Vente Rétromobile 2020 - 07 février 2020 /Lot 42 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace

  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
  • 1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
Sans titre de circulation
Châssis n° 37334
Moteur n°686

- Réalisation d'avant-guerre
- Historique connu et documenté par David Sewell
- Performances élevées

Cette voiture a débuté sa carrière sous la forme d'une Bugatti 37 à moteur 1,5L. A l'époque où elle appartenait à l'épouse de John Houldsworth qui la faisait courir, le moteur a subi une casse sérieuse, les bielles ayant traversé le carter. John Houldsworth, amateur de Bugatti, a contacté un autre amateur et spécialiste utilisant lui aussi des Bugatti en compétition, Jack Lemon Burton, pour lui proposer d'acheter la voiture hors d'usage. Ce qu'il a fait, pour 50 £ environ, au début des années 30, ce qui lui a permis d'en profiter pour se fabriquer une "spéciale" rapide, performante en course de côte : au lieu du modeste 4-cylindres d'origine, il a décidé d'installer dans le châssis 37 un moteur 8-cylindres 3 litres de Bugatti Type 44, soit exactement le double de la mécanique Type 37, et dotée en plus d'un compresseur. Comme il le rappelle dans un courrier daté du 23 juillet 1976, "Ça a été un travail difficile. (...) Le volant était un cadeau de R.Thomas au jeune frère de J. Duller, qui avait considéré qu'il irait bien sur cette voiture." Le moteur 3 litres étant nettement plus long que le 1,5 litre d'origine, une adaptation du châssis de Type 37, de l'auvent et des fixations moteur a été nécessaire. L'essieu avant a été remplacé par un élément de Type 43/44, plus large et équipé de freins plus gros, pour être mieux adapté au poids plus élevé. La boîte de vitesses et le pont arrière étaient du type Bugatti Grand Prix, mais la transmission a été par la suite remplacée par une boîte présélective Armstrong, qui équipe encore la voiture aujourd'hui et qui a permis de supprimer l'embrayage traditionnel. L'ensemble a été habillé d'une carrosserie monoplace et Jack Lemon Burton a pris part avec sa machine à plusieurs courses de côte et sprints, ce qui lui a permis de signer quelques succès avant-guerre.

Il a ensuite cédé sa voiture à son ami Kenneth Bear, tout aussi passionné de Bugatti et qui a fait courir la voiture sans compresseur (avec une alimentation par quatre carburateurs), avec plus de brio que son prédécesseur, obtenant en particulier une deuxième place à la course de côte de Prescott, en 1939, juste derrière la Type 59 de Arthur Baron. A la suite de son décès à la fin des années 1940, la voiture a été rachetée par Bert Raven qui a continué à courir avec, signant encore de beaux résultats à la fin des années 1950. La Bugatti est restée entre ses mains jusqu'à son décès à la fin des années 1980, après quoi elle a été restaurée par le spécialiste Bugatti Ivan Dutton et proposée à la vente par Dan Margulies, un des meilleurs connaisseurs parmi les marchands britanniques. En 1992, le Bugatti Owners Club anglais lui confirme d'ailleurs par écrit que la voiture est bien construite avant-guerre par Jack Lemon Burton (copie du courrier dans le dossier).

David Sewell confirme que le châssis est un authentique Type 37 et serait selon toutes probabilités le n°557, qui correspondrait à la voiture n°37334. Le radiateur est un type Grand Prix à côtés parallèles et le boîtier de direction monté au centre est frappé "R" au sommet et sur le côté. Le saute-vent est de marque Avro et, curieusement, la carrosserie porte une plaque de carrosserie Ettore Bugatti fixée dans le cockpit. Le numéro d'immatriculation, NPH 254, a été délivré en août 1949. Le moteur est frappé du numéro 686 et porte le marquage du châssis dont il est issu, n°44999. La voiture est accompagnée d'un dossier historique et de divers courriers dont nous recommandons la lecture à ceux qui s'intéressent à cette machine particulièrement originale.
Éligible dans les épreuves du VSCC et autres évènements historiques, cette voiture combine un châssis léger et une mécanique nettement plus puissante qu'à l'origine, ce qui lui donne des performances inhabituellement élevées et une personnalité de "muscle car" avant l'heure. Née indirectement de la défaillance du moteur d'origine, elle est représentative des adaptations qui pouvaient être effectuées par des amateurs éclairés, à une époque où la valeur des voitures n'empêchait pas la créativité. Une telle modification ne pourrait plus être effectuée aujourd'hui et, en cela, cette voiture constitue un témoignage passionnant qui ne manquera pas d'attirer l'attention des amateurs aimant ce qui sort de l'ordinaire.



Unregistered
Chassis n° 37334
Engine n°686

- Pre-war built
- Well documented, known history by David Sewell
- High performance

This car began its career as a Bugatti 37 with a 1.5-litre engine. When it was owned by the wife of John Houldsworth, who used to race it, the car suffered a major engine failure, with the conrods going through the block. Houldsworth, a Bugatti enthusiast, then contacted a specialist who also raced Bugatti, Jack Lemon Burton, suggesting he buy the car for scrap. Which Burton promptly did in the 30's, for approximately £50, using it to build himself a " special " that was fast and suitable for hill-climbing. In place of the modest 4-cylinder original engine, he decided to install a 3-litre 8-cylinder Type 44 Bugatti engine, twice as big as the Type 37 engine and fitted with a supercharger. He recalls in a letter dated 23 July 1976 " That was hard work. (…) The steering wheel was a gift from R. Thomas to the younger brother of J. Duller, who thought it would go well on this car. " As the 3-litre engine was considerably longer than the original 1.5-litre engine, the Type 37 chassis, the hood and the engine mountings were all modified. The front axle was replaced with a wider Type 43/44 element with bigger brakes, better suited to the increased weight. The gear box and rear axle came from a Grand Prix Bugatti, although the transmission was subsequently replaced with an Armstrong preselector gearbox, which is still on the car and has made it possible to remove the standard clutch. It was then given a single-seater body allowing Jack Lemon Burton to take part successfully in his machine in various hillclimb and sprint events.

Burton then sold the car to his friend Kenneth Bear, another Bugatti enthusiast. Bear ran the car without the supercharger (powered by four carburettors) with a bit more gusto than his predecessor, finishing 2nd in a hillclimb at Prescott in 1939, just behind the Type 59 of Arthur Baron. When he died at the end of the 1940s, the car was bought by Bert Raven who continued competing in it, achieving some good results in the late 1950s. He kept the Bugatti until he passed away at the end of the 1980s, when it was restored by the specialist Ivan Dutton and offered for sale by Dan Margulies, one of the most well-respected British dealers. A copy of a letter dated from 1992 from the Bugatti Owners Club, coming in the file, confirms to him the car was built by Jack Lemon Burton before the SWW and is fitted with a genuine original Grand Prix Bugatti chassis frame.

According to a letter from the Bugatti historian and specialist David Sewell, the chassis is an authentic Type 37, in all probability n°557, which corresponds to car n°37334. It has a Grand Prix radiator with parallel sides and the centrally-mounted steering box has " R " stamped on the top and the side. The aero screen is an Avro and curiously, the bodywork has an Ettore Bugatti coachwork plaque fixed in the cockpit. The registration number, NPH 254 dates from August 1949. The engine is stamped with number 686 as well as the number of the chassis it came from, n°44999. The car comes with a history file and various letters and we advise anyone interested in this particularly original machine to consult these.

Eligible for VSCC and other historic events, this car has a lightweight chassis and an engine that is considerably more powerful than the original one. It has an unusually high performance, with the personality of a " muscle car " ahead of its time. Created as an indirect result of the failure of the original engine, it is typical of the modifications carried out by experienced enthusiasts, at a time when the value of the car didn't prevent creativity.
Such a modification wouldn't be carried out today making this car an exciting testimony to the period, appealing to those enthusiasts who like the unusual.



Photos © Alex Penfold

Estimation 380 000 - 460 000 €

Lot 42

1927/28 Bugatti 37/44 monoplace

Estimation 380 000 - 460 000 € [$]

1927/28 Bugatti 37/44 monoplace
Sans titre de circulation
Châssis n° 37334
Moteur n°686

- Réalisation d'avant-guerre
- Historique connu et documenté par David Sewell
- Performances élevées

Cette voiture a débuté sa carrière sous la forme d'une Bugatti 37 à moteur 1,5L. A l'époque où elle appartenait à l'épouse de John Houldsworth qui la faisait courir, le moteur a subi une casse sérieuse, les bielles ayant traversé le carter. John Houldsworth, amateur de Bugatti, a contacté un autre amateur et spécialiste utilisant lui aussi des Bugatti en compétition, Jack Lemon Burton, pour lui proposer d'acheter la voiture hors d'usage. Ce qu'il a fait, pour 50 £ environ, au début des années 30, ce qui lui a permis d'en profiter pour se fabriquer une "spéciale" rapide, performante en course de côte : au lieu du modeste 4-cylindres d'origine, il a décidé d'installer dans le châssis 37 un moteur 8-cylindres 3 litres de Bugatti Type 44, soit exactement le double de la mécanique Type 37, et dotée en plus d'un compresseur. Comme il le rappelle dans un courrier daté du 23 juillet 1976, "Ça a été un travail difficile. (...) Le volant était un cadeau de R.Thomas au jeune frère de J. Duller, qui avait considéré qu'il irait bien sur cette voiture." Le moteur 3 litres étant nettement plus long que le 1,5 litre d'origine, une adaptation du châssis de Type 37, de l'auvent et des fixations moteur a été nécessaire. L'essieu avant a été remplacé par un élément de Type 43/44, plus large et équipé de freins plus gros, pour être mieux adapté au poids plus élevé. La boîte de vitesses et le pont arrière étaient du type Bugatti Grand Prix, mais la transmission a été par la suite remplacée par une boîte présélective Armstrong, qui équipe encore la voiture aujourd'hui et qui a permis de supprimer l'embrayage traditionnel. L'ensemble a été habillé d'une carrosserie monoplace et Jack Lemon Burton a pris part avec sa machine à plusieurs courses de côte et sprints, ce qui lui a permis de signer quelques succès avant-guerre.

Il a ensuite cédé sa voiture à son ami Kenneth Bear, tout aussi passionné de Bugatti et qui a fait courir la voiture sans compresseur (avec une alimentation par quatre carburateurs), avec plus de brio que son prédécesseur, obtenant en particulier une deuxième place à la course de côte de Prescott, en 1939, juste derrière la Type 59 de Arthur Baron. A la suite de son décès à la fin des années 1940, la voiture a été rachetée par Bert Raven qui a continué à courir avec, signant encore de beaux résultats à la fin des années 1950. La Bugatti est restée entre ses mains jusqu'à son décès à la fin des années 1980, après quoi elle a été restaurée par le spécialiste Bugatti Ivan Dutton et proposée à la vente par Dan Margulies, un des meilleurs connaisseurs parmi les marchands britanniques. En 1992, le Bugatti Owners Club anglais lui confirme d'ailleurs par écrit que la voiture est bien construite avant-guerre par Jack Lemon Burton (copie du courrier dans le dossier).

David Sewell confirme que le châssis est un authentique Type 37 et serait selon toutes probabilités le n°557, qui correspondrait à la voiture n°37334. Le radiateur est un type Grand Prix à côtés parallèles et le boîtier de direction monté au centre est frappé "R" au sommet et sur le côté. Le saute-vent est de marque Avro et, curieusement, la carrosserie porte une plaque de carrosserie Ettore Bugatti fixée dans le cockpit. Le numéro d'immatriculation, NPH 254, a été délivré en août 1949. Le moteur est frappé du numéro 686 et porte le marquage du châssis dont il est issu, n°44999. La voiture est accompagnée d'un dossier historique et de divers courriers dont nous recommandons la lecture à ceux qui s'intéressent à cette machine particulièrement originale.
Éligible dans les épreuves du VSCC et autres évènements historiques, cette voiture combine un châssis léger et une mécanique nettement plus puissante qu'à l'origine, ce qui lui donne des performances inhabituellement élevées et une personnalité de "muscle car" avant l'heure. Née indirectement de la défaillance du moteur d'origine, elle est représentative des adaptations qui pouvaient être effectuées par des amateurs éclairés, à une époque où la valeur des voitures n'empêchait pas la créativité. Une telle modification ne pourrait plus être effectuée aujourd'hui et, en cela, cette voiture constitue un témoignage passionnant qui ne manquera pas d'attirer l'attention des amateurs aimant ce qui sort de l'ordinaire.



Unregistered
Chassis n° 37334
Engine n°686

- Pre-war built
- Well documented, known history by David Sewell
- High performance

This car began its career as a Bugatti 37 with a 1.5-litre engine. When it was owned by the wife of John Houldsworth, who used to race it, the car suffered a major engine failure, with the conrods going through the block. Houldsworth, a Bugatti enthusiast, then contacted a specialist who also raced Bugatti, Jack Lemon Burton, suggesting he buy the car for scrap. Which Burton promptly did in the 30's, for approximately £50, using it to build himself a " special " that was fast and suitable for hill-climbing. In place of the modest 4-cylinder original engine, he decided to install a 3-litre 8-cylinder Type 44 Bugatti engine, twice as big as the Type 37 engine and fitted with a supercharger. He recalls in a letter dated 23 July 1976 " That was hard work. (…) The steering wheel was a gift from R. Thomas to the younger brother of J. Duller, who thought it would go well on this car. " As the 3-litre engine was considerably longer than the original 1.5-litre engine, the Type 37 chassis, the hood and the engine mountings were all modified. The front axle was replaced with a wider Type 43/44 element with bigger brakes, better suited to the increased weight. The gear box and rear axle came from a Grand Prix Bugatti, although the transmission was subsequently replaced with an Armstrong preselector gearbox, which is still on the car and has made it possible to remove the standard clutch. It was then given a single-seater body allowing Jack Lemon Burton to take part successfully in his machine in various hillclimb and sprint events.

Burton then sold the car to his friend Kenneth Bear, another Bugatti enthusiast. Bear ran the car without the supercharger (powered by four carburettors) with a bit more gusto than his predecessor, finishing 2nd in a hillclimb at Prescott in 1939, just behind the Type 59 of Arthur Baron. When he died at the end of the 1940s, the car was bought by Bert Raven who continued competing in it, achieving some good results in the late 1950s. He kept the Bugatti until he passed away at the end of the 1980s, when it was restored by the specialist Ivan Dutton and offered for sale by Dan Margulies, one of the most well-respected British dealers. A copy of a letter dated from 1992 from the Bugatti Owners Club, coming in the file, confirms to him the car was built by Jack Lemon Burton before the SWW and is fitted with a genuine original Grand Prix Bugatti chassis frame.

According to a letter from the Bugatti historian and specialist David Sewell, the chassis is an authentic Type 37, in all probability n°557, which corresponds to car n°37334. It has a Grand Prix radiator with parallel sides and the centrally-mounted steering box has " R " stamped on the top and the side. The aero screen is an Avro and curiously, the bodywork has an Ettore Bugatti coachwork plaque fixed in the cockpit. The registration number, NPH 254 dates from August 1949. The engine is stamped with number 686 as well as the number of the chassis it came from, n°44999. The car comes with a history file and various letters and we advise anyone interested in this particularly original machine to consult these.

Eligible for VSCC and other historic events, this car has a lightweight chassis and an engine that is considerably more powerful than the original one. It has an unusually high performance, with the personality of a " muscle car " ahead of its time. Created as an indirect result of the failure of the original engine, it is typical of the modifications carried out by experienced enthusiasts, at a time when the value of the car didn't prevent creativity.
Such a modification wouldn't be carried out today making this car an exciting testimony to the period, appealing to those enthusiasts who like the unusual.



Photos © Alex Penfold

Estimation 380 000 - 460 000 €

Détails de la vente

Vente : 3980
Lieu : Salon Rétromobile, Paris
Date : 07 févr. 2020 14:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2020