Sale Old Master & XIXth  Century Art - 27 march 2019 /Lot 245 Jean-Baptiste OUDRY Paris, 1686 - Beauvais, 1755 Vue du jardin d'Arcueil : la terrasse de l'Orangerie, au nord, avec le talus du parc de haute futaie

  • Jean-Baptiste OUDRY Paris, 1686 - Beauvais, 1755 Vue du jardin d'Arcueil : la terrasse de l'Orangerie, au nord, avec le talus du par.
Jean-Baptiste OUDRY Paris, 1686 - Beauvais, 1755
Vue du jardin d'Arcueil : la terrasse de l'Orangerie, au nord, avec le talus du parc de haute futaie
Crayon noir et craie blanche sur papier bleu

Dans un cadre en bois sculpté et doré estampillé INFROIT et JME, travail français d'époque Louis XVI

A view of Arcueil's garden, black and white chalk on blue paper, by J.-B. Oudry
h: 30,30 w: 51,80 cm

Provenance : Collection Emile Barré ;
Sa vente, Paris, Hôtel Drouot, 25-26 janvier 1894, n° 110 ("La rencontre dans le parc") ;
Collection Chauffard ;
Puis par descendance

Bibliographie : Peut-être Jean Locquin, 'Catalogue raisonné de l'œuvre de Jean-Baptiste Oudry peintre du roi (1686-1755)', Archives de l'Art Français, nouvelle période, VI, Paris, 1912, p. 148, n° 896
André Desguine, 'L'œuvre de J.B.Oudry sur le Parc et les Jardins d'Arcueil', Paris, 1950, p. 10, et repr. p. 45 (la gravure d'après notre dessin)
Hal Opperman, 'J.B. Oudry', New York, 1977, (édition revue et augmentée de la thèse de 1972), tome II, p. 863, n° D1090 peut être le même que le n° D.1093
Xavier Salmon, 'A l'ombre des frondaisons d'Arcueil. Dessiner un jardin du XVIIIe siècle', cat. exp. Paris, musée du Louvre, 2016, p. 120, cat. 48

Commentaire : Gravure :
En contrepartie en 1776, peut-être par Victoire Chenu, sous la direction de Jacques-Philippe Le Bas, publié à Paris, sous le titre "Ancienne et première vue d'Arceuil (sic)' (fig. 1, L'arrosoir et le râteau à droite de la composition ne sont pas représentés dans la gravure )

En 1742, Piganiol de La Force décrit les célèbres jardins d'Arcueil : " le Prince de Guise, avoit dans ce village une maison de plaisance qui a des grandes beautés. La rivière de Bièvre en parcourt le jardin dans toute sa longueur, et lui procure de grands agrémens. Le parterre et le potager sont dans le vallon, et règnent des deux côtés de cette petite rivière ".
Le raffinement et la complexité du parc attirent le beau monde et les artistes. Oudry plus que tout autre s'attache à en retranscrire toute la diversité (nous connaissons plus de cinquante vues du parc de sa main). Il séjourne régulièrement dans la région entre 1744 et 1747, peut-être chez ce Monsieur Douglas, de la maison duquel nous savons qu'il représente un paysage d'Arcueil au Salon de 17461. Dans sa Vie de Monsieur Oudry, Gougenot rapporte : " Avant la destruction totale des jardins d'Arcueil, il ne manquait pas d'y aller dessiner dès qu'il pouvait trouver un moment de loisir. Ces jardins, qui excitaient les regrets de ceux qui les avaient vus dans leur premier éclat, lorsqu'ils furent entièrement abandonnés prirent de nouveaux charmes aux yeux de la peinture… ".
L'exposition consacrée par le musée du Louvre à ces vues d'Arcueil en 2016 a permis une mise à jour de la liste de ces dessins d'Oudry. A cette occasion, seule l'eau-forte de 1776 attribuée à Victoire Chenu (fig. 1) était venue illustrer cette " Ancienne et première vue d'Arcueil " représentée sur notre dessin, resté par conséquent inédit. Cette exceptionnelle feuille représente une terrasse à l'arrière du château, " la plus haute du domaine, sur laquelle l'Orangerie et son grand réservoir avaient été construits. Cette terrasse, agrémentée d'un long tapis vert et d'une succession de bosquets encadrés de treillages en perspectives feintes, constituait le grand parterre du Château neuf et de l'Orangerie² ".
Il est possible que notre dessin corresponde au paysage répertorié par Locquin sous le n°896 : " Intérieur de parc. Vers la gauche, un escalier conduit à une terrasse ; au premier plan, plusieurs personnages. (Les figures ont été dessinées par Moreau le jeune) " et par Opperman n°D1093. Les dimensions correspondent et la provenance (collection Mahérault (1880) ; vente La Béraudière, 16-17 avril 1883 ; vente D. et P., 19 décembre 1898) pourrait aisément compléter celle que nous présentons. Hal Opperman pense cette hypothèse possible mais demandant à être vérifiée.
L'attribution des figures à Moreau le Jeune est faite dans la vente Mahérault, qui possédait un ensemble très important de ses dessins. Il est difficile d'attribuer les figures de notre dessin en toute certitude, mais il est certain qu'elles datent du XVIIIe siècle. Les feuilles de la collection Mariette maintenant au Louvre sont pareillement enrichies de personnages, et l'on a suggéré le nom de Mariette lui-même pour ces " marionnettes ". On peut aussi songer au graveur Jacques Philippe Le Bas, ou à son assistante Victoire Chenu qui devaient être tout aussi capables d'animer les frondaisons grandioses des paysages purs d'Oudry.

Nous remercions Monsieur Hal Opperman pour son aide à la rédaction de cette notice.

1. Voir Hal Opperman, J.B. Oudry, Paris, 1982, p. 232
2. Voir cat. exp. Louvre, 2016, p. 53

Estimation 60 000 - 80 000 €

Sold 136,500 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 245

Jean-Baptiste OUDRY Paris, 1686 - Beauvais, 1755
Vue du jardin d'Arcueil : la terrasse de l'Orangerie, au nord, avec le talus du parc de haute futaie

Sold 136,500 € [$]

Jean-Baptiste OUDRY Paris, 1686 - Beauvais, 1755
Vue du jardin d'Arcueil : la terrasse de l'Orangerie, au nord, avec le talus du parc de haute futaie
Crayon noir et craie blanche sur papier bleu

Dans un cadre en bois sculpté et doré estampillé INFROIT et JME, travail français d'époque Louis XVI

A view of Arcueil's garden, black and white chalk on blue paper, by J.-B. Oudry
h: 30,30 w: 51,80 cm

Provenance : Collection Emile Barré ;
Sa vente, Paris, Hôtel Drouot, 25-26 janvier 1894, n° 110 ("La rencontre dans le parc") ;
Collection Chauffard ;
Puis par descendance

Bibliographie : Peut-être Jean Locquin, 'Catalogue raisonné de l'œuvre de Jean-Baptiste Oudry peintre du roi (1686-1755)', Archives de l'Art Français, nouvelle période, VI, Paris, 1912, p. 148, n° 896
André Desguine, 'L'œuvre de J.B.Oudry sur le Parc et les Jardins d'Arcueil', Paris, 1950, p. 10, et repr. p. 45 (la gravure d'après notre dessin)
Hal Opperman, 'J.B. Oudry', New York, 1977, (édition revue et augmentée de la thèse de 1972), tome II, p. 863, n° D1090 peut être le même que le n° D.1093
Xavier Salmon, 'A l'ombre des frondaisons d'Arcueil. Dessiner un jardin du XVIIIe siècle', cat. exp. Paris, musée du Louvre, 2016, p. 120, cat. 48

Commentaire : Gravure :
En contrepartie en 1776, peut-être par Victoire Chenu, sous la direction de Jacques-Philippe Le Bas, publié à Paris, sous le titre "Ancienne et première vue d'Arceuil (sic)' (fig. 1, L'arrosoir et le râteau à droite de la composition ne sont pas représentés dans la gravure )

En 1742, Piganiol de La Force décrit les célèbres jardins d'Arcueil : " le Prince de Guise, avoit dans ce village une maison de plaisance qui a des grandes beautés. La rivière de Bièvre en parcourt le jardin dans toute sa longueur, et lui procure de grands agrémens. Le parterre et le potager sont dans le vallon, et règnent des deux côtés de cette petite rivière ".
Le raffinement et la complexité du parc attirent le beau monde et les artistes. Oudry plus que tout autre s'attache à en retranscrire toute la diversité (nous connaissons plus de cinquante vues du parc de sa main). Il séjourne régulièrement dans la région entre 1744 et 1747, peut-être chez ce Monsieur Douglas, de la maison duquel nous savons qu'il représente un paysage d'Arcueil au Salon de 17461. Dans sa Vie de Monsieur Oudry, Gougenot rapporte : " Avant la destruction totale des jardins d'Arcueil, il ne manquait pas d'y aller dessiner dès qu'il pouvait trouver un moment de loisir. Ces jardins, qui excitaient les regrets de ceux qui les avaient vus dans leur premier éclat, lorsqu'ils furent entièrement abandonnés prirent de nouveaux charmes aux yeux de la peinture… ".
L'exposition consacrée par le musée du Louvre à ces vues d'Arcueil en 2016 a permis une mise à jour de la liste de ces dessins d'Oudry. A cette occasion, seule l'eau-forte de 1776 attribuée à Victoire Chenu (fig. 1) était venue illustrer cette " Ancienne et première vue d'Arcueil " représentée sur notre dessin, resté par conséquent inédit. Cette exceptionnelle feuille représente une terrasse à l'arrière du château, " la plus haute du domaine, sur laquelle l'Orangerie et son grand réservoir avaient été construits. Cette terrasse, agrémentée d'un long tapis vert et d'une succession de bosquets encadrés de treillages en perspectives feintes, constituait le grand parterre du Château neuf et de l'Orangerie² ".
Il est possible que notre dessin corresponde au paysage répertorié par Locquin sous le n°896 : " Intérieur de parc. Vers la gauche, un escalier conduit à une terrasse ; au premier plan, plusieurs personnages. (Les figures ont été dessinées par Moreau le jeune) " et par Opperman n°D1093. Les dimensions correspondent et la provenance (collection Mahérault (1880) ; vente La Béraudière, 16-17 avril 1883 ; vente D. et P., 19 décembre 1898) pourrait aisément compléter celle que nous présentons. Hal Opperman pense cette hypothèse possible mais demandant à être vérifiée.
L'attribution des figures à Moreau le Jeune est faite dans la vente Mahérault, qui possédait un ensemble très important de ses dessins. Il est difficile d'attribuer les figures de notre dessin en toute certitude, mais il est certain qu'elles datent du XVIIIe siècle. Les feuilles de la collection Mariette maintenant au Louvre sont pareillement enrichies de personnages, et l'on a suggéré le nom de Mariette lui-même pour ces " marionnettes ". On peut aussi songer au graveur Jacques Philippe Le Bas, ou à son assistante Victoire Chenu qui devaient être tout aussi capables d'animer les frondaisons grandioses des paysages purs d'Oudry.

Nous remercions Monsieur Hal Opperman pour son aide à la rédaction de cette notice.

1. Voir Hal Opperman, J.B. Oudry, Paris, 1982, p. 232
2. Voir cat. exp. Louvre, 2016, p. 53

Estimation 60 000 - 80 000 €

Sold 136,500 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 3857
Date: 27 mar. 2019 19:00
Auctioneer: Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Phone +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Old Master & XIXth Century Art