Sale « Automobiles sur les Champs 5 » - 10 june 2013 /Lot 242 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER

  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
  • 1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
Carte grise française
Châssis n° AM109S731

- Un des cabriolets les plus désirables des années 1960
- Historique suivi, faible kilométrage
- Dernière Maserati six-cylindres en ligne
- Un des 123 exemplaires construits

Au début des années 1950, Maserati n'est encore qu'un constructeur à la production confidentielle, dont les voitures de sport sont raffinées et performantes, mais un peu trop exigeantes pour la clientèle aisée qui est en train de naître avec le renouveau d'après-guerre. Elle a besoin de voitures qui ont certes de l'allure et qui peuvent rouler vite, mais qui soient en même temps confortables et sures. La tâche de mettre au point un tel modèle va revenir à Giulio Alfieri, brillant ingénieur qui entre chez Maserati en 1953. Quatre ans plus tard, le stand Maserati du Salon de Genève expose un beau prototype de 3500 GT, carrossé en coupé par Touring. Il constitue la base sur laquelle va se bâtir la formidable lignée des Grand Tourisme de la marque. Avec son six-cylindres double allumage issu de la compétition, la 3500 GT dépasse facilement 200 km/h et fait partie des voitures qui tiennent le haut du pavé et la voie de gauche des autoroutes alors sans limitation de vitesse. Grâce à son succès, elle va connaître une production de plus de 2 000 exemplaires, toutes carrosseries confondues. Après avoir présenté en 1962 la Sebring, Maserati dévoile l'année suivante celle qui va définitivement remplacer la 3500 GT : c'est la Mistral, élégamment dessinée par Frua. Sa forme fluide et d'un chic discret comporte une vitre arrière galbée faisant office de hayon, formule originale pour l'époque. Mécaniquement, cette voiture reste classique mais présente une homogénéité qui traduit le talent de l'ingénieur Alfieri et qui rend la Mistral moins intimidante et plus facile à utiliser que certaines Ferrari. Elle sera disponible en versions 3,7 litres et 4 litres, la première développant 245 ch, puissance suffisante pour atteindre 230 km/h.

Comme nous l'apprend la copie de la facture originale, cette voiture a été livrée neuve le 12 février 1969 en Italie à M. Nami Hamouda, originaire de Lybie. En 1978, elle est réputée passer entre les mains de M. Farag Owar Bessituni pour le compte du Roi du Maroc, avant de rejoindre en 1997 la collection de l'usine Maserati, puis celle d'un ingénieur de Modène proche de l'usine, qui la fait restaurer entièrement dans les règles de l'art et dans sa configuration d'origine. Elle fait alors la couverture du magasine Ruoteclassiche de Juillet 2004. Cette belle Mistral est alors vendue à son actuel propriétaire, lors de la vente aux enchères de Gstaad, en décembre 2007. A cette époque, elle n'affiche que 27 000 km d'origine et, six ans après, le compteur indique 30 866 km (au jour des photos), ce qui reste un kilométrage extrêmement faible pour une voiture de cet âge. Entretemps, elle a remporté en 2008 le concours d'élégance de Valescure, organisé par l'excellent François Degand et l'œil très expert de Jean-Pierre Cornu. Ses moquettes sont en bel état d'origine, de même que sa sellerie en cuir noir qui présente une belle patine. La voiture est accompagnée de la copie de sa facture d'achat de 1969, de sa trousse à outils d'origine, de son livret d'utilisation et de divers documents, dont son certificat ASI.
La Mistral est la dernière Maserati de tourisme équipée du six-cylindres en ligne, avant le passage au V8. De plus cette version Spyder n'a été produite qu'à 125 exemplaires, ce qui en fait une voiture extrêmement rare. Doté d'un historique suivi et intéressant et n'affichant qu'un faible kilométrage, ce Spyder Mistral représente donc une occasion unique d'acquérir un des plus désirables cabriolets GT italiens des années 1960, mais sans doute pas un des plus chers. Une situation qui ne saurait durer, ce qui n'échappera pas aux amateurs.



French title
Chassis n° AM109S731

- One of the most sought-after 1960s cabriolets
- Full history, low mileage
- Last inline six-cylinder Maserati
- Un des 123 exemplaires construits

At the start of the 1950s, Maserati was still producing cars on a small scale. It built high performance sports cars that were a little too demanding for the wealthy clientèle just starting to appear after the war. The marque wanted to produce models that kept the same allure and were fast, but which had improved levels of comfort and security. The task of developing such a car was given to Giulio Alfieri, the brilliant engineer who joined Maserati in 1953. Four years later, the Maserati stand at the Geneva Motor Show displayed a stunning prototype of the 3500GT, with a coupé body designed by Touring. It formed the base for the formidable line of GT cars that followed. With a six-cylinder twin-spark engine derived from competition, the 3500 GT could reach speeds of more than 200 km/h with ease, allowing it to dominate the fast lane on unrestricted autoroutes. The car was a success and more than 2,000 examples were built on different bodies. In 1963, following the Sebring presented the year before, Maserati unveiled the car that would unequivocally replace the 3500 GT. It was the Mistral, elegantly designed by Frua. A curved rear window serving as the tailgate was cleverly and discreetly incorporated into the flowing shape of the car, an original concept at that time. Mechanically, it kept the same engine set-up but the car presented a uniformity reflecting Alfieri's talent as an engineer and made the Mistral less intimidating and easier to drive than many Ferrari. It was available in 3.7 and 4-litre versions, with the 3.7-litre engine producing 245 bhp and enough power to propel the car to 230 km/h.

As the copy of the original invoice shows, this car was delivered new on 12 February 1969 in Italy to Mr Nami Hamouda, originally from Libya. In 1978, it is believed to have passed into the hands of Mr Farag Owar Bessituni on behalf of the King of Morocco, before returning to the Maserati factory collection in 1997. It was then acquired by an engineer from Modena, based close to the factory, who carried out a complete and thorough restoration of the car, in line with the original configuration. In July 2004, this stunning Mistral featured on the cover of Ruoteclassiche. The car sold to the current owner at an auction in Gstaad in December 2007. At that time it had covered just 27,000km from new, and six years later, on the day the photographs were taken, the odometer read 30,866km, which is extremely low for a car of this age. In 2008, it won the concours d'élégance de Valescure, organised by François Degand and with the experienced eye of expert Jean-Pierre Cornu. The original black leather upholstery displays a charming patina and the carpets are also in excellent, original condition. The car comes with a copy of the original bill of sale from 1969, original toolkit, owner's manual and various documents including its ASI certificate. The Mistral was the last Maserati to feature the straight-six engine, before the marque switched to a V8 configuration. Moreover, there were just 125 examples built of the spyder version, making this an extremely rare car. Coming with full and interesting history and a low mileage, this Mistral Spyder is one of the most highly sought-after Italian GT cabriolets of the 1960s. It is, however, not one of the most expensive in this category, a situation that must change, making this a unique opportunity that will not go unnoticed by enthusiasts.




Estimation 230 000 - 260 000 €

Sold 279,170 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 242

1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER

Sold 279,170 € [$]

1969 MASERATI MISTRAL 3,7 LITRES SPYDER
Carte grise française
Châssis n° AM109S731

- Un des cabriolets les plus désirables des années 1960
- Historique suivi, faible kilométrage
- Dernière Maserati six-cylindres en ligne
- Un des 123 exemplaires construits

Au début des années 1950, Maserati n'est encore qu'un constructeur à la production confidentielle, dont les voitures de sport sont raffinées et performantes, mais un peu trop exigeantes pour la clientèle aisée qui est en train de naître avec le renouveau d'après-guerre. Elle a besoin de voitures qui ont certes de l'allure et qui peuvent rouler vite, mais qui soient en même temps confortables et sures. La tâche de mettre au point un tel modèle va revenir à Giulio Alfieri, brillant ingénieur qui entre chez Maserati en 1953. Quatre ans plus tard, le stand Maserati du Salon de Genève expose un beau prototype de 3500 GT, carrossé en coupé par Touring. Il constitue la base sur laquelle va se bâtir la formidable lignée des Grand Tourisme de la marque. Avec son six-cylindres double allumage issu de la compétition, la 3500 GT dépasse facilement 200 km/h et fait partie des voitures qui tiennent le haut du pavé et la voie de gauche des autoroutes alors sans limitation de vitesse. Grâce à son succès, elle va connaître une production de plus de 2 000 exemplaires, toutes carrosseries confondues. Après avoir présenté en 1962 la Sebring, Maserati dévoile l'année suivante celle qui va définitivement remplacer la 3500 GT : c'est la Mistral, élégamment dessinée par Frua. Sa forme fluide et d'un chic discret comporte une vitre arrière galbée faisant office de hayon, formule originale pour l'époque. Mécaniquement, cette voiture reste classique mais présente une homogénéité qui traduit le talent de l'ingénieur Alfieri et qui rend la Mistral moins intimidante et plus facile à utiliser que certaines Ferrari. Elle sera disponible en versions 3,7 litres et 4 litres, la première développant 245 ch, puissance suffisante pour atteindre 230 km/h.

Comme nous l'apprend la copie de la facture originale, cette voiture a été livrée neuve le 12 février 1969 en Italie à M. Nami Hamouda, originaire de Lybie. En 1978, elle est réputée passer entre les mains de M. Farag Owar Bessituni pour le compte du Roi du Maroc, avant de rejoindre en 1997 la collection de l'usine Maserati, puis celle d'un ingénieur de Modène proche de l'usine, qui la fait restaurer entièrement dans les règles de l'art et dans sa configuration d'origine. Elle fait alors la couverture du magasine Ruoteclassiche de Juillet 2004. Cette belle Mistral est alors vendue à son actuel propriétaire, lors de la vente aux enchères de Gstaad, en décembre 2007. A cette époque, elle n'affiche que 27 000 km d'origine et, six ans après, le compteur indique 30 866 km (au jour des photos), ce qui reste un kilométrage extrêmement faible pour une voiture de cet âge. Entretemps, elle a remporté en 2008 le concours d'élégance de Valescure, organisé par l'excellent François Degand et l'œil très expert de Jean-Pierre Cornu. Ses moquettes sont en bel état d'origine, de même que sa sellerie en cuir noir qui présente une belle patine. La voiture est accompagnée de la copie de sa facture d'achat de 1969, de sa trousse à outils d'origine, de son livret d'utilisation et de divers documents, dont son certificat ASI.
La Mistral est la dernière Maserati de tourisme équipée du six-cylindres en ligne, avant le passage au V8. De plus cette version Spyder n'a été produite qu'à 125 exemplaires, ce qui en fait une voiture extrêmement rare. Doté d'un historique suivi et intéressant et n'affichant qu'un faible kilométrage, ce Spyder Mistral représente donc une occasion unique d'acquérir un des plus désirables cabriolets GT italiens des années 1960, mais sans doute pas un des plus chers. Une situation qui ne saurait durer, ce qui n'échappera pas aux amateurs.



French title
Chassis n° AM109S731

- One of the most sought-after 1960s cabriolets
- Full history, low mileage
- Last inline six-cylinder Maserati
- Un des 123 exemplaires construits

At the start of the 1950s, Maserati was still producing cars on a small scale. It built high performance sports cars that were a little too demanding for the wealthy clientèle just starting to appear after the war. The marque wanted to produce models that kept the same allure and were fast, but which had improved levels of comfort and security. The task of developing such a car was given to Giulio Alfieri, the brilliant engineer who joined Maserati in 1953. Four years later, the Maserati stand at the Geneva Motor Show displayed a stunning prototype of the 3500GT, with a coupé body designed by Touring. It formed the base for the formidable line of GT cars that followed. With a six-cylinder twin-spark engine derived from competition, the 3500 GT could reach speeds of more than 200 km/h with ease, allowing it to dominate the fast lane on unrestricted autoroutes. The car was a success and more than 2,000 examples were built on different bodies. In 1963, following the Sebring presented the year before, Maserati unveiled the car that would unequivocally replace the 3500 GT. It was the Mistral, elegantly designed by Frua. A curved rear window serving as the tailgate was cleverly and discreetly incorporated into the flowing shape of the car, an original concept at that time. Mechanically, it kept the same engine set-up but the car presented a uniformity reflecting Alfieri's talent as an engineer and made the Mistral less intimidating and easier to drive than many Ferrari. It was available in 3.7 and 4-litre versions, with the 3.7-litre engine producing 245 bhp and enough power to propel the car to 230 km/h.

As the copy of the original invoice shows, this car was delivered new on 12 February 1969 in Italy to Mr Nami Hamouda, originally from Libya. In 1978, it is believed to have passed into the hands of Mr Farag Owar Bessituni on behalf of the King of Morocco, before returning to the Maserati factory collection in 1997. It was then acquired by an engineer from Modena, based close to the factory, who carried out a complete and thorough restoration of the car, in line with the original configuration. In July 2004, this stunning Mistral featured on the cover of Ruoteclassiche. The car sold to the current owner at an auction in Gstaad in December 2007. At that time it had covered just 27,000km from new, and six years later, on the day the photographs were taken, the odometer read 30,866km, which is extremely low for a car of this age. In 2008, it won the concours d'élégance de Valescure, organised by François Degand and with the experienced eye of expert Jean-Pierre Cornu. The original black leather upholstery displays a charming patina and the carpets are also in excellent, original condition. The car comes with a copy of the original bill of sale from 1969, original toolkit, owner's manual and various documents including its ASI certificate. The Mistral was the last Maserati to feature the straight-six engine, before the marque switched to a V8 configuration. Moreover, there were just 125 examples built of the spyder version, making this an extremely rare car. Coming with full and interesting history and a low mileage, this Mistral Spyder is one of the most highly sought-after Italian GT cabriolets of the 1960s. It is, however, not one of the most expensive in this category, a situation that must change, making this a unique opportunity that will not go unnoticed by enthusiasts.




Estimation 230 000 - 260 000 €

Sold 279,170 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 2366
Date: 10 jun. 2013 14:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Iris Hummel
Phone +33 1 42 99 20 56
ihummel@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

« Automobiles sur les Champs 5 »