Sale Old Master & XIXth  Century Art - 18 november 2020 /Lot 68 Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690 Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique

  • Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690 Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique Paire d'huil
  • Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690 Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique Paire d'huil
  • Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690 Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique Paire d'huil
  • Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690 Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique Paire d'huil
  • Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690 Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique Paire d'huil
  • Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690 Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique Paire d'huil
  • Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690 Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique Paire d'huil
Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690
Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique
Paire d'huiles sur toiles
(Usures et restaurations)

The Nations of Asia and The Nations of Africa, oil on canvas, a pair, by Ch. Le Brun and workshop
h: 66,50 w: 55 cm

Provenance : Peut-être collection de Nicolas Delaunay, directeur de la Monnaie des médailles du Roi (1646-1727), selon la lettre des gravures de Louis Surugue : "Les petits tableaux Or. aux sont chez Mr Delaunay Dir.tr des Médailles a Paris" ;
Galerie Joseph Hahn, exposés à Maastricht en 1977 et à la Biennale des Antiquaires à Paris en 1978 ;
Probablement acquis auprès de celui-ci par les parents de l'actuelle propriétaire


Expositions : 'Four Guest Galleries and Paul Rosenberg & Co : French Painting 1600-1900', New York, galerie Paul Rosenberg, mars - mai 1982, n° 7 et 8

Bibliographie : 'Art et curiosité', juillet-août 1978, p. 62, repr.
'Apollo', septembre 1978, fig. 2


Commentaire : Ce sont de rares témoignages d'un décor du règne de Louis XIV exceptionnel et éminemment symbolique que nous avons le privilège de proposer au feu des enchères, et dont la valeur sentimentale est d'autant plus forte que ce décor fut détruit dès le XVIIIe siècle.
Premier espace de représentation du pouvoir monarchique, le grand degré du roi, mieux connu sous le nom d'escalier des Ambassadeurs, se trouvait dans l'aile droite du château de Versailles et menait aux Grands Appartements du roi qui conduisaient eux-mêmes vers la galerie des Glaces. Conçu à partir de 1671, il fut décoré entre 1674 et 1679 par Charles Le Brun et ses collaborateurs qui parvinrent à en faire oublier l'étroitesse par de subtils effets d'ouvertures et de trompe-l'œil. Dès son achèvement, il fut unanimement célébré par ceux qui eurent le privilège d'en gravir les marches. C'est ainsi que nous lisons dans le Mercure galant de 1679 cette description de la visite à Versailles de l'ambassadeur d'Espagne avec le Roi Soleil pour guide : " le Roy mena M. l'Ambassadeur voir l'Escalier qu'il avait fait déchafauder et entièrement découvrir. Je ne vous puis exprimer la surprise que causèrent toutes les beautés qu'on y découvre. Sa Majesté même, qui n'avait pas vu le tout ensemble si achevé, l'admira, et donnant mille louanges à M. Le Brun, Elle le montra à M. l'Ambassadeur comme l'auteur de ce magnifique ouvrage1. "
Si sa destruction sous Louis XV en 1752 ne nous permet plus de l'admirer, une maquette conservée à Versailles nous permet d'imaginer l'escalier tel qu'il était sous Louis XIV (fig. 1). Sa renommée fit par ailleurs que de nombreux témoignages nous en sont parvenus : gravures (il s'agit du seul ensemble décoratif de Versailles intégralement gravé entre 1678 et 1727), descriptions anciennes, un très important ensemble de 183 dessins et cartons permettant d'en saisir la genèse et l'exécution, ainsi que quelques très rares huiles sur toiles, parmi lesquelles celles que nous présentons. Composé en trois registres, l'escalier était en partie basse orné de marbres polychromes sur lesquels se détachaient une fontaine, accentuant les accents minéraux de cette base. Au plafond, les dieux de l'Olympe et des figures allégoriques entouraient une verrière zénithale centrale. Mais c'est le registre médian qui nous intéresse ici : scandant les marbres se détachaient quatre loggias en trompe-l'œil qui abritaient des envoyés venus des quatre continents peints " au naturel (…) qui passent avec empressement dans les Galleries feintes qui conduisent aux Appartements du Roi, et plusieurs d'entre eux paroissent s'arrester sur des balcons " (Le Fèvre)². Autour du buste en marbre blanc du roi se trouvaient les représentants Différentes Nations de l'Europe et de l'Amérique auxquelles faisaient face les deux compositions que l'on retrouve sur nos toiles : Les différentes Nations de l'Asie et Les différentes Nations de l'Afrique (fig. 2).
C'est avec beaucoup de vie et de pittoresque que Charles Le Brun a ici représenté ces hommes venus de contrées lointaines se tenant devant un ciel bleu sur lequel se détache une colonnade, et au bord d'une balustrade ornée de riches drapés. Certains s'y appuient, d'autres s'y penchent pendant que d'autres encore détournent le regard : c'est un jeu subtil de multiples attitudes naturelles, de gestes et de regards qui s'offre à nous, nos deux compositions se répondant en miroir. Et bien entendu, au sein de leur décor d'origine, ces personnages donnaient l'illusion d'interpeller les ambassadeurs et leur suite en chair et en os invités par le roi à gravir les marches de l'escalier. Costumes variés, turbans, plumets, toques de fourrures, physionomies différenciées, carnations brunes ou plus claires, Charles Le Brun a ici cherché à dépeindre avec fidélité la diversité des membres des différents pays de chaque continent, avec un exotisme certain et un réalisme qui l'est sans doute moins, mais qui souligne le souci d'une recherche de vérité dans la limite des connaissances dont il disposait et du caractère décoratif qu'il recherchait.
De format modeste, nos deux toiles peintes par Charles Le Brun probablement aidé par son atelier présentent quelques différences avec les compositions de l'escalier des Ambassadeurs telles qu'elles nous sont données à voir sur les gravures, visibles notamment dans les draperies disposées sur les balustrades, dont l'étoffe est simplifiées ici. Deux autres compositions sur toiles en lien avec le décor des parois de l'escalier des Ambassadeurs - Les différentes Nations de l'Europe et Les différentes Nations de l'Asie - sont conservées dans les collections du château de Versailles (inv. MV 5778 et 5779), mais leur exécution les désigne plutôt comme des copies. Les deux toiles de la collection Donon-Maigret sont quant à elles d'une qualité remarquable et d'une grande subtilité. Beauté du coloris, nuances des drapés, précision des visages et de leurs expressions, nous voici invités à notre tour par ces habitants d'Afrique et d'Asie du XVIIe siècle à remonter les degrés de l'histoire du Grand Siècle et de ses fabuleux décors, qui rayonnèrent dans l'Europe entière.

1. " Régal donné par le Roy à Versailles à Monsieur l'Ambassadeur d'Espagne ", Mercure Galant, août 1679, p. 257-258.
2. Cité dans cat. exp. Charles Le Brun 1619-1670. Le décor de l'escalier des Ambassadeurs à Versailles, Versailles, 1990-1991, p. 78

Estimation 60 000 - 80 000 €

Sold 195,000 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 68

Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690
Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique

Sold 195,000 € [$]

Charles LE BRUN et atelier Paris, 1619 - 1690
Les différentes nations de l'Asie et Les différentes nations de l'Afrique
Paire d'huiles sur toiles
(Usures et restaurations)

The Nations of Asia and The Nations of Africa, oil on canvas, a pair, by Ch. Le Brun and workshop
h: 66,50 w: 55 cm

Provenance : Peut-être collection de Nicolas Delaunay, directeur de la Monnaie des médailles du Roi (1646-1727), selon la lettre des gravures de Louis Surugue : "Les petits tableaux Or. aux sont chez Mr Delaunay Dir.tr des Médailles a Paris" ;
Galerie Joseph Hahn, exposés à Maastricht en 1977 et à la Biennale des Antiquaires à Paris en 1978 ;
Probablement acquis auprès de celui-ci par les parents de l'actuelle propriétaire


Expositions : 'Four Guest Galleries and Paul Rosenberg & Co : French Painting 1600-1900', New York, galerie Paul Rosenberg, mars - mai 1982, n° 7 et 8

Bibliographie : 'Art et curiosité', juillet-août 1978, p. 62, repr.
'Apollo', septembre 1978, fig. 2


Commentaire : Ce sont de rares témoignages d'un décor du règne de Louis XIV exceptionnel et éminemment symbolique que nous avons le privilège de proposer au feu des enchères, et dont la valeur sentimentale est d'autant plus forte que ce décor fut détruit dès le XVIIIe siècle.
Premier espace de représentation du pouvoir monarchique, le grand degré du roi, mieux connu sous le nom d'escalier des Ambassadeurs, se trouvait dans l'aile droite du château de Versailles et menait aux Grands Appartements du roi qui conduisaient eux-mêmes vers la galerie des Glaces. Conçu à partir de 1671, il fut décoré entre 1674 et 1679 par Charles Le Brun et ses collaborateurs qui parvinrent à en faire oublier l'étroitesse par de subtils effets d'ouvertures et de trompe-l'œil. Dès son achèvement, il fut unanimement célébré par ceux qui eurent le privilège d'en gravir les marches. C'est ainsi que nous lisons dans le Mercure galant de 1679 cette description de la visite à Versailles de l'ambassadeur d'Espagne avec le Roi Soleil pour guide : " le Roy mena M. l'Ambassadeur voir l'Escalier qu'il avait fait déchafauder et entièrement découvrir. Je ne vous puis exprimer la surprise que causèrent toutes les beautés qu'on y découvre. Sa Majesté même, qui n'avait pas vu le tout ensemble si achevé, l'admira, et donnant mille louanges à M. Le Brun, Elle le montra à M. l'Ambassadeur comme l'auteur de ce magnifique ouvrage1. "
Si sa destruction sous Louis XV en 1752 ne nous permet plus de l'admirer, une maquette conservée à Versailles nous permet d'imaginer l'escalier tel qu'il était sous Louis XIV (fig. 1). Sa renommée fit par ailleurs que de nombreux témoignages nous en sont parvenus : gravures (il s'agit du seul ensemble décoratif de Versailles intégralement gravé entre 1678 et 1727), descriptions anciennes, un très important ensemble de 183 dessins et cartons permettant d'en saisir la genèse et l'exécution, ainsi que quelques très rares huiles sur toiles, parmi lesquelles celles que nous présentons. Composé en trois registres, l'escalier était en partie basse orné de marbres polychromes sur lesquels se détachaient une fontaine, accentuant les accents minéraux de cette base. Au plafond, les dieux de l'Olympe et des figures allégoriques entouraient une verrière zénithale centrale. Mais c'est le registre médian qui nous intéresse ici : scandant les marbres se détachaient quatre loggias en trompe-l'œil qui abritaient des envoyés venus des quatre continents peints " au naturel (…) qui passent avec empressement dans les Galleries feintes qui conduisent aux Appartements du Roi, et plusieurs d'entre eux paroissent s'arrester sur des balcons " (Le Fèvre)². Autour du buste en marbre blanc du roi se trouvaient les représentants Différentes Nations de l'Europe et de l'Amérique auxquelles faisaient face les deux compositions que l'on retrouve sur nos toiles : Les différentes Nations de l'Asie et Les différentes Nations de l'Afrique (fig. 2).
C'est avec beaucoup de vie et de pittoresque que Charles Le Brun a ici représenté ces hommes venus de contrées lointaines se tenant devant un ciel bleu sur lequel se détache une colonnade, et au bord d'une balustrade ornée de riches drapés. Certains s'y appuient, d'autres s'y penchent pendant que d'autres encore détournent le regard : c'est un jeu subtil de multiples attitudes naturelles, de gestes et de regards qui s'offre à nous, nos deux compositions se répondant en miroir. Et bien entendu, au sein de leur décor d'origine, ces personnages donnaient l'illusion d'interpeller les ambassadeurs et leur suite en chair et en os invités par le roi à gravir les marches de l'escalier. Costumes variés, turbans, plumets, toques de fourrures, physionomies différenciées, carnations brunes ou plus claires, Charles Le Brun a ici cherché à dépeindre avec fidélité la diversité des membres des différents pays de chaque continent, avec un exotisme certain et un réalisme qui l'est sans doute moins, mais qui souligne le souci d'une recherche de vérité dans la limite des connaissances dont il disposait et du caractère décoratif qu'il recherchait.
De format modeste, nos deux toiles peintes par Charles Le Brun probablement aidé par son atelier présentent quelques différences avec les compositions de l'escalier des Ambassadeurs telles qu'elles nous sont données à voir sur les gravures, visibles notamment dans les draperies disposées sur les balustrades, dont l'étoffe est simplifiées ici. Deux autres compositions sur toiles en lien avec le décor des parois de l'escalier des Ambassadeurs - Les différentes Nations de l'Europe et Les différentes Nations de l'Asie - sont conservées dans les collections du château de Versailles (inv. MV 5778 et 5779), mais leur exécution les désigne plutôt comme des copies. Les deux toiles de la collection Donon-Maigret sont quant à elles d'une qualité remarquable et d'une grande subtilité. Beauté du coloris, nuances des drapés, précision des visages et de leurs expressions, nous voici invités à notre tour par ces habitants d'Afrique et d'Asie du XVIIe siècle à remonter les degrés de l'histoire du Grand Siècle et de ses fabuleux décors, qui rayonnèrent dans l'Europe entière.

1. " Régal donné par le Roy à Versailles à Monsieur l'Ambassadeur d'Espagne ", Mercure Galant, août 1679, p. 257-258.
2. Cité dans cat. exp. Charles Le Brun 1619-1670. Le décor de l'escalier des Ambassadeurs à Versailles, Versailles, 1990-1991, p. 78

Estimation 60 000 - 80 000 €

Sold 195,000 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 4039
Location: Vente à Huis clos
Date: 18 nov. 2020 14:30
Auctioneer: Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Phone +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Old Master & XIXth Century Art