Des sièges d’exception provenant de la chambre du Comte d’Artois à Bagatelle
en vente chez Artcurial
 

Pour sa vente semestrielle, le département Mobilier et Objets d’Art nous permet de redécouvrir quatre sièges de la chambre à coucher du comte d’Artois à Bagatelle, dont on perdit la trace jusqu’à la fin du XXe siècle.

 

Exécutés par les mains du menuisier Georges Jacob ainsi que du sculpteur Jean Baptiste Rode, les sièges témoignent de la personnalité unique du Comte d’Artois, frère cadet de Louis XVI. Très proche de sa belle-sœur Marie-Antoinette de par leurs goûts raffinés et fantasques, le duo donne naissance au château de Bagatelle qui fût construit en seulement quelques semaines sous la direction de l’architecte François Joseph Belanger. Le choix du mobilier ainsi que celui du décor leur prit cependant plus de temps.

 

L’ensemble de sièges, dont on retrouve les traces de la commande dans les documents d’archives relatives au château de Bagatelle, témoigne d’une inventivité et d’une originalité rare, digne de leur commanditaire, l’un des personnages les plus influents du règne en matière de goût ; le comte d’Artois.

 

« Par leur originalité et leur fantaisie ils incarnent parfaitement la personnalité de ce personnage désinvolte, espiègle, et surtout très doué pour tourner tout en gaieté. »

Isabelle Bresset, Directrice du département Mobilier & Objets d’Art et Commissaire-priseur.

 

Exceptionnel tant par sa provenance que par son dessin avant-gardiste, l’ensemble était placé dans la chambre à coucher du comte, célèbre pour son décor de campement militaire.

 

 

SUITE DE MOBILIER ROYAL À CHÂSSIS D'ÉPOQUE LOUIS XVI PAR GEORGES JACOB ET JEAN-BAPTISTE RODE LIVRÉE POUR LE COMTE D'ARTOIS (1757-1836) AU CHÂTEAU DE BAGATELLE
Suite de mobilier royal à châssis d’époque Louis XVI par Georges Jacob et Jean-Baptiste Rode livrée pour le comte d’Artois (1757-1836) au château de Bagatelle.

Estimation 300 000 - 500 000 €

Parvenu jusqu’à nous dans un état de conservation remarquable, les sièges sont exécutés dans un registre galant lié au goût à la turque, suivant de nouvelles formes et de fastueux ornements ; on retrouve notamment les baguettes en faisceaux, les enroulements de branches de laurier, les massues, les flèches ou encore les petites bossettes sur les dés de raccordement des sièges. Réalisés en noyer sculpté, doré, argenté et patiné en bleu à l’imitation de l’acier avec une patine nommé « canon de fusil » en référence à celle utilisée en armurerie, ces motifs décoratifs résonnent dans tout le décor de la chambre et reprend chacun des éléments sculptés comme par exemple le lit et le piétement du coffre d’armes.

 

 

Informations
Voir le Catalogue

 

Exposition
Samedi 18 juillet, de 11h à 18h
Lundi 20 juillet, de 11h à 19h
Mardi 21 juillet, de 11h à 19h
Mercredi 22 juillet, de de 11h à 18h
Jeudi 23 juillet, de 10h à 12h sur rendez-vous

 

Vente aux enchères
Mercredi 22 juillet à 19h
Jeudi 23 juillet à 14h