Sale Rétromobile - 04 february 2011 /Lot 219 1981 FERRARI 308 GTB

  • 1981 FERRARI 308 GTB Deuxième main et 32 000km d'origineChâssis no. 34313Le 14 juillet 1957, un an presque jour pour jour après la disp
  • 1981 FERRARI 308 GTB Deuxième main et 32 000km d'origineChâssis no. 34313Le 14 juillet 1957, un an presque jour pour jour après la disp
  • 1981 FERRARI 308 GTB Deuxième main et 32 000km d'origineChâssis no. 34313Le 14 juillet 1957, un an presque jour pour jour après la disp
  • 1981 FERRARI 308 GTB Deuxième main et 32 000km d'origineChâssis no. 34313Le 14 juillet 1957, un an presque jour pour jour après la disp
1981 FERRARI 308 GTB Deuxième main et 32 000km d'origine
Châssis no. 34313

Le 14 juillet 1957, un an presque jour pour jour après la disparition d'Alfredino Ferrari, fils de " l'Ingeniere ", Maurice Trintignant menait à la victoire, à 185 km/h de moyenne à Reims, une petite Dino 156, 6 cylindres en V de 1500 cm3, qui allait donner une longue lignée de voitures de course et de sport à 6 ou 8 cylindres en V. Lignée dont l'apothéose sera la F40, extrapolation de la 288 GTO, elle-même dérivée des 308.
Le moteur Dino six cylindres, montés sur les Fiat Dino, puis sur les 246, est une évolution du moteur dessiné par Vittorio Jano pour la Dino156. Lorsqu'en 1967, Ferrari voulut courir en F2, le règlement imposa une production d'au moins 500 exemplaires qui dépassait les possibilités des usines Ferrari de l'époque. Il s'engagea à construire ce moteur en nombre suffisant et les monta sur un spyder dessiné par Pininfarina et un coupé quatre places dessiné par Bertone, comme l'est la 308 GT4 à moteurs huit cylindres en V qui remplacera, fin 73, la 246 GT. Les moteurs à huit cylindres en V à 90° ne sont pas d'une configuration étrangère à Ferrari. On se souvient de la 158 F1 championne du monde en 1964 avec John Surtees. Le coupé 308 GTB est présenté en première mondiale au Salon de Paris 1975. Il ne porte plus les insignes Dino, bien qu'il soit directement dérivé de la 308 GT4. Pour le dessin de la carrosserie, Ferrari fait appel à Pininfarina qui a réussit un chef d'oeuvre : " Un harmonieux mélange des lignes de la 246 GT et de la BB " explique Antoine Prunet.
La voiture est aussi extraordinairement agréable à conduire : "le modèle le plus séduisant sorti des usines de Maranello, les performances sont trompeuses tant le moteur est souple et doux dans son fonctionnement. Les virages serrés font ressortir un comportement sous-vireur mais très facilement modulable par le dosage de l'accélération. Le vrai élément de la 308 GTB sont les virages rapides dans lesquels elle peut être inscrite en une belle dérive des quatre roues, avec un équilibre parfait " relate Paul Frère.

Le modèle que nous vous présentons est une 308 GTB carburateurs et carter sec de 1981 vendue neuve par Pozzi à un amateur de l'Est de la France qui la garde jusqu'en 1988, date à laquelle le propriétaire actuel la rachète. Elle a alors 24 540 km à la date de l'acquisition. Aujourd'hui, son compteur affiche 32 200 km, kilométrage d'origine, avec bien entendu, moteur d'origine. Il s'agit ici d'une automobile dans sa configuration d'origine, en excellent état puisque les courroies viennent d'être changées par Franck Opderbeck, mécanicien de grandes collections de voitures italiennes. Sa couleur est certainement une des plus désirable : gris métal, intérieur en cuir havane. Elle est dotée de la climatisation, de l'échappement spécial quatre sorties et de pneus TRX, d'une alarme, d'un coupe-batterie, d'un radiocassette et d'une antenne électrique.
Belle opportunité donc que cette 308, la plus pure, dans des coloris peu courants, française d'origine et très peu kilométrée.


two owners and 32,000 km from new

On 14 July 1957, almost a year to the day after the disappearance of Alfredino Ferrari, the son of "The Engineer", Maurice Trintignant drove to victory, at an average speed of 185 km/h in Reims, in a small Dino 156, V6 cylinder engine of 1500 cm3, which would give rise to a long line of V6 and V8 cylinder racing and sports cars. This line would culminate in the F40, an extrapolation of the 288 GTO, which itself was derived from the 308.
The Dino six-cylinder engine, mounted on the Fiat Dino and then on the 246, was developed from the engine designed by Vittorio Jano for the Dino 156. When, in 1967, Ferrari wanted to run in F2, regulations required production of at least 500 copies, which exceeded the capacity of the Ferrari factories at the time. It undertook to build this engine in sufficient quantities and mounted them on a Spyder designed by Pininfarina and a four-seater coupé designed by Bertone, like the 308 GT4 with eight-cylinder V engines that replaced the 246 GT at the end of 1973. The configuration of the 90° eight-cylinder V engines is not unfamiliar to Ferrari. You will remember the 158 F1 world champion in 1964 with John Surtees. The 308 GTB coupé made its first appearance in the world at the 1975 Paris Motor Show. It no longer bore the Dino insignia, although it was derived directly from the 308 GT4. For the design of the bodywork, Ferrari called on Pininfarina, which succeeded in producing a masterpiece: "A harmonious combination of the lines of the 246 GT and the BB", explains Antoine Prunet.
The car is also extraordinarily pleasant to drive: "The most attractive model to come out of the Maranello factories, the performance is deceptive as the engine functions so smoothly. Tight bends reveal understeer, but this can be adjusted very easily by the amount of acceleration. Where the 308 GTB really shines is when performing quick turns, where it shows good stability on four wheels, with perfect balance", says Paul Frère.

The model we are presenting is a 308 GTB with carburettors and dry sump from 1981, sold new by Pozzi to an enthusiast from eastern France, who kept it until 1988, when the current owner bought it. It had 24,540 km on the clock on the acquisition date. Today, its odometer shows 32,200 km, with the original mileage and, of course, the original engine. This is an automobile with its original configuration, in excellent condition as the belts have just been changed by Franck Opderbeck, a mechanic specialising in major Italian car collections. Its colour is certainly one of the most desirable: metallic grey, with the interior in Havana leather. It comes with air conditioning, a special four-exit exhaust and TRX tyres, an alarm, a battery isolating switch, a radio/cassette player and an electrical aerial.
This is therefore a great opportunity to purchase a 308 in its purest form, in an unusual colour, of French origin and with very few miles on the clock.




Estimation 30 000 - 40 000 €

Sold 35,382 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 219

1981 FERRARI 308 GTB

Sold 35,382 € [$]

1981 FERRARI 308 GTB Deuxième main et 32 000km d'origine
Châssis no. 34313

Le 14 juillet 1957, un an presque jour pour jour après la disparition d'Alfredino Ferrari, fils de " l'Ingeniere ", Maurice Trintignant menait à la victoire, à 185 km/h de moyenne à Reims, une petite Dino 156, 6 cylindres en V de 1500 cm3, qui allait donner une longue lignée de voitures de course et de sport à 6 ou 8 cylindres en V. Lignée dont l'apothéose sera la F40, extrapolation de la 288 GTO, elle-même dérivée des 308.
Le moteur Dino six cylindres, montés sur les Fiat Dino, puis sur les 246, est une évolution du moteur dessiné par Vittorio Jano pour la Dino156. Lorsqu'en 1967, Ferrari voulut courir en F2, le règlement imposa une production d'au moins 500 exemplaires qui dépassait les possibilités des usines Ferrari de l'époque. Il s'engagea à construire ce moteur en nombre suffisant et les monta sur un spyder dessiné par Pininfarina et un coupé quatre places dessiné par Bertone, comme l'est la 308 GT4 à moteurs huit cylindres en V qui remplacera, fin 73, la 246 GT. Les moteurs à huit cylindres en V à 90° ne sont pas d'une configuration étrangère à Ferrari. On se souvient de la 158 F1 championne du monde en 1964 avec John Surtees. Le coupé 308 GTB est présenté en première mondiale au Salon de Paris 1975. Il ne porte plus les insignes Dino, bien qu'il soit directement dérivé de la 308 GT4. Pour le dessin de la carrosserie, Ferrari fait appel à Pininfarina qui a réussit un chef d'oeuvre : " Un harmonieux mélange des lignes de la 246 GT et de la BB " explique Antoine Prunet.
La voiture est aussi extraordinairement agréable à conduire : "le modèle le plus séduisant sorti des usines de Maranello, les performances sont trompeuses tant le moteur est souple et doux dans son fonctionnement. Les virages serrés font ressortir un comportement sous-vireur mais très facilement modulable par le dosage de l'accélération. Le vrai élément de la 308 GTB sont les virages rapides dans lesquels elle peut être inscrite en une belle dérive des quatre roues, avec un équilibre parfait " relate Paul Frère.

Le modèle que nous vous présentons est une 308 GTB carburateurs et carter sec de 1981 vendue neuve par Pozzi à un amateur de l'Est de la France qui la garde jusqu'en 1988, date à laquelle le propriétaire actuel la rachète. Elle a alors 24 540 km à la date de l'acquisition. Aujourd'hui, son compteur affiche 32 200 km, kilométrage d'origine, avec bien entendu, moteur d'origine. Il s'agit ici d'une automobile dans sa configuration d'origine, en excellent état puisque les courroies viennent d'être changées par Franck Opderbeck, mécanicien de grandes collections de voitures italiennes. Sa couleur est certainement une des plus désirable : gris métal, intérieur en cuir havane. Elle est dotée de la climatisation, de l'échappement spécial quatre sorties et de pneus TRX, d'une alarme, d'un coupe-batterie, d'un radiocassette et d'une antenne électrique.
Belle opportunité donc que cette 308, la plus pure, dans des coloris peu courants, française d'origine et très peu kilométrée.


two owners and 32,000 km from new

On 14 July 1957, almost a year to the day after the disappearance of Alfredino Ferrari, the son of "The Engineer", Maurice Trintignant drove to victory, at an average speed of 185 km/h in Reims, in a small Dino 156, V6 cylinder engine of 1500 cm3, which would give rise to a long line of V6 and V8 cylinder racing and sports cars. This line would culminate in the F40, an extrapolation of the 288 GTO, which itself was derived from the 308.
The Dino six-cylinder engine, mounted on the Fiat Dino and then on the 246, was developed from the engine designed by Vittorio Jano for the Dino 156. When, in 1967, Ferrari wanted to run in F2, regulations required production of at least 500 copies, which exceeded the capacity of the Ferrari factories at the time. It undertook to build this engine in sufficient quantities and mounted them on a Spyder designed by Pininfarina and a four-seater coupé designed by Bertone, like the 308 GT4 with eight-cylinder V engines that replaced the 246 GT at the end of 1973. The configuration of the 90° eight-cylinder V engines is not unfamiliar to Ferrari. You will remember the 158 F1 world champion in 1964 with John Surtees. The 308 GTB coupé made its first appearance in the world at the 1975 Paris Motor Show. It no longer bore the Dino insignia, although it was derived directly from the 308 GT4. For the design of the bodywork, Ferrari called on Pininfarina, which succeeded in producing a masterpiece: "A harmonious combination of the lines of the 246 GT and the BB", explains Antoine Prunet.
The car is also extraordinarily pleasant to drive: "The most attractive model to come out of the Maranello factories, the performance is deceptive as the engine functions so smoothly. Tight bends reveal understeer, but this can be adjusted very easily by the amount of acceleration. Where the 308 GTB really shines is when performing quick turns, where it shows good stability on four wheels, with perfect balance", says Paul Frère.

The model we are presenting is a 308 GTB with carburettors and dry sump from 1981, sold new by Pozzi to an enthusiast from eastern France, who kept it until 1988, when the current owner bought it. It had 24,540 km on the clock on the acquisition date. Today, its odometer shows 32,200 km, with the original mileage and, of course, the original engine. This is an automobile with its original configuration, in excellent condition as the belts have just been changed by Franck Opderbeck, a mechanic specialising in major Italian car collections. Its colour is certainly one of the most desirable: metallic grey, with the interior in Havana leather. It comes with air conditioning, a special four-exit exhaust and TRX tyres, an alarm, a battery isolating switch, a radio/cassette player and an electrical aerial.
This is therefore a great opportunity to purchase a 308 in its purest form, in an unusual colour, of French origin and with very few miles on the clock.




Estimation 30 000 - 40 000 €

Sold 35,382 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 1957
Date: 04 feb. 2011 14:00

Contact

Iris Hummel
Phone +33 1 42 99 20 56
ihummel@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Rétromobile