Vente Rétromobile 2022 - 19 mars 2022 /Lot 139 1953 Bandini 750 Sport Siluro

  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
  • 1953 Bandini 750 Sport Siluro
1953 Bandini 750 Sport Siluro
COLLEZIONE MUSEO BANDINI

Titre de circulation italien
Châssis n° 211
Moteur n°753

- Neuvième de catégorie aux Mille Miglia 1953
- Typique des machines de course italiennes de cette époque
- Superbe conception, châssis tubulaire et moteur double arbre spécifiques
- Rare survivante de son espèce

Le nom d'Ilario Bandini est devenu célèbre grâce à sa réussite en course dans la catégorie 750 cm3. Il a commencé à produire en 1952 les modèles de cette cylindrée qui ont signé de beaux succès aux États-Unis, avec des titres au Championnat SCCA en catégorie H pour Ralph Dillard en 1955 et Melvin Sachs en 1957, Henry Rudkin terminant deuxième en 1954, 1956 et 1957. Les Bandini qu'ils utilisaient étaient nées de la combinaison du châssis tubulaire conçu et breveté par Bandini (en tubes de profil elliptique en acier spécial) et du moteur Crosley équipé de la culasse double ACT mise au point par le même Bandini (dite "testa piatta" à cause de sa forme plate). Le moteur Crosley était robuste grâce à son vilebrequin à cinq paliers, et la commande de distribution se faisait par arbre avec renvoi d'angle. Sous sa forme standard, il était utilisé dans la marine, l'aviation, la lutte contre l'incendie et même comme démarreur pour les chars d'assaut. Sur le châssis dont le poids se limitait à une vingtaine de kilos, Bandini avait conçu une légère carrosserie biplace en aluminium, réduite à son strict minimum et dotée d'ailes cycles. Sa forme lui a valu le surnom de Siluro ("torpille"). Grâce à cette recherche de légèreté, les Bandini étaient rapides et fiables.
La première saison en Italie, en 1952, n'a pas répondu à tous les espoirs car le moteur ne développait pas toute la puissance espérée (ce qui amènera Bandini à modifier plus tard sa culasse), ce qui n'a pas empêché Ilario Bandini de décrocher dans sa catégorie une troisième place au Circuito di Bari et une victoire lors de la course de côte Bologna-Raticosa.
Pour 1953, une évolution du règlement a amené les voitures à se doter d'ailes plus enveloppantes, mieux intégrées à la carrosserie mais aisément démontables. Lors des Mille Miglia de cette même année, trois voitures ont été engagées, mais une seule a franchi la ligne d'arrivée. C'est celle que nous proposons à la vente, telle que l'a reconnue, sans hésitation, il y a quelques années Massimo Bondi quand Dino Bandini l'a invité à venir la voir. En 1953, Massimo Bondi était arrivé neuvième de la catégorie 750. Au cours de cette même saison, on note pour les Bandini une troisième place au Circuito delle Caldaie et une deuxième place à Senegallia, course que Bondi a terminé quatrième dans "notre" Bandini. Il a également obtenu une troisième place de catégorie à Brindisi et une deuxième à la course de côte Bologna-Raticosa.
Entretemps, Bandini a modifié sa première culasse double arbre, pour lui donner la forme "en toit" qu'elle va garder pendant quelques années. Grâce aux chevaux gagnés, les Bandini Siluro vont pouvoir continuer à signer des succès en course, comme la victoire de catégorie à la Coppa della Consuma d'Ilario Bandini, suivie en 1954 d'une victoire à la course de côte de Predappio-Rocca della Caminate, et d'une troisième place au classement général de la course Bologna-Raticosa.
Il faut se rappeler qu'à l'époque une voiture de compétition était chère et que rares étaient les pilotes amateurs ayant les moyens de s'en offrir une. Par conséquent, Bandini arrivait sur les courses avec trois ou quatre voitures et les louaient sur place. Massimo Bondi faisait partie des pilotes fidèles au petit constructeur et c'est avec ce châssis 211 qu'il a terminé neuvième aux Mille Miglia 1953, s'adjugeant la Coppa Trofeo Franco Mazzotti, coupe qu'il a remise à Dino Bandini le jour où il lui a confirmé qu'il s'agissait bien de sa voiture.
Après sa carrière en Italie, la voiture (châssis 211) a été exportée aux États-Unis, sans doute par le biais de Tony Pompeo, importateur sur place de voitures de sport et de course. Un certain TB Davis, de Dallas, a commandé en 1957 des pièces en indiquant qu'il possédait déjà une Bandini, et on le voit engagé en 1957 lors d'une épreuve à Stillwater, au Texas. Nous disposons aussi de photos de la voiture entre les mains de John Savarese, à la fin des années 50 et au début des années 60.
Cette Bandini a été ensuite achetée par un amateur de ce genre de machines, comme "châssis 211 ex. TB Davis". Dino Bandini en a fait l'acquisition en 1998 et l'a restaurée telle qu'elle était aux Mille Miglia 1953, c'est-à-dire en carrosserie nue. Cette Bandini fait partie des deux seuls exemplaires encore équipés du moteur Crosley avec culasse "testa piatta". Sa structure et sa carrosserie d'origine, avec ses phares rétractables par simple pivotement, portent encore les stigmates d'un riche passé en compétition, ce qui constitue une situation rare. Le moteur a été restauré récemment et la voiture possède ses passeports FIVA et ASI. Dino Bandini a participé trois fois aux Mille Miglia historiques avec cette machine, en 2005, 2006 et 2008.

Cette voiture, qui témoigne de l'ingéniosité du constructeur dès le début de son activité, s'est distinguée par ses succès dans sa catégorie, grâce à sa conception combinant rigidité et légèreté. Avec sa carrosserie sommaire et son habitacle dépouillé typique des voitures de compétition les plus radicales, cette voiture va non seulement procurer à un nouvel utilisateur de grisantes sensations de conduite, mais en plus elle l'emmènera dans un merveilleux voyage dans le temps et lui ouvrira les portes des évènements historiques les plus réputés.



Italian title
Chassis n° 211
Engine n°753

- Ninth in class in the 1953 Mille Miglia
- Typical Italian race car of this period
- Superb specific design with tubular chassis and twin-cam engine
- Rare survivor of its type

Ilario Bandini became known for the success he enjoyed in the 750cc class. He began constructing models of this size in 1952, and these proved to be very successful in the United States, winning Class H in the SCCA Championship with Ralph Dillard in 1955 and Melvin Sachs in 1957, and second place with Henry Rudkin in 1954, 1956 and 1957. The Bandini cars they drove featured a tubular chassis designed and patented by Bandini (with oval-shaped tubes in special steel) matched with a Crosley engine featuring a twin-cam head developed by Bandini himself (called " testa piatta " for its flat shape). The Crosley engine was robust thanks to its five-bearing crankshaft, driven by shaft and bevel gears. In its standard form, it was an engine used by the navy, in aviation, fire-fighting and even as a starter for tanks. For his chassis, weighing no more than about 20 kilos, Bandini designed a lightweight, aluminium two-seater body, that was as simple as possible and fitted with cycle wings. Its shape earned it the name Siluro (" torpedo "). The focus on keeping the weight down ensured these Bandini were quick and reliable.
The first season in Italy, in 1952, didn't go to plan as the engine failed to produce the expected power (Bandini later modified his cylinder head). Despite this, Ilario Bandini still won third in class at the Circuito di Bari and won the Bologna-Raticosa hillclimb.
For 1953, a change of regulations allowed cars to be fitted with more enveloping wings better integrated into the body and easily removed. Three cars were entered for the Mille Miglia that year, but only one crossed the finish line. It is this car that we are presenting in the sale. It was recognised, without hesitation, by Massimo Bondi a few years ago, when Dino Bandini invited him to come and see it. In 1953, Massimo Bondi finished ninth in the 750 class. During the same season, Bandini also came third at the Circuito delle Caldaie and second at Senegallia, the race where Bondi finished fourth in our Bandini. He also finished third in class at Brindisi and second in the Bologna-Raticosa hillclimb.
In the meantime, Bandini modified his initial twin-cam head to give it the " roof " shape that it retained for a few years. The subsequent increase in power allowed the Bandini Siluros to remain competitive and successful results included a class win by Ilario Bandini in the Coppa della Consuma, followed in 1954 by a win in the Predappio-Rocca della Caminate hillclimb, and third place overall in the Bologna-Raticosa race.
We should remember that a competition car was expensive at that time and not many amateur drivers could afford one. Consequently, the small constructor Bandini arrived at race meetings with three or four cars and rented them out. Massimo Bondi was one of Bandini's loyal drivers. It was in this chassis 211 that he finished ninth in the 1953 Mille Miglia, winning the Coppa Trofeo Franco Mazzotti, a cup that he presented to Dino Bandini on the day that he confirmed that it was indeed his car.
After a career in Italy, the car (chassis 211) was exported to the US, presumably through the sports and race car importer, Tony Pompeo. A certain TB Davies from Dallas ordered parts in 1957 suggesting he already owned a Bandini and we know that he took part in 1957 in a race in Stillwater, Texas. We also have photos of the car in the hands of John Savarese, at the end of the 1950s and start of the 1960s.
This Bandini was then bought as "chassis 211 ex. TB Davis" by an enthusiast for this type of machine. Dino Bandini acquired it in 1998, restoring the car to its 1953 Mille Miglia specification, with a bare body. This Bandini is one of only two examples still equipped with a Crosley engine that has a " testa piatta " cylinder head. The structure and original coachwork of this car, with its retractable pivot lights, still bear the evidence of its rich racing past, which is rare to find. The engine has recently been fully restored and has done only 3000km after its restoration. FIVA passport and ASI papers come with the car. Dino Bandini has taken part three times in this machine in the Historic Mille Miglia, in 2005, 2006 and 2008.

This car, a testament to the constructor's ingenuity when he first started out, is special for having been so successful in its class, thanks to its strong and lightweight design. With simple bodywork and stripped out interior typical of the most radical competition cars, this machine will not only provide its new owner with an exhilarating drive, but will also take them on a wonderful journey back in time and open doors to the most prestigious historic events.


Photos © Peter Singhof

Estimation 250 000 - 350 000 €

Lot 139

1953 Bandini 750 Sport Siluro

Estimation 250 000 - 350 000 € [$]

1953 Bandini 750 Sport Siluro
COLLEZIONE MUSEO BANDINI

Titre de circulation italien
Châssis n° 211
Moteur n°753

- Neuvième de catégorie aux Mille Miglia 1953
- Typique des machines de course italiennes de cette époque
- Superbe conception, châssis tubulaire et moteur double arbre spécifiques
- Rare survivante de son espèce

Le nom d'Ilario Bandini est devenu célèbre grâce à sa réussite en course dans la catégorie 750 cm3. Il a commencé à produire en 1952 les modèles de cette cylindrée qui ont signé de beaux succès aux États-Unis, avec des titres au Championnat SCCA en catégorie H pour Ralph Dillard en 1955 et Melvin Sachs en 1957, Henry Rudkin terminant deuxième en 1954, 1956 et 1957. Les Bandini qu'ils utilisaient étaient nées de la combinaison du châssis tubulaire conçu et breveté par Bandini (en tubes de profil elliptique en acier spécial) et du moteur Crosley équipé de la culasse double ACT mise au point par le même Bandini (dite "testa piatta" à cause de sa forme plate). Le moteur Crosley était robuste grâce à son vilebrequin à cinq paliers, et la commande de distribution se faisait par arbre avec renvoi d'angle. Sous sa forme standard, il était utilisé dans la marine, l'aviation, la lutte contre l'incendie et même comme démarreur pour les chars d'assaut. Sur le châssis dont le poids se limitait à une vingtaine de kilos, Bandini avait conçu une légère carrosserie biplace en aluminium, réduite à son strict minimum et dotée d'ailes cycles. Sa forme lui a valu le surnom de Siluro ("torpille"). Grâce à cette recherche de légèreté, les Bandini étaient rapides et fiables.
La première saison en Italie, en 1952, n'a pas répondu à tous les espoirs car le moteur ne développait pas toute la puissance espérée (ce qui amènera Bandini à modifier plus tard sa culasse), ce qui n'a pas empêché Ilario Bandini de décrocher dans sa catégorie une troisième place au Circuito di Bari et une victoire lors de la course de côte Bologna-Raticosa.
Pour 1953, une évolution du règlement a amené les voitures à se doter d'ailes plus enveloppantes, mieux intégrées à la carrosserie mais aisément démontables. Lors des Mille Miglia de cette même année, trois voitures ont été engagées, mais une seule a franchi la ligne d'arrivée. C'est celle que nous proposons à la vente, telle que l'a reconnue, sans hésitation, il y a quelques années Massimo Bondi quand Dino Bandini l'a invité à venir la voir. En 1953, Massimo Bondi était arrivé neuvième de la catégorie 750. Au cours de cette même saison, on note pour les Bandini une troisième place au Circuito delle Caldaie et une deuxième place à Senegallia, course que Bondi a terminé quatrième dans "notre" Bandini. Il a également obtenu une troisième place de catégorie à Brindisi et une deuxième à la course de côte Bologna-Raticosa.
Entretemps, Bandini a modifié sa première culasse double arbre, pour lui donner la forme "en toit" qu'elle va garder pendant quelques années. Grâce aux chevaux gagnés, les Bandini Siluro vont pouvoir continuer à signer des succès en course, comme la victoire de catégorie à la Coppa della Consuma d'Ilario Bandini, suivie en 1954 d'une victoire à la course de côte de Predappio-Rocca della Caminate, et d'une troisième place au classement général de la course Bologna-Raticosa.
Il faut se rappeler qu'à l'époque une voiture de compétition était chère et que rares étaient les pilotes amateurs ayant les moyens de s'en offrir une. Par conséquent, Bandini arrivait sur les courses avec trois ou quatre voitures et les louaient sur place. Massimo Bondi faisait partie des pilotes fidèles au petit constructeur et c'est avec ce châssis 211 qu'il a terminé neuvième aux Mille Miglia 1953, s'adjugeant la Coppa Trofeo Franco Mazzotti, coupe qu'il a remise à Dino Bandini le jour où il lui a confirmé qu'il s'agissait bien de sa voiture.
Après sa carrière en Italie, la voiture (châssis 211) a été exportée aux États-Unis, sans doute par le biais de Tony Pompeo, importateur sur place de voitures de sport et de course. Un certain TB Davis, de Dallas, a commandé en 1957 des pièces en indiquant qu'il possédait déjà une Bandini, et on le voit engagé en 1957 lors d'une épreuve à Stillwater, au Texas. Nous disposons aussi de photos de la voiture entre les mains de John Savarese, à la fin des années 50 et au début des années 60.
Cette Bandini a été ensuite achetée par un amateur de ce genre de machines, comme "châssis 211 ex. TB Davis". Dino Bandini en a fait l'acquisition en 1998 et l'a restaurée telle qu'elle était aux Mille Miglia 1953, c'est-à-dire en carrosserie nue. Cette Bandini fait partie des deux seuls exemplaires encore équipés du moteur Crosley avec culasse "testa piatta". Sa structure et sa carrosserie d'origine, avec ses phares rétractables par simple pivotement, portent encore les stigmates d'un riche passé en compétition, ce qui constitue une situation rare. Le moteur a été restauré récemment et la voiture possède ses passeports FIVA et ASI. Dino Bandini a participé trois fois aux Mille Miglia historiques avec cette machine, en 2005, 2006 et 2008.

Cette voiture, qui témoigne de l'ingéniosité du constructeur dès le début de son activité, s'est distinguée par ses succès dans sa catégorie, grâce à sa conception combinant rigidité et légèreté. Avec sa carrosserie sommaire et son habitacle dépouillé typique des voitures de compétition les plus radicales, cette voiture va non seulement procurer à un nouvel utilisateur de grisantes sensations de conduite, mais en plus elle l'emmènera dans un merveilleux voyage dans le temps et lui ouvrira les portes des évènements historiques les plus réputés.



Italian title
Chassis n° 211
Engine n°753

- Ninth in class in the 1953 Mille Miglia
- Typical Italian race car of this period
- Superb specific design with tubular chassis and twin-cam engine
- Rare survivor of its type

Ilario Bandini became known for the success he enjoyed in the 750cc class. He began constructing models of this size in 1952, and these proved to be very successful in the United States, winning Class H in the SCCA Championship with Ralph Dillard in 1955 and Melvin Sachs in 1957, and second place with Henry Rudkin in 1954, 1956 and 1957. The Bandini cars they drove featured a tubular chassis designed and patented by Bandini (with oval-shaped tubes in special steel) matched with a Crosley engine featuring a twin-cam head developed by Bandini himself (called " testa piatta " for its flat shape). The Crosley engine was robust thanks to its five-bearing crankshaft, driven by shaft and bevel gears. In its standard form, it was an engine used by the navy, in aviation, fire-fighting and even as a starter for tanks. For his chassis, weighing no more than about 20 kilos, Bandini designed a lightweight, aluminium two-seater body, that was as simple as possible and fitted with cycle wings. Its shape earned it the name Siluro (" torpedo "). The focus on keeping the weight down ensured these Bandini were quick and reliable.
The first season in Italy, in 1952, didn't go to plan as the engine failed to produce the expected power (Bandini later modified his cylinder head). Despite this, Ilario Bandini still won third in class at the Circuito di Bari and won the Bologna-Raticosa hillclimb.
For 1953, a change of regulations allowed cars to be fitted with more enveloping wings better integrated into the body and easily removed. Three cars were entered for the Mille Miglia that year, but only one crossed the finish line. It is this car that we are presenting in the sale. It was recognised, without hesitation, by Massimo Bondi a few years ago, when Dino Bandini invited him to come and see it. In 1953, Massimo Bondi finished ninth in the 750 class. During the same season, Bandini also came third at the Circuito delle Caldaie and second at Senegallia, the race where Bondi finished fourth in our Bandini. He also finished third in class at Brindisi and second in the Bologna-Raticosa hillclimb.
In the meantime, Bandini modified his initial twin-cam head to give it the " roof " shape that it retained for a few years. The subsequent increase in power allowed the Bandini Siluros to remain competitive and successful results included a class win by Ilario Bandini in the Coppa della Consuma, followed in 1954 by a win in the Predappio-Rocca della Caminate hillclimb, and third place overall in the Bologna-Raticosa race.
We should remember that a competition car was expensive at that time and not many amateur drivers could afford one. Consequently, the small constructor Bandini arrived at race meetings with three or four cars and rented them out. Massimo Bondi was one of Bandini's loyal drivers. It was in this chassis 211 that he finished ninth in the 1953 Mille Miglia, winning the Coppa Trofeo Franco Mazzotti, a cup that he presented to Dino Bandini on the day that he confirmed that it was indeed his car.
After a career in Italy, the car (chassis 211) was exported to the US, presumably through the sports and race car importer, Tony Pompeo. A certain TB Davies from Dallas ordered parts in 1957 suggesting he already owned a Bandini and we know that he took part in 1957 in a race in Stillwater, Texas. We also have photos of the car in the hands of John Savarese, at the end of the 1950s and start of the 1960s.
This Bandini was then bought as "chassis 211 ex. TB Davis" by an enthusiast for this type of machine. Dino Bandini acquired it in 1998, restoring the car to its 1953 Mille Miglia specification, with a bare body. This Bandini is one of only two examples still equipped with a Crosley engine that has a " testa piatta " cylinder head. The structure and original coachwork of this car, with its retractable pivot lights, still bear the evidence of its rich racing past, which is rare to find. The engine has recently been fully restored and has done only 3000km after its restoration. FIVA passport and ASI papers come with the car. Dino Bandini has taken part three times in this machine in the Historic Mille Miglia, in 2005, 2006 and 2008.

This car, a testament to the constructor's ingenuity when he first started out, is special for having been so successful in its class, thanks to its strong and lightweight design. With simple bodywork and stripped out interior typical of the most radical competition cars, this machine will not only provide its new owner with an exhilarating drive, but will also take them on a wonderful journey back in time and open doors to the most prestigious historic events.


Photos © Peter Singhof

Estimation 250 000 - 350 000 €

Détails de la vente

Vente : 4134
Lieu : Salon Rétromobile, Paris
Date : 18 mars 2022 15:00

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2022 by Artcurial Motorcars