Dernier hommage à Michou,
le prince bleu de Montmartre
 

Du 6 au 9 juillet prochain, Artcurial mettra à l’honneur l’univers de Michou, de son vrai nom Michel Catty, figure incontournable des nuits parisiennes. Surnommé le prince bleu de Montmartre, il donne son nom au célèbre cabaret transformiste des années 80, rue des Martyrs à Paris. Homme du rêve et de l’illusion, l’exposition met en lumière une facette moins connue de sa personnalité. Collectionneur averti, il réunit au fil des années et des rencontres, de nombreuses œuvres d’art modernes, sculptures néoclassiques et mobiliers. La vacation, qui aura lieu le 10 juillet prochain, dispersera cette collection inédite, regroupant près de 300 pièces.

« Le transformisme, c’est de l’artifice, du rêve, et c’est spectaculaire »
Michou

 

 

michou
Intérieur de l’appartement de Michou

L’aventure du cabaret Chez Michou débute le 13 juillet 1956, lorsque Michou reprend en gérance le bar Chez Madame Untel. L’idée de lancer un spectacle de travestis des plus extravagants lui vient cinq ans plus tard avec de deux ses amis, Lucien et Eugène. C’est alors que naissent Miss Glassex, interprétée par Michou, ainsi que la Grande Eugène et Phosphatine. Forts de leur succès, les trois amis sont rapidement rejoints par une dizaine d’interprètes, agrandissant la famille des Michettes. Au fil des années et des représentations, les fêtes magiques séduisent les plus grands artistes de l’époque tels que Alain Delon, Joséphine Baker, Jean-Paul Belmondo, Jacques Chirac, Georges Brassens, Romy Schneider ou encore Dalida. La personnalité du créateur, indissociable de son établissement a également inspiré les cinéastes de l’époque et notamment Jean Poiret avec son film « La cage aux folles » ou bien Claude Lelouch avec « La bonne année ».

 

 

 

 

 

 

michou
Intérieur de cabaret Chez Michou, 80 rue des Martyrs à Paris

Ce sont grâce à ces rencontres et à ses nombreuses relations avec les peintres de l’époque que Michou enrichit sa collection personnelle. Les pièces de goût qu’il choisit suivent un même fil conducteur, une couleur particulière qu’il a faite sienne ; le bleu. Cette teinte est également célébrée dans les pièces modernes qui ornent chaque recoin de sa résidence butte tout près du Sacré Cœur. Ainsi, un important ensemble de tableaux modernes constitue une partie de la vente, parmi lesquels ceux de Gen Paul, dont l’huile sur toile Les Trompettistes estimé entre 15 000 € et 20 000 €, de sept tableaux d’une étonnante intensité de Bernard Lorjou mais aussi des œuvres d’Henry Bertin ou encore de Jean Marais.

 

 

michou
Gen Paul 
Les trompettistes
Huile sur toile
150 x 105 cm
Collection Michel Catty dit « Michou »
Estimation : 15 000 – 20 000 €

Ce fil bleu qui se tisse au rythme des années s’enroule également autour du mobilier d’exception qui décora l’appartement Montmartrois de Michou. On retrouve un mélange de mobiliers de la Maison Roméo dont une commode de style Louis XIV bleue lapis, estimée entre 2 000 € et 3 000 €, une console en bois dorée avec son dessus en marbre blanc ou encore des sculptures dont un Hermès en bronze d’après Jean Bologne.

 

Cette vente, véritable hommage à Michou, rassemble les œuvres une dernière fois au sein d’un décor unique qui suggère un nouveau regard sur l’homme, tout en mettant en lumière son goût pour l’Art et la scénographie de l’éclectisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inscrivez-vous à la Newsletter !

 

 

 

 

Informations
Vente aux enchères à Paris

Le vendredi 10 juillet à 14h

Voir le catalogue

 

Exposition à Paris
5 juillet, de 11h à 18h
6 juillet, de 11h à 19h
7 juillet, de 11h à 19h
8 juillet, de 10h à 14h
8 juillet, de 14h à 18h, sur rendez-vous
9 juillet, sur rendez-vous


 

Contact vente
Pearl Metalia
Tél. +33 1 42 99 20 18
 

 

 

Contact actualités
Carine Decroi