Vente Automobiles sur les Champs - 01 novembre 2020 /Lot 42 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"

  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
  • 1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
Titre de circulation anglais (V5)
Châssis n° 198.040-55 00037
Moteur n° 198.980-45 00189

- Nombre de propriétaires limité, dont l'avant-dernier pendant 48 ans
- Très bien préservée, matching numbers
- Histoire exemplaire, modèle emblématique

Cette Mercedes 300 SL "Papillon" n'est pas comme les autres. Il s'agit en effet d'un des 10 premiers modèles vendus neufs en Angleterre, et elle n'a connu qu'un très faible nombre de propriétaires depuis sa sortie d'usine fin janvier 1955. D'ailleurs, son achat a fait l'objet d'une amusante anecdote. Passionné d'automobile, Sir Jeremy Boles (alors âgé de 23 ans) était en train de commander la voiture au Salon de Londres de 1954, lorsque que le célèbre pilote automobile Mike Hawthorn, dont il était un ami proche, s'est précipité pour essayer de le dissuader d'acquérir une voiture qui n'était pas anglaise ! C'est ce que relate la petite amie d'alors de Mike Hawthorn, Moi Kenward, dans l'ouvrage de Chris Nixon sur la vie de Hawthorn et Peter Collins, Mon Ami Mate. Cette intervention n'a pas empêché la transaction et Jeremy Boles a pris livraison quelques semaines plus tard, début 1955 chez Brooklands de Bond Street, à Londres, de cet exemplaire de teinte gris métallisé référence 'DB180' silver grey et doté d'une sellerie en tissu " tartan ", identique à celui des 300 SL de compétition.
Jeremy Boles possédait par ailleurs une Aston Martin DB3 et une monoplace Connaught de Formule 2.

Selon des notes de l'avant-dernier propriétaire, prises après une discussion avec Boles en 1999, le pont arrière a cassé trois mois après l'achat et a été remplacé sous garantie par un pont neuf. Affichant une démultiplication plus longue, il a permis à Jeremy Boles d'atteindre la vitesse maxi de 246 km/h. Boles se serait séparé de la voiture fin 1956/début 1957, et le prochain propriétaire connu, un sculpteur, en a fait l'acquisition en 1959 par l'intermédiaire de Welwyn Motors, dans le Suffolk. Il a gardé la voiture jusqu'en 1967, date à laquelle il l'a cédée à un ami, qui la connaissait depuis 1959, pour la somme de 2 000 £. Immatriculée au nom de son entreprise, la Mercedes était alors de teinte grise. Il l'a parfois utilisée pour emmener ses filles à l'école et, dans les années 70, il l'a mise de côté et elle est restée immobilisée quelques années. En 1997, elle est ressortie de sa torpeur pour faire l'objet d'une restauration complète par Mercedes-Benz Vardy/Robinson, agent de la marque Cambridge. La remise en état et la peinture de la carrosserie dans la couleur d'origine ont été confiés au spécialiste Kirtling Garage, l'intérieur étant réalisé par P & M Taylor, avec des pièces achetées auprès de spécialistes comme O'Keeffe. Pour cette restauration terminée en 2000, les travaux ont totalisé quelques 50 000 £ et le dossier comporte des factures et des photos qui en témoignent. En mars 2016, cette Mercedes 300 SL a été vendue aux enchères et, aujourd'hui, le compteur affiche 61 730 miles [99 345 km] qui correspondent selon toute vraisemblance au kilométrage d'origine.

Il convient de noter que cette voiture est enregistrée dans Gullwing - the Mercedes-Benz 300 SL Coupé, l'excellent ouvrage d'Anthony Pritchard sur la marque, ainsi que dans le très complet Register de Eric Le Moine. D'autres documents en font également partie : manuels d'utilisation et de pièces, copie de la feuille de fabrication, anciens documents d'immatriculation, ainsi que ses outils.

Cette Mercedes 300 SL superbement préservée et restaurée a l'avantage de bénéficier d'un historique exemplaire entre les mains de propriétaires triés sur le volet. Un passé qui est à la hauteur des qualités de ce qui reste une des voitures de sport les plus emblématique de son époque.



British title (V5)
Chassis no. 198.040 - 55 00037
Engine no. 198.980-45-00189

- Low ownership; last owner but one for 48 years
- Very well preserved, matching numbers
- Exceptional history, an iconic model

This is not just any other Mercedes 300 SL "Gullwing". It is in fact one of the first ten models sold new in England and has had very few owners since leaving the factory at the end of January 1955. There is too an amusing story about how it was originally purchased. A car enthusiast, Sir Jeremy Boles (then just 23) was in the process of ordering the car at the 1954 London Motor Show when his close friend, the famous racing driver Mike Hawthorn, rushed up to him to try and talk him out of buying a foreign car! That is the story told by Mike Hawthorn's then girlfriend, Moi Kenward, in Chris Nixon's book recounting the lives of Hawthorn and Peter Collins, Mon Ami Mate. Hawthorn's intervention did not prevent the transaction from going ahead, and Boles took delivery of the car a few weeks later at Brooklands of Bond Street, in London: it was finished in 'DB180' silver grey with a tartan cloth interior, identical to the competition 300 SLs. Boles also owned an Aston Martin DB3 and a Connaught Formula 2 single-seater.

According to the notes which its last owner but one took in discussion with Boles in 1999, the rear axle broke three months after the purchase and it was replaced with a new axle under warranty. With a longer final drive ratio, it allowed Boles to reach a top speed of 153 mph. Boles sold the car at the end of 1956 or the start of 1957, and the next known owner, a sculptor, acquired it in 1959 through Welwyn Motors in Suffolk. He kept it until 1967, when he sold the car to a friend, who had known it since 1959, for £2000. Registered in the name of his business, the Mercedes was finished in grey at the time. He sometimes used the car to take his daughters to school, and during the 1970s, he set it aside and it was laid up for several years. In 1997, it emerged from its hibernation and underwent a complete restoration by Vardy/Robinson, the Mercedes dealer in Cambridge. The body restoration and paintwork - in the original colour - were entrusted to the specialist Kirtling Garage, with work on the interior by P&M Taylor, using parts sourced from specialists such as O'Keeffe. Completed in 2000, the restoration cost a total of £50,000, as can be seen from the invoices and photographs on file. In March 2016, the 300 SL was sold at auction and is today showing 61,730 miles (99,345 km), which is in all likelihood its original mileage.

It should be noted that the car is recorded in Gullwing - the Mercedes-Benz 300 SL Coupé, Anthony Pritchard's excellent book on the make, and in Eric Le Moine's exhaustive Register. The car also comes with other documents, including owner's and parts manuals, a copy of the build sheet and old registration certificates, as well as its tools.

Superbly preserved and restored, this Mercedes 300 SL benefits from an exceptional history with a select group of previous owners. A past life which is worthy of what remains one of the most iconic sports cars of its time.



Photos © Tom Gidden

Estimation 1 100 000 - 1 300 000 €

Lot 42

1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"

Estimation 1 100 000 - 1 300 000 € [$]

1955 Mercedes-Benz 300 SL "Papillon"
Titre de circulation anglais (V5)
Châssis n° 198.040-55 00037
Moteur n° 198.980-45 00189

- Nombre de propriétaires limité, dont l'avant-dernier pendant 48 ans
- Très bien préservée, matching numbers
- Histoire exemplaire, modèle emblématique

Cette Mercedes 300 SL "Papillon" n'est pas comme les autres. Il s'agit en effet d'un des 10 premiers modèles vendus neufs en Angleterre, et elle n'a connu qu'un très faible nombre de propriétaires depuis sa sortie d'usine fin janvier 1955. D'ailleurs, son achat a fait l'objet d'une amusante anecdote. Passionné d'automobile, Sir Jeremy Boles (alors âgé de 23 ans) était en train de commander la voiture au Salon de Londres de 1954, lorsque que le célèbre pilote automobile Mike Hawthorn, dont il était un ami proche, s'est précipité pour essayer de le dissuader d'acquérir une voiture qui n'était pas anglaise ! C'est ce que relate la petite amie d'alors de Mike Hawthorn, Moi Kenward, dans l'ouvrage de Chris Nixon sur la vie de Hawthorn et Peter Collins, Mon Ami Mate. Cette intervention n'a pas empêché la transaction et Jeremy Boles a pris livraison quelques semaines plus tard, début 1955 chez Brooklands de Bond Street, à Londres, de cet exemplaire de teinte gris métallisé référence 'DB180' silver grey et doté d'une sellerie en tissu " tartan ", identique à celui des 300 SL de compétition.
Jeremy Boles possédait par ailleurs une Aston Martin DB3 et une monoplace Connaught de Formule 2.

Selon des notes de l'avant-dernier propriétaire, prises après une discussion avec Boles en 1999, le pont arrière a cassé trois mois après l'achat et a été remplacé sous garantie par un pont neuf. Affichant une démultiplication plus longue, il a permis à Jeremy Boles d'atteindre la vitesse maxi de 246 km/h. Boles se serait séparé de la voiture fin 1956/début 1957, et le prochain propriétaire connu, un sculpteur, en a fait l'acquisition en 1959 par l'intermédiaire de Welwyn Motors, dans le Suffolk. Il a gardé la voiture jusqu'en 1967, date à laquelle il l'a cédée à un ami, qui la connaissait depuis 1959, pour la somme de 2 000 £. Immatriculée au nom de son entreprise, la Mercedes était alors de teinte grise. Il l'a parfois utilisée pour emmener ses filles à l'école et, dans les années 70, il l'a mise de côté et elle est restée immobilisée quelques années. En 1997, elle est ressortie de sa torpeur pour faire l'objet d'une restauration complète par Mercedes-Benz Vardy/Robinson, agent de la marque Cambridge. La remise en état et la peinture de la carrosserie dans la couleur d'origine ont été confiés au spécialiste Kirtling Garage, l'intérieur étant réalisé par P & M Taylor, avec des pièces achetées auprès de spécialistes comme O'Keeffe. Pour cette restauration terminée en 2000, les travaux ont totalisé quelques 50 000 £ et le dossier comporte des factures et des photos qui en témoignent. En mars 2016, cette Mercedes 300 SL a été vendue aux enchères et, aujourd'hui, le compteur affiche 61 730 miles [99 345 km] qui correspondent selon toute vraisemblance au kilométrage d'origine.

Il convient de noter que cette voiture est enregistrée dans Gullwing - the Mercedes-Benz 300 SL Coupé, l'excellent ouvrage d'Anthony Pritchard sur la marque, ainsi que dans le très complet Register de Eric Le Moine. D'autres documents en font également partie : manuels d'utilisation et de pièces, copie de la feuille de fabrication, anciens documents d'immatriculation, ainsi que ses outils.

Cette Mercedes 300 SL superbement préservée et restaurée a l'avantage de bénéficier d'un historique exemplaire entre les mains de propriétaires triés sur le volet. Un passé qui est à la hauteur des qualités de ce qui reste une des voitures de sport les plus emblématique de son époque.



British title (V5)
Chassis no. 198.040 - 55 00037
Engine no. 198.980-45-00189

- Low ownership; last owner but one for 48 years
- Very well preserved, matching numbers
- Exceptional history, an iconic model

This is not just any other Mercedes 300 SL "Gullwing". It is in fact one of the first ten models sold new in England and has had very few owners since leaving the factory at the end of January 1955. There is too an amusing story about how it was originally purchased. A car enthusiast, Sir Jeremy Boles (then just 23) was in the process of ordering the car at the 1954 London Motor Show when his close friend, the famous racing driver Mike Hawthorn, rushed up to him to try and talk him out of buying a foreign car! That is the story told by Mike Hawthorn's then girlfriend, Moi Kenward, in Chris Nixon's book recounting the lives of Hawthorn and Peter Collins, Mon Ami Mate. Hawthorn's intervention did not prevent the transaction from going ahead, and Boles took delivery of the car a few weeks later at Brooklands of Bond Street, in London: it was finished in 'DB180' silver grey with a tartan cloth interior, identical to the competition 300 SLs. Boles also owned an Aston Martin DB3 and a Connaught Formula 2 single-seater.

According to the notes which its last owner but one took in discussion with Boles in 1999, the rear axle broke three months after the purchase and it was replaced with a new axle under warranty. With a longer final drive ratio, it allowed Boles to reach a top speed of 153 mph. Boles sold the car at the end of 1956 or the start of 1957, and the next known owner, a sculptor, acquired it in 1959 through Welwyn Motors in Suffolk. He kept it until 1967, when he sold the car to a friend, who had known it since 1959, for £2000. Registered in the name of his business, the Mercedes was finished in grey at the time. He sometimes used the car to take his daughters to school, and during the 1970s, he set it aside and it was laid up for several years. In 1997, it emerged from its hibernation and underwent a complete restoration by Vardy/Robinson, the Mercedes dealer in Cambridge. The body restoration and paintwork - in the original colour - were entrusted to the specialist Kirtling Garage, with work on the interior by P&M Taylor, using parts sourced from specialists such as O'Keeffe. Completed in 2000, the restoration cost a total of £50,000, as can be seen from the invoices and photographs on file. In March 2016, the 300 SL was sold at auction and is today showing 61,730 miles (99,345 km), which is in all likelihood its original mileage.

It should be noted that the car is recorded in Gullwing - the Mercedes-Benz 300 SL Coupé, Anthony Pritchard's excellent book on the make, and in Eric Le Moine's exhaustive Register. The car also comes with other documents, including owner's and parts manuals, a copy of the build sheet and old registration certificates, as well as its tools.

Superbly preserved and restored, this Mercedes 300 SL benefits from an exceptional history with a select group of previous owners. A past life which is worthy of what remains one of the most iconic sports cars of its time.



Photos © Tom Gidden

Estimation 1 100 000 - 1 300 000 €

Détails de la vente

Vente : 4060
Date : 01 nov. 2020 16:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Automobiles sur les Champs