Sale Furniture & Works of Art - 22 july 2020 /Lot 183 CHEF-RELIQUAIRE, ROME OU FLORENCE Début du XVIe siècle

  • CHEF-RELIQUAIRE, ROME OU FLORENCE Début du XVIe siècle
CHEF-RELIQUAIRE, ROME OU FLORENCE Début du XVIe siècle
En cuivre repoussé et ciselé ; traces de dorure, monté sur un socle de métal noir
H. : 24 cm (9 1/2 in.)
L. : 12,5 cm (13 in.)

An embossed and chiseled copper chief reliquary, Rome or Florence, early 16th century

Le terme de Chef-reliquaire (du latin "caput" la tête) désigne un type de reliquaire qualifié de topique c'est-à-dire épousant la forme de l'objet qu'il contient, appelé aussi reliquaire morphologique car il présente une partie du corps humain.
Les Chef-reliquaires, destinés à conserver un crâne ou une partie de celui-ci, se présentent généralement sous la forme d'une tête d'orfèvrerie en métal repoussé et ciselé, or, argent ou cuivre doré, parfois présentée avec le buste et le plus souvent articulée au niveau de la calotte crânienne
par une charnière. Si certains sont renforcés par une âme de bois, d'autres, comme ici, sont entièrement métalliques.
Apparus dès le IXe siècle, les Chef-reliquaires comptent parmi les plus précoces sculptures anthropomorphes de l'occident chrétien. Après avoir atteint leur pic de production aux XIVe et XVe siècles, les Chef-reliquaires voient leur nombre diminuer et évoluent vers les bustes reliquaires en bois doré dans l'art baroque jusqu'au XIXe siècle.

La tête présentée offre un visage aux traits accentués, le front ridé, les sourcils saillants en accolade sur des yeux aux paupières et pupilles ciselées de fines dentelures. La face est encadrée d'une longue barbe piquetée aux boucles sinueuses finissant en crochets. Le sommet du crâne, manquant, devait constituer un couvercle articulé formant la calotte crânienne. La base disparue pouvait être constituée d'un départ d'épaules formant le socle. La longueur marquée de la barbe peut faire présumer la représentation d'un saint ascète, ermite ou anachorète.
Brillant travail de sculpture autant que d'orfèvrerie, cette tête peut trouver son origine dans l'Italie de la première Renaissance, vers le début du XVIe siècle, dans un des ateliers romains ou florentins qui attiraient les orfèvres de toute l'Europe dans une période d'intense création ou plusieurs disciplines étaient pratiquées par les mêmes artistes, comme l'architecture, la sculpture, l'orfèvrerie ou la peinture le dessin et la gravure.

Parmi les chef-reliquaires et bustes comparables conservés en Italie on pourra citer : le buste reliquaire de saint Justin par Nicola di Guardiagrele vers 1455, autrefois conservé dans la cathédrale de Chieti ; le Chef-reliquaire de saint Pamphile par Giovanni di Marino di Cicco, vers 1460 dans la cathédrale de Sulmone (Abruzzes) ; ou encore le buste de saint André par le florentin Simone di Giovanni Ghini, vers 1463, au musée diocésain de Pienza ; et le buste de saint Silvestre par Antonio di Salvi Salvucci, vers 1497 pour la chartreuse de Vedana, aujourd'hui au musée diocésain de Feltre.

Estimation 4 000 - 6 000 €

Sold 7,800 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 183

CHEF-RELIQUAIRE, ROME OU FLORENCE Début du XVIe siècle

Sold 7,800 € [$]

CHEF-RELIQUAIRE, ROME OU FLORENCE Début du XVIe siècle
En cuivre repoussé et ciselé ; traces de dorure, monté sur un socle de métal noir
H. : 24 cm (9 1/2 in.)
L. : 12,5 cm (13 in.)

An embossed and chiseled copper chief reliquary, Rome or Florence, early 16th century

Le terme de Chef-reliquaire (du latin "caput" la tête) désigne un type de reliquaire qualifié de topique c'est-à-dire épousant la forme de l'objet qu'il contient, appelé aussi reliquaire morphologique car il présente une partie du corps humain.
Les Chef-reliquaires, destinés à conserver un crâne ou une partie de celui-ci, se présentent généralement sous la forme d'une tête d'orfèvrerie en métal repoussé et ciselé, or, argent ou cuivre doré, parfois présentée avec le buste et le plus souvent articulée au niveau de la calotte crânienne
par une charnière. Si certains sont renforcés par une âme de bois, d'autres, comme ici, sont entièrement métalliques.
Apparus dès le IXe siècle, les Chef-reliquaires comptent parmi les plus précoces sculptures anthropomorphes de l'occident chrétien. Après avoir atteint leur pic de production aux XIVe et XVe siècles, les Chef-reliquaires voient leur nombre diminuer et évoluent vers les bustes reliquaires en bois doré dans l'art baroque jusqu'au XIXe siècle.

La tête présentée offre un visage aux traits accentués, le front ridé, les sourcils saillants en accolade sur des yeux aux paupières et pupilles ciselées de fines dentelures. La face est encadrée d'une longue barbe piquetée aux boucles sinueuses finissant en crochets. Le sommet du crâne, manquant, devait constituer un couvercle articulé formant la calotte crânienne. La base disparue pouvait être constituée d'un départ d'épaules formant le socle. La longueur marquée de la barbe peut faire présumer la représentation d'un saint ascète, ermite ou anachorète.
Brillant travail de sculpture autant que d'orfèvrerie, cette tête peut trouver son origine dans l'Italie de la première Renaissance, vers le début du XVIe siècle, dans un des ateliers romains ou florentins qui attiraient les orfèvres de toute l'Europe dans une période d'intense création ou plusieurs disciplines étaient pratiquées par les mêmes artistes, comme l'architecture, la sculpture, l'orfèvrerie ou la peinture le dessin et la gravure.

Parmi les chef-reliquaires et bustes comparables conservés en Italie on pourra citer : le buste reliquaire de saint Justin par Nicola di Guardiagrele vers 1455, autrefois conservé dans la cathédrale de Chieti ; le Chef-reliquaire de saint Pamphile par Giovanni di Marino di Cicco, vers 1460 dans la cathédrale de Sulmone (Abruzzes) ; ou encore le buste de saint André par le florentin Simone di Giovanni Ghini, vers 1463, au musée diocésain de Pienza ; et le buste de saint Silvestre par Antonio di Salvi Salvucci, vers 1497 pour la chartreuse de Vedana, aujourd'hui au musée diocésain de Feltre.

Estimation 4 000 - 6 000 €

Sold 7,800 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 3983
Date: 22 jul. 2020 19:00
Auctioneer: Isabelle Bresset

Contact

Charlotte Norton
Phone +33 1 42 99 20 68
cnorton@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Furniture & Works of Art