Vente Rétromobile 2018 - 09 février 2018 /Lot 18 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren

  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
  • 1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
Carte grise française
Châssis n° 801621
Moteur n° 801621
Carrosserie Vanvooren n°1013

- Collection Volante
- Dernière carrosserie Vanvooren
- Restauration exemplaire
- Seulement deux exemplaires connus

Cette Delahaye 135 M est la toute dernière voiture à avoir quitté les ateliers Vanvooren de Courbevoie, en 1950, avant l'arrêt définitif des activités du carrossier. Elle était livrée à Patriarche-Kriter, un des groupes viticoles les plus importants de Bourgogne, basé à Beaune. La forme de carrosserie était identique à celle d'une autre Delahaye 135 (châssis 801581) livrée en 1949 et qui existe encore dans le sud de la France. Ce sont les deux seuls exemplaires existant sous cette sublime robe.
Du 19 juin 1967 au 2 janvier 1974, cette voiture a été immatriculée dans l'Essonne sous le numéro 51 AH 91, avant d'être achetée par Bernard Consten et de recevoir la plaque 135 DP 92. Bernard Consten était un des plus brillants pilotes de rallye français : en plus de quatre titres de Champion de France, il a remporté de nombreuses épreuves internationales dont cinq fois le Tour de France Auto en catégorie Tourisme, avant d'en prendre en charge l'organisation. Au cours des années 1960 et 1970, la voiture a été repeinte deux fois en bleu, et le toit ouvrant d'origine a été remplacé par un élément transparent. Des moquettes neuves ont été installées, dans une teinte correspondant à celle du cuir de la sellerie. En 1982, Bernard Consten vendit la voiture dans une vente aux enchères. Elle fut acquise par M. Borras, de Nîmes, qui la conservait pendant 32 ans avant de s'en séparer en 2013.
C'est au début de l'année 2014, que cette voiture rejoignait la collection Volante, avec pour objectif de lui rendre sa beauté passée. Elle était confiée à l'atelier "René Grosse Restaurierungen" de Wusterwitz, près de Berlin, pour qu'il remette en état la carrosserie mais en préservant au maximum les éléments d'origine. Les travaux s'achevaient en 2016 avec la pose d'une peinture nitro-cellulosique dans la couleur d'origine, un très beau gris irisé.
Du côté mécanique, tous les composants d'origine ont été préservés, y compris la boîte présélective Cotal. En tout, les travaux ont totalisé 175 000 € qui sont documentés par un important et minutieux dossier photographique. D'ailleurs, le club Delahaye a confirmé la date de production, ainsi que le numéro de moteur, qui est celui d'origine. Le numéro de carrosserie Vanvooren (qui correspond au n°13 après la deuxième Guerre Mondiale) apparaît sur la structure bois de la carrosserie.
En août 2016, ce coach à carrosserie exclusive a été invité à Pebble Beach pour prendre part, avec 25 autres Delahaye de carrossiers, à l'exceptionnel hommage rendu à la marque par le concours américain.
Aujourd'hui, la voiture présente une allure somptueuse avec son arrière profilé et sa superbe robe grise qui s'allie magnifiquement avec sa sellerie d'origine en cuir rouge patiné. Le tableau de bord est de même facture et l'habitacle bénéficie de la finition de haut niveau qui était propre à Vanvooren, carrossier haut de gamme. Il est émouvant de se rappeler que cette voiture a mis un point final à son histoire, commencée en 1900 et qui a vu naître quelque 2500 voitures spécifiques. Les survivantes sont rares, ce qui donne d'autant plus d'attrait à la Delahaye que nous proposons.

Les voitures de la collection Volante ont été très soigneusement suivies et conservées mais nous rappelons qu'il s'agit de voitures de musée qui n'ont que peu roulé ces dernières années et qui nécessiteront par conséquent une révision d'usage.



French title
Chassis n° 801621
Engine n° 801621
Vanvooren body n°1013

- Volante collection
- The last Vanvooren body
- Exemplary restoration
- One of only two known examples

This Delahaye 135 M was the very last car to leave the Vanvooren workshops in Courbevoie in 1950, before the coachbuilding business finally closed its doors. It was delivered to Patriarche-Kriter, one of the largest wine producers in Bourgogne, based in Beaune. The coachwork was identical to that of another Delahaye 135 (chassis 801581) delivered in 1949, and which survives today, in the south of France. These are the only two examples known with this stunning body.
Between 19 June 1967 and 2 January 1974, the Delahaye was registered in the Essonne region with the number 51 AH 91. This changed to 135 DP 92 when the car was bought by Bernard Consten, one of the most outstanding rally drivers in French history. Crowned French champion four times, Consten also won numerous international competitions, including the Touring Class of the Tour de France no less than five times before taking over the running of the organisation. During the 1960s and 1970s, the car was twice repainted blue, and the original sunroof was replaced with a transparent element. It was fitted with new carpets, the same colour as the leather upholstery. In 1982 Bernard Consten sold the car at auction. It was bought by Mr Borras from Nîmes, who kept the car for 32 years, finally parting with it in 2013.
It was in early 2014 that this Delahaye joined the Volante Collection, having been bought by the current owner with the aim of restoring the car to its former glory. It was entrusted to the " René Grosse Restaurierungen " workshop in Wusterwitz, near Berlin, to have the coachwork restored while retaining as much of the original body as possible. The final part of the project was completed in 2016 with the addition of a layer of nitrocellulose paint in the original colour, a lovely iridescent grey. On the mechanical side, all the original components were preserved, including the pre-selective Cotal gearbox. The cost of the restoration project amounted to some 175 000 €, and is extensively documented in a large photographic file. The Delahaye Club has confirmed the year of manufacture and the number of the engine, which is the original one. The Vanvooren coachwork number (which corresponds to the13th car built after the second world war) appears on the wooden structure of the body.
In August 2016, this automobile was invited to take part in a special tribute to the marque, along with 25 other Delahayes by different coachbuilders, at Pebble Beach in the US.
The car, with its streamlined rear body shape, looks stunning today, painted a lovely shade of grey complementing the patinated, original red leather upholstery. The passenger compartment, including the dashboard, displays the high level of finish Vanvooren was known for, as a luxury coachbuilder. It touches the heart to realise that this car represents the final point in Vanvooren's history, which began in 1900 and saw the production of some 2500 individual cars. Few have survived, making this Delahaye even more special.

The cars in the Volante collection have been extremely well looked after and conserved. However, it must be stressed that these are museum exhibits that have not been driven much in recent years, and will therefore require a routine inspection and service before use.


Photos © Fotozumbrunn / Unger


Martin Waltz & " The Volante Collection "

Né dans une famille d'amateurs d'art et entrepreneurs dans l'industrie automobile, il n'est pas surprenant que Martin Waltz ait développé dès son plus jeune âge une passion pour les automobiles anciennes. Pendant ses études de médecine, il ne parvenait pas à résister à une limousine Mercedes 220 noire de 1956 à vendre sur le parking de l'université, et commençait ainsi à acheter des automobiles et les entretenir lui-même. Sa passion s'orientait rapidement vers les voitures d'avant-guerre et sa fascination pour Vanvooren prenait naissance lors de la découverte d'une épave d'Hispano-Suiza, en Suisse, dans une arrière-cour. Il faisait l'acquisition de la voiture et se lançait dans une remise en état, surpris par la qualité de la carrosserie. Il s'étonnait également du peu d'informations disponibles sur Vanvooren et commençait ses propres recherches. En l'espace de huit ans, avec l'aide d'autres collectionneurs, de musée, d'historiens et d'archivistes de clubs, il créait un registre et des archives Vanvooren. Au cours de ces démarches, il avait l'occasion de croiser de nombreuses voitures carrossées par Vanvooren. En toute logique, il finissait par en acheter un certain nombre, constituant la plus importante collection du monde consacrée aux voitures de ce carrossier, avec neuf véhicules équipés d'une carrosserie Vanvooren (une voiture hippomobile et huit automobiles), de neuf marques différentes : Panhard & Levassor, Voisin, Alvis, Hispano-Suiza, Bentley, Bugatti, Rolls-Royce, Delahaye et Vanvooren.

Au début des années 2000, Martin Waltz possédait 40 voitures disséminées sur plusieurs sites, au sud de l'Allemagne. Il a commencé à réfléchir à la façon d'exposer sa collection dans le but d'illustrer l'art du style automobile. Finalement, en 2015, il ouvrait un musée abritant 45 voitures dont la moitié dataient de la période d'avant-guerre. Ce musée, dénommé "Volante", a attiré des milliers de visiteurs au cours de ces deux dernières années.

Avec le projet "Volante", Martin Waltz a pu mettre en avant l'intérêt qu'il portait aux savoir-faire anciens. Des années avant que la Fiva lance la "Charte de Turin", il s'attachait déjà à préserver le plus possible les composants et matériaux d'origine de ses voitures. Pour trouver l'équilibre entre le souci de préserver la voiture et celui de la faire rouler, il investissait presque un million d'euros dans la restauration de ses automobiles Vanvooren, n'ayant de cesse de trouver et d'améliorer les techniques permettant de respecter l'état d'origine et la conformité historique. Au fil des ans, il a constitué un réseau de spécialistes pour la préservation de ses voitures, et la qualité de leurs travaux est impressionnante.

Aujourd'hui, son musée attire des évènements qui réclament une surface plus importante. Par conséquent, Martin Waltz a pris la décision difficile de se séparer de sa collection de voitures carrossées par Vanvooren, ce qui va donner à de nouveaux amateurs l'opportunité, après une révision d'usage due à leur condition de voiture de musée, de développer leur propre appréciation de ce carrossier français très particulier. Martin Waltz lui-même va continuer à archiver et répertorier, tout en ayant un projet de livre sur le sujet.



Born into an art-loving family of entrepreneurs involved in the automobile industry, it is no surprise that Martin Waltz developed a love of old cars from a very young age. While studying medicine, he was unable to resist the black 1956 Mercedes-Benz 220 limousine spotted for sale in the university car park, and so began to buy and maintain cars himself. He soon developed a special attachment to pre-war designs, and his particular fascination for Vanvooren began when he discovered the ruins of a Hispano-Suiza in a back yard in Switzerland. He bought the car and began to restore it, astonished by the quality of the coachwork. He was also surprised to discover that there was very little information available about Vanvooren, and started to do his own research. Within eight years, with the help of owners, museums, historians and club archivists, he created a Vanvooren register and archive. During this period, he came into contact with a host of special Vanvooren-bodied cars. It is no surprise that he went on to buy many of them, which is how the biggest collection of cars by this coachbuilder, anywhere in the world, came into existence: 9 vehicles with Vanvooren coachwork (one carriage and eight cars), from 9 different manufacturers: Panhard et Levassor, Voisin, Alvis, Hispano-Suiza, Bentley, Bugatti, Rolls-Royce, Delahaye and Vanvooren.

By the 2000s Waltz owned over 40 cars, kept in different locations in south-west Germany. He began to think about how to display his collection in order to illustrate the art of automotive design. Eventually, in 2015 he opened a museum that housed 45 cars, half of which date from the pre-war period. The exhibition in the museum, called VOLANTE, has attracted thousands of visitors over the last couple of years.

With the VOLANTE project, Waltz was able to showcase his special interest in old craftsmanship. Years before the FIVA launched the Charta of Turin, he worked as a pioneer in preserving as much as possible of the original material and parts of his cars. To provide the balancing act between originality and roadworthiness Waltz invested nearly 1 million euros in restoring his Vanvooren cars, always trying to find and improving the best ways back to originality and historical correctness. Over the years he created a network of specialists for the preservation of his cars, and the quality of their work is impressive.
Today, his museum space is attracting large-scale events that require more room. Consequently, Waltz has taken the difficult decision to part with his collection of Vanvooren-bodied cars, which will provide an opportunity, after a routine inspection and service due to their museum condition, for new owners to develop their own appreciation for this very special French coachbuilder. Waltz himself will continue to manage the archive and register, and has plans to write a book…



Estimation 250 000 - 350 000 €

Vendu 286 080 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 18

1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren

Vendu 286 080 € [$]

1950 Delahaye 135 M coach Vanvooren
Carte grise française
Châssis n° 801621
Moteur n° 801621
Carrosserie Vanvooren n°1013

- Collection Volante
- Dernière carrosserie Vanvooren
- Restauration exemplaire
- Seulement deux exemplaires connus

Cette Delahaye 135 M est la toute dernière voiture à avoir quitté les ateliers Vanvooren de Courbevoie, en 1950, avant l'arrêt définitif des activités du carrossier. Elle était livrée à Patriarche-Kriter, un des groupes viticoles les plus importants de Bourgogne, basé à Beaune. La forme de carrosserie était identique à celle d'une autre Delahaye 135 (châssis 801581) livrée en 1949 et qui existe encore dans le sud de la France. Ce sont les deux seuls exemplaires existant sous cette sublime robe.
Du 19 juin 1967 au 2 janvier 1974, cette voiture a été immatriculée dans l'Essonne sous le numéro 51 AH 91, avant d'être achetée par Bernard Consten et de recevoir la plaque 135 DP 92. Bernard Consten était un des plus brillants pilotes de rallye français : en plus de quatre titres de Champion de France, il a remporté de nombreuses épreuves internationales dont cinq fois le Tour de France Auto en catégorie Tourisme, avant d'en prendre en charge l'organisation. Au cours des années 1960 et 1970, la voiture a été repeinte deux fois en bleu, et le toit ouvrant d'origine a été remplacé par un élément transparent. Des moquettes neuves ont été installées, dans une teinte correspondant à celle du cuir de la sellerie. En 1982, Bernard Consten vendit la voiture dans une vente aux enchères. Elle fut acquise par M. Borras, de Nîmes, qui la conservait pendant 32 ans avant de s'en séparer en 2013.
C'est au début de l'année 2014, que cette voiture rejoignait la collection Volante, avec pour objectif de lui rendre sa beauté passée. Elle était confiée à l'atelier "René Grosse Restaurierungen" de Wusterwitz, près de Berlin, pour qu'il remette en état la carrosserie mais en préservant au maximum les éléments d'origine. Les travaux s'achevaient en 2016 avec la pose d'une peinture nitro-cellulosique dans la couleur d'origine, un très beau gris irisé.
Du côté mécanique, tous les composants d'origine ont été préservés, y compris la boîte présélective Cotal. En tout, les travaux ont totalisé 175 000 € qui sont documentés par un important et minutieux dossier photographique. D'ailleurs, le club Delahaye a confirmé la date de production, ainsi que le numéro de moteur, qui est celui d'origine. Le numéro de carrosserie Vanvooren (qui correspond au n°13 après la deuxième Guerre Mondiale) apparaît sur la structure bois de la carrosserie.
En août 2016, ce coach à carrosserie exclusive a été invité à Pebble Beach pour prendre part, avec 25 autres Delahaye de carrossiers, à l'exceptionnel hommage rendu à la marque par le concours américain.
Aujourd'hui, la voiture présente une allure somptueuse avec son arrière profilé et sa superbe robe grise qui s'allie magnifiquement avec sa sellerie d'origine en cuir rouge patiné. Le tableau de bord est de même facture et l'habitacle bénéficie de la finition de haut niveau qui était propre à Vanvooren, carrossier haut de gamme. Il est émouvant de se rappeler que cette voiture a mis un point final à son histoire, commencée en 1900 et qui a vu naître quelque 2500 voitures spécifiques. Les survivantes sont rares, ce qui donne d'autant plus d'attrait à la Delahaye que nous proposons.

Les voitures de la collection Volante ont été très soigneusement suivies et conservées mais nous rappelons qu'il s'agit de voitures de musée qui n'ont que peu roulé ces dernières années et qui nécessiteront par conséquent une révision d'usage.



French title
Chassis n° 801621
Engine n° 801621
Vanvooren body n°1013

- Volante collection
- The last Vanvooren body
- Exemplary restoration
- One of only two known examples

This Delahaye 135 M was the very last car to leave the Vanvooren workshops in Courbevoie in 1950, before the coachbuilding business finally closed its doors. It was delivered to Patriarche-Kriter, one of the largest wine producers in Bourgogne, based in Beaune. The coachwork was identical to that of another Delahaye 135 (chassis 801581) delivered in 1949, and which survives today, in the south of France. These are the only two examples known with this stunning body.
Between 19 June 1967 and 2 January 1974, the Delahaye was registered in the Essonne region with the number 51 AH 91. This changed to 135 DP 92 when the car was bought by Bernard Consten, one of the most outstanding rally drivers in French history. Crowned French champion four times, Consten also won numerous international competitions, including the Touring Class of the Tour de France no less than five times before taking over the running of the organisation. During the 1960s and 1970s, the car was twice repainted blue, and the original sunroof was replaced with a transparent element. It was fitted with new carpets, the same colour as the leather upholstery. In 1982 Bernard Consten sold the car at auction. It was bought by Mr Borras from Nîmes, who kept the car for 32 years, finally parting with it in 2013.
It was in early 2014 that this Delahaye joined the Volante Collection, having been bought by the current owner with the aim of restoring the car to its former glory. It was entrusted to the " René Grosse Restaurierungen " workshop in Wusterwitz, near Berlin, to have the coachwork restored while retaining as much of the original body as possible. The final part of the project was completed in 2016 with the addition of a layer of nitrocellulose paint in the original colour, a lovely iridescent grey. On the mechanical side, all the original components were preserved, including the pre-selective Cotal gearbox. The cost of the restoration project amounted to some 175 000 €, and is extensively documented in a large photographic file. The Delahaye Club has confirmed the year of manufacture and the number of the engine, which is the original one. The Vanvooren coachwork number (which corresponds to the13th car built after the second world war) appears on the wooden structure of the body.
In August 2016, this automobile was invited to take part in a special tribute to the marque, along with 25 other Delahayes by different coachbuilders, at Pebble Beach in the US.
The car, with its streamlined rear body shape, looks stunning today, painted a lovely shade of grey complementing the patinated, original red leather upholstery. The passenger compartment, including the dashboard, displays the high level of finish Vanvooren was known for, as a luxury coachbuilder. It touches the heart to realise that this car represents the final point in Vanvooren's history, which began in 1900 and saw the production of some 2500 individual cars. Few have survived, making this Delahaye even more special.

The cars in the Volante collection have been extremely well looked after and conserved. However, it must be stressed that these are museum exhibits that have not been driven much in recent years, and will therefore require a routine inspection and service before use.


Photos © Fotozumbrunn / Unger


Martin Waltz & " The Volante Collection "

Né dans une famille d'amateurs d'art et entrepreneurs dans l'industrie automobile, il n'est pas surprenant que Martin Waltz ait développé dès son plus jeune âge une passion pour les automobiles anciennes. Pendant ses études de médecine, il ne parvenait pas à résister à une limousine Mercedes 220 noire de 1956 à vendre sur le parking de l'université, et commençait ainsi à acheter des automobiles et les entretenir lui-même. Sa passion s'orientait rapidement vers les voitures d'avant-guerre et sa fascination pour Vanvooren prenait naissance lors de la découverte d'une épave d'Hispano-Suiza, en Suisse, dans une arrière-cour. Il faisait l'acquisition de la voiture et se lançait dans une remise en état, surpris par la qualité de la carrosserie. Il s'étonnait également du peu d'informations disponibles sur Vanvooren et commençait ses propres recherches. En l'espace de huit ans, avec l'aide d'autres collectionneurs, de musée, d'historiens et d'archivistes de clubs, il créait un registre et des archives Vanvooren. Au cours de ces démarches, il avait l'occasion de croiser de nombreuses voitures carrossées par Vanvooren. En toute logique, il finissait par en acheter un certain nombre, constituant la plus importante collection du monde consacrée aux voitures de ce carrossier, avec neuf véhicules équipés d'une carrosserie Vanvooren (une voiture hippomobile et huit automobiles), de neuf marques différentes : Panhard & Levassor, Voisin, Alvis, Hispano-Suiza, Bentley, Bugatti, Rolls-Royce, Delahaye et Vanvooren.

Au début des années 2000, Martin Waltz possédait 40 voitures disséminées sur plusieurs sites, au sud de l'Allemagne. Il a commencé à réfléchir à la façon d'exposer sa collection dans le but d'illustrer l'art du style automobile. Finalement, en 2015, il ouvrait un musée abritant 45 voitures dont la moitié dataient de la période d'avant-guerre. Ce musée, dénommé "Volante", a attiré des milliers de visiteurs au cours de ces deux dernières années.

Avec le projet "Volante", Martin Waltz a pu mettre en avant l'intérêt qu'il portait aux savoir-faire anciens. Des années avant que la Fiva lance la "Charte de Turin", il s'attachait déjà à préserver le plus possible les composants et matériaux d'origine de ses voitures. Pour trouver l'équilibre entre le souci de préserver la voiture et celui de la faire rouler, il investissait presque un million d'euros dans la restauration de ses automobiles Vanvooren, n'ayant de cesse de trouver et d'améliorer les techniques permettant de respecter l'état d'origine et la conformité historique. Au fil des ans, il a constitué un réseau de spécialistes pour la préservation de ses voitures, et la qualité de leurs travaux est impressionnante.

Aujourd'hui, son musée attire des évènements qui réclament une surface plus importante. Par conséquent, Martin Waltz a pris la décision difficile de se séparer de sa collection de voitures carrossées par Vanvooren, ce qui va donner à de nouveaux amateurs l'opportunité, après une révision d'usage due à leur condition de voiture de musée, de développer leur propre appréciation de ce carrossier français très particulier. Martin Waltz lui-même va continuer à archiver et répertorier, tout en ayant un projet de livre sur le sujet.



Born into an art-loving family of entrepreneurs involved in the automobile industry, it is no surprise that Martin Waltz developed a love of old cars from a very young age. While studying medicine, he was unable to resist the black 1956 Mercedes-Benz 220 limousine spotted for sale in the university car park, and so began to buy and maintain cars himself. He soon developed a special attachment to pre-war designs, and his particular fascination for Vanvooren began when he discovered the ruins of a Hispano-Suiza in a back yard in Switzerland. He bought the car and began to restore it, astonished by the quality of the coachwork. He was also surprised to discover that there was very little information available about Vanvooren, and started to do his own research. Within eight years, with the help of owners, museums, historians and club archivists, he created a Vanvooren register and archive. During this period, he came into contact with a host of special Vanvooren-bodied cars. It is no surprise that he went on to buy many of them, which is how the biggest collection of cars by this coachbuilder, anywhere in the world, came into existence: 9 vehicles with Vanvooren coachwork (one carriage and eight cars), from 9 different manufacturers: Panhard et Levassor, Voisin, Alvis, Hispano-Suiza, Bentley, Bugatti, Rolls-Royce, Delahaye and Vanvooren.

By the 2000s Waltz owned over 40 cars, kept in different locations in south-west Germany. He began to think about how to display his collection in order to illustrate the art of automotive design. Eventually, in 2015 he opened a museum that housed 45 cars, half of which date from the pre-war period. The exhibition in the museum, called VOLANTE, has attracted thousands of visitors over the last couple of years.

With the VOLANTE project, Waltz was able to showcase his special interest in old craftsmanship. Years before the FIVA launched the Charta of Turin, he worked as a pioneer in preserving as much as possible of the original material and parts of his cars. To provide the balancing act between originality and roadworthiness Waltz invested nearly 1 million euros in restoring his Vanvooren cars, always trying to find and improving the best ways back to originality and historical correctness. Over the years he created a network of specialists for the preservation of his cars, and the quality of their work is impressive.
Today, his museum space is attracting large-scale events that require more room. Consequently, Waltz has taken the difficult decision to part with his collection of Vanvooren-bodied cars, which will provide an opportunity, after a routine inspection and service due to their museum condition, for new owners to develop their own appreciation for this very special French coachbuilder. Waltz himself will continue to manage the archive and register, and has plans to write a book…



Estimation 250 000 - 350 000 €

Vendu 286 080 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3279
Lieu : Salon Rétromobile - Hall 2.1 Parc des expositions Porte de Versailles 75015 Paris
Date : 09 févr. 2018 14:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2018 by Artcurial Motorcars