Sale Rétromobile 2017 - 10 february 2017 /Lot 85 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti

  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
Titre de circulation hollandais
Châssis n°13433
Moteur 251 n°408

- Certifiée par Ferrari Classiche
- Air conditionné et matching numbers
- Très belle présentation esthétique comme mécanique

Lamborghini avait ouvert la voie d'une nouvelle configuration, pour les voitures de sport ultra-performantes: celle du moteur central, ce qui permet un abaissement du centre de gravité et une meilleure répartition des poids. Pourtant, lorsque l'on compare la stabilité à grande vitesse d'une Lamborghini Miura et d'une Ferrari Daytona, on peut comprendre le choix d'Enzo Ferrari: la Daytona ne dévie pas d'un pouce alors que la Miura a tendance à lever le nez. Les qualités de la Ferrari ont d'ailleurs été confirmées par ses succès en compétition (dont une victoire au Tour Auto en 1972 avec Andruet/Biche), ce qui n'est pas le cas de la Miura. Après avoir fait l'objet à l'époque de sarcasmes injustifiés de la part de spécialistes, la Daytona bénéficie aujourd'hui d'une incontestable aura qui s'appuie sur plusieurs critères: c'est la dernière Ferrari V12 à moteur avant de cette époque; onctueux autant que rageur, il délivre 352 ch à 7 500 tr/mn, ce qui propulse la voiture à 270 km/h; ses qualités routières sont incontestables, notamment dans les grandes courbes prises à pleine vitesse; elle bénéficie d'une ligne impressionnante tracée par Fioravanti, pour Pininfarina.

La Ferrari 365 GTB/4 que nous présentons est vendue neuve en juin 1970 par Motor Spa, Carlo Allegretti, agent de la marque à Bologne, à son premier propriétaire italien, un Monsieur Morrea. Elle est livrée dans sa teinte Nero 20-B-Salchi, intérieur en cuir beige VM102. Elle reste en Italie jusqu'en 1976, année où elle est acquise par un pilote hollandais de la compagnie KLM, résidant à Hilversum en Hollande. Elle est alors immatriculée sous le numéro 77ST33 qu'elle détient encore aujourd'hui. En 1982 elle entre dans la collection de C.F. Bosch et sera entretenue par Henk Hoksbergen, grand spécialiste Ferrari qui entretenait également la 275 GTB/C de Bosch. Depuis 2003, l'entretien et de très nombreux travaux sont réalisés par Pieter Birnie, incluant à 83 000 km la réfection complète du moteur. Son compteur affiche aujourd'hui 99 000 km, qui correspond à son kilométrage d'origine. En 2015, la voiture bénéficie chez Ellermeyer à Amsterdam d'une restauration de la sellerie des sièges, dans ses spécificités d'origine. Elle reçoit quatre pneus neufs Michelin et une nouvelle ligne d'échappement Ansa ainsi qu'une nouvelle pompe à air conditionné, option d'époque.
Cette superbe Daytona est une des rares premières versions avec son avant en plexiglas, équipée de l'air conditionné et surtout dans une des livrées les plus désirables, noir, intérieur cuir beige et noir. Elle sera livrée à son futur propriétaire avec le fameux classeur rouge de la certification Ferrari, mentionnant que tous ses éléments mécaniques sont bien ceux d'origine ainsi que sa combinaison de couleurs. Il s'agit d'un superbe exemplaire à tous les niveaux.



Dutch papers
Chassis n°13433
Engine 251 n°408

- Ferrari certified
- Air-conditioning and matching numbers
- Beautiful aesthetic and mechanical condition

Lamborghini paved the way for a new configuration for high-performance sports cars, with a mid-engine format which allowed for a lower centre of gravity and improved weight distribution. However, when comparing the stability at high speed of a Lamborghini Miura and a Ferrari Daytona, one understands Enzo Ferrari's decision: the Daytona doesn't move an inch whereas the Miura has a tendency to lift at the front. Moreover, the Ferrari's attributes were confirmed by success in competition (including a victory in Tour Auto in 1972 for Andruet/Biche), which wasn't the case for the Miura. Having been the object of unwarranted criticism from certain specialists at the time, the Daytona today enjoys an legendary status for several reasons : it was the last front-engined V12 Ferrari from this period ; smooth and ferocious at the same time, it delivered 352 bhp at 7,500 rpm which propelled the car to 270 km/h ; its roadhandling qualities are unrivalled, particularly on large corners taken at speed ; it displays a stunning design by Fioravanti for Pininfarina.

The Ferrari 365 GTB/4 on offer was sold new, to its first Italian owner, a Mr Morrea, in June 1970 by Motor Spa, Carlo Allegretti, the marque agent in Bologna. It was liveried in Nero 20-B-Salchi, with beige leather interior VM102. The car remained in Italy until 1976 when it was acquired by a Dutch KLM pilot, living in Hilversum in Holland. It was registered with the number it retains today, 77ST33. In 1982, it joint the collection of C.F. Bosch and was maintained by Henk Hoksbergen, the Ferrari specialist, who also maintained the 275 GTB/C of Bosch. Since 2003, maintenance and other work has been carried out by Pieter Birnie. This included a complete engine rebuild at 83 000 km, the mileage from new. In 2015, the upholstery was restored, in keeping with the original specification, by Ellermeyer in Amsterdam. The car has been fitted with four new Michelin tyres, a new Ansa exhaust and a new pump for the period option air-conditioning.
This stunning Daytona is one of the rare first versions with plexiglass front, equipped with air conditioning and presented in the most desirable colour combination, painted black with beige and black leather interior. It will be delivered to the new owner with the coveted red folder containing the Ferrari certification. This confirms that the livery is correct and all mechanical elements are original. Here is an example that is exceptional on every level.

Photos: Copyright Michiel Elsevier Stokmans






Estimation 750 000 - 850 000 €

Sold 798,640 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 85

1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti

Sold 798,640 € [$]

1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
Titre de circulation hollandais
Châssis n°13433
Moteur 251 n°408

- Certifiée par Ferrari Classiche
- Air conditionné et matching numbers
- Très belle présentation esthétique comme mécanique

Lamborghini avait ouvert la voie d'une nouvelle configuration, pour les voitures de sport ultra-performantes: celle du moteur central, ce qui permet un abaissement du centre de gravité et une meilleure répartition des poids. Pourtant, lorsque l'on compare la stabilité à grande vitesse d'une Lamborghini Miura et d'une Ferrari Daytona, on peut comprendre le choix d'Enzo Ferrari: la Daytona ne dévie pas d'un pouce alors que la Miura a tendance à lever le nez. Les qualités de la Ferrari ont d'ailleurs été confirmées par ses succès en compétition (dont une victoire au Tour Auto en 1972 avec Andruet/Biche), ce qui n'est pas le cas de la Miura. Après avoir fait l'objet à l'époque de sarcasmes injustifiés de la part de spécialistes, la Daytona bénéficie aujourd'hui d'une incontestable aura qui s'appuie sur plusieurs critères: c'est la dernière Ferrari V12 à moteur avant de cette époque; onctueux autant que rageur, il délivre 352 ch à 7 500 tr/mn, ce qui propulse la voiture à 270 km/h; ses qualités routières sont incontestables, notamment dans les grandes courbes prises à pleine vitesse; elle bénéficie d'une ligne impressionnante tracée par Fioravanti, pour Pininfarina.

La Ferrari 365 GTB/4 que nous présentons est vendue neuve en juin 1970 par Motor Spa, Carlo Allegretti, agent de la marque à Bologne, à son premier propriétaire italien, un Monsieur Morrea. Elle est livrée dans sa teinte Nero 20-B-Salchi, intérieur en cuir beige VM102. Elle reste en Italie jusqu'en 1976, année où elle est acquise par un pilote hollandais de la compagnie KLM, résidant à Hilversum en Hollande. Elle est alors immatriculée sous le numéro 77ST33 qu'elle détient encore aujourd'hui. En 1982 elle entre dans la collection de C.F. Bosch et sera entretenue par Henk Hoksbergen, grand spécialiste Ferrari qui entretenait également la 275 GTB/C de Bosch. Depuis 2003, l'entretien et de très nombreux travaux sont réalisés par Pieter Birnie, incluant à 83 000 km la réfection complète du moteur. Son compteur affiche aujourd'hui 99 000 km, qui correspond à son kilométrage d'origine. En 2015, la voiture bénéficie chez Ellermeyer à Amsterdam d'une restauration de la sellerie des sièges, dans ses spécificités d'origine. Elle reçoit quatre pneus neufs Michelin et une nouvelle ligne d'échappement Ansa ainsi qu'une nouvelle pompe à air conditionné, option d'époque.
Cette superbe Daytona est une des rares premières versions avec son avant en plexiglas, équipée de l'air conditionné et surtout dans une des livrées les plus désirables, noir, intérieur cuir beige et noir. Elle sera livrée à son futur propriétaire avec le fameux classeur rouge de la certification Ferrari, mentionnant que tous ses éléments mécaniques sont bien ceux d'origine ainsi que sa combinaison de couleurs. Il s'agit d'un superbe exemplaire à tous les niveaux.



Dutch papers
Chassis n°13433
Engine 251 n°408

- Ferrari certified
- Air-conditioning and matching numbers
- Beautiful aesthetic and mechanical condition

Lamborghini paved the way for a new configuration for high-performance sports cars, with a mid-engine format which allowed for a lower centre of gravity and improved weight distribution. However, when comparing the stability at high speed of a Lamborghini Miura and a Ferrari Daytona, one understands Enzo Ferrari's decision: the Daytona doesn't move an inch whereas the Miura has a tendency to lift at the front. Moreover, the Ferrari's attributes were confirmed by success in competition (including a victory in Tour Auto in 1972 for Andruet/Biche), which wasn't the case for the Miura. Having been the object of unwarranted criticism from certain specialists at the time, the Daytona today enjoys an legendary status for several reasons : it was the last front-engined V12 Ferrari from this period ; smooth and ferocious at the same time, it delivered 352 bhp at 7,500 rpm which propelled the car to 270 km/h ; its roadhandling qualities are unrivalled, particularly on large corners taken at speed ; it displays a stunning design by Fioravanti for Pininfarina.

The Ferrari 365 GTB/4 on offer was sold new, to its first Italian owner, a Mr Morrea, in June 1970 by Motor Spa, Carlo Allegretti, the marque agent in Bologna. It was liveried in Nero 20-B-Salchi, with beige leather interior VM102. The car remained in Italy until 1976 when it was acquired by a Dutch KLM pilot, living in Hilversum in Holland. It was registered with the number it retains today, 77ST33. In 1982, it joint the collection of C.F. Bosch and was maintained by Henk Hoksbergen, the Ferrari specialist, who also maintained the 275 GTB/C of Bosch. Since 2003, maintenance and other work has been carried out by Pieter Birnie. This included a complete engine rebuild at 83 000 km, the mileage from new. In 2015, the upholstery was restored, in keeping with the original specification, by Ellermeyer in Amsterdam. The car has been fitted with four new Michelin tyres, a new Ansa exhaust and a new pump for the period option air-conditioning.
This stunning Daytona is one of the rare first versions with plexiglass front, equipped with air conditioning and presented in the most desirable colour combination, painted black with beige and black leather interior. It will be delivered to the new owner with the coveted red folder containing the Ferrari certification. This confirms that the livery is correct and all mechanical elements are original. Here is an example that is exceptional on every level.

Photos: Copyright Michiel Elsevier Stokmans






Estimation 750 000 - 850 000 €

Sold 798,640 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 3118
Date: 10 feb. 2017 14:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Rétromobile 2017 The Official Sale