Sale Furniture & Works of Art - 26 november 2018 /Lot 34 ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes

  • ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes
  • ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes
  • ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes
  • ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes
  • ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes
  • ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes
ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes
À patine brun clair nuancé reposant sur des bases en velours rouge

D'après Gaspar Marsy (1624-1681) et Anselme Flamen (1647-1717)
Enlèvement d'Orithye par Borée
H. : 57 cm (22 1/2 in.) et terrasse 22,6 x 21,9 cm (8 3/4 x 8 1/2 in.)

D'après François Girardon (1628-1715)
Enlèvement de Proserpine par Pluton
H. : 55,6 cm (21 3/4 in.) et terrasse 21 x 20,6 cm (8 1/4 x 8 in.)

Provenance :
Avant guerre collection d'une aristocrate parisienne, puis par descendance jusqu'à l'actuel propriétaire.

Études comparatives :
- Gaspard Marsy (1624-1681) et Anselm Flamen (1647-1717), "Borée enlevant Orithye dit aussi Allégorie de l'Air," 1674-1687, marbre, Dim. 260 x 100 x 100 cm, Paris, musée du Louvre, Inv. MR 1844.
- François Girardon (1628-1715), "L'enlèvement de Proserpine par Pluton", 1696-1699, marbre, Dim. 116 x 120 cm, Versailles, Châteaux de Versailles et de Trianon, Inv. 1850.9210.
- D'après François Girardon (1628-1715), "Pluton enlevant Proserpine : "Feu"", c.1699, bronze, H. 54,6 cm dont une base de 21,1 cm en bronze doré., Londres, Wallace Collection, Inv. S170.
- D'après Gaspard Marsy (1624-1681) et Anselm Flamen (1647-1717), "Borée enlevant Orithye : "Air"", c.1687, bronze, H. 54,6 cm dont une base de 21,1 cm en bronze doré, Londres, Wallace Collection, Inv. S169.

Bibliographie comparative :
Sous Dir. Sophie Baratte et Genevière Bresc-Bautier, "Les bronzes de la Couronne", catalogue de l'exposition tenue à Paris, musée du Louvre du
12 avril au 12 juillet 1999, Ed RMN, 1999 et 2e édition 2001, pp.125-127 ;
Robert Wenley, "French bronzes in the Wallace Collection", The trustees of the Wallace Collection, London, 2002, pp.54-57.
Sous dir. Geneviève Bresc-Bautier et Guilhem Scherf, "Bronzes français dela Renaissance au Siècle des Lumières", catalogue de l'exposition tenue à Paris, musée du Louvre du 22 octobre 2008 au 19 janvier 2009, musée du Louvre/Somogy, Paris, 2008, pp. 258-269.
François Souchal, "French sculptors of the XVIIth and XVIIIth centuries. The Reign of Louis XIV". Illustrated catalogue, Oxford et Londres, t.1 1977-1993, modèles répertoriés T.1 p.282,
et t.IV, sous le n°42, pp.102-104.

A pair of patinated bronze groups depicting the Abduction of Orithye by Boree after Gaspar Marsy (1624-1681) and Anselme Flamen (1647-1717) and the Abduction of Proserpine by Pluto after François Girardon (1628-1715), French school, circa 1750

Nos deux bronzes sont les réductions des deux groupes en marbre faisant partie de la "Grande Commande" de 1674, destinés au parterre d'eau de Versailles. Le grand ordonnateur du projet, Charles Lebrun (1619-1690), a pour ambition d'illustrer les quatre éléments par quatre scènes d'enlèvement inspirées des Métamorphoses d'Ovide. François Girardon et Gaspard Marsy puis, après la mort de ce dernier, son élève Anselm Flamen, sont chargés de sculpter dans le marbre les groupes allégoriques du Feu et de l'Air.

Pour représenter le Feu, Girardon emprunte à Ovide (Métamorphose, V, 351), l'épisode suivant : le roi des enfers Pluton capture Proserpine, fille de Jupiter et de Cérès, alors qu'elle se promène dans la campagne sicilienne en compagnie de la nymphe Cyané.

Marsy, quant à lui, s'inspire du chant VI (687-721) pour illustrer l'Air : Repoussé par la belle Orithye, fille du roi d'Athènes, Borée le dieu du vent du nord l'enlève, aidé dans son envol par le souffle de Zéphyr.

Si les deux grands marbres1 n'ont jamais été mis en place autour du parterre d'eau, Girardon qui dirige les équipes en charge de l'exécution des bronzes du roi reçoit dès 1692 la commande de deux réductions pour la Petite Galerie du Château (Salon ovale du Petit Appartement du roi). La paire ainsi constituée bénéficie immédiatement d'un grand succès et est fondue en deux dimensions (entre 100 et 110 cm pour la grande version et 55 et 60 cm pour la petite version) tout au long du XVIIIe siècle avec, suivant les modèles, quelques légères variantes.

Les versions de grande dimension, comme la paire originale sont conservées à Versailles2, ainsi que celles du Getty3, de Strasbourg4 et de Dresde5. Parmi les très remarquables exemplaires de la petite version qui sont plus nombreux citons les exemplaires conservés à la Wallace Collection6 que se rapprochent nos deux groupes.

Tout comme dans les groupes de la collection Wallace nos groupes sont présentés sur des bases naturalistes carrées et le Zéphyr du groupe de Borée n'est pas affublé d'ailes. On retrouve aussi de belles similitudes dans la qualité des finitions, des ciselures et de la patine.

Nos bronzes sont fondus d'un seul jet par la méthode de la cire perdue solidairement de leurs bases, exceptés les bras des deux captives. L'intérieur des fontes présente des reliefs accidentés avec des traces apparentes du noyau, en cohérence avec les techniques et les usages des ateliers de fonderie parisiens durant le règne de Louis XV (1710-1774). Les patines brunes, richement nuancées, sont particulièrement soignées et présentent des transparences laissant apparaître un métal blond.

Si le style et la composition des deux Enlèvements versaillais sont fortement marqués par l'art de Jean de Bologne (1529-1608), Girardon et Marsy montrent ici combien l'influence du maniérisme italien a été assimilée par les artistes français. Ces deux groupes font référence dans l'Histoire de l'art et marquent une étape décisive dans l'évolution de la petite sculpture en bronze vers un art majeur.

Les statuettes de l'Air et du Feu sont, à ce titre, représentatives d'un "grand goût français", complexe et raffiné, qui, dès cette époque, rayonne à travers toute l'Europe, orne les plus beaux cabinets d'amateurs, et entre dans les collections les plus prestigieuses.

(1) François Girardon (1628-1715), "Pluton enlevant Proserpine", c.1699, marbre, H.260 cm, Versailles, Châteaux de Versailles et de Trianon Inv. MV 8952 ; Gaspard Marsy (1624-1681) et Anselm Flamen (1647-1717), Borée enlevant Orithye, c.1687, marbre, H.260 cm, Paris, Musée du Louvre Inv. MR 1844.
(2) Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Inv. MV7953 et Inv.
MR SUP. 145.
(3) Los Angeles, J. Paul Getty Museum, Inv. 88.SB.73 et Inv. 88.SB.74.
(4) François Girardon (1628-1715), "L'Enlèvement de Proserpine par Pluton", bronze, H. 107,5.cm Strasbourg, Musée des Beaux-Arts, château des Rohan, Inv. S260.
(5) Dresde, Skulpturensammlung, Inv. H4 153/008 et Inv. H4 154/013.
(6) Londres, Wallace Collection, Inv. S170 et S169.


Estimation 30 000 - 50 000 €

Sold 67,600 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 34

ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes

Sold 67,600 € [$]

ÉCOLE FRANÇAISE VERS 1750 Paire de bronzes
À patine brun clair nuancé reposant sur des bases en velours rouge

D'après Gaspar Marsy (1624-1681) et Anselme Flamen (1647-1717)
Enlèvement d'Orithye par Borée
H. : 57 cm (22 1/2 in.) et terrasse 22,6 x 21,9 cm (8 3/4 x 8 1/2 in.)

D'après François Girardon (1628-1715)
Enlèvement de Proserpine par Pluton
H. : 55,6 cm (21 3/4 in.) et terrasse 21 x 20,6 cm (8 1/4 x 8 in.)

Provenance :
Avant guerre collection d'une aristocrate parisienne, puis par descendance jusqu'à l'actuel propriétaire.

Études comparatives :
- Gaspard Marsy (1624-1681) et Anselm Flamen (1647-1717), "Borée enlevant Orithye dit aussi Allégorie de l'Air," 1674-1687, marbre, Dim. 260 x 100 x 100 cm, Paris, musée du Louvre, Inv. MR 1844.
- François Girardon (1628-1715), "L'enlèvement de Proserpine par Pluton", 1696-1699, marbre, Dim. 116 x 120 cm, Versailles, Châteaux de Versailles et de Trianon, Inv. 1850.9210.
- D'après François Girardon (1628-1715), "Pluton enlevant Proserpine : "Feu"", c.1699, bronze, H. 54,6 cm dont une base de 21,1 cm en bronze doré., Londres, Wallace Collection, Inv. S170.
- D'après Gaspard Marsy (1624-1681) et Anselm Flamen (1647-1717), "Borée enlevant Orithye : "Air"", c.1687, bronze, H. 54,6 cm dont une base de 21,1 cm en bronze doré, Londres, Wallace Collection, Inv. S169.

Bibliographie comparative :
Sous Dir. Sophie Baratte et Genevière Bresc-Bautier, "Les bronzes de la Couronne", catalogue de l'exposition tenue à Paris, musée du Louvre du
12 avril au 12 juillet 1999, Ed RMN, 1999 et 2e édition 2001, pp.125-127 ;
Robert Wenley, "French bronzes in the Wallace Collection", The trustees of the Wallace Collection, London, 2002, pp.54-57.
Sous dir. Geneviève Bresc-Bautier et Guilhem Scherf, "Bronzes français dela Renaissance au Siècle des Lumières", catalogue de l'exposition tenue à Paris, musée du Louvre du 22 octobre 2008 au 19 janvier 2009, musée du Louvre/Somogy, Paris, 2008, pp. 258-269.
François Souchal, "French sculptors of the XVIIth and XVIIIth centuries. The Reign of Louis XIV". Illustrated catalogue, Oxford et Londres, t.1 1977-1993, modèles répertoriés T.1 p.282,
et t.IV, sous le n°42, pp.102-104.

A pair of patinated bronze groups depicting the Abduction of Orithye by Boree after Gaspar Marsy (1624-1681) and Anselme Flamen (1647-1717) and the Abduction of Proserpine by Pluto after François Girardon (1628-1715), French school, circa 1750

Nos deux bronzes sont les réductions des deux groupes en marbre faisant partie de la "Grande Commande" de 1674, destinés au parterre d'eau de Versailles. Le grand ordonnateur du projet, Charles Lebrun (1619-1690), a pour ambition d'illustrer les quatre éléments par quatre scènes d'enlèvement inspirées des Métamorphoses d'Ovide. François Girardon et Gaspard Marsy puis, après la mort de ce dernier, son élève Anselm Flamen, sont chargés de sculpter dans le marbre les groupes allégoriques du Feu et de l'Air.

Pour représenter le Feu, Girardon emprunte à Ovide (Métamorphose, V, 351), l'épisode suivant : le roi des enfers Pluton capture Proserpine, fille de Jupiter et de Cérès, alors qu'elle se promène dans la campagne sicilienne en compagnie de la nymphe Cyané.

Marsy, quant à lui, s'inspire du chant VI (687-721) pour illustrer l'Air : Repoussé par la belle Orithye, fille du roi d'Athènes, Borée le dieu du vent du nord l'enlève, aidé dans son envol par le souffle de Zéphyr.

Si les deux grands marbres1 n'ont jamais été mis en place autour du parterre d'eau, Girardon qui dirige les équipes en charge de l'exécution des bronzes du roi reçoit dès 1692 la commande de deux réductions pour la Petite Galerie du Château (Salon ovale du Petit Appartement du roi). La paire ainsi constituée bénéficie immédiatement d'un grand succès et est fondue en deux dimensions (entre 100 et 110 cm pour la grande version et 55 et 60 cm pour la petite version) tout au long du XVIIIe siècle avec, suivant les modèles, quelques légères variantes.

Les versions de grande dimension, comme la paire originale sont conservées à Versailles2, ainsi que celles du Getty3, de Strasbourg4 et de Dresde5. Parmi les très remarquables exemplaires de la petite version qui sont plus nombreux citons les exemplaires conservés à la Wallace Collection6 que se rapprochent nos deux groupes.

Tout comme dans les groupes de la collection Wallace nos groupes sont présentés sur des bases naturalistes carrées et le Zéphyr du groupe de Borée n'est pas affublé d'ailes. On retrouve aussi de belles similitudes dans la qualité des finitions, des ciselures et de la patine.

Nos bronzes sont fondus d'un seul jet par la méthode de la cire perdue solidairement de leurs bases, exceptés les bras des deux captives. L'intérieur des fontes présente des reliefs accidentés avec des traces apparentes du noyau, en cohérence avec les techniques et les usages des ateliers de fonderie parisiens durant le règne de Louis XV (1710-1774). Les patines brunes, richement nuancées, sont particulièrement soignées et présentent des transparences laissant apparaître un métal blond.

Si le style et la composition des deux Enlèvements versaillais sont fortement marqués par l'art de Jean de Bologne (1529-1608), Girardon et Marsy montrent ici combien l'influence du maniérisme italien a été assimilée par les artistes français. Ces deux groupes font référence dans l'Histoire de l'art et marquent une étape décisive dans l'évolution de la petite sculpture en bronze vers un art majeur.

Les statuettes de l'Air et du Feu sont, à ce titre, représentatives d'un "grand goût français", complexe et raffiné, qui, dès cette époque, rayonne à travers toute l'Europe, orne les plus beaux cabinets d'amateurs, et entre dans les collections les plus prestigieuses.

(1) François Girardon (1628-1715), "Pluton enlevant Proserpine", c.1699, marbre, H.260 cm, Versailles, Châteaux de Versailles et de Trianon Inv. MV 8952 ; Gaspard Marsy (1624-1681) et Anselm Flamen (1647-1717), Borée enlevant Orithye, c.1687, marbre, H.260 cm, Paris, Musée du Louvre Inv. MR 1844.
(2) Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Inv. MV7953 et Inv.
MR SUP. 145.
(3) Los Angeles, J. Paul Getty Museum, Inv. 88.SB.73 et Inv. 88.SB.74.
(4) François Girardon (1628-1715), "L'Enlèvement de Proserpine par Pluton", bronze, H. 107,5.cm Strasbourg, Musée des Beaux-Arts, château des Rohan, Inv. S260.
(5) Dresde, Skulpturensammlung, Inv. H4 153/008 et Inv. H4 154/013.
(6) Londres, Wallace Collection, Inv. S170 et S169.


Estimation 30 000 - 50 000 €

Sold 67,600 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 3813
Date: 26 nov. 2018 19:00
Auctioneer: Isabelle Bresset

Contact

Charlotte Norton
Phone +33 1 42 99 20 68
cnorton@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Furniture & Works of Art