Pablo Picasso : le goût du multiple ou la volonté du multiple
 

Lors de la vente Limited Edition, en décembre dernier, deux œuvres de l’illustre artiste espagnol se sont envolées aux enchères. La première, une eau-forte de 1904, Le repas frugal, s’est vendue 104 000 €. Cette œuvre a marqué la carrière de graveur de Pablo Picasso et n’est que le début d’une longue série. La seconde Françoise, une lithographie en noir sur Vélin de 1946, signée et numérotée sur 50 exemplaires, a été vendue pour 65 000 €. Elle représentait avec finesse le visage de Françoise Gilot, compagne et muse de Picasso de 1944 à 1953. L’occasion de revenir sur le nombre important d’estampes réalisées par le célèbre peintre.

 

picasso
Pablo Picasso (1881-1973)
La grande Corrida, avec Femme Torero, 1934
Vendu : 17 500 €

Les estampes : Un moyen d’expression sans limites 
Au cours de sa vie, Picasso a réalisé pas moins de 2 000 estampes. Même si son œuvre gravé est moins connue que ses peintures ou ses dessins, c’est avec ces techniques qu’il a le plus innové et expérimenté. Pour lui, l’estampe était un travail d’expérimentation et un processus beaucoup plus complexe que les œuvres qu’il avait pu réaliser auparavant. Son travail avec les estampes a permis de mettre en lumières ces techniques artistiques qui ont d’ailleurs inspiré un grand nombre d’artistes. Contrairement à la majorité de ses œuvres qui sont très colorées, les estampes de Picasso sont en grande majorité en noir. L’un des plus grands succès de l’artiste est une série de gravure commandée par le marchand de tableau Ambroise Vollard, comprenant 100 gravures de style néoclassique. Cette suite comprend notamment une gravure de 1904, Le repas frugal, représentant l’amante de Picasso dans les bras d’un inconnu, qui procure un sentiment de mélancolie témoignant de la fragilité émotionnelle de l’artiste à cette époque.

 

Dans grand nombre de ses estampes, Pablo Picasso y détaille les différentes étapes de création de l’œuvre, permettant ainsi de visualiser les évolutions de son travail sur une planche. Passionné par ce cheminement artistique, il confiait au critique d’art Christian Zervos en 1935 : « Ce serait intéressant d’avoir une trace photographique des états, certes, mais surtout de la métamorphose d’une image. Alors seulement, on pourrait peut-être découvrir le chemin qu’emprunte le cerveau lorsqu’il matérialise un rêve. »

 

Ces créations ont marqué un tournant dans la carrière artistique de Picasso, et ont été pour lui un moyen d’expression sans limite, en témoigne la multitude d’œuvres originales réalisées dans la première partie du XXe siècle.

 

Pablo Picasso - Jacqueline au chevalet
Pablo Picasso (1881-1973)
Jacqueline au chevalet, 1956 (A.R # 333)
Vendu : 29 900 €

La céramique : Une nouvelle manière de créer
Quelques temps après la Seconde Guerre mondiale, lors d’un voyage dans le sud de la France, Pablo Picasso fait la connaissance d’un couple de céramistes français, Georges et Suzanne Ramié, qui l’aideront à réaliser ses premiers essais. Fasciné par cette nouvelle manière de créer, il décide de se consacrer entièrement à la céramique, cette dernière lui offrant de nouvelles perspectives de création grâce notamment à la malléabilité de la terre et aux nouvelles couleurs de l’émail et des vernis obtenus après la cuisson. Pendant plus de 20 ans, il réalisera plus de 4 000 céramiques originales sur toute sorte de supports, ajoutant sur chacune de ses œuvres des dessins très colorés, représentants des thèmes qui lui sont chers tels que la corrida, la faune ou les oiseaux. Il est l’un des premiers à inscrire la céramique dans le langage artistique de la seconde partie du XXe siècle et l’influence de son travail sur l’œuvre des céramistes de ce siècle est considérable, notamment sur la manière de percevoir la céramique. Elle est d’abord vue comme décorative ou esthétique, pourtant Picasso souhaite que ses créations aient un usage quotidien, tel qu’il le déclare à André Malraux : « J’ai fait des assiettes, on peut manger dedans ». Il est l’un des premiers à inscrire la céramique dans le langage artistique de la seconde partie du XXe siècle et l’influence de son travail sur l’œuvre des céramistes de ce siècle est considérable.

 

 

 

 

Informations
Voir les Résultats
1er juin 2021, 14:00

 

Contact
Florent Sinnah
Tél. +33 1 42 99 16 54