Fernand Khnopff,
entre musée et salle de ventes
 

Fernand KHNOPFF L’Art ou des Caresses - 1896
Fernand Khnopff (1858-1921)
L’Art ou des Caresses, 1896
Huile sur toile,
50.5 x 150 cm
Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
©J. Geleyns Art Photography

Depuis le 11 décembre 2018 et jusqu’au 17 mars 2019, le Petit Palais propose, en collaboration avec les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, une exposition inédite dédiée à Fernand Khnopff, figure de proue du symbolisme. Si aucune rétrospective n’a mis l’artiste à l’honneur ces quarante dernières années à Paris, ce sont aujourd’hui près de 150 œuvres réunies qui proposent un panorama emblématique de l’univers singulier de l’artiste pluridisciplinaire, à la fois peintre, dessinateur, graveur, sculpteur et véritable metteur en scène de son œuvre.

 

C’est dans sa maison-atelier, véritable « temple du moi », que Khnopff s’exprime à travers des thèmes récurrents tels que les paysages aux portraits d’enfants, des rêveries inspirés des Primitifs flamands aux souvenirs de Bruges-la-Morte ou encore des usages complexes de la photographie jusqu’aux mythologies personnelles placées sous le signe d’Hypnos. Si l’exposition retrace le fil de ses craintes, Artcurial propose aux collectionneurs d’admirer, voire d’acquérir l’objet qui deviendra fondamental à la carrière de l’artiste.

C’est pour l’exposition de la vente Terres cuites & autres sculptures que la Tête d’Hypnos, épreuve en bronze à patines brunes, vert et or, richement nuancées, sera mise à l’honneur. En 1861, lors d’un voyage à Londres et au détour d’une visite du prestigieux British Museum, la petite tête antique fragmentaire attribuée alors au sculpteur Scopas (vers 420 – 320 av. J. C.), figurant Hypnos, dieu du sommeil, se présente à lui. C’est d’abord plastiquement que l’objet le bouleverse. Tout au long de sa jeune carrière, il a cherché à rendre avec la plus infinie justesse la force mélancolique des yeux, ce regard fixe et froid, qui regarde presque sans voir. Ses portraits témoignent de cette constante recherche, qui semble alors inconsciente chez l’artiste, mais qui se révèle à lui à la vision de cet antique.

 

Fernand KHNOPFF -  Tête d’Hypnos
Fernand Khnopff (1858-1921)
Tête d’Hypnos
Hauteur totale : 37,5 cm
Estimation : 15 000 - 20 000 €

Cette adoration pour Hypnos, celle qui lui fera construire chez lui un autel votif, semble en réalité le fruit d’une obsession pour le regard et pour la constante problématique de sa matérialisation artistique. L’ensemble de ses créations en portera la marque, notre masque devenant un jalon essentiel dans l’évolution de son art. Sa fascination pour cette œuvre le poussera à réaliser en 1900 un surmoulage de la version en plâtre commercialisée par le British Museum afin d’en effectuer un tirage en bronze. Avant cela, il avait déjà placé à plusieurs reprises sa version de l’objet dans certaines de ses toiles, notamment dans L’Aile bleue, peint en 1894. Notre épreuve pourrait être celle, avec un socle différent, qu’il expose dans sa maison-atelier.

Acquise à Bruxelles vers 2010 par l’actuel propriétaire, la Tête d’Hypnos de Fernand Khnopff pourrait le 27 mars prochain lors de la vente à Paris, changer de main.

 

 

Informations

Expositions publiques à Artcurial Bruxelles
Du mercredi 13 au mardi 19 mars – 10h à 18h


Expositions publiques à Paris
Samedi 23 mars 2019, de 11h à 18h
Dimanche 24 mars 2019, de 14h à 18h
Lundi 25 mars 2019, de 11h à 19h
Mardi 26 mars 2019, de 11h à 18h
Mercredi 27 mars, sur rendez-vous

 

Vente aux enchères à Paris
Mercredi 27 mars 2019, 18h

 

L’exposition au Petit Palais jusqu’au 17 mars
Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l’énigme

 

Consultez notre catalogue en ligne 

 

Contact vente
Matthieu Fournier
Tél : +33 1 42 99 20 26
 

 

 

Contact Actualités
Carine Decroi