Sale Rétromobile 2018 - 09 february 2018 /Lot 20 c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren

  • c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
  • c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
  • c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
  • c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
  • c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
  • c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
  • c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
  • c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
Sans titre de circulation

- Collection Volante
- Pièce Vanvooren sans doute unique (n°4014)
- Forme originale et soignée
- Restauration de grande qualité

Avec ses deux places découvertes sans capote, cette voiture hippomobile peut être qualifiée de "gig". Les boulons de roues et l'essieu Lemoine sont marqués "Vanvooren - Paris", carrossier qui, comme beaucoup, a démarré son activité au temps des chevaux avant de se convertir à l'automobile au tournant du siècle. A l'époque de la fabrication de cette voiture, Vanvooren était un des constructeurs de voitures hippomobiles les plus importants de Paris, avec un catalogue de plus de 100 versions différentes, produites par lui ou par d'autres ateliers.
Réalisé avec beaucoup de soin, cet attelage présente un ensemble léger dont le siège biplace surmonte un petit coffre à bagages. Selon son propriétaire, passionné de ce carrossier, il s'agit d'une authentique pièce Vanvooren. Il a fini par trouver ce gig après cinq ans de recherches et ne connaît qu'une autre voiture hippomobile Vanvooren encore en existence, un break de chasse, ce qui laisse supposer que les survivantes sont particulièrement rares. Restauré par Patrick Schroven, spécialiste belge renommé des voitures hippomobile, ce gig se présente dans un état impeccable et constitue un des derniers témoins des travaux d'un des plus grands carrossiers français dans le domaine des voitures hippomobiles. Il revêt donc une importante signification historique.



Unregistered

- Volante collection
- Believed to be a unique Vanvooren piece (n°4014)
- Unusual and refined shape
- High quality restoration

With its two open seats, and without a hood, this horse-drawn vehicle can be described as a " gig ". The wheel bolts and Lemoine axle are marked " Vanvooren - Paris ", the name of the coachbuilder who, like many others, started out in the days of horses, before turning their attention to automobiles at the turn of the century. When this vehicle was built, Vanvooren was one of the largest manufacturers of horse-drawn carriages, with a catalogue of some 100 different designs, built in-house, or in other workshops.
Constructed with the utmost care, this is a lightweight carriage with a double seat mounted over a small luggage compartment. According to the owner, passionate about this coachbuilder, this is a genuine Vanvooren creation. He discovered this gig following five years of research, and knows of only one other Vanvooren horse-drawn vehicle still in existence, a " break de chasse ", suggesting that survivors are particularly rare. Restored by Patrick Schroven, the renowned Belgian restorer of horse-drawn vehicles, this gig is presented in immaculate condition and is one of the last surviving examples of a horse-drawn carriage by one of the greatest French coachbuilders in this field. It is therefore of great historical significance.


Photos © Fotozumbrunn / Unger


Martin Waltz & " The Volante Collection "

Né dans une famille d'amateurs d'art et entrepreneurs dans l'industrie automobile, il n'est pas surprenant que Martin Waltz ait développé dès son plus jeune âge une passion pour les automobiles anciennes. Pendant ses études de médecine, il ne parvenait pas à résister à une limousine Mercedes 220 noire de 1956 à vendre sur le parking de l'université, et commençait ainsi à acheter des automobiles et les entretenir lui-même. Sa passion s'orientait rapidement vers les voitures d'avant-guerre et sa fascination pour Vanvooren prenait naissance lors de la découverte d'une épave d'Hispano-Suiza, en Suisse, dans une arrière-cour. Il faisait l'acquisition de la voiture et se lançait dans une remise en état, surpris par la qualité de la carrosserie. Il s'étonnait également du peu d'informations disponibles sur Vanvooren et commençait ses propres recherches. En l'espace de huit ans, avec l'aide d'autres collectionneurs, de musée, d'historiens et d'archivistes de clubs, il créait un registre et des archives Vanvooren. Au cours de ces démarches, il avait l'occasion de croiser de nombreuses voitures carrossées par Vanvooren. En toute logique, il finissait par en acheter un certain nombre, constituant la plus importante collection du monde consacrée aux voitures de ce carrossier, avec neuf véhicules équipés d'une carrosserie Vanvooren (une voiture hippomobile et huit automobiles), de neuf marques différentes : Panhard & Levassor, Voisin, Alvis, Hispano-Suiza, Bentley, Bugatti, Rolls-Royce, Delahaye et Vanvooren.

Au début des années 2000, Martin Waltz possédait 40 voitures disséminées sur plusieurs sites, au sud de l'Allemagne. Il a commencé à réfléchir à la façon d'exposer sa collection dans le but d'illustrer l'art du style automobile. Finalement, en 2015, il ouvrait un musée abritant 45 voitures dont la moitié dataient de la période d'avant-guerre. Ce musée, dénommé "Volante", a attiré des milliers de visiteurs au cours de ces deux dernières années.

Avec le projet "Volante", Martin Waltz a pu mettre en avant l'intérêt qu'il portait aux savoir-faire anciens. Des années avant que la Fiva lance la "Charte de Turin", il s'attachait déjà à préserver le plus possible les composants et matériaux d'origine de ses voitures. Pour trouver l'équilibre entre le souci de préserver la voiture et celui de la faire rouler, il investissait presque un million d'euros dans la restauration de ses automobiles Vanvooren, n'ayant de cesse de trouver et d'améliorer les techniques permettant de respecter l'état d'origine et la conformité historique. Au fil des ans, il a constitué un réseau de spécialistes pour la préservation de ses voitures, et la qualité de leurs travaux est impressionnante.

Aujourd'hui, son musée attire des évènements qui réclament une surface plus importante. Par conséquent, Martin Waltz a pris la décision difficile de se séparer de sa collection de voitures carrossées par Vanvooren, ce qui va donner à de nouveaux amateurs l'opportunité, après une révision d'usage due à leur condition de voiture de musée, de développer leur propre appréciation de ce carrossier français très particulier. Martin Waltz lui-même va continuer à archiver et répertorier, tout en ayant un projet de livre sur le sujet.



Born into an art-loving family of entrepreneurs involved in the automobile industry, it is no surprise that Martin Waltz developed a love of old cars from a very young age. While studying medicine, he was unable to resist the black 1956 Mercedes-Benz 220 limousine spotted for sale in the university car park, and so began to buy and maintain cars himself. He soon developed a special attachment to pre-war designs, and his particular fascination for Vanvooren began when he discovered the ruins of a Hispano-Suiza in a back yard in Switzerland. He bought the car and began to restore it, astonished by the quality of the coachwork. He was also surprised to discover that there was very little information available about Vanvooren, and started to do his own research. Within eight years, with the help of owners, museums, historians and club archivists, he created a Vanvooren register and archive. During this period, he came into contact with a host of special Vanvooren-bodied cars. It is no surprise that he went on to buy many of them, which is how the biggest collection of cars by this coachbuilder, anywhere in the world, came into existence: 9 vehicles with Vanvooren coachwork (one carriage and eight cars), from 9 different manufacturers: Panhard et Levassor, Voisin, Alvis, Hispano-Suiza, Bentley, Bugatti, Rolls-Royce, Delahaye and Vanvooren.

By the 2000s Waltz owned over 40 cars, kept in different locations in south-west Germany. He began to think about how to display his collection in order to illustrate the art of automotive design. Eventually, in 2015 he opened a museum that housed 45 cars, half of which date from the pre-war period. The exhibition in the museum, called VOLANTE, has attracted thousands of visitors over the last couple of years.

With the VOLANTE project, Waltz was able to showcase his special interest in old craftsmanship. Years before the FIVA launched the Charta of Turin, he worked as a pioneer in preserving as much as possible of the original material and parts of his cars. To provide the balancing act between originality and roadworthiness Waltz invested nearly 1 million euros in restoring his Vanvooren cars, always trying to find and improving the best ways back to originality and historical correctness. Over the years he created a network of specialists for the preservation of his cars, and the quality of their work is impressive.
Today, his museum space is attracting large-scale events that require more room. Consequently, Waltz has taken the difficult decision to part with his collection of Vanvooren-bodied cars, which will provide an opportunity, after a routine inspection and service due to their museum condition, for new owners to develop their own appreciation for this very special French coachbuilder. Waltz himself will continue to manage the archive and register, and has plans to write a book…





Estimation 15 000 - 25 000 €

Sold 13,112 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 20

c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren

Sold 13,112 € [$]

c. 1898 Gig Hippomobile Vanvooren
Sans titre de circulation

- Collection Volante
- Pièce Vanvooren sans doute unique (n°4014)
- Forme originale et soignée
- Restauration de grande qualité

Avec ses deux places découvertes sans capote, cette voiture hippomobile peut être qualifiée de "gig". Les boulons de roues et l'essieu Lemoine sont marqués "Vanvooren - Paris", carrossier qui, comme beaucoup, a démarré son activité au temps des chevaux avant de se convertir à l'automobile au tournant du siècle. A l'époque de la fabrication de cette voiture, Vanvooren était un des constructeurs de voitures hippomobiles les plus importants de Paris, avec un catalogue de plus de 100 versions différentes, produites par lui ou par d'autres ateliers.
Réalisé avec beaucoup de soin, cet attelage présente un ensemble léger dont le siège biplace surmonte un petit coffre à bagages. Selon son propriétaire, passionné de ce carrossier, il s'agit d'une authentique pièce Vanvooren. Il a fini par trouver ce gig après cinq ans de recherches et ne connaît qu'une autre voiture hippomobile Vanvooren encore en existence, un break de chasse, ce qui laisse supposer que les survivantes sont particulièrement rares. Restauré par Patrick Schroven, spécialiste belge renommé des voitures hippomobile, ce gig se présente dans un état impeccable et constitue un des derniers témoins des travaux d'un des plus grands carrossiers français dans le domaine des voitures hippomobiles. Il revêt donc une importante signification historique.



Unregistered

- Volante collection
- Believed to be a unique Vanvooren piece (n°4014)
- Unusual and refined shape
- High quality restoration

With its two open seats, and without a hood, this horse-drawn vehicle can be described as a " gig ". The wheel bolts and Lemoine axle are marked " Vanvooren - Paris ", the name of the coachbuilder who, like many others, started out in the days of horses, before turning their attention to automobiles at the turn of the century. When this vehicle was built, Vanvooren was one of the largest manufacturers of horse-drawn carriages, with a catalogue of some 100 different designs, built in-house, or in other workshops.
Constructed with the utmost care, this is a lightweight carriage with a double seat mounted over a small luggage compartment. According to the owner, passionate about this coachbuilder, this is a genuine Vanvooren creation. He discovered this gig following five years of research, and knows of only one other Vanvooren horse-drawn vehicle still in existence, a " break de chasse ", suggesting that survivors are particularly rare. Restored by Patrick Schroven, the renowned Belgian restorer of horse-drawn vehicles, this gig is presented in immaculate condition and is one of the last surviving examples of a horse-drawn carriage by one of the greatest French coachbuilders in this field. It is therefore of great historical significance.


Photos © Fotozumbrunn / Unger


Martin Waltz & " The Volante Collection "

Né dans une famille d'amateurs d'art et entrepreneurs dans l'industrie automobile, il n'est pas surprenant que Martin Waltz ait développé dès son plus jeune âge une passion pour les automobiles anciennes. Pendant ses études de médecine, il ne parvenait pas à résister à une limousine Mercedes 220 noire de 1956 à vendre sur le parking de l'université, et commençait ainsi à acheter des automobiles et les entretenir lui-même. Sa passion s'orientait rapidement vers les voitures d'avant-guerre et sa fascination pour Vanvooren prenait naissance lors de la découverte d'une épave d'Hispano-Suiza, en Suisse, dans une arrière-cour. Il faisait l'acquisition de la voiture et se lançait dans une remise en état, surpris par la qualité de la carrosserie. Il s'étonnait également du peu d'informations disponibles sur Vanvooren et commençait ses propres recherches. En l'espace de huit ans, avec l'aide d'autres collectionneurs, de musée, d'historiens et d'archivistes de clubs, il créait un registre et des archives Vanvooren. Au cours de ces démarches, il avait l'occasion de croiser de nombreuses voitures carrossées par Vanvooren. En toute logique, il finissait par en acheter un certain nombre, constituant la plus importante collection du monde consacrée aux voitures de ce carrossier, avec neuf véhicules équipés d'une carrosserie Vanvooren (une voiture hippomobile et huit automobiles), de neuf marques différentes : Panhard & Levassor, Voisin, Alvis, Hispano-Suiza, Bentley, Bugatti, Rolls-Royce, Delahaye et Vanvooren.

Au début des années 2000, Martin Waltz possédait 40 voitures disséminées sur plusieurs sites, au sud de l'Allemagne. Il a commencé à réfléchir à la façon d'exposer sa collection dans le but d'illustrer l'art du style automobile. Finalement, en 2015, il ouvrait un musée abritant 45 voitures dont la moitié dataient de la période d'avant-guerre. Ce musée, dénommé "Volante", a attiré des milliers de visiteurs au cours de ces deux dernières années.

Avec le projet "Volante", Martin Waltz a pu mettre en avant l'intérêt qu'il portait aux savoir-faire anciens. Des années avant que la Fiva lance la "Charte de Turin", il s'attachait déjà à préserver le plus possible les composants et matériaux d'origine de ses voitures. Pour trouver l'équilibre entre le souci de préserver la voiture et celui de la faire rouler, il investissait presque un million d'euros dans la restauration de ses automobiles Vanvooren, n'ayant de cesse de trouver et d'améliorer les techniques permettant de respecter l'état d'origine et la conformité historique. Au fil des ans, il a constitué un réseau de spécialistes pour la préservation de ses voitures, et la qualité de leurs travaux est impressionnante.

Aujourd'hui, son musée attire des évènements qui réclament une surface plus importante. Par conséquent, Martin Waltz a pris la décision difficile de se séparer de sa collection de voitures carrossées par Vanvooren, ce qui va donner à de nouveaux amateurs l'opportunité, après une révision d'usage due à leur condition de voiture de musée, de développer leur propre appréciation de ce carrossier français très particulier. Martin Waltz lui-même va continuer à archiver et répertorier, tout en ayant un projet de livre sur le sujet.



Born into an art-loving family of entrepreneurs involved in the automobile industry, it is no surprise that Martin Waltz developed a love of old cars from a very young age. While studying medicine, he was unable to resist the black 1956 Mercedes-Benz 220 limousine spotted for sale in the university car park, and so began to buy and maintain cars himself. He soon developed a special attachment to pre-war designs, and his particular fascination for Vanvooren began when he discovered the ruins of a Hispano-Suiza in a back yard in Switzerland. He bought the car and began to restore it, astonished by the quality of the coachwork. He was also surprised to discover that there was very little information available about Vanvooren, and started to do his own research. Within eight years, with the help of owners, museums, historians and club archivists, he created a Vanvooren register and archive. During this period, he came into contact with a host of special Vanvooren-bodied cars. It is no surprise that he went on to buy many of them, which is how the biggest collection of cars by this coachbuilder, anywhere in the world, came into existence: 9 vehicles with Vanvooren coachwork (one carriage and eight cars), from 9 different manufacturers: Panhard et Levassor, Voisin, Alvis, Hispano-Suiza, Bentley, Bugatti, Rolls-Royce, Delahaye and Vanvooren.

By the 2000s Waltz owned over 40 cars, kept in different locations in south-west Germany. He began to think about how to display his collection in order to illustrate the art of automotive design. Eventually, in 2015 he opened a museum that housed 45 cars, half of which date from the pre-war period. The exhibition in the museum, called VOLANTE, has attracted thousands of visitors over the last couple of years.

With the VOLANTE project, Waltz was able to showcase his special interest in old craftsmanship. Years before the FIVA launched the Charta of Turin, he worked as a pioneer in preserving as much as possible of the original material and parts of his cars. To provide the balancing act between originality and roadworthiness Waltz invested nearly 1 million euros in restoring his Vanvooren cars, always trying to find and improving the best ways back to originality and historical correctness. Over the years he created a network of specialists for the preservation of his cars, and the quality of their work is impressive.
Today, his museum space is attracting large-scale events that require more room. Consequently, Waltz has taken the difficult decision to part with his collection of Vanvooren-bodied cars, which will provide an opportunity, after a routine inspection and service due to their museum condition, for new owners to develop their own appreciation for this very special French coachbuilder. Waltz himself will continue to manage the archive and register, and has plans to write a book…





Estimation 15 000 - 25 000 €

Sold 13,112 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 3279
Location: Salon Rétromobile - Hall 2.1 Parc des expositions Porte de Versailles 75015 Paris
Date: 09 feb. 2018 14:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Rétromobile 2018 by Artcurial Motorcars