Sale Rétromobile 2023 - 03 february 2023 /Lot 79 2003 Ferrari 575 GTC Compétition

  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
  • 2003 Ferrari 575 GTC Compétition
2003 Ferrari 575 GTC Compétition
Véhicule de compétition
Châssis n° 2204
Moteur n°01

- Un des 12 exemplaires seulement fabriqués à l'usine
- Un des 3 exemplaires seulement à avoir participé aux 24 Heures du Mans en 2005
- Ayant couru sur tous les grands circuits européens avec 2 saisons de courses
- Ex-JMB Racing pour Dietsmann
- Allie histoire prestigieuse, efficience et esthétisme

Quand Ferrari dévoile la 550 Maranello en juillet 1996 sur le circuit du Nürburgring, pilotée par Michael Schumacher et Eddie Irvine (les pilotes officiels de l'équipe Ferrari F1), les aficionados applaudissent des deux mains. C'est en effet la première berlinette biplace à moteur V12 avant proposée par Ferrari depuis la 365 GTB/4 Daytona. Pour le constructeur, c'est une suite logique, après le succès du coupé 456 GT présenté quatre ans plus tôt.
Le V12 de 5,5 litres de la 550 Maranello approche 500 ch sous une carrosserie Pininfarina qui allie agressivité et élégance, dans la plus pure tradition Ferrari. De plus, elle porte un nom qui fait vibrer le cœur des passionnés, celui de la ville natale des voitures au cheval cabré.
Les pilotes et écuries privés ne tardent pas à lorgner vers la belle italienne et, comme le constructeur ne semble pas s'engager dans une campagne officielle, ils se lancent dans la préparation de la voiture pour l'alléger, en améliorer le comportement sur circuit et la faire homologuer en FFSA GT, à l'American Le Mans Series, en FIA GT ou pour les 24 Heures du Mans, avec des versions dites 550 GT, 550 Millennio ou 550 GTS mises au point ou engagées par des équipes comme Red Racing, XL Racing, Italtecnica, First Racing, Team Rafanelli, Wieth Racing, Prodrive ou Scuderia Italia. Les succès que remportent ces voitures ne peuvent être ignorés par le constructeur, qui entre dans la danse en 2003 avec sa propre version, la 550 GTC, mise au point en partenariat avec N-Technology, l'entreprise créée par Mauro Sipsz et Monica Bregoli. Comme la 575 Maranello qui vient de voir le jour, en novembre 2002, elle succède tout naturellement à la 550 dans le programme "Corse Clienti" du constructeur avec une 575 GTC modifiée elle aussi en collaboration avec N-Technology.
Sur cette nouvelle machine de circuit, le moteur Tipo F133M GT de 6 litres développe 605 ch à 6 300 tr/mn et il est relié à une boîte de vitesse XTRAC 343-03 séquentielle à six rapports. La voiture est composée d'une structure tubulaire avec panneaux en matériaux composites et, considérablement allégée par rapport au modèle de série, elle n'accuse que 1 150 kg sur la balance.

Ferrari produit 12 exemplaires de ce modèle et la voiture que nous présentons, châssis n°2204, en fait partie. Rappelons que les numéros pairs ne sont attribués par Ferrari qu'aux modèles de compétition, une gloire tout à fait particulière pour cet exemplaire... De plus, cette voiture est une des trois seules 575 GTC ayant participé aux 24 Heures du Mans : le 18 juin 2005, elle prend le départ de la célèbre épreuve sous le numéro 69. Engagée par la très sérieuse écurie française JMB Racing, elle est pilotée par Stéphane Daoudi, Jean-René de Fournoux et Jim Matthews mais une panne moteur la contraint à l'abandon à la huitième heure.
Ce n'est évidemment pas la seule épreuve à laquelle participe cette valeureuse machine, achetée neuve par Peter Kütemann (fondateur et président de l'entreprise Dietsmann) directement auprès de l'usine Ferrari et qui en a confié la préparation et la gestion en course à JMB Racing.
Ainsi, en 2004, cette 575 GTC d'abord rouge, puis noire à partir des 24 Heures de Spa, prend part au Championnat FIA GT, principalement pilotée par Antoine Gosse, Peter Kütemann et Stéphane Daoudi. Entre mars et novembre, ils prennent le départ des manches de Monza, Valencia, Magny-Cours, Hockenheim, Brno, Donington, Spa (24 Heures), Imola, Oschersleben, Dubaï et Zhuhai. La voiture porte alors le numéro 19 (sauf à Spa avec le n°18). L'année suivante elle prend part aux Le Mans Endurance Series (1000 Km de Spa, 1000 Km de Monza, 1000 Km de Silverstone, 1000 Km du Nürburgring, épreuve d'Istanbul et bien sûr 24 Heures du Mans évoquées plus haut). Elle porte le numéro 68 (sauf 69 au Mans) et Hans Hugenholtz se joint à plusieurs reprises à l'équipe de pilotes.

Aujourd'hui, la voiture est équipée du moteur n°01, complètement révisé en septembre 2015 par Lionel Petit, chef mécanicien de JMB Racing qui était à l'époque en charge de la voiture. Ce V12 a reçu des chemises, pistons, soupapes et roulements neufs, et un rodage a été effectué. Sur le plan cosmétique, la voiture a été restaurée dans sa configuration des 24 Heures du Mans 2005, noire et numéro 69. Elle est prête à prendre la piste, après bien entendu les préparations et vérifications d'usage.
Notez qu'elle est éligible aux Endurance Racing Legends de Peter Auto, qui accueillent les anciennes participantes aux championnats BPR, FIA GT ou Le Mans Series. En 2023, les Endurance Racing Legends seront présentes au Mans Classic, sous la forme d'une "course de support".

Il est à ajouter que la voiture est vendue avec de nombreuses pièces de rechange (nous tenons une liste complète à la disposition des personnes intéressées).

Cette rare Ferrari 575 GTC a l'avantage d'être une machine de compétition officiellement proposée par l'usine et d'avoir pris part aux 24 Heures du Mans ainsi qu'à deux saisons de compétition. La 575 GTC peut être comparée à la Daytona Groupe IV en son temps, dont elle est la digne héritière. Outre le fait qu'il s'agisse d'une machine de Maranello aux performances exceptionnelles, elle représente une opportunité d'investissement fabuleux pour les collectionneurs. Bref, elle fera les beaux jours d'un pilote amateur passionné par la marque et son histoire en course, tout en souhaitant une voiture compétitive pour en faire revivre le passé.



Competition car
Chassis no. 2204
Engine no. 01

- One of only twelve cars built at the factory
- One of only three to compete at the 24 Hours of le Mans in 2005
- Raced at all the major European circuits during two seasons
- Ex-JMB Racing on behalf of Dietsmann
- Combines prestigious history, efficiency and good looks

When Ferrari unveiled the 550 Maranello in July 1996 at the Nürburgring, driven by Michael Schumacher and Eddie Irvine (its official works drivers in F1), it was heartily applauded by its fans. It was Ferrari's first two-seat berlinetta with a front-mounted V12 since the 365 GTB/4 Daytona. For the manufacturer, it was a logical next step, after the success of the 456 GT coupé introduced four years earlier.
The 550 Maranello's 5.5-litre V12 developed nearly 500 bhp and was wrapped in a body by Pininfarina which married aggressiveness and elegance, in Ferrari's time-honoured tradition. In addition, its name - that of the hometown of the prancing horse - set enthusiasts' hearts racing.
Private teams and drivers wasted little time before turning to this Italian beauty and, as the manufacturer apparently had no plans to race it officially, set about preparing the car, reducing its weight, improving its handling on track and homologating it in the FFSA GT and FIA GT championships, the American Le Mans Series and for the 24 Hours of Le Mans, with versions known as the 550 GT, 550 Millennio or 550 GTS developed or entered by teams such as Red Racing, XL Racing, Italtecnica, First Racing, Team Rafanelli, Wieth Racing, Prodrive or Scuderia Italia. Ferrari could not ignore the successes these cars achieved and in 2003 it joined the party with its own version, the 550 GTC, developed in association with N-Technology, the company set up by Mauro Sipsz and Monica Bregoli. Like the 575 Maranello which had just made its début, in November 2002, it naturally took over from the 550 in the manufacturer's 'Corse Clienti' programme with a 575 GTC which was also modified in collaboration with N-Technology.
For this new car for the track, the 6-litre Tipo F133M GT engine produced 605 bhp at 6300 rpm and was mated to an XTRAC 343-03 six-speed sequential gearbox. The car had a tubular structure with composite panels and was much lighter than the standard production model, weighing just 1,150 kg.

Ferrari built only 12 examples of this model, and the car presented here, chassis no. 2204, is one of them. Ferrari assigned even numbers only to its competition models, a special honour conferred on this example ... This car is, moreover, one of only three 575 GTCs to have taken part in the 24 Hours of Le Mans: on 18 June 2005, it competed in the famous race with the number 69. Entered by the highly reputable French team JMB Racing, it was driven by Stéphane Daoudi, Jean-René de Fournoux and Jim Matthews, but an engine failure forced them to retire during the eighth hour.
This was naturally not the only race contested by the valiant Ferrari. Bought new by Peter Kütemann (the founder and chairman of the Dietsmann business) directly from the factory, he engaged JMB Racing to prepare the car and manage it in competition.
In 2004, the 575 GTC - which was initially red, and then black starting with the 24 Hours of Spa - took part in the FIA GT Championship, driven mainly by Antoine Gosse, Peter Kütemann and Stéphane Daoudi. From March to November, they competed in the rounds at Monza, Valencia, Magny-Cours, Hockenheim, Brno, Donington, Spa (24 Hours), Imola, Oschersleben, Dubai and Zhuhai. It raced as number 19 (except at Spa, when it was number 18). The following year, it took part in the Le Mans Endurance Series: the 1000 Km races at Spa, Monza, Silverstone and the Nürburgring, the race at Istanbul and, of course, the 24 Hours of Le Mans, as mentioned above. It raced as number 68 (except at Le Mans, as number 69) and Hans Hugenholtz was one of the drivers on several occasions.

It currently has engine no. 01 installed: this was completely overhauled in September 2015 by Lionel Petit, the chief mechanic for JMB Racing, which was responsible for the car at the time. The V12 was fitted with new pistons, liners, valves and bearings and was run in. The car's appearance has been restored to its specification for the 24 Hours of Le Mans in 2005, painted black with the number 69. It is ready to take to the track, after the usual checks and preparation.
It should be noted that it is eligible for Peter Auto's Endurance Racing Legends series, which is open to cars that competed in the BPR and FIA GT championships or the Le Mans Series. In 2023, the Endurance Racing Legends will be present at Le Mans Classic for a support race.

We should add that the car will be sold with numerous spare parts (a full list is available to potential buyers).

This rare Ferrari 575 GTC has the advantage of being a competition car which was officially sold by the factory and which took part in the 24 Hours of Le Mans as well as racing during two seasons. The 575 GTC may be compared to the Group 4 Daytona in its day and is a worthy successor to it. As well as being a machine from Maranello boasting exceptional performance, it represents a fantastic investment opportunity for collectors. In short, it will be a great buy for an amateur racing driver with a passion for Ferrari and its history in motorsport who is looking for a competitive car with which to relive its past.


Photos © Kevin Van Campenhout

Estimation 3 300 000 - 3 800 000 €

Lot 79

2003 Ferrari 575 GTC Compétition

Estimation 3,300,000 - 3,800,000 € [$]

2003 Ferrari 575 GTC Compétition
Véhicule de compétition
Châssis n° 2204
Moteur n°01

- Un des 12 exemplaires seulement fabriqués à l'usine
- Un des 3 exemplaires seulement à avoir participé aux 24 Heures du Mans en 2005
- Ayant couru sur tous les grands circuits européens avec 2 saisons de courses
- Ex-JMB Racing pour Dietsmann
- Allie histoire prestigieuse, efficience et esthétisme

Quand Ferrari dévoile la 550 Maranello en juillet 1996 sur le circuit du Nürburgring, pilotée par Michael Schumacher et Eddie Irvine (les pilotes officiels de l'équipe Ferrari F1), les aficionados applaudissent des deux mains. C'est en effet la première berlinette biplace à moteur V12 avant proposée par Ferrari depuis la 365 GTB/4 Daytona. Pour le constructeur, c'est une suite logique, après le succès du coupé 456 GT présenté quatre ans plus tôt.
Le V12 de 5,5 litres de la 550 Maranello approche 500 ch sous une carrosserie Pininfarina qui allie agressivité et élégance, dans la plus pure tradition Ferrari. De plus, elle porte un nom qui fait vibrer le cœur des passionnés, celui de la ville natale des voitures au cheval cabré.
Les pilotes et écuries privés ne tardent pas à lorgner vers la belle italienne et, comme le constructeur ne semble pas s'engager dans une campagne officielle, ils se lancent dans la préparation de la voiture pour l'alléger, en améliorer le comportement sur circuit et la faire homologuer en FFSA GT, à l'American Le Mans Series, en FIA GT ou pour les 24 Heures du Mans, avec des versions dites 550 GT, 550 Millennio ou 550 GTS mises au point ou engagées par des équipes comme Red Racing, XL Racing, Italtecnica, First Racing, Team Rafanelli, Wieth Racing, Prodrive ou Scuderia Italia. Les succès que remportent ces voitures ne peuvent être ignorés par le constructeur, qui entre dans la danse en 2003 avec sa propre version, la 550 GTC, mise au point en partenariat avec N-Technology, l'entreprise créée par Mauro Sipsz et Monica Bregoli. Comme la 575 Maranello qui vient de voir le jour, en novembre 2002, elle succède tout naturellement à la 550 dans le programme "Corse Clienti" du constructeur avec une 575 GTC modifiée elle aussi en collaboration avec N-Technology.
Sur cette nouvelle machine de circuit, le moteur Tipo F133M GT de 6 litres développe 605 ch à 6 300 tr/mn et il est relié à une boîte de vitesse XTRAC 343-03 séquentielle à six rapports. La voiture est composée d'une structure tubulaire avec panneaux en matériaux composites et, considérablement allégée par rapport au modèle de série, elle n'accuse que 1 150 kg sur la balance.

Ferrari produit 12 exemplaires de ce modèle et la voiture que nous présentons, châssis n°2204, en fait partie. Rappelons que les numéros pairs ne sont attribués par Ferrari qu'aux modèles de compétition, une gloire tout à fait particulière pour cet exemplaire... De plus, cette voiture est une des trois seules 575 GTC ayant participé aux 24 Heures du Mans : le 18 juin 2005, elle prend le départ de la célèbre épreuve sous le numéro 69. Engagée par la très sérieuse écurie française JMB Racing, elle est pilotée par Stéphane Daoudi, Jean-René de Fournoux et Jim Matthews mais une panne moteur la contraint à l'abandon à la huitième heure.
Ce n'est évidemment pas la seule épreuve à laquelle participe cette valeureuse machine, achetée neuve par Peter Kütemann (fondateur et président de l'entreprise Dietsmann) directement auprès de l'usine Ferrari et qui en a confié la préparation et la gestion en course à JMB Racing.
Ainsi, en 2004, cette 575 GTC d'abord rouge, puis noire à partir des 24 Heures de Spa, prend part au Championnat FIA GT, principalement pilotée par Antoine Gosse, Peter Kütemann et Stéphane Daoudi. Entre mars et novembre, ils prennent le départ des manches de Monza, Valencia, Magny-Cours, Hockenheim, Brno, Donington, Spa (24 Heures), Imola, Oschersleben, Dubaï et Zhuhai. La voiture porte alors le numéro 19 (sauf à Spa avec le n°18). L'année suivante elle prend part aux Le Mans Endurance Series (1000 Km de Spa, 1000 Km de Monza, 1000 Km de Silverstone, 1000 Km du Nürburgring, épreuve d'Istanbul et bien sûr 24 Heures du Mans évoquées plus haut). Elle porte le numéro 68 (sauf 69 au Mans) et Hans Hugenholtz se joint à plusieurs reprises à l'équipe de pilotes.

Aujourd'hui, la voiture est équipée du moteur n°01, complètement révisé en septembre 2015 par Lionel Petit, chef mécanicien de JMB Racing qui était à l'époque en charge de la voiture. Ce V12 a reçu des chemises, pistons, soupapes et roulements neufs, et un rodage a été effectué. Sur le plan cosmétique, la voiture a été restaurée dans sa configuration des 24 Heures du Mans 2005, noire et numéro 69. Elle est prête à prendre la piste, après bien entendu les préparations et vérifications d'usage.
Notez qu'elle est éligible aux Endurance Racing Legends de Peter Auto, qui accueillent les anciennes participantes aux championnats BPR, FIA GT ou Le Mans Series. En 2023, les Endurance Racing Legends seront présentes au Mans Classic, sous la forme d'une "course de support".

Il est à ajouter que la voiture est vendue avec de nombreuses pièces de rechange (nous tenons une liste complète à la disposition des personnes intéressées).

Cette rare Ferrari 575 GTC a l'avantage d'être une machine de compétition officiellement proposée par l'usine et d'avoir pris part aux 24 Heures du Mans ainsi qu'à deux saisons de compétition. La 575 GTC peut être comparée à la Daytona Groupe IV en son temps, dont elle est la digne héritière. Outre le fait qu'il s'agisse d'une machine de Maranello aux performances exceptionnelles, elle représente une opportunité d'investissement fabuleux pour les collectionneurs. Bref, elle fera les beaux jours d'un pilote amateur passionné par la marque et son histoire en course, tout en souhaitant une voiture compétitive pour en faire revivre le passé.



Competition car
Chassis no. 2204
Engine no. 01

- One of only twelve cars built at the factory
- One of only three to compete at the 24 Hours of le Mans in 2005
- Raced at all the major European circuits during two seasons
- Ex-JMB Racing on behalf of Dietsmann
- Combines prestigious history, efficiency and good looks

When Ferrari unveiled the 550 Maranello in July 1996 at the Nürburgring, driven by Michael Schumacher and Eddie Irvine (its official works drivers in F1), it was heartily applauded by its fans. It was Ferrari's first two-seat berlinetta with a front-mounted V12 since the 365 GTB/4 Daytona. For the manufacturer, it was a logical next step, after the success of the 456 GT coupé introduced four years earlier.
The 550 Maranello's 5.5-litre V12 developed nearly 500 bhp and was wrapped in a body by Pininfarina which married aggressiveness and elegance, in Ferrari's time-honoured tradition. In addition, its name - that of the hometown of the prancing horse - set enthusiasts' hearts racing.
Private teams and drivers wasted little time before turning to this Italian beauty and, as the manufacturer apparently had no plans to race it officially, set about preparing the car, reducing its weight, improving its handling on track and homologating it in the FFSA GT and FIA GT championships, the American Le Mans Series and for the 24 Hours of Le Mans, with versions known as the 550 GT, 550 Millennio or 550 GTS developed or entered by teams such as Red Racing, XL Racing, Italtecnica, First Racing, Team Rafanelli, Wieth Racing, Prodrive or Scuderia Italia. Ferrari could not ignore the successes these cars achieved and in 2003 it joined the party with its own version, the 550 GTC, developed in association with N-Technology, the company set up by Mauro Sipsz and Monica Bregoli. Like the 575 Maranello which had just made its début, in November 2002, it naturally took over from the 550 in the manufacturer's 'Corse Clienti' programme with a 575 GTC which was also modified in collaboration with N-Technology.
For this new car for the track, the 6-litre Tipo F133M GT engine produced 605 bhp at 6300 rpm and was mated to an XTRAC 343-03 six-speed sequential gearbox. The car had a tubular structure with composite panels and was much lighter than the standard production model, weighing just 1,150 kg.

Ferrari built only 12 examples of this model, and the car presented here, chassis no. 2204, is one of them. Ferrari assigned even numbers only to its competition models, a special honour conferred on this example ... This car is, moreover, one of only three 575 GTCs to have taken part in the 24 Hours of Le Mans: on 18 June 2005, it competed in the famous race with the number 69. Entered by the highly reputable French team JMB Racing, it was driven by Stéphane Daoudi, Jean-René de Fournoux and Jim Matthews, but an engine failure forced them to retire during the eighth hour.
This was naturally not the only race contested by the valiant Ferrari. Bought new by Peter Kütemann (the founder and chairman of the Dietsmann business) directly from the factory, he engaged JMB Racing to prepare the car and manage it in competition.
In 2004, the 575 GTC - which was initially red, and then black starting with the 24 Hours of Spa - took part in the FIA GT Championship, driven mainly by Antoine Gosse, Peter Kütemann and Stéphane Daoudi. From March to November, they competed in the rounds at Monza, Valencia, Magny-Cours, Hockenheim, Brno, Donington, Spa (24 Hours), Imola, Oschersleben, Dubai and Zhuhai. It raced as number 19 (except at Spa, when it was number 18). The following year, it took part in the Le Mans Endurance Series: the 1000 Km races at Spa, Monza, Silverstone and the Nürburgring, the race at Istanbul and, of course, the 24 Hours of Le Mans, as mentioned above. It raced as number 68 (except at Le Mans, as number 69) and Hans Hugenholtz was one of the drivers on several occasions.

It currently has engine no. 01 installed: this was completely overhauled in September 2015 by Lionel Petit, the chief mechanic for JMB Racing, which was responsible for the car at the time. The V12 was fitted with new pistons, liners, valves and bearings and was run in. The car's appearance has been restored to its specification for the 24 Hours of Le Mans in 2005, painted black with the number 69. It is ready to take to the track, after the usual checks and preparation.
It should be noted that it is eligible for Peter Auto's Endurance Racing Legends series, which is open to cars that competed in the BPR and FIA GT championships or the Le Mans Series. In 2023, the Endurance Racing Legends will be present at Le Mans Classic for a support race.

We should add that the car will be sold with numerous spare parts (a full list is available to potential buyers).

This rare Ferrari 575 GTC has the advantage of being a competition car which was officially sold by the factory and which took part in the 24 Hours of Le Mans as well as racing during two seasons. The 575 GTC may be compared to the Group 4 Daytona in its day and is a worthy successor to it. As well as being a machine from Maranello boasting exceptional performance, it represents a fantastic investment opportunity for collectors. In short, it will be a great buy for an amateur racing driver with a passion for Ferrari and its history in motorsport who is looking for a competitive car with which to relive its past.


Photos © Kevin Van Campenhout

Estimation 3 300 000 - 3 800 000 €

Sale’s details

Sale: 4315
Location: Salon Rétromobile, Paris
Date: 03 Feb. 2023 14:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Sessions

- 03 Feb. 2023 14:00 (lot 1 to 299)
- 04 Feb. 2023 14:00 (lot 201 to 299)

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Rétromobile 2023 by Artcurial Motorcars