Sale Le Mans Classic 2022 - 02 july 2022 /Lot 177 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse

  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
  • 1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
Carte grise française
Châssis n° VF1822004D0000004

- La Numéro 4 des 20 Renault 5 Turbo "Tour de Corse" fabriquées
- Ex-Monte-Carlo et Tour de Corse 1983 avec Thérier avant reconstruction pour Touren début 1984 après un incendie
- Historique limpide même propriétaire depuis 1988
- Restauration et entretien par le spécialiste le plus réputé du modèle
- Ex Tour de France Automobile 1985
- Gagnante du Critérium des Cévennes 1985 avec Philippe Touren

La régie Renault après les succès remportés par les petites R5 Alpine, se devait de présenter un produit apte à remporter la première place dans les plus grandes épreuves. L'adaptation du Turbocompresseur (déjà exploité en endurance et en F1) sur la R5 couplé à un moteur central, allait répondre à cette attente et apporter une descendance à la R8G, la berlinette et l'A310. En 1980, la première R5 turbo homologuée en groupe 4 est engagée par Jean Ragnotti.
Après les succès de la R5 Turbo groupe 4 (Monte Carlo 1981, Tour de Corse 1982 particulièrement), l'équipe Renault Sport de Patrick Landon devait faire évoluer celle-ci dans le cadre du nouveau groupe B, destiné à remplacer le groupe 4 à partir de 1983. Cette réglementation permettait l'évolution d'un modèle existant sous condition d'en construire 20 exemplaires. Une voiture entièrement nouvelle, comme la 205 T16, devait, elle, être construite à 200 exemplaires…
Fin 1982, les ingénieurs de Renault Sport améliorent la groupe 4, et, en l'honneur de la récente victoire sur l'Ile de Beauté, la série de 20 voitures sera dénommée " Tour de Corse ". Elles recevront des numéros de série spécifiques, du numéro VF1822004D0000001 à D0000020 ce qui permet de déterminer immédiatement si le titre de circulation est bien celui d'une véritable " Tour de Corse ".
Notons que les TDC sont toutes des versions 1 de la R5 Turbo, avec toit et ouvrants en aluminium, et tableau de bord spécifique. La TDC se distingue des groupe 4 principalement par le train avant, plus large de 70 mm. Les triangles sont spécifiques, les jantes sont plus grandes ce qui a conduit à modifier les passages de roues, ainsi que les ailes avant dont l'arche est plus prononcée que sur les trains des Cévennes et G4. Du coup, le pare choc avant est spécifique et reçoit des gros phares longue-portée ronds, ce qui donne à la TDC son aspect caractéristique. Le débattement du train avant a aussi été augmenté pour les épreuves sur terre, qui sont plus nombreuses à l'international que sur Asphalte. L'arceau homologué en groupe B pouvait être en aluminium, ce qui est formellement prohibé désormais. La caisse a aussi reçu un nombre de renforts plus importants, bénéficiant des enseignements de la groupe 4 et notamment des versions terre. Enfin, la partie mécanique est très proche de la groupe 4 : échangeur air/eau Chausson, turbo situé à droite avec waste gate séparée et échappement à droite, plateau sonde provenant de la Porsche 928… la puissance était de 240 cv pour les TDC client vendues début 1983, mais les dernières versions atteignaient près de 320cv.
L'homologation a été acquise le 1er janvier 1983 et la version client coutait 385 000 francs, une somme élevée pour l'époque. La version usine de 280cv recevait en plus un carter sec, un arbre à cames différent et un échangeur air/eau Secam valant à lui seul 48 000 francs !
Ces voitures très exclusives seront vendues à des clients connus : la Diac pour Chatriot, Renault Chartres pour Thérier, Renault Galtier pour Saby, Bouscary, Mathon, les corses Manzagol et Bartoli, le grassois De Meyer, Snobeck et plusieurs partiront à l'étranger : Espagne, Portugal, Suisse, Grèce, Grande Bretagne…
3 seront conservées pour le service compétition de Renault et son pilote attitré, Jean Ragnotti.

HISTORIQUE DE LA TOUR DE CORSE CHASSIS D0000004
LA PERIODE RENAULT CHARTRES
Celle-ci, d'après les archives de Patrick Landon, est livrée à Renault Chartres, la concession d'Olivier Lamirault, pour faire courir un des plus talentueux pilotes francais : Jean Luc Thérier !
La TDC #04 est immatriculée 11 LH 92 le 31 décembre 1982, ce qui en fait avec celle de Snobeck, Saby et Renault Sport, parmi les premières voitures mise en circulation. La plupart des autres le seront en février ou mars 1983. La raison simple en était que ces 4 voitures étaient prévues pour être engagées au Rallye de Monte Carlo se déroulant fin janvier. Le normand Thérier qui avait un don incroyable de l'improvisation au volant, va réussir l'exploit d'être en tête jusqu'à son abandon dans la 5éme ES, sur rupture de couple conique. Il est ensuite engagé au rallye du Portugal, qui se solde aussi par un abandon (suspension). Enfin en mai arrive le Tour de Corse. Therier est toujours dans les 10 premiers, jusqu'à ce que la voiture prenne feu dans la 9éme ES : entièrement détruite l'épave restera même sur l'Ile !

LA PERIODE TOUREN :
Philippe Touren est un jeune pilote cévenol qui se fait remarquer pour sa pugnacité et ses bons résultats, à tel point que, pour la saison 1983, Renault Chartres lui fournis l'ex groupe 4 de Thérier moddifié en groupe B. Discret et même timide, celui-ci est redoutable au volant de la R5 Turbo. Thérier perd donc
#04 au Tour de Corse début Mai 1983, et récupére pour la suite de la saison son ex voiture la fameuse 21QV 28.
Philippe Touren, qui est un privé manquant de moyen, récupère fin 1983 (gratuitement !) la caisse nue de la Tour de Corse châssis D0000005 que Dominique De Meyer a accidenté violemment a l'Antibes en octobre. Notons que cette voiture avait déjà un sacré palmarès avec le pilote grassois : premier au Forez, Mont Dôme, Bauxite et Lorraine, second au Quercy, troisième au Critérium Alpin !
Dominique de Meyer achète en effet une caisse neuve pour reconstruire sa TDC et faire la saison 1984 et 1985 ou il sera sacré champion de France.
Le mécanicien de Touren, Gerard Marcon, va faire des miracles en remettant à neuf la caisse qui a bien tapé à l'avant et la remonte entièrement en Tour de Corse avec des pièces Renault Sport. Ce fait a été révélé par Marcon et confirmé par De Meyer !
le jeune Cévenol après un début de saison 1984 sur une R11 Turbo, va donc s'engager sur cette R5 Tour de Corse, immatriculée en WW temporaire, portant les mêmes couleurs bordeaux et bleu qu'un autre jeune qui aura un brillant avenir, un nommé Didier Auriol qui fait partie de la même écurie… Touren fait le critérium Rouergat ou il est premier face à Bouscary, mais abandonne sur problème de boite. Au Rallye du Languedoc il termine enfin premier… puis il récupère La carte grise de D00000004 au nom de la SODICAM et immatricule l'auto sous le numéro 6392 SE 30. . Il faut noter que du coup, la plaque d'identification montée à ce moment-là indiquant D0000004 est différente de celles des autres TDC car elle a été refaite à cette occasion.
Repeinte en blanc, pare choc rouge, Il l'engage au Rallye d'Ypres en Belgique, mais va faire une sortie de route, Gérard Marcon nous a indiqué que la caisse avait été ensuite réparée. Deux mois après, Touren remporte le rallye du Gard ! Puis enfin, l'épreuve reine pour l'enfant du pays : le critérium des Cévennes en novembre. Au terme d'une très belle course, il termine second derrière Jean Claude Andruet et sa Lancia 037… Chapeau pour un amateur !



La saison 1985 sera effectué avec la TDC #04. Elle commence par le rallye des Garrigues, il termine 5éme. Puis 3ème au critérium Rouergat, encore 3ème au difficile Rallye du Mont Blanc. Philippe Touren s'engage au fameux Tour de France auto en septembre, il est cinquiéme devançant nombre de pros, mais une rupture de jante le conduit à l'abandon.
Entre temps, il a obtenu un sponsoring du conseil départemental du Gard et sa TDC est devenue blanche et verte, avec de larges mentions " GARD ". Enfin le Criterium des Cévennes qui se déroule début novembre 1985 ! Touren est opposé à des pointures comme Bruno Bouscary sur Mercedes, Serpaggi sur TDC, Ballet sur Porsche… Le cévennol fera une course parfaite, excepté une touchette à l'avant gauche. Il remporte le fameux critérium, la première victoire d'un enfant du pays ! La saison se termine au rallye du Var, avec un abandon sur alternateur.
Après ses résultats remarqués Philippe Touren va passer pour 1986 au niveau supérieur, avec une R5 Turbo maxi. II décédera à seulement 37 ans en 1994 des suites d'une maladie incurable, l'apogée de sa carrière ayant été cette belle victoire en 1985. Son fidéle copilote, Albert Neyron, est installée en Ecosse depuis quelques années.

La suite de la carriére de la TDC #04
La Renault 5 TDC #04 est vendue au savoyard Jacques Sestach, un assureur d'Annemasse. Elle est alors immatriculée 5018 SF 74. Il fera les saisons 1986 et 1987 : Ronde du Faucigny, Rallye de la Maurienne, Rallye de Genève, Mont Blanc, rallye d'Uzes, etc…Il faut noter qu'il remporte deux victoires (rallye d'Uzes et ronde du PTS d'Annecy 1986), une seconde place (Ronde du Faucigny 1986) et une 3eme place au rallye international de Genève 1987. Il vend la R5 Turbo fin 1987 à Regis Fraissinet, le bien connu propriétaire du circuit du Grand Sambuc dans les Bouches du Rhône. Elle est immatriculée 9600 NA 13 le 8 octobre 1987. Celui-ci n'engage pas la voiture en compétition et la vendra au propriétaire actuel en avril 1988 !

Ce dernier, pilote de rallye et agent Renault, participe à quelques épreuves dans la région niçoise, avant de remiser la voiture. Cela explique qu'elle se présente dans un très bel état d'origine avec son arceau en aluminium datant de l'époque de Touren et son tableau de bord différent des autres TDC: En effet tous les relais et fusibles sont présents devant le copilote. La voiture est dotée d'un moteur dernière évolution TDC, développant 320 cv, avec des pistons " à galerie " pour le refroidissement de la calotte, un échangeur Chausson, un carter sec. La boite spécifique avec autobloquant possède son circuit de refroidissement.
Cette sublime et rare groupe B est entretenue par l'atelier 3S développement, le spécialiste mondial et incontesté du modèle. La petite bombe de la régie est rentrée définitivement dans le Panthéon des voitures de rallyes, comme son illustre devancière, la berlinette alpine. La R5 Turbo Tour de Corse est une des évolutions les plus désirables du modèle, il n'y en a eu que 20 fabriquées et peu se présentent complètes avec un historique si limpide et dans un incroyable jus d'origine, comme c'est le cas de #04.

Gilles VALLERIAN











French title
Chassis n° VF1822004D0000004

- Number 4 of 20 Renault 5 Turbo "Tour de Corse" cars built
- Ex-Monte-Carlo and Tour de Corse 1983 with Thérier before reconstruction for Touren early 1984 following a fire
- Transparent history and same owner since 1988
- Restoration and maintenance by the most renowned model specialist
- Ex Tour de France Automobile 1985-
- Winner of the Critérium des Cévennes 1985 with Philippe Touren

Following the success of the small R5 Alpine, Renault's management team had to come up with a product capable of winning 1st place at the biggest events. The Turbocharger adaptation (already leveraged in endurance racing and F1) coupled to a central engine on the R5 was going to be the solution and supersede the R8G, the Berlinetta and the A310. In 1980, the first R5 Turbo homologated in group 4 was raced by Jean Ragnotti.

After the success of the R5 Turbo Group 4 (Monte Carlo 1981 and particularly the 1982 Tour de Corse), the Renault Sport team led by Patrick Landon was to develop it within the new Group B framework, intended to replace the Group 4 from 1983. These regulations enabled the evolution of an existing model, as long as only 20 examples were built. As for a whole new car, like the 205 T16, only 200 units were meant to be built.

At the end of 1982, Renault Sport's engineers improved the Group 4 and in tribute to the recent victory on the "Isle of Beauty", the series of 20 cars was called "Tour de Corse". They all bore specific serial numbers, from VF1822004D0000001 to D0000020, which makes it possible to determine whether the title document is from a genuine "Tour de Corse".

It's worth mentioning that TDC models were all first versions of the Renault 5 Turbo, with aluminium roof and openings, as well as a specific dashboard. The TDC differed from the Group 4 one, mainly due to its front axle being wider by 70 mm. Wishbones were specific, rims were larger, which led to the modification of wheel arches and front fenders, of which the arch was more distinctive than the ones on the Cevennes and G4. Consequently, the front bumper was special and included large round long-range headlights, giving the TDC its characteristic look. The front axle articulation was also increased for gravel tracks, as there were more of them internationally than the Asphalt ones. The roll cage homologated in Group B was made in aluminium, which is now strictly prohibited. Few larger reinforcements were also fitted on the bodywork, taken from lessons learnt in Group 4 and more precisely on gravel versions. Finally, the mechanical part was very similar to the Group 4: Chausson air-to-water exchanger, turbo located on the right with separate waste gate and exhaust on the right, sound plate from the Porsche 928… Customer TDC cars produced 240 hp and were sold in early 1983 but, latest versions reached almost 320 hp.

The certification was acquired on the 1st January 1982 and the customer version cost 385,000 francs, a high price tag during that era. The 280 hp production version also had a dry sump, a different camshaft and a Secam air-to-water exchanger worth 48,000 francs on its own!

These very exclusive cars were sold to well-known customers: the Diac for Chatriot, Renault Chartres for Therier, Renault Galtier for Saby, Bouscary, Mathon, Manzagol and Bartoli from Corsica, De Meyer from Grasse, Snobeck and several of them went abroad: Spain, Portugal, Switzerland, Greece, Great Britian…

3 of them were kept for the Renault racing department and their official driver, Jean Ragnotti.

HISTORY OF THE TOUR DE CORSE CHASSIS D0000004
THE RENAULT CHARTRES ERA

According to Patrick Landon's archives, this one was delivered to Renault Chartres, dealership of Olivier Lamirault, to be raced by one of the most talented French drivers: Jean-Luc Therier!
The TDC #04 is registered as 11 LH 92 on the 31st December 1982, one of the first cars put into circulation alongside the ones of Snobeck, Saby and Renault Sport. Most others followed in February or March 1983. The main reason was because these 4 cars were scheduled to race in the Monte Carlo Rally towards the end of January. Therier from Normandy, who had an incredible gift of improvising at the wheel, was in the lead at this event until his retirement in the 5th Special Stage (ES) due to a conical torque failure. He then raced in the Portugal rally, which also ended in retirement (suspension). Finally in May came the Tour de Corse. Therier was still in the top 10 until the car caught fire in the 9th ES: completely destroyed, the wreckage would even remain on the island!

THE TOUREN ERA:

Philippe Touren, a privateer with a lack of funding, recovered (for free!) the bare bodywork of the Renault 5 Tour de Corse chassis D0000005 at the end of 1983, following Dominique de Meyer's violent accident in Antibes in October. It's worth indicating that this car already had quite a track record with the driver from Grasse: first at Forez, Mont Dome, Bauxite and Lorraine, second at Quercy and third at the Criterium Alpin!
Dominique de Meyer indeed bought a new bodywork in order to rebuild his TDC and take part in the 1984 and 1985 season, in which he would be crowned French champion.
The Touren mechanic, Gerard Marcon, performed miracles by refurbishing the bodywork (badly damaged at the front) and reassembling it completely as a Tour de Corse with Renault Sport parts. This fact was disclosed by Marcon and confirmed by De Meyer!
After starting the 1984 season with a R11 Turbo, the young driver from Cevennes then entered this R5 Tour de Corse, temporarily registered as WW, bearing the same burgundy and blue livery as another youngster with a brilliant future named Didier Auriol, who was part of the same team… Touren raced in the Rouergat criterium where he was first against Bouscary until his eventual retirement due to gearbox issues. He finally finished first at the Languedoc Rally… and then retrieved the D0000004 title document in SODICAM's name and registered the car as 6392 SE 30. It's also worth pointing out that the identification plate mounted at the time, which stated the serial number D0000004, was different from other TDC versions, as it was redone on this occasion.
Repainted in white and with a red bumper, he entered it in the Ypres Rally in Belgium but went off the road, Gerard Marcon stated that the bodywork was then repaired. Two months later, Touren won the Gard rally! Then finally, the main event for the native of this region: the Criterium of Cevennes in November. At the end of a very good race, he finished second behind Jean-Claude Andruet and his Lancia 037… A huge achievement for an amateur driver!

The 1985 season was performed with the TDC #04, which began with the Garrigues rally where he finished in 5th place. He then took 3rd place in the Rouergat criterium and again 3rd in the challenging Mont Blanc rally. Philippe Touren took part in the famous Tour de France auto in September but an accident forced him to retire. During that time, he secured a sponsorship deal with the Gard departmental council and his TDC became white and green, which included large "GARD" mentions. Finally, the Criterium of Cevennes which took place at the beginning of November 1985! Touren is competing against big names like Bruno Bouscary with Mercedes, Serpaggi with TDC, Ballet with Porsche… The driver from Cevennes will have a perfect race, apart from a scrape on the front left. He won the famous criterium event, the first victory for a local of this region! The season ended at the Rallye du Var, of which he retired due to alternator issues.
After notable results, Philippe Touren went to the next level in 1986 with a R5 Turbo Maxi. He then passed away in 1994 at only 37 years old following an incurable illness, with the peak of his career being this memorable victory in 1985.

The Renault 5 TDC #04 was then sold to Jacques Sestach, an insurer from Annemasse in Savoy. It was registered as 5018 SF 74 and raced in the 1986 and 1987 seasons: Ronde du Faucigny, Rallye de la Maurienne, Geneva Rally, Mont Blanc, rally of Uzes, etc… It's worth indicating that it had two victories (rally of Uzes and PTS of Annecy race in 1986), a second place (1986 Ronde du Faucigny) and a 3rd place at the 1987 international rally of Geneva. He then sold the R5 Turbo in late 1987 to Regis Fraissinet, the renowned owner of the Grand Sambuc circuit in the Bouches du Rhone. It was registered as 9600 NA 13 on the 8th October 1987. He did not race the car competitively and sold it in April 1988 to the current owner!
The latter, a rally driver and Renault representative, participated in a few events in the Nice region, before storing the car. This indicates why it is in very good original condition with its aluminium roll bar from the Touren era and its dashboard, different from other TDC versions: all relays and fuses are indeed present in front of the co-driver. The car is equipped with the latest evolution of TDC engines (producing 320 hp), with "gallery" pistons for cooling the cap, a Chausson exchanger, and a dry sump. The particular self-locking gearbox has its own cooling system.
This gorgeous and rare Group B was serviced by 3S Developpement, the world's best and undisputed specialist for this model. The management team's little bombshell has definitely entered the Pantheon of rally cars, just like its glorious predecessor, the Alpine Berlinetta. The R5 Turbo Tour de Corse is certainly one of the most desirable evolutions of this model. Only 20 were manufactured and only few of them are complete with such a clear history and an incredible original performance, as is the case of #04.

Gilles VALLERIAN



R5 Tour de Corse EX TOUREN : ETAT DES PARTICIPATIONS



30-31/3/1984 Rallye des garrigues n°20 Touren/Neyron 7eme
21-23/4/1984 Critérium Rouergat n°1 Touren/Neyron abandon
2-3/6/1984 Rallye du Languedoc n°11 Touren/Neyron 1er
29/6-1/7/1984 Rallye d'Ypres n°10 Touren/Hennebel abandon
29-30/9/1984 Rallye du Gard n°2 Touren/Neyron 1er
2-4/11/1984 Criterium des Cévennes n°15 Touren/Neyron 2eme
29-30/3/1985 Rallye des garrigues n°23 Touren/Neyron 5eme
27-28/4/1985 Rallye de Lozère Touren/Neyron abandon
15-16/6/1985 Critérium Rouergat n°11 Touren/Neyron 3eme
6-8/9/1985 Rallye du Mont Blanc 25 Touren/Neyron 3eme
21-24/9/1985 TOUR DE FRANCE AUTO 21 Touren/Neyron abandon
1-3/11/1985 Criterium des Cévennes 8 Touren/Neyron 1er
29/11-1/12 /1985 Rallye du Var 27 Touren/Neyron abandon



Photos © Loïc Kernen

Estimation 280 000 - 360 000 €

Lot 177

1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse

Estimation 280,000 - 360,000 € [$]

1982 Renault 5 Turbo Tour de Corse
Carte grise française
Châssis n° VF1822004D0000004

- La Numéro 4 des 20 Renault 5 Turbo "Tour de Corse" fabriquées
- Ex-Monte-Carlo et Tour de Corse 1983 avec Thérier avant reconstruction pour Touren début 1984 après un incendie
- Historique limpide même propriétaire depuis 1988
- Restauration et entretien par le spécialiste le plus réputé du modèle
- Ex Tour de France Automobile 1985
- Gagnante du Critérium des Cévennes 1985 avec Philippe Touren

La régie Renault après les succès remportés par les petites R5 Alpine, se devait de présenter un produit apte à remporter la première place dans les plus grandes épreuves. L'adaptation du Turbocompresseur (déjà exploité en endurance et en F1) sur la R5 couplé à un moteur central, allait répondre à cette attente et apporter une descendance à la R8G, la berlinette et l'A310. En 1980, la première R5 turbo homologuée en groupe 4 est engagée par Jean Ragnotti.
Après les succès de la R5 Turbo groupe 4 (Monte Carlo 1981, Tour de Corse 1982 particulièrement), l'équipe Renault Sport de Patrick Landon devait faire évoluer celle-ci dans le cadre du nouveau groupe B, destiné à remplacer le groupe 4 à partir de 1983. Cette réglementation permettait l'évolution d'un modèle existant sous condition d'en construire 20 exemplaires. Une voiture entièrement nouvelle, comme la 205 T16, devait, elle, être construite à 200 exemplaires…
Fin 1982, les ingénieurs de Renault Sport améliorent la groupe 4, et, en l'honneur de la récente victoire sur l'Ile de Beauté, la série de 20 voitures sera dénommée " Tour de Corse ". Elles recevront des numéros de série spécifiques, du numéro VF1822004D0000001 à D0000020 ce qui permet de déterminer immédiatement si le titre de circulation est bien celui d'une véritable " Tour de Corse ".
Notons que les TDC sont toutes des versions 1 de la R5 Turbo, avec toit et ouvrants en aluminium, et tableau de bord spécifique. La TDC se distingue des groupe 4 principalement par le train avant, plus large de 70 mm. Les triangles sont spécifiques, les jantes sont plus grandes ce qui a conduit à modifier les passages de roues, ainsi que les ailes avant dont l'arche est plus prononcée que sur les trains des Cévennes et G4. Du coup, le pare choc avant est spécifique et reçoit des gros phares longue-portée ronds, ce qui donne à la TDC son aspect caractéristique. Le débattement du train avant a aussi été augmenté pour les épreuves sur terre, qui sont plus nombreuses à l'international que sur Asphalte. L'arceau homologué en groupe B pouvait être en aluminium, ce qui est formellement prohibé désormais. La caisse a aussi reçu un nombre de renforts plus importants, bénéficiant des enseignements de la groupe 4 et notamment des versions terre. Enfin, la partie mécanique est très proche de la groupe 4 : échangeur air/eau Chausson, turbo situé à droite avec waste gate séparée et échappement à droite, plateau sonde provenant de la Porsche 928… la puissance était de 240 cv pour les TDC client vendues début 1983, mais les dernières versions atteignaient près de 320cv.
L'homologation a été acquise le 1er janvier 1983 et la version client coutait 385 000 francs, une somme élevée pour l'époque. La version usine de 280cv recevait en plus un carter sec, un arbre à cames différent et un échangeur air/eau Secam valant à lui seul 48 000 francs !
Ces voitures très exclusives seront vendues à des clients connus : la Diac pour Chatriot, Renault Chartres pour Thérier, Renault Galtier pour Saby, Bouscary, Mathon, les corses Manzagol et Bartoli, le grassois De Meyer, Snobeck et plusieurs partiront à l'étranger : Espagne, Portugal, Suisse, Grèce, Grande Bretagne…
3 seront conservées pour le service compétition de Renault et son pilote attitré, Jean Ragnotti.

HISTORIQUE DE LA TOUR DE CORSE CHASSIS D0000004
LA PERIODE RENAULT CHARTRES
Celle-ci, d'après les archives de Patrick Landon, est livrée à Renault Chartres, la concession d'Olivier Lamirault, pour faire courir un des plus talentueux pilotes francais : Jean Luc Thérier !
La TDC #04 est immatriculée 11 LH 92 le 31 décembre 1982, ce qui en fait avec celle de Snobeck, Saby et Renault Sport, parmi les premières voitures mise en circulation. La plupart des autres le seront en février ou mars 1983. La raison simple en était que ces 4 voitures étaient prévues pour être engagées au Rallye de Monte Carlo se déroulant fin janvier. Le normand Thérier qui avait un don incroyable de l'improvisation au volant, va réussir l'exploit d'être en tête jusqu'à son abandon dans la 5éme ES, sur rupture de couple conique. Il est ensuite engagé au rallye du Portugal, qui se solde aussi par un abandon (suspension). Enfin en mai arrive le Tour de Corse. Therier est toujours dans les 10 premiers, jusqu'à ce que la voiture prenne feu dans la 9éme ES : entièrement détruite l'épave restera même sur l'Ile !

LA PERIODE TOUREN :
Philippe Touren est un jeune pilote cévenol qui se fait remarquer pour sa pugnacité et ses bons résultats, à tel point que, pour la saison 1983, Renault Chartres lui fournis l'ex groupe 4 de Thérier moddifié en groupe B. Discret et même timide, celui-ci est redoutable au volant de la R5 Turbo. Thérier perd donc
#04 au Tour de Corse début Mai 1983, et récupére pour la suite de la saison son ex voiture la fameuse 21QV 28.
Philippe Touren, qui est un privé manquant de moyen, récupère fin 1983 (gratuitement !) la caisse nue de la Tour de Corse châssis D0000005 que Dominique De Meyer a accidenté violemment a l'Antibes en octobre. Notons que cette voiture avait déjà un sacré palmarès avec le pilote grassois : premier au Forez, Mont Dôme, Bauxite et Lorraine, second au Quercy, troisième au Critérium Alpin !
Dominique de Meyer achète en effet une caisse neuve pour reconstruire sa TDC et faire la saison 1984 et 1985 ou il sera sacré champion de France.
Le mécanicien de Touren, Gerard Marcon, va faire des miracles en remettant à neuf la caisse qui a bien tapé à l'avant et la remonte entièrement en Tour de Corse avec des pièces Renault Sport. Ce fait a été révélé par Marcon et confirmé par De Meyer !
le jeune Cévenol après un début de saison 1984 sur une R11 Turbo, va donc s'engager sur cette R5 Tour de Corse, immatriculée en WW temporaire, portant les mêmes couleurs bordeaux et bleu qu'un autre jeune qui aura un brillant avenir, un nommé Didier Auriol qui fait partie de la même écurie… Touren fait le critérium Rouergat ou il est premier face à Bouscary, mais abandonne sur problème de boite. Au Rallye du Languedoc il termine enfin premier… puis il récupère La carte grise de D00000004 au nom de la SODICAM et immatricule l'auto sous le numéro 6392 SE 30. . Il faut noter que du coup, la plaque d'identification montée à ce moment-là indiquant D0000004 est différente de celles des autres TDC car elle a été refaite à cette occasion.
Repeinte en blanc, pare choc rouge, Il l'engage au Rallye d'Ypres en Belgique, mais va faire une sortie de route, Gérard Marcon nous a indiqué que la caisse avait été ensuite réparée. Deux mois après, Touren remporte le rallye du Gard ! Puis enfin, l'épreuve reine pour l'enfant du pays : le critérium des Cévennes en novembre. Au terme d'une très belle course, il termine second derrière Jean Claude Andruet et sa Lancia 037… Chapeau pour un amateur !



La saison 1985 sera effectué avec la TDC #04. Elle commence par le rallye des Garrigues, il termine 5éme. Puis 3ème au critérium Rouergat, encore 3ème au difficile Rallye du Mont Blanc. Philippe Touren s'engage au fameux Tour de France auto en septembre, il est cinquiéme devançant nombre de pros, mais une rupture de jante le conduit à l'abandon.
Entre temps, il a obtenu un sponsoring du conseil départemental du Gard et sa TDC est devenue blanche et verte, avec de larges mentions " GARD ". Enfin le Criterium des Cévennes qui se déroule début novembre 1985 ! Touren est opposé à des pointures comme Bruno Bouscary sur Mercedes, Serpaggi sur TDC, Ballet sur Porsche… Le cévennol fera une course parfaite, excepté une touchette à l'avant gauche. Il remporte le fameux critérium, la première victoire d'un enfant du pays ! La saison se termine au rallye du Var, avec un abandon sur alternateur.
Après ses résultats remarqués Philippe Touren va passer pour 1986 au niveau supérieur, avec une R5 Turbo maxi. II décédera à seulement 37 ans en 1994 des suites d'une maladie incurable, l'apogée de sa carrière ayant été cette belle victoire en 1985. Son fidéle copilote, Albert Neyron, est installée en Ecosse depuis quelques années.

La suite de la carriére de la TDC #04
La Renault 5 TDC #04 est vendue au savoyard Jacques Sestach, un assureur d'Annemasse. Elle est alors immatriculée 5018 SF 74. Il fera les saisons 1986 et 1987 : Ronde du Faucigny, Rallye de la Maurienne, Rallye de Genève, Mont Blanc, rallye d'Uzes, etc…Il faut noter qu'il remporte deux victoires (rallye d'Uzes et ronde du PTS d'Annecy 1986), une seconde place (Ronde du Faucigny 1986) et une 3eme place au rallye international de Genève 1987. Il vend la R5 Turbo fin 1987 à Regis Fraissinet, le bien connu propriétaire du circuit du Grand Sambuc dans les Bouches du Rhône. Elle est immatriculée 9600 NA 13 le 8 octobre 1987. Celui-ci n'engage pas la voiture en compétition et la vendra au propriétaire actuel en avril 1988 !

Ce dernier, pilote de rallye et agent Renault, participe à quelques épreuves dans la région niçoise, avant de remiser la voiture. Cela explique qu'elle se présente dans un très bel état d'origine avec son arceau en aluminium datant de l'époque de Touren et son tableau de bord différent des autres TDC: En effet tous les relais et fusibles sont présents devant le copilote. La voiture est dotée d'un moteur dernière évolution TDC, développant 320 cv, avec des pistons " à galerie " pour le refroidissement de la calotte, un échangeur Chausson, un carter sec. La boite spécifique avec autobloquant possède son circuit de refroidissement.
Cette sublime et rare groupe B est entretenue par l'atelier 3S développement, le spécialiste mondial et incontesté du modèle. La petite bombe de la régie est rentrée définitivement dans le Panthéon des voitures de rallyes, comme son illustre devancière, la berlinette alpine. La R5 Turbo Tour de Corse est une des évolutions les plus désirables du modèle, il n'y en a eu que 20 fabriquées et peu se présentent complètes avec un historique si limpide et dans un incroyable jus d'origine, comme c'est le cas de #04.

Gilles VALLERIAN











French title
Chassis n° VF1822004D0000004

- Number 4 of 20 Renault 5 Turbo "Tour de Corse" cars built
- Ex-Monte-Carlo and Tour de Corse 1983 with Thérier before reconstruction for Touren early 1984 following a fire
- Transparent history and same owner since 1988
- Restoration and maintenance by the most renowned model specialist
- Ex Tour de France Automobile 1985-
- Winner of the Critérium des Cévennes 1985 with Philippe Touren

Following the success of the small R5 Alpine, Renault's management team had to come up with a product capable of winning 1st place at the biggest events. The Turbocharger adaptation (already leveraged in endurance racing and F1) coupled to a central engine on the R5 was going to be the solution and supersede the R8G, the Berlinetta and the A310. In 1980, the first R5 Turbo homologated in group 4 was raced by Jean Ragnotti.

After the success of the R5 Turbo Group 4 (Monte Carlo 1981 and particularly the 1982 Tour de Corse), the Renault Sport team led by Patrick Landon was to develop it within the new Group B framework, intended to replace the Group 4 from 1983. These regulations enabled the evolution of an existing model, as long as only 20 examples were built. As for a whole new car, like the 205 T16, only 200 units were meant to be built.

At the end of 1982, Renault Sport's engineers improved the Group 4 and in tribute to the recent victory on the "Isle of Beauty", the series of 20 cars was called "Tour de Corse". They all bore specific serial numbers, from VF1822004D0000001 to D0000020, which makes it possible to determine whether the title document is from a genuine "Tour de Corse".

It's worth mentioning that TDC models were all first versions of the Renault 5 Turbo, with aluminium roof and openings, as well as a specific dashboard. The TDC differed from the Group 4 one, mainly due to its front axle being wider by 70 mm. Wishbones were specific, rims were larger, which led to the modification of wheel arches and front fenders, of which the arch was more distinctive than the ones on the Cevennes and G4. Consequently, the front bumper was special and included large round long-range headlights, giving the TDC its characteristic look. The front axle articulation was also increased for gravel tracks, as there were more of them internationally than the Asphalt ones. The roll cage homologated in Group B was made in aluminium, which is now strictly prohibited. Few larger reinforcements were also fitted on the bodywork, taken from lessons learnt in Group 4 and more precisely on gravel versions. Finally, the mechanical part was very similar to the Group 4: Chausson air-to-water exchanger, turbo located on the right with separate waste gate and exhaust on the right, sound plate from the Porsche 928… Customer TDC cars produced 240 hp and were sold in early 1983 but, latest versions reached almost 320 hp.

The certification was acquired on the 1st January 1982 and the customer version cost 385,000 francs, a high price tag during that era. The 280 hp production version also had a dry sump, a different camshaft and a Secam air-to-water exchanger worth 48,000 francs on its own!

These very exclusive cars were sold to well-known customers: the Diac for Chatriot, Renault Chartres for Therier, Renault Galtier for Saby, Bouscary, Mathon, Manzagol and Bartoli from Corsica, De Meyer from Grasse, Snobeck and several of them went abroad: Spain, Portugal, Switzerland, Greece, Great Britian…

3 of them were kept for the Renault racing department and their official driver, Jean Ragnotti.

HISTORY OF THE TOUR DE CORSE CHASSIS D0000004
THE RENAULT CHARTRES ERA

According to Patrick Landon's archives, this one was delivered to Renault Chartres, dealership of Olivier Lamirault, to be raced by one of the most talented French drivers: Jean-Luc Therier!
The TDC #04 is registered as 11 LH 92 on the 31st December 1982, one of the first cars put into circulation alongside the ones of Snobeck, Saby and Renault Sport. Most others followed in February or March 1983. The main reason was because these 4 cars were scheduled to race in the Monte Carlo Rally towards the end of January. Therier from Normandy, who had an incredible gift of improvising at the wheel, was in the lead at this event until his retirement in the 5th Special Stage (ES) due to a conical torque failure. He then raced in the Portugal rally, which also ended in retirement (suspension). Finally in May came the Tour de Corse. Therier was still in the top 10 until the car caught fire in the 9th ES: completely destroyed, the wreckage would even remain on the island!

THE TOUREN ERA:

Philippe Touren, a privateer with a lack of funding, recovered (for free!) the bare bodywork of the Renault 5 Tour de Corse chassis D0000005 at the end of 1983, following Dominique de Meyer's violent accident in Antibes in October. It's worth indicating that this car already had quite a track record with the driver from Grasse: first at Forez, Mont Dome, Bauxite and Lorraine, second at Quercy and third at the Criterium Alpin!
Dominique de Meyer indeed bought a new bodywork in order to rebuild his TDC and take part in the 1984 and 1985 season, in which he would be crowned French champion.
The Touren mechanic, Gerard Marcon, performed miracles by refurbishing the bodywork (badly damaged at the front) and reassembling it completely as a Tour de Corse with Renault Sport parts. This fact was disclosed by Marcon and confirmed by De Meyer!
After starting the 1984 season with a R11 Turbo, the young driver from Cevennes then entered this R5 Tour de Corse, temporarily registered as WW, bearing the same burgundy and blue livery as another youngster with a brilliant future named Didier Auriol, who was part of the same team… Touren raced in the Rouergat criterium where he was first against Bouscary until his eventual retirement due to gearbox issues. He finally finished first at the Languedoc Rally… and then retrieved the D0000004 title document in SODICAM's name and registered the car as 6392 SE 30. It's also worth pointing out that the identification plate mounted at the time, which stated the serial number D0000004, was different from other TDC versions, as it was redone on this occasion.
Repainted in white and with a red bumper, he entered it in the Ypres Rally in Belgium but went off the road, Gerard Marcon stated that the bodywork was then repaired. Two months later, Touren won the Gard rally! Then finally, the main event for the native of this region: the Criterium of Cevennes in November. At the end of a very good race, he finished second behind Jean-Claude Andruet and his Lancia 037… A huge achievement for an amateur driver!

The 1985 season was performed with the TDC #04, which began with the Garrigues rally where he finished in 5th place. He then took 3rd place in the Rouergat criterium and again 3rd in the challenging Mont Blanc rally. Philippe Touren took part in the famous Tour de France auto in September but an accident forced him to retire. During that time, he secured a sponsorship deal with the Gard departmental council and his TDC became white and green, which included large "GARD" mentions. Finally, the Criterium of Cevennes which took place at the beginning of November 1985! Touren is competing against big names like Bruno Bouscary with Mercedes, Serpaggi with TDC, Ballet with Porsche… The driver from Cevennes will have a perfect race, apart from a scrape on the front left. He won the famous criterium event, the first victory for a local of this region! The season ended at the Rallye du Var, of which he retired due to alternator issues.
After notable results, Philippe Touren went to the next level in 1986 with a R5 Turbo Maxi. He then passed away in 1994 at only 37 years old following an incurable illness, with the peak of his career being this memorable victory in 1985.

The Renault 5 TDC #04 was then sold to Jacques Sestach, an insurer from Annemasse in Savoy. It was registered as 5018 SF 74 and raced in the 1986 and 1987 seasons: Ronde du Faucigny, Rallye de la Maurienne, Geneva Rally, Mont Blanc, rally of Uzes, etc… It's worth indicating that it had two victories (rally of Uzes and PTS of Annecy race in 1986), a second place (1986 Ronde du Faucigny) and a 3rd place at the 1987 international rally of Geneva. He then sold the R5 Turbo in late 1987 to Regis Fraissinet, the renowned owner of the Grand Sambuc circuit in the Bouches du Rhone. It was registered as 9600 NA 13 on the 8th October 1987. He did not race the car competitively and sold it in April 1988 to the current owner!
The latter, a rally driver and Renault representative, participated in a few events in the Nice region, before storing the car. This indicates why it is in very good original condition with its aluminium roll bar from the Touren era and its dashboard, different from other TDC versions: all relays and fuses are indeed present in front of the co-driver. The car is equipped with the latest evolution of TDC engines (producing 320 hp), with "gallery" pistons for cooling the cap, a Chausson exchanger, and a dry sump. The particular self-locking gearbox has its own cooling system.
This gorgeous and rare Group B was serviced by 3S Developpement, the world's best and undisputed specialist for this model. The management team's little bombshell has definitely entered the Pantheon of rally cars, just like its glorious predecessor, the Alpine Berlinetta. The R5 Turbo Tour de Corse is certainly one of the most desirable evolutions of this model. Only 20 were manufactured and only few of them are complete with such a clear history and an incredible original performance, as is the case of #04.

Gilles VALLERIAN



R5 Tour de Corse EX TOUREN : ETAT DES PARTICIPATIONS



30-31/3/1984 Rallye des garrigues n°20 Touren/Neyron 7eme
21-23/4/1984 Critérium Rouergat n°1 Touren/Neyron abandon
2-3/6/1984 Rallye du Languedoc n°11 Touren/Neyron 1er
29/6-1/7/1984 Rallye d'Ypres n°10 Touren/Hennebel abandon
29-30/9/1984 Rallye du Gard n°2 Touren/Neyron 1er
2-4/11/1984 Criterium des Cévennes n°15 Touren/Neyron 2eme
29-30/3/1985 Rallye des garrigues n°23 Touren/Neyron 5eme
27-28/4/1985 Rallye de Lozère Touren/Neyron abandon
15-16/6/1985 Critérium Rouergat n°11 Touren/Neyron 3eme
6-8/9/1985 Rallye du Mont Blanc 25 Touren/Neyron 3eme
21-24/9/1985 TOUR DE FRANCE AUTO 21 Touren/Neyron abandon
1-3/11/1985 Criterium des Cévennes 8 Touren/Neyron 1er
29/11-1/12 /1985 Rallye du Var 27 Touren/Neyron abandon



Photos © Loïc Kernen

Estimation 280 000 - 360 000 €

Sale’s details

Sale: 4224
Location: Circuit des 24 Heures, Le Mans
Date: 02 jul. 2022 13:30
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Le Mans Classic 2022