Sale Le Mans Classic 2022 - 02 july 2022 /Lot 192 1986 Toyota Tom's 86C No reserve

  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
  • ¤ 1986 Toyota Tom's 86C  No reserve
1986 Toyota Tom's 86C
No reserve

Véhicule de compétition
Sans titre de circulation
En importation temporaire

- La seule Toyota Tom's 86C d'usine restante
- Véritable Groupe C avec historique connu
- Rareté absolue, performances fabuleuses
- Restauration en 2017 préservant l'originalité de la voiture
- Dans la même collection depuis 1990
- Sans réserve

Après la magie des années 70, les courses d'Endurance connaissent un nouvel âge d'or avec l'avènement du Groupe C. Toyota se lance au début des années 1980 en retenant deux équipes de conception et d'ingénierie de course, Dome et TOM'S ("Tachi Oiwa Motor Sport") pour développer des voitures du groupe C. Ces voitures seraient propulsées par les moteurs de course 2 litres de Toyota. En 1983, les équipes ont développé la Dome RC83 et la TOM'S 83C. Ces voitures ont couru localement dans le JSPC, mais toujours dans l'optique d'atteindre Le Mans sur la scène mondiale avec le WEC. Les premiers résultats ont montré que les voitures étaient sous-puissantes. Les moteurs sont passés du 2T-G turbo conventionnel au 4T-G fourni et réglé en usine avec un turbo à double entrée. Dans cette configuration, les voitures sont plus performantes, mais elles doivent encore être développées. En 1984 et 1985, les 84C et 85C ont été construites comme les évolutions suivantes. En 1985, dix années après la première participation d'un moteur Toyota au Mans, deux Toyota Tom's 85C sont présentes sur la grille de départ des 24 Heures. Les 85C sont équipées d'un moteur 4 cylindres turbocompressé de 2,1 litres de cylindrée (Toyota 4T-GT), monté dans un châssis monocoque en aluminium. La Toyota pilotée par Masanori Sekiya (en 1995 il deviendra le premier pilote japonais vainqueur au Mans), Satoru Nakajima et Kaoru Hoshino termine la longue course à la 12e place. Pour Toyota, ce résultat résonne comme un premier " succès " dans sa longue et tumultueuse épopée aux 24 Heures du Mans.

En 1986, la Toyota Tom's 86C évolue tant sur le plan mécanique qu'aérodynamique. Elle bénéficie de beaucoup plus d'appui en raison d'une modification majeure de la carrosserie. Entièrement redessinée, la carrosserie est réalisée en fibre de carbone et en Kevlar. Ces matériaux, qui étaient tout nouveaux à l'époque, permettaient de réduire le poids. Le moteur suralimenté 4T-GT a laissé place à la version 3S-G modifié, un moteur 2 litres suralimenté qui développe 900 ch. L'ancienne boîte de vitesse Hewland DGZ a été abandonnée au profit d'une March GTP et la géométrie de la suspension a également été optimisée.

Les changements ont porté leurs fruits. Le pilote de F1 Satoru Nakajima a décroché la pole position au championnat du monde WEC à Fuji en octobre 1986 contre les meilleures voitures du groupe C du monde. Parmi elles, les Porsche 956 de Joest Racing et Brun Motorsport. Elles ont également surclassé les Porsche Kremer Racing, Bell/Stuck et Holbert/Pescarolo Rothmans. Les deux Jaguar XJR-6 de Silk Cut sont également surclassées, y compris celle pilotée par les pilotes de F1 Eddie Cheever et Derek Warwick. Malheureusement, Nakajima ne sera pas autorisé à s'élancer de la pole car le temps de qualification avait été obtenu avec la voiture de réserve 86T, qui n'avait pas été officiellement engagée au moment où le temps de qualification a été établi. Néanmoins, en partant de l'arrière, il a tout de même terminé dans le top 10 des voitures les plus rapides du Groupe C au monde.

Pour 1987, l'équipe TOM'S est devenue l'équipe officielle du constructeur Toyota et a été rebaptisée Toyota Team TOM'S. Le développement de la 86C s'est poursuivi avec la 87C, qui a également couru au Mans. Toyota a continué à rechercher la victoire finale au Mans au cours des 30 années suivantes, avant d'être sacré en 2018.

La résurrection

Il est difficile de savoir précisément quelle 86C a participé à quelles courses, car TOM'S et Dome n'ont pas créé de numéros de châssis, ou d'étiquettes, pour leurs voitures de 1983 à 1986. Tom's certifie que sept châssis ont été fabriqués en 1986. Certains ont été vendus à des équipes privées comme I&I, Rays et Autobeaurex ; Dome a également fait courir une voiture sous ses propres couleurs. La plupart d'entre-eux a été mis au rebut ou converti pour la saison suivante.

TOM'S a confirmé que la voiture que nous présentons était l'une des voitures de l'équipe qui a couru en 1986, elle est devenue la voiture de démonstration du Toyota Team TOM'S en 1987. Cette année-là, la voiture a été redécorée pour représenter Minolta, le nouveau sponsor de l'équipe Toyota et elle fut exposée dans diverses installations du sponsor. La 86C a ensuite été achetée directement à l'équipe Toyota TOM'S en 1990 par son propriétaire actuel. Elle est ensuite restée exposée dans son musée jusqu'en 2017, toujours dans sa livrée Minolta de 1987.
En 2017, une restauration complète de la 86C a été entamée. La question qui se posait alors était de savoir de quelle 86C il s'agissait, afin que la voiture puisse être restaurée dans sa correcte configuration et livrée de 1986. La décision s'est alors fondée sur le fait que la voiture avait conservé son moteur de course Toyota 3S-G d'usine. C'était le moteur spécial fourni à TOM's pour sa voiture d'équipe 86C et il était donc naturel de restaurer la voiture dans la configuration originale de l'équipe, la 86C n°36. Aucune autre 86C n'existe d'ailleurs dans cette configuration
Après un examen minutieux et un indexage précis des parties manquantes, le démontage de la voiture a pu commencer et chaque pièce a été vérifiée. Le moteur Toyota 3S-G a bien sûr été entièrement révisé et un passage au banc a été effectué avant le remontage du bloc. Un nouveau réservoir souple a été commandé et fabriqué sur mesure par British ATL ; le goulot de remplissage, le collecteur et les pompes à carburant sont également neufs. L'ensemble des pièces internes de la boîte de vitesses a été commandé chez Hewland Classic UK tandis que le système d'embrayage triple disque a été refait et vérifié par Tilton, un spécialiste des embrayages " racing ". Le radiateur et tous les maîtres-cylindres ont laissé place à de nouveaux éléments. Les collecteurs d'échappement ont également été refaits, tout comme certains bras de suspension, polis et peints. Les quatre amortisseurs Koni d'origine ont été révisés. Dans l'habitacle, les instruments de mesure originaux ont été conservés lorsqu'ils fonctionnaient encore. La fenêtre avant originale, qui était fissurée a été refaite en acrylique. Par ailleurs, une myriade de pièces telles que supports, tuyaux, caoutchoucs, adaptateurs, boulons et écrous, etc., a également été changée. Des photos des travaux sont bien entendu disponibles au dossier.

C'est en octobre 2020 que la Toyota Tom's 86C a effectué son retour sur le Fuji Speedway pour un premier roulage. Superbe dans sa livrée d'époque et bien campée sur ses pneus slick Avon, la Toyota 86C est prête à affronter les Groupe C les plus affûtées dans les plus belles épreuves classiques. Gentlemen, start your engine !


Lot en provenance hors UE : Aux commissions et taxes indiquées dans les conditions générales de vente, il convient d'ajouter des frais liés à l'importation (5,5 % du prix d'adjudication pour les automobiles de collection, 20 % pour les automobiles d'occasion / modernes).



Competition car
Unregistered
Temporary import

- The only remaining factory Toyota Tom's 86C
- Genuine Group C car with known history
- Absolute rarity, fabulous performance
- Restored in 2017, originality of car preserved
- In the same collection since 1990
- No reserve

After the magic of the 1970s, endurance racing enjoyed a new golden era with the advent of Group C. Toyota joined from the start of the 1980s, employing two competition design and engineering teams, Dome and TOM'S ("Tachi Oiwa Motor Sport") to develop Group C cars. These were powered by Toyota's 2-litre racing engines. In 1983, the teams produced the Dome RC83 and the TOM'S 83C, which raced regionally in the JSPC, with a view subsequently to competing on the world stage at Le Mans in the WEC. Initial results showed the cars were underpowered, so the engines were upgraded from the conventional 2T-turbo to a 4T-G supplied and tuned by the factory with a twin-inlet turbo. In this configuration the cars were more powerful, but required further development. In 1984 and 1985, the 84C and 85C appeared as the next evolutions. In 1985, ten years after the first appearance of a Toyota engine at Le Mans, two Toyota Tom's 85Cs lined up on the starting grid for the 24-Hour race. They were equipped with a turbocharged 4-cylinder 2.1-litre engine mounted in an aluminium monocoque chassis. The Toyota driven by Masanori Sekiya (in 1995 he was to become the first Japanese driver to win Le Mans), Satoru Nakajima and Kaoru Hoshino finished the long race in 12th place. For Toyota this result marked a first " success " in their long and difficult 24 Hour Le Mans saga.


For 1986, the Toyota TOM'S 86C evolved both mechanically and aerodynamically. A major modification of the bodywork gave the car greater downforce. The total redesign featured a carbon fibre and Kevlar body. These materials, very new at the time, cut the weight of the car. The supercharged 4T-GT engine had given way to the modified 3S-G version, with a supercharged 2-litre engine developing 900 bhp. The old Hewland DGZ gearbox was dropped in favour of a March GTP box and the suspension geometry was improved.

The changes paid off. The F1 driver Satoru Nakajima took pole position in the WEC World Championship race at Fuji in October 1986, competing against the best Group C cars in the world. Amongst them the Porsche 956s of Joest Racing and Brun Motorsport. They also qualified ahead of the Porsche Kremer Racing cars, with Bell/Stuck and Holbert/Pescarolo Rothmans. The two Silk Cut Jaguar XJR-6s were also further back the grid, including the car of F1 drivers Eddie Cheever and Derek Warwick. Unfortunately, Nakajima was not allowed to start from pole as his qualification time had been set in the 86T reserve car that hadn't been officially entered when the qualifying time was set. Despite this, starting from the back of the grid, he still finished in the top 10 of the fastest Group C cars in the world.

In 1987, the TOM'S team became Toyota's official team and was renamed Toyota Team TOM'S. The development of the 86C continued with the 87C which also took part at Le Mans. Over the course of the next 30 years, Toyota continued chasing an outright victory at Le Mans, before finally achieving their aim in 2018.

The resurrection

It is difficult to know exactly which 86C took part in which races, as TOM'S and Dome didn't record chassis numbers, or have labels for their cars between 1983 and 1986. TOM'S have confirmed that seven chassis were constructed in 1986. Some of these were sold to private teams such as I&I, Rays and Autobeaurex. Dome also ran a car in its own livery. The majority were either scrapped or converted for the following season.

TOM'S has confirmed that the car presented is one of the team cars that raced in 1986, and that it became a demonstration car for Toyota Team TOM'S in 1987. That year the car was re-liveried to represent Minolta, the new sponsor for the Toyota team, and it was displayed at various sponsor events. The 86C was then acquired directly from the Toyota Team TOM's in 1990 by the current owner, who displayed the car in his museum until 2017, still in its 1987 Minolta livery.

In 2017, a full restoration of the 86C began. The question then arose of which 86C this was, wanting to restore the car in the correct 1986 configuration and livery. The decision taken was based on the fact that the car had kept its factory Toyota racing 3S-G engine. This was the special engine supplied to TOM'S for its 86C team car, and so it was natural to restore the car to the original configuration for the team's 86C no.36. No other 86C exists in this configuration.

After careful examination and indexing of the missing parts, the dismantling of the car began and each part was checked. The Toyota 3S-G engine was fully overhauled and dyno-tested before the block was re-assembled. A new made-to-measure flexible fuel tank was ordered from British ATL. New fuel pumps, filler neck and collector were also fitted. The internal parts of the gearbox were ordered from Hewland Classic UK while the triple disc clutch system was rebuilt and checked by racing clutch specialist Tilton. The radiator and all master cylinders were replaced with new parts. The exhaust manifolds were also rebuilt, along with certain suspension arms which were polished and painted. The four original Koni shocks were overhauled. Inside, the original instruments that still worked were conserved. The original front window, which was cracked, was replaced in acrylic. In addition, a myriad of parts - brackets, hoses, rubbers, adaptors, nuts and bolts etc were also changed. Photos of the work carried out are available in the file.

In October 2020, the Toyota TOM'S 86C returned to Fuji Speedway for its first outing. Superb in its period livery and well planted on Avon slicks, the Toyota 86C is ready to take on the best Group C cars at the biggest classic events. Gentlemen, start your engines !


Lot from outside the EU: In addition to the commissions and taxes indicated above, an additional import VAT will be charged (5,5% of the hammer price for vintage/classic cars, 20% newer/modern motorcars).


Photos © Christian Martin


Estimation 500 000 - 700 000 €

Sold 380,000 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 192

1986 Toyota Tom's 86C
No reserve

Sold 380,000 € [$]

¤ Temporary import

1986 Toyota Tom's 86C
No reserve

Véhicule de compétition
Sans titre de circulation
En importation temporaire

- La seule Toyota Tom's 86C d'usine restante
- Véritable Groupe C avec historique connu
- Rareté absolue, performances fabuleuses
- Restauration en 2017 préservant l'originalité de la voiture
- Dans la même collection depuis 1990
- Sans réserve

Après la magie des années 70, les courses d'Endurance connaissent un nouvel âge d'or avec l'avènement du Groupe C. Toyota se lance au début des années 1980 en retenant deux équipes de conception et d'ingénierie de course, Dome et TOM'S ("Tachi Oiwa Motor Sport") pour développer des voitures du groupe C. Ces voitures seraient propulsées par les moteurs de course 2 litres de Toyota. En 1983, les équipes ont développé la Dome RC83 et la TOM'S 83C. Ces voitures ont couru localement dans le JSPC, mais toujours dans l'optique d'atteindre Le Mans sur la scène mondiale avec le WEC. Les premiers résultats ont montré que les voitures étaient sous-puissantes. Les moteurs sont passés du 2T-G turbo conventionnel au 4T-G fourni et réglé en usine avec un turbo à double entrée. Dans cette configuration, les voitures sont plus performantes, mais elles doivent encore être développées. En 1984 et 1985, les 84C et 85C ont été construites comme les évolutions suivantes. En 1985, dix années après la première participation d'un moteur Toyota au Mans, deux Toyota Tom's 85C sont présentes sur la grille de départ des 24 Heures. Les 85C sont équipées d'un moteur 4 cylindres turbocompressé de 2,1 litres de cylindrée (Toyota 4T-GT), monté dans un châssis monocoque en aluminium. La Toyota pilotée par Masanori Sekiya (en 1995 il deviendra le premier pilote japonais vainqueur au Mans), Satoru Nakajima et Kaoru Hoshino termine la longue course à la 12e place. Pour Toyota, ce résultat résonne comme un premier " succès " dans sa longue et tumultueuse épopée aux 24 Heures du Mans.

En 1986, la Toyota Tom's 86C évolue tant sur le plan mécanique qu'aérodynamique. Elle bénéficie de beaucoup plus d'appui en raison d'une modification majeure de la carrosserie. Entièrement redessinée, la carrosserie est réalisée en fibre de carbone et en Kevlar. Ces matériaux, qui étaient tout nouveaux à l'époque, permettaient de réduire le poids. Le moteur suralimenté 4T-GT a laissé place à la version 3S-G modifié, un moteur 2 litres suralimenté qui développe 900 ch. L'ancienne boîte de vitesse Hewland DGZ a été abandonnée au profit d'une March GTP et la géométrie de la suspension a également été optimisée.

Les changements ont porté leurs fruits. Le pilote de F1 Satoru Nakajima a décroché la pole position au championnat du monde WEC à Fuji en octobre 1986 contre les meilleures voitures du groupe C du monde. Parmi elles, les Porsche 956 de Joest Racing et Brun Motorsport. Elles ont également surclassé les Porsche Kremer Racing, Bell/Stuck et Holbert/Pescarolo Rothmans. Les deux Jaguar XJR-6 de Silk Cut sont également surclassées, y compris celle pilotée par les pilotes de F1 Eddie Cheever et Derek Warwick. Malheureusement, Nakajima ne sera pas autorisé à s'élancer de la pole car le temps de qualification avait été obtenu avec la voiture de réserve 86T, qui n'avait pas été officiellement engagée au moment où le temps de qualification a été établi. Néanmoins, en partant de l'arrière, il a tout de même terminé dans le top 10 des voitures les plus rapides du Groupe C au monde.

Pour 1987, l'équipe TOM'S est devenue l'équipe officielle du constructeur Toyota et a été rebaptisée Toyota Team TOM'S. Le développement de la 86C s'est poursuivi avec la 87C, qui a également couru au Mans. Toyota a continué à rechercher la victoire finale au Mans au cours des 30 années suivantes, avant d'être sacré en 2018.

La résurrection

Il est difficile de savoir précisément quelle 86C a participé à quelles courses, car TOM'S et Dome n'ont pas créé de numéros de châssis, ou d'étiquettes, pour leurs voitures de 1983 à 1986. Tom's certifie que sept châssis ont été fabriqués en 1986. Certains ont été vendus à des équipes privées comme I&I, Rays et Autobeaurex ; Dome a également fait courir une voiture sous ses propres couleurs. La plupart d'entre-eux a été mis au rebut ou converti pour la saison suivante.

TOM'S a confirmé que la voiture que nous présentons était l'une des voitures de l'équipe qui a couru en 1986, elle est devenue la voiture de démonstration du Toyota Team TOM'S en 1987. Cette année-là, la voiture a été redécorée pour représenter Minolta, le nouveau sponsor de l'équipe Toyota et elle fut exposée dans diverses installations du sponsor. La 86C a ensuite été achetée directement à l'équipe Toyota TOM'S en 1990 par son propriétaire actuel. Elle est ensuite restée exposée dans son musée jusqu'en 2017, toujours dans sa livrée Minolta de 1987.
En 2017, une restauration complète de la 86C a été entamée. La question qui se posait alors était de savoir de quelle 86C il s'agissait, afin que la voiture puisse être restaurée dans sa correcte configuration et livrée de 1986. La décision s'est alors fondée sur le fait que la voiture avait conservé son moteur de course Toyota 3S-G d'usine. C'était le moteur spécial fourni à TOM's pour sa voiture d'équipe 86C et il était donc naturel de restaurer la voiture dans la configuration originale de l'équipe, la 86C n°36. Aucune autre 86C n'existe d'ailleurs dans cette configuration
Après un examen minutieux et un indexage précis des parties manquantes, le démontage de la voiture a pu commencer et chaque pièce a été vérifiée. Le moteur Toyota 3S-G a bien sûr été entièrement révisé et un passage au banc a été effectué avant le remontage du bloc. Un nouveau réservoir souple a été commandé et fabriqué sur mesure par British ATL ; le goulot de remplissage, le collecteur et les pompes à carburant sont également neufs. L'ensemble des pièces internes de la boîte de vitesses a été commandé chez Hewland Classic UK tandis que le système d'embrayage triple disque a été refait et vérifié par Tilton, un spécialiste des embrayages " racing ". Le radiateur et tous les maîtres-cylindres ont laissé place à de nouveaux éléments. Les collecteurs d'échappement ont également été refaits, tout comme certains bras de suspension, polis et peints. Les quatre amortisseurs Koni d'origine ont été révisés. Dans l'habitacle, les instruments de mesure originaux ont été conservés lorsqu'ils fonctionnaient encore. La fenêtre avant originale, qui était fissurée a été refaite en acrylique. Par ailleurs, une myriade de pièces telles que supports, tuyaux, caoutchoucs, adaptateurs, boulons et écrous, etc., a également été changée. Des photos des travaux sont bien entendu disponibles au dossier.

C'est en octobre 2020 que la Toyota Tom's 86C a effectué son retour sur le Fuji Speedway pour un premier roulage. Superbe dans sa livrée d'époque et bien campée sur ses pneus slick Avon, la Toyota 86C est prête à affronter les Groupe C les plus affûtées dans les plus belles épreuves classiques. Gentlemen, start your engine !


Lot en provenance hors UE : Aux commissions et taxes indiquées dans les conditions générales de vente, il convient d'ajouter des frais liés à l'importation (5,5 % du prix d'adjudication pour les automobiles de collection, 20 % pour les automobiles d'occasion / modernes).



Competition car
Unregistered
Temporary import

- The only remaining factory Toyota Tom's 86C
- Genuine Group C car with known history
- Absolute rarity, fabulous performance
- Restored in 2017, originality of car preserved
- In the same collection since 1990
- No reserve

After the magic of the 1970s, endurance racing enjoyed a new golden era with the advent of Group C. Toyota joined from the start of the 1980s, employing two competition design and engineering teams, Dome and TOM'S ("Tachi Oiwa Motor Sport") to develop Group C cars. These were powered by Toyota's 2-litre racing engines. In 1983, the teams produced the Dome RC83 and the TOM'S 83C, which raced regionally in the JSPC, with a view subsequently to competing on the world stage at Le Mans in the WEC. Initial results showed the cars were underpowered, so the engines were upgraded from the conventional 2T-turbo to a 4T-G supplied and tuned by the factory with a twin-inlet turbo. In this configuration the cars were more powerful, but required further development. In 1984 and 1985, the 84C and 85C appeared as the next evolutions. In 1985, ten years after the first appearance of a Toyota engine at Le Mans, two Toyota Tom's 85Cs lined up on the starting grid for the 24-Hour race. They were equipped with a turbocharged 4-cylinder 2.1-litre engine mounted in an aluminium monocoque chassis. The Toyota driven by Masanori Sekiya (in 1995 he was to become the first Japanese driver to win Le Mans), Satoru Nakajima and Kaoru Hoshino finished the long race in 12th place. For Toyota this result marked a first " success " in their long and difficult 24 Hour Le Mans saga.


For 1986, the Toyota TOM'S 86C evolved both mechanically and aerodynamically. A major modification of the bodywork gave the car greater downforce. The total redesign featured a carbon fibre and Kevlar body. These materials, very new at the time, cut the weight of the car. The supercharged 4T-GT engine had given way to the modified 3S-G version, with a supercharged 2-litre engine developing 900 bhp. The old Hewland DGZ gearbox was dropped in favour of a March GTP box and the suspension geometry was improved.

The changes paid off. The F1 driver Satoru Nakajima took pole position in the WEC World Championship race at Fuji in October 1986, competing against the best Group C cars in the world. Amongst them the Porsche 956s of Joest Racing and Brun Motorsport. They also qualified ahead of the Porsche Kremer Racing cars, with Bell/Stuck and Holbert/Pescarolo Rothmans. The two Silk Cut Jaguar XJR-6s were also further back the grid, including the car of F1 drivers Eddie Cheever and Derek Warwick. Unfortunately, Nakajima was not allowed to start from pole as his qualification time had been set in the 86T reserve car that hadn't been officially entered when the qualifying time was set. Despite this, starting from the back of the grid, he still finished in the top 10 of the fastest Group C cars in the world.

In 1987, the TOM'S team became Toyota's official team and was renamed Toyota Team TOM'S. The development of the 86C continued with the 87C which also took part at Le Mans. Over the course of the next 30 years, Toyota continued chasing an outright victory at Le Mans, before finally achieving their aim in 2018.

The resurrection

It is difficult to know exactly which 86C took part in which races, as TOM'S and Dome didn't record chassis numbers, or have labels for their cars between 1983 and 1986. TOM'S have confirmed that seven chassis were constructed in 1986. Some of these were sold to private teams such as I&I, Rays and Autobeaurex. Dome also ran a car in its own livery. The majority were either scrapped or converted for the following season.

TOM'S has confirmed that the car presented is one of the team cars that raced in 1986, and that it became a demonstration car for Toyota Team TOM'S in 1987. That year the car was re-liveried to represent Minolta, the new sponsor for the Toyota team, and it was displayed at various sponsor events. The 86C was then acquired directly from the Toyota Team TOM's in 1990 by the current owner, who displayed the car in his museum until 2017, still in its 1987 Minolta livery.

In 2017, a full restoration of the 86C began. The question then arose of which 86C this was, wanting to restore the car in the correct 1986 configuration and livery. The decision taken was based on the fact that the car had kept its factory Toyota racing 3S-G engine. This was the special engine supplied to TOM'S for its 86C team car, and so it was natural to restore the car to the original configuration for the team's 86C no.36. No other 86C exists in this configuration.

After careful examination and indexing of the missing parts, the dismantling of the car began and each part was checked. The Toyota 3S-G engine was fully overhauled and dyno-tested before the block was re-assembled. A new made-to-measure flexible fuel tank was ordered from British ATL. New fuel pumps, filler neck and collector were also fitted. The internal parts of the gearbox were ordered from Hewland Classic UK while the triple disc clutch system was rebuilt and checked by racing clutch specialist Tilton. The radiator and all master cylinders were replaced with new parts. The exhaust manifolds were also rebuilt, along with certain suspension arms which were polished and painted. The four original Koni shocks were overhauled. Inside, the original instruments that still worked were conserved. The original front window, which was cracked, was replaced in acrylic. In addition, a myriad of parts - brackets, hoses, rubbers, adaptors, nuts and bolts etc were also changed. Photos of the work carried out are available in the file.

In October 2020, the Toyota TOM'S 86C returned to Fuji Speedway for its first outing. Superb in its period livery and well planted on Avon slicks, the Toyota 86C is ready to take on the best Group C cars at the biggest classic events. Gentlemen, start your engines !


Lot from outside the EU: In addition to the commissions and taxes indicated above, an additional import VAT will be charged (5,5% of the hammer price for vintage/classic cars, 20% newer/modern motorcars).


Photos © Christian Martin


Estimation 500 000 - 700 000 €

Sold 380,000 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 4224
Location: Circuit des 24 Heures, Le Mans
Date: 02 jul. 2022 13:30
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 20
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Le Mans Classic 2022