Sale Classic and Racing Cars - 09 february 2008 /Lot 7 SALMSON Type AL (Type D selon carte grise) - 1927

  • SALMSON Type AL (Type D selon carte grise) - 1927 N° de série : #25656 Moteur : quatre cylindres en ligne, avant, longitudi...
SALMSON
Type AL (Type D selon carte grise) - 1927

N° de série : #25656
Moteur : quatre cylindres en ligne, avant, longitudinal
Alésage-course : 65mm x 90mm
Cylindrée : 1195 cm3
Distribution : double arbre à cames en tête
Alimentation : un carburateur
Boîte de vitesses : mécanique à quatre rapports + MA
Châssis : à longerons et entretoises
Carrosserie : type Torpédo Grand Sport
Suspensions : ressorts à lames quart et semi-elliptiques
Freins : à tambours sur les roues arrière
Roues : à rayons

A la fin du XIXe siècle, l'entreprise Salmson, sise rue de la Grange-aux-Belles à Paris dans le Xe arrondissement, était spécialisée dans la fabrication de pompes. Son fondateur, l'éclectique Emile Salmson, s'intéressant également à la toute nouvelle aéronautique, mit en chantier en 1909 la fabrication d'un moteur d'aéroplane, un sept-cylindres en étoile fixe refroidi par eau, en collaboration avec deux ingénieurs, Canton et Unné. Le succès fut immédiat, et une nouvelle société fut créée en 1912 à Billancourt, la " Société des Moteurs Salmson ", exploitant les brevets " système Canton-Unné ".
Mais, au lendemain de la guerre, se posa le problème de la reconversion des actifs, et Salmson entreprit la construction d'une automobile légère, un cyclecar GN anglais propulsé par un bicylindre en V de 1 086 cm3 refroidi par air. L'aventure des automobiles Salmson était donc en marche.
Entre octobre 1921 et juillet 1922, les premières vraies Salmson fabriquées en série sortent des ateliers : ce sont les Type AL, avec moteurs 1 086 cm3 à commande des soupapes par came et culbuteur uniques pour les soupapes d'admission et d'échappement, puis fin 1922, avec le même moteur monoculbuteur les VAL3 à châssis allongé à l'avant avec ressorts entiers et les Type D 8/10 HP, avec moteur 1 195 cm3 double-arbre à cames en tête.
Comme les autres voitures de la collection, cette Salmson est depuis longtemps pensionnaire du Musée Automobile de la Sarthe.
Nous laissons Francis Piquera, conservateur du musée, expliquer l'histoire et les particularités de la voiture présentée.
Le premier type AL dont il n'exista pas de version GS à moteur double arbre possède un châssis allégé et raccourci, l'essieu avant tubulaire étant fixé à l'extrémité avant de ressorts à lames quart-elliptiques sans freins avant (c'est le cas ici).
De nombreux éléments existent dans l'évolution des productions Salmson pour différencier le type D, 10 HP de tourisme, des type VAL3 GS et GSS, légèese voiturettes Grand Sport plus orientées vers le sport et la compétition..
La version D possède comme les types VAL (voiturette AL) un châssis qui se prolonge au-delà de l'essieu avant, les ressorts à lames semi-elliptiques étant articulés à leurs deux extrémités sur les longerons de ce châssis, l'essieu avant du type " forgé " (plus lourd) est fixé sous le ressort, au centre de la lame semi-elliptique. Ces éléments nous permettent de constater que la voiture en question est bien un type AL. (…) Lorsque cette voiture a été remontée vraisemblablement à la fin des années 1950 autour d'un châssis AL par le propriétaire précédent, celui-ci disposant d'un moteur de D, l'a monté dans la voiture (ou l'a trouvée déjà équipée de ce moteur ?). Ceci est prouvé par le numéro frappé sur le côté droit du carter moteur " 25 656 " qui correspond bien à la tranche des numéros de type D de 1924. Pensant (naïvement) authentifier la voiture, il a greffé sur le tablier la plaque de châssis du modèle " D " dont provenait ce moteur, et dont il possédait vraisemblablement la carte grise ".
Selon cette étude et examen pertinents dont nous remercions l'auteur, nous serions donc en présence d'un type AL avec un moteur et une plaque constructeur de type D. La carrosserie a sans doute été façonnée artisanalement sur une armature tubulaire.
Pour Francis Piquera, la voiture marche " trop " fort, le moteur semble en effet trop puissant et lourd pour le petit châssis AL.
La voiture jusqu'à maintenant exposée au Musée Automobile de la Sarthe évoquait la Salmson 1100 qui avait terminé 2e du classement général aux 24 Heures du Mans 1927 derrière la seule rescapée des fameuses Bentley trois-litres.

Carte grise française
Sans prix de réserve
Like the other cars of the Collection, this Salmson has been kept in the Musée Automobile de la Sarthe for a long time.
Francis Piquera, Director of the Museum, explains the features and the history of this car.
'Many features allow to identify a Type D which is a heavy 8/10 HP touring car with a twin cam engine from the lighter Types AL and VAL3.
'The first true Salmson model is the Type AL of which there was no twin cam GS version. It has a short and flat chassis with a tubular front axle attached to quarter-elliptic springs and without brakes (which is the case here). The D-type has a longer and heavier chassis with a forged front axle attached under and in the middle of the semi-elliptic front springs like on the lighter VAL3.
'These specifications allow to identify this car as a Type AL. (…) When this car had been assembled perhaps in late 1950s on the basis of a Type AL chassis by its previous owner, he fitted a D engine (which was perhaps already in the car) ?) This is attested by the engine number stamped on the right side of the crankcase : #25656 belongs to the 1924 D-type series. To give the car some legal identity he had the (too ?) simple idea to fit on the firewall the plate of the Type D of which he had probably the carte grise.'

According to this relevant statement, we can say that this car is a Type AL with a Type D engine and chassis identification plate. The body had probably been handcrafted on a tubular frame. Francis Piquera thinks that the vehicle is going 'too strong' as the engine is too powerful and heavy for this frail AL chassis.
Nevertheless it was exhibited in the Le Mans museum to recall the little 1100 Salmson which came home second in 1927 behind the winning 3-Litre Bentley, the only one which had survived the Maison-Blanche crash.

French reg.
No reserve
Estimation 15 000 - 25 000 €

Sold 21,444 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 7

SALMSON
Type AL (Type D selon carte grise) - 1927

Sold 21,444 € [$]

SALMSON
Type AL (Type D selon carte grise) - 1927

N° de série : #25656
Moteur : quatre cylindres en ligne, avant, longitudinal
Alésage-course : 65mm x 90mm
Cylindrée : 1195 cm3
Distribution : double arbre à cames en tête
Alimentation : un carburateur
Boîte de vitesses : mécanique à quatre rapports + MA
Châssis : à longerons et entretoises
Carrosserie : type Torpédo Grand Sport
Suspensions : ressorts à lames quart et semi-elliptiques
Freins : à tambours sur les roues arrière
Roues : à rayons

A la fin du XIXe siècle, l'entreprise Salmson, sise rue de la Grange-aux-Belles à Paris dans le Xe arrondissement, était spécialisée dans la fabrication de pompes. Son fondateur, l'éclectique Emile Salmson, s'intéressant également à la toute nouvelle aéronautique, mit en chantier en 1909 la fabrication d'un moteur d'aéroplane, un sept-cylindres en étoile fixe refroidi par eau, en collaboration avec deux ingénieurs, Canton et Unné. Le succès fut immédiat, et une nouvelle société fut créée en 1912 à Billancourt, la " Société des Moteurs Salmson ", exploitant les brevets " système Canton-Unné ".
Mais, au lendemain de la guerre, se posa le problème de la reconversion des actifs, et Salmson entreprit la construction d'une automobile légère, un cyclecar GN anglais propulsé par un bicylindre en V de 1 086 cm3 refroidi par air. L'aventure des automobiles Salmson était donc en marche.
Entre octobre 1921 et juillet 1922, les premières vraies Salmson fabriquées en série sortent des ateliers : ce sont les Type AL, avec moteurs 1 086 cm3 à commande des soupapes par came et culbuteur uniques pour les soupapes d'admission et d'échappement, puis fin 1922, avec le même moteur monoculbuteur les VAL3 à châssis allongé à l'avant avec ressorts entiers et les Type D 8/10 HP, avec moteur 1 195 cm3 double-arbre à cames en tête.
Comme les autres voitures de la collection, cette Salmson est depuis longtemps pensionnaire du Musée Automobile de la Sarthe.
Nous laissons Francis Piquera, conservateur du musée, expliquer l'histoire et les particularités de la voiture présentée.
Le premier type AL dont il n'exista pas de version GS à moteur double arbre possède un châssis allégé et raccourci, l'essieu avant tubulaire étant fixé à l'extrémité avant de ressorts à lames quart-elliptiques sans freins avant (c'est le cas ici).
De nombreux éléments existent dans l'évolution des productions Salmson pour différencier le type D, 10 HP de tourisme, des type VAL3 GS et GSS, légèese voiturettes Grand Sport plus orientées vers le sport et la compétition..
La version D possède comme les types VAL (voiturette AL) un châssis qui se prolonge au-delà de l'essieu avant, les ressorts à lames semi-elliptiques étant articulés à leurs deux extrémités sur les longerons de ce châssis, l'essieu avant du type " forgé " (plus lourd) est fixé sous le ressort, au centre de la lame semi-elliptique. Ces éléments nous permettent de constater que la voiture en question est bien un type AL. (…) Lorsque cette voiture a été remontée vraisemblablement à la fin des années 1950 autour d'un châssis AL par le propriétaire précédent, celui-ci disposant d'un moteur de D, l'a monté dans la voiture (ou l'a trouvée déjà équipée de ce moteur ?). Ceci est prouvé par le numéro frappé sur le côté droit du carter moteur " 25 656 " qui correspond bien à la tranche des numéros de type D de 1924. Pensant (naïvement) authentifier la voiture, il a greffé sur le tablier la plaque de châssis du modèle " D " dont provenait ce moteur, et dont il possédait vraisemblablement la carte grise ".
Selon cette étude et examen pertinents dont nous remercions l'auteur, nous serions donc en présence d'un type AL avec un moteur et une plaque constructeur de type D. La carrosserie a sans doute été façonnée artisanalement sur une armature tubulaire.
Pour Francis Piquera, la voiture marche " trop " fort, le moteur semble en effet trop puissant et lourd pour le petit châssis AL.
La voiture jusqu'à maintenant exposée au Musée Automobile de la Sarthe évoquait la Salmson 1100 qui avait terminé 2e du classement général aux 24 Heures du Mans 1927 derrière la seule rescapée des fameuses Bentley trois-litres.

Carte grise française
Sans prix de réserve
Like the other cars of the Collection, this Salmson has been kept in the Musée Automobile de la Sarthe for a long time.
Francis Piquera, Director of the Museum, explains the features and the history of this car.
'Many features allow to identify a Type D which is a heavy 8/10 HP touring car with a twin cam engine from the lighter Types AL and VAL3.
'The first true Salmson model is the Type AL of which there was no twin cam GS version. It has a short and flat chassis with a tubular front axle attached to quarter-elliptic springs and without brakes (which is the case here). The D-type has a longer and heavier chassis with a forged front axle attached under and in the middle of the semi-elliptic front springs like on the lighter VAL3.
'These specifications allow to identify this car as a Type AL. (…) When this car had been assembled perhaps in late 1950s on the basis of a Type AL chassis by its previous owner, he fitted a D engine (which was perhaps already in the car) ?) This is attested by the engine number stamped on the right side of the crankcase : #25656 belongs to the 1924 D-type series. To give the car some legal identity he had the (too ?) simple idea to fit on the firewall the plate of the Type D of which he had probably the carte grise.'

According to this relevant statement, we can say that this car is a Type AL with a Type D engine and chassis identification plate. The body had probably been handcrafted on a tubular frame. Francis Piquera thinks that the vehicle is going 'too strong' as the engine is too powerful and heavy for this frail AL chassis.
Nevertheless it was exhibited in the Le Mans museum to recall the little 1100 Salmson which came home second in 1927 behind the winning 3-Litre Bentley, the only one which had survived the Maison-Blanche crash.

French reg.
No reserve
Estimation 15 000 - 25 000 €

Sold 21,444 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 1381
Date: 09 feb. 2008 20:00

Contact

Karine Boulanger
Phone
kboulanger@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Classic and Racing Cars