 GT Europa. During the restoration of our car, all mechanical elements were completely dismantled and refurbished and new forged pistons were fitted. The electrical circuit and all the instruments were also refurbished.

It is interesting to note that the 250 line signalled a new era for Ferrari which grew from a small enterprise to an industrial concern. Built around the splendid V12 Columbo engine, the 250 Europa began modestly in 1953, but with two changes in approach. Firstly, where Ferrari had previously worked with several coachbuilders, notably Vignale, they now began a stricter collaboration with Pinin Farina (still two words), and secondly, passenger comfort became a higher priority. The previous 166, 195 and 212 models were essentially race cars adapted for road use, whereas on the 250 GT, greater attention was given to the interior fittings, soundproofing, seats and cockpit space. The appearance of the letters GT for " Gran Turismo " also reflected the desire to appeal to a wider clientèle. Following the success of this new car, Ferrari and Pinin Farina set about increasing the pace of production, and began building a new factory for the coachbuilder at Grugliasco. While this was being finished, construction of the 250 GT was given to Boano coachbuilders, created in 1954 by Mario Boano, formerly of Ghia. He worked with his son Gian Paolo and partner Luciano Pollo. When the two Boanos left to join Fiat, Pollo took over the business with Boano's son-in-law, Ezio Ellena, with the name changing to Carrozzeria Ellena. This explains the Boano and Ellena 250 GTs, transition cars produced between 1956 and 1958. Some 129 examples were built, following the initial 35 examples of the 250 GT Europa. After this would come the more classical coupé, the 250 GT PF.

Classical, elegant and rare, this Ferrari is presented with a file of photographs documenting its restoration. The impeccable condition and finishing details of the car reflect the meticulous work of the coachbuilder and his craftsmen, and it is bound to appeal to enthusiasts.




.





.



Estimation 500 000 - 700 000 €

Détails de la vente

Vente : M1076
Lieu : Hôtel Hermitage, Monte-Carlo
Date : 21 juill. 2020 17:00

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Monaco 2020 by Artcurial Motorcars