Vente Rétromobile 2014 & Solo Alfa by Artcurial Motorcars - 07 février 2014 /Lot 389 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik

  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
  • ¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
Titre de circulation américain
A dédouaner dans le pays de destination

Châssis n° 0102-153-0136
Moteur n° 0102-017-013

- Modèle unique sur série II
- Mécanique exceptionnelle
- Signature d'un des plus grands carrossiers français
- État concours entièrement restauré
- Modèle unique

L'ingénieur Wilfredo Ricart était aussi brillant que sa personnalité était forte. Personnage raffiné, amateur de musique, fin pilote d'avion, il était passionné de mécanique et avait commencé à mettre au point des moteurs dès les années 1920. Né en Espagne, il avait suivi sa famille en Italie en 1936, fuyant la guerre civile. Ricart avait trouvé immédiatement une place chez Alfa Romeo, où il avait travaillé sur plusieurs projets de machines de compétition comme la très originale 512. De retour dans son pays natal au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, il avait été engagé chez Pegaso pour mettre au point une voiture de sport. Ricart avait alors conçu un V8 très avant-gardiste, doté de quatre arbres à cames en tête, ce qui était alors l'apanage de voitures de compétition. D'abord en 2,5 litres, puis déclinée en 2,8 litres et en 3 litres, la Pegaso Z-102 était une des voitures les plus brillantes de son époque. A côté des carrosseries usine, elle pouvait être habillée par d'autres grandes signatures, dont principalement Touring et Saoutchik. Très complexe et fabriquée avec beaucoup de soin, la Z-102 se révéla ruineuse pour l'entreprise, qui dut mettre un terme à cet ambitieux projet.

Voitures de fabrication pratiquement artisanale, les Pegaso Z-102 ont été produites à moins de 90 exemplaires. Ils sont tous parfaitement répertoriés dans l'ouvrage de Carlos Mosquera & Enrique Coma-Cros, "Pegaso, los automoviles Pegaso y sus protagonistas". Ainsi, on y découvre qu'un total de 18 Pegaso Z-102 a été carrossé par Saoutchik, dont huit exemplaires de Série II. La voiture portant le n° de châssis 3-0136 est le seul cabriolet de cette série, sachant que Saoutchik a réalisé auparavant trois autres cabriolets, le premier étant considéré comme un prototype et les deux autres appartenant à la première série.

La voiture que nous présentons prenait part en avril 1954 au Concours d'Elégance de San Remo, entre les mains de Pierre Saoutchik, qui était en train de prendre la succession de son père dans l'atelier de carrosserie. La voiture était ensuite vendue à un propriétaire privé et passait le plus clair de son existence en Espagne. En 1958, son utilisateur décidait de la transformer en berlinette. Elle conservait cette carrosserie jusqu'au début des années 1990 où son propriétaire de l'époque, souhaitant rendre à la voiture sa configuration d'origine, décidait de la faire restaurer en reprenant la forme de cabriolet qu'elle avait lors de sa sortie des ateliers du carrossier français.
C'est en 2004 que le précédent propriétaire, passionné de Pegaso depuis son plus jeune âge, a acheté cette splendide automobile. Au cours de sa carrière, elle a été exposée au musée Petersen de Los Angeles et a pris part à de nombreuses expositions. L'actuel propriétaire l'a faite complètement restaurer par Automotive Restorations Inc. à Stratford, dans le Connecticut. Elle se trouve aujourd'hui dans un état que nous pouvons qualifier de concours. Elle a retrouvé son exacte configuration d'origine avec sa teinte blanche dotée d'une légère nuance de bleu qui lui donne toute sa classe. Chaque détail a été refait en respectant l'origine, jusqu'à la nacelle des feux avant, dont le fond est peint en blanc.
D'ailleurs, la forme de cette voiture est extrêmement originale, presque digne d'un show car avec sa calandre typique de la marque insérée entre deux phares inclinés vers l'avant, ses ailes formant une vague élégante et son arrière se terminant sobrement sur deux feux en pointe. L'intérieur est impeccable, avec son beau volant bois, ses grands cadrans ronds dont un compteur de vitesses gradué jusqu'à 240 km/h, son levier de vitesses à pommeau ivoire, sa radio d'époque. La sellerie des sièges est en cuir marine et blanc avec passepoil blanc et le compartiment moteur offre une très belle présentation et ouvre sur le magnifique moteur 8 cylindres en V à quatre arbres.
Compte tenu du faible nombre de cabriolets Pegaso, cette opportunité est quasiment unique. Cette automobile est plus une pièce d'art et représente tout ce qu'il y a de plus impressionnant dans l'œuvre d'art. Cette voiture est une des rares représentantes d'une marque trop vite disparue, condamnée par la sophistication mécanique voulue par l'ingénieur qui l'avait créée. Aujourd'hui, c'est cette même complexité qui fait tout l'intérêt de cette voiture exceptionnelle.



US title
Requires customs clearance in destination country

Chassis n° 0102-153-0136
Engine n° 0102-017-013

- Unique series II model
- Exceptional engineering
- Designed by one of the greatest French coachbuilders
- Completely restored concours condition
- Unique model

The engineer Wilfredo Ricart was a brilliant talent and a big personality. An accomplished man with an interest in music who was also a competent pilot, he was also passionate about engineering and first began building engines in the 1920s. Born in Spain, he followed his family to Italy in 1936, fleeing the civil war. Ricart immediately found a position at Alfa Romeo, where he worked on several competition car projects such as the very original 512. Returning to his native country after the Second World War, he was taken on by Pegaso to develop a sports car. He designed an innovative V8 engine with four overhead cams, normally only seen in competition cars then. Initially a 2.5-litre car, then built in 2.8-litre and 3-litre versions, the Pegaso Z-102 was one of the most outstanding cars of its day. In addition to the factory bodies, it was also given coachwork by renowned names such as Touring and Saoutchik. Very complex and requiring enormous care and attention to put together, the Z-102 proved costly for the company, which had to call a halt to the project.

Built pretty much by hand, less than 90 examples of the Pegaso Z-102 were built. They are all recorded in the book by Carlos Mosquera & Enrique Coma-Cros, "Pegaso, los automoviles Pegaso y sus protagonistas". Thus, we discover that a total of 18 Pegaso Z-102s were bodied by Saoutchik, including 8 examples of series II. The car bearing chassis number 3-0136 is the only cabriolet in this series, with Saoutchik having previously built three other cabriolets, the first considered a prototype and the other two from the first series.

The car on offer took part in April 1954 in the San Remo Concours d'Elégance, driven by Pierre Saoutchik who was in the process of taking over the business from his father. The car was then sold to a private owner and has spent most of its life in Spain. In 1958, it was transformed into a berlinetta. It kept this coachwork until the start of the 1990s when its owner decided to return the car to its original configuration, restoring it to the cabriolet form that it had when new.
It was in 2004 that the previous owner, a life-long Pegaso enthusiast, bought this splendid automobile. It was subsequently exhibited in the Petersen museum in Los Angeles and took part in numerous displays. The current owner had the car completely restored by Automotive Restorations Inc. in Stratford, Connecticut. Today it is presented in a condition that we could call concours. It has been returned to its exact original configuration, presented in a white hue with a hint of blue. Every detail has been attended to, respecting the original, down to the surrounds for the front lights, painted white at the bottom.
The shape of this car is extremely original, making it practically a show car, with a radiator grille that is typical for the marque, inserted between two forward-sloping headlights, the wings forming an elegant wave and the back of the car finishing simply with two taillights. The interior is impeccable, with lovely wooden steering wheel, large round dials including a speedometer graduated to 240 km/h, gear stick with ivory knob and period radio. The seats are upholstered in marine and white leather with white piping. The engine compartment is superbly presented and proudly displays the magnificent four-cam 8-cylinder V-shaped engine.
Given how few Pegaso cabriolets were built, this car presents an opportunity that is almost unique. It is a rare example of a marque that disappeared too soon, condemned by the sophisticated engineering required by its creator. Today, it is the sophistication of this exceptional car's engineering that makes it so special.

Just before Saoutchik went bankrupt in 1954, Pierre Saoutchik finally rediscovered the beautiful equilibrium of line which had been eluding him with the earlier series I Pegasos. The series I metamorphosed into the series II - a truly exquisite automobile by any measure. Under Pierre Saoutchik's guidance, the sweeping lines were no longer at odds with the short wheelbase and enhanced it as they balanced delicately on the knife's edge which separates the elegance of a concours contender from the lusty brawn of a sports car.
The series III Pegaso was simply an attractive and handsome car of great style which looked every bit as expensive as it was. The single series III convertible which was built on RHD chassis # 0136 shared its lower body style with the series III coupé. Most remarkable on the convertible was the ultra-low windshield design. It may not be particularly practical as it does not offer much wind protection, but it looks so cool and classy that any discomfort has to be forgiven. The side-glass is equally low, which gives the car a chopped almost "hot-rod" look. The end result feels lower than a Porsche 356 Speedster, and on the face of it, this ought never to have worked aesthetically with the voluptuous lower body of the Pegaso, but paradoxically it does, and the result is daring and simply stunning.

In addition to 0136 being shown by Pierre himself and his second wife Henriette at the concours in San Remo in the summer of 1954, it was also exhibited on the Saoutchik stand at the 1954 Paris Salon in October. It was removed during the show, possibly because it was sold.




Estimation 675 000 - 1 000 000 €

Lot 389

1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik

Estimation 675 000 - 1 000 000 € [$]

¤ Importation temporaire

¤ 1954 Pegaso Z-102 Série II cabriolet par Saoutchik
Titre de circulation américain
A dédouaner dans le pays de destination

Châssis n° 0102-153-0136
Moteur n° 0102-017-013

- Modèle unique sur série II
- Mécanique exceptionnelle
- Signature d'un des plus grands carrossiers français
- État concours entièrement restauré
- Modèle unique

L'ingénieur Wilfredo Ricart était aussi brillant que sa personnalité était forte. Personnage raffiné, amateur de musique, fin pilote d'avion, il était passionné de mécanique et avait commencé à mettre au point des moteurs dès les années 1920. Né en Espagne, il avait suivi sa famille en Italie en 1936, fuyant la guerre civile. Ricart avait trouvé immédiatement une place chez Alfa Romeo, où il avait travaillé sur plusieurs projets de machines de compétition comme la très originale 512. De retour dans son pays natal au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, il avait été engagé chez Pegaso pour mettre au point une voiture de sport. Ricart avait alors conçu un V8 très avant-gardiste, doté de quatre arbres à cames en tête, ce qui était alors l'apanage de voitures de compétition. D'abord en 2,5 litres, puis déclinée en 2,8 litres et en 3 litres, la Pegaso Z-102 était une des voitures les plus brillantes de son époque. A côté des carrosseries usine, elle pouvait être habillée par d'autres grandes signatures, dont principalement Touring et Saoutchik. Très complexe et fabriquée avec beaucoup de soin, la Z-102 se révéla ruineuse pour l'entreprise, qui dut mettre un terme à cet ambitieux projet.

Voitures de fabrication pratiquement artisanale, les Pegaso Z-102 ont été produites à moins de 90 exemplaires. Ils sont tous parfaitement répertoriés dans l'ouvrage de Carlos Mosquera & Enrique Coma-Cros, "Pegaso, los automoviles Pegaso y sus protagonistas". Ainsi, on y découvre qu'un total de 18 Pegaso Z-102 a été carrossé par Saoutchik, dont huit exemplaires de Série II. La voiture portant le n° de châssis 3-0136 est le seul cabriolet de cette série, sachant que Saoutchik a réalisé auparavant trois autres cabriolets, le premier étant considéré comme un prototype et les deux autres appartenant à la première série.

La voiture que nous présentons prenait part en avril 1954 au Concours d'Elégance de San Remo, entre les mains de Pierre Saoutchik, qui était en train de prendre la succession de son père dans l'atelier de carrosserie. La voiture était ensuite vendue à un propriétaire privé et passait le plus clair de son existence en Espagne. En 1958, son utilisateur décidait de la transformer en berlinette. Elle conservait cette carrosserie jusqu'au début des années 1990 où son propriétaire de l'époque, souhaitant rendre à la voiture sa configuration d'origine, décidait de la faire restaurer en reprenant la forme de cabriolet qu'elle avait lors de sa sortie des ateliers du carrossier français.
C'est en 2004 que le précédent propriétaire, passionné de Pegaso depuis son plus jeune âge, a acheté cette splendide automobile. Au cours de sa carrière, elle a été exposée au musée Petersen de Los Angeles et a pris part à de nombreuses expositions. L'actuel propriétaire l'a faite complètement restaurer par Automotive Restorations Inc. à Stratford, dans le Connecticut. Elle se trouve aujourd'hui dans un état que nous pouvons qualifier de concours. Elle a retrouvé son exacte configuration d'origine avec sa teinte blanche dotée d'une légère nuance de bleu qui lui donne toute sa classe. Chaque détail a été refait en respectant l'origine, jusqu'à la nacelle des feux avant, dont le fond est peint en blanc.
D'ailleurs, la forme de cette voiture est extrêmement originale, presque digne d'un show car avec sa calandre typique de la marque insérée entre deux phares inclinés vers l'avant, ses ailes formant une vague élégante et son arrière se terminant sobrement sur deux feux en pointe. L'intérieur est impeccable, avec son beau volant bois, ses grands cadrans ronds dont un compteur de vitesses gradué jusqu'à 240 km/h, son levier de vitesses à pommeau ivoire, sa radio d'époque. La sellerie des sièges est en cuir marine et blanc avec passepoil blanc et le compartiment moteur offre une très belle présentation et ouvre sur le magnifique moteur 8 cylindres en V à quatre arbres.
Compte tenu du faible nombre de cabriolets Pegaso, cette opportunité est quasiment unique. Cette automobile est plus une pièce d'art et représente tout ce qu'il y a de plus impressionnant dans l'œuvre d'art. Cette voiture est une des rares représentantes d'une marque trop vite disparue, condamnée par la sophistication mécanique voulue par l'ingénieur qui l'avait créée. Aujourd'hui, c'est cette même complexité qui fait tout l'intérêt de cette voiture exceptionnelle.



US title
Requires customs clearance in destination country

Chassis n° 0102-153-0136
Engine n° 0102-017-013

- Unique series II model
- Exceptional engineering
- Designed by one of the greatest French coachbuilders
- Completely restored concours condition
- Unique model

The engineer Wilfredo Ricart was a brilliant talent and a big personality. An accomplished man with an interest in music who was also a competent pilot, he was also passionate about engineering and first began building engines in the 1920s. Born in Spain, he followed his family to Italy in 1936, fleeing the civil war. Ricart immediately found a position at Alfa Romeo, where he worked on several competition car projects such as the very original 512. Returning to his native country after the Second World War, he was taken on by Pegaso to develop a sports car. He designed an innovative V8 engine with four overhead cams, normally only seen in competition cars then. Initially a 2.5-litre car, then built in 2.8-litre and 3-litre versions, the Pegaso Z-102 was one of the most outstanding cars of its day. In addition to the factory bodies, it was also given coachwork by renowned names such as Touring and Saoutchik. Very complex and requiring enormous care and attention to put together, the Z-102 proved costly for the company, which had to call a halt to the project.

Built pretty much by hand, less than 90 examples of the Pegaso Z-102 were built. They are all recorded in the book by Carlos Mosquera & Enrique Coma-Cros, "Pegaso, los automoviles Pegaso y sus protagonistas". Thus, we discover that a total of 18 Pegaso Z-102s were bodied by Saoutchik, including 8 examples of series II. The car bearing chassis number 3-0136 is the only cabriolet in this series, with Saoutchik having previously built three other cabriolets, the first considered a prototype and the other two from the first series.

The car on offer took part in April 1954 in the San Remo Concours d'Elégance, driven by Pierre Saoutchik who was in the process of taking over the business from his father. The car was then sold to a private owner and has spent most of its life in Spain. In 1958, it was transformed into a berlinetta. It kept this coachwork until the start of the 1990s when its owner decided to return the car to its original configuration, restoring it to the cabriolet form that it had when new.
It was in 2004 that the previous owner, a life-long Pegaso enthusiast, bought this splendid automobile. It was subsequently exhibited in the Petersen museum in Los Angeles and took part in numerous displays. The current owner had the car completely restored by Automotive Restorations Inc. in Stratford, Connecticut. Today it is presented in a condition that we could call concours. It has been returned to its exact original configuration, presented in a white hue with a hint of blue. Every detail has been attended to, respecting the original, down to the surrounds for the front lights, painted white at the bottom.
The shape of this car is extremely original, making it practically a show car, with a radiator grille that is typical for the marque, inserted between two forward-sloping headlights, the wings forming an elegant wave and the back of the car finishing simply with two taillights. The interior is impeccable, with lovely wooden steering wheel, large round dials including a speedometer graduated to 240 km/h, gear stick with ivory knob and period radio. The seats are upholstered in marine and white leather with white piping. The engine compartment is superbly presented and proudly displays the magnificent four-cam 8-cylinder V-shaped engine.
Given how few Pegaso cabriolets were built, this car presents an opportunity that is almost unique. It is a rare example of a marque that disappeared too soon, condemned by the sophisticated engineering required by its creator. Today, it is the sophistication of this exceptional car's engineering that makes it so special.

Just before Saoutchik went bankrupt in 1954, Pierre Saoutchik finally rediscovered the beautiful equilibrium of line which had been eluding him with the earlier series I Pegasos. The series I metamorphosed into the series II - a truly exquisite automobile by any measure. Under Pierre Saoutchik's guidance, the sweeping lines were no longer at odds with the short wheelbase and enhanced it as they balanced delicately on the knife's edge which separates the elegance of a concours contender from the lusty brawn of a sports car.
The series III Pegaso was simply an attractive and handsome car of great style which looked every bit as expensive as it was. The single series III convertible which was built on RHD chassis # 0136 shared its lower body style with the series III coupé. Most remarkable on the convertible was the ultra-low windshield design. It may not be particularly practical as it does not offer much wind protection, but it looks so cool and classy that any discomfort has to be forgiven. The side-glass is equally low, which gives the car a chopped almost "hot-rod" look. The end result feels lower than a Porsche 356 Speedster, and on the face of it, this ought never to have worked aesthetically with the voluptuous lower body of the Pegaso, but paradoxically it does, and the result is daring and simply stunning.

In addition to 0136 being shown by Pierre himself and his second wife Henriette at the concours in San Remo in the summer of 1954, it was also exhibited on the Saoutchik stand at the 1954 Paris Salon in October. It was removed during the show, possibly because it was sold.




Estimation 675 000 - 1 000 000 €

Détails de la vente

Vente : 2400
Date : 07 févr. 2014 16:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Artcurial Motorcars
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2014 & Solo Alfa by Artcurial Motorcars