Sale Rétromobile 2020 - 07 february 2020 /Lot 99 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs Chassis 6785

  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
  • 1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs

1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
Chassis 6785
1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs

Titre de circulation suédois
Châssis n° 6785
Moteur n° 6785

- Historique d'une incroyable richesse
- Plus de 40 courses internationales à l'époque
- Emouvant état de préservation, moteur d'origine
- Accompagnée d'une documentation abondante
- Victorieuse des 1000 km de Monza 1966 dans la catégorie GT, une des 275 GTB ayant le plus couru à l'époque

Monza, 25 avril 1966, 13 heures : malgré la pluie qui tombe dru, le départ des 1000 Km va être donné dans quelques minutes. En première ligne, la Ferrari 330 P3 de John Surtees et Mike Parkes côtoie la Ford GT40 de Peter Revson et Skip Scott : la rivalité entre les deux constructeurs est à son comble et, après la victoire de Ford à Daytona et à Sebring, la Scuderia doit prendre sa revanche avant les 24 Heures du Mans, un mois plus tard. Sur la quarantaine de partants, l'épreuve accueille les meilleurs pilotes internationaux et l'on compte par exemple Bandini et Scarfiotti à bord d'une Dino 206 S, Attwood et Piper sur le même modèle, Mitter et Hermann avec une Porsche 906, Jaussaud et Servoz-Gavin au volant d'une Matra-BRM alors que la Ford GT40 de Ford-France est entre les mains de Greder et Ligier... 4 Ferrari 275 LM et une GTO, Shelby Cobra, Alfa Romeo TZ, Bizzarrini, Porsche 906 et 904, Alpine ou Abarth complètent l'ensemble et l'on peut remarquer, au deux-tiers de la grille de départ, la Ferrari 275 GTB n°16 de Siegfried Zwimpfer et Hans Illert. Au terme de 6 heures d'une course éprouvante sous une pluie battante, la Ferrari de Surtees et Parkes aura raison des sept Ford GT40. La course a souri à la marque italienne puisque c'est aussi elle qui remporte la catégorie GT plus de 3 litres, grâce à la voiture de Zwimpfer et Illert.

Cette Ferrari 275 GTB (châssis n°6785) a été achetée l'année précédente par Siegfried Zwimpfer qui en prit livraison le 29 avril au garage Ferrari de Peter Monterverdi, à Bâle-Binningen, le lendemain du jour où ont été effectuées les formalités de douane. Immatriculée ensuite NW 1564, elle correspond à la commande passée par Zwimpfer et bénéficie de deux options : des jantes Borrani à rayons et une alimentation par six carburateurs (au lieu des trois habituels). Elle est de teinte rouge (peinture n°19374) avec sellerie en cuir Connolly beige (n°3218), comme le précise sa fiche de production datée du 29 décembre 1964, qui indique également que la voiture a été fabriquée en janvier 1965 et qu'il s'agit de la soixante-dix-neuvième 275 GTB produite.

De nationalité suisse, Siegfried Zwimpfer est un passionné de sport automobile, qui commence à courir début 1960 à bord d'une Porsche 356. Il a 30 ans et, trois ans plus tard, achète une Chevrolet Corvette Sting Ray qu'il engage également en compétition. Des photos le montrent par exemple à la course de côte d'Ollon-Villars 1963 et au Prix de Vienne 1965. Il passe ensuite à la Ferrari 275 GTB que nous proposons, puis se tournera vers une Porsche Carrera 6 utilisée pour la saison 1968. Zwimpfer est une sorte d'archétype du pilote amateur. Il a pu décrocher un contrat de sponsoring avec Valvoline et se rend sur les épreuves européennes avec une Ford Galaxie aux couleurs de la marque de lubrifiant, en remorquant la Ferrari sur un plateau. Ce qu'il vit, c'est un véritable "Continental Circus" automobile.
Pour l'engager en course, il commence par faire préparer la Ferrari, sans doute au Garage de Hans Illert (son coéquipier à Monza) de Feldmeilen, près de Zurich et, pour gagner du poids, elle est dépouillée d'une partie de son aménagement intérieur.
Siegfried Zwimpfer va l'utiliser jusqu'à octobre 1967, participant à sept épreuves en 1965, seize en 1966 et treize en 1967. Ce sont généralement des rencontres de niveau international avec des courses de côte comme celles de Cesana-Sestrières, Ollon-Villars, Mont Ventoux, Sierre-Crans Montana, Trento-Bondone mais aussi des compétitions sur circuits comme à Monza déjà cité, Hockenheim ou Innsbruck. A l'issue de la saison 1966, il est sacré champion de Suisse de la Montagne, en catégorie GT et, en mars 1967, il prend part au Rallye Lyon-Charbonnières-Stuttgart Solitude mais sera malheureusement contraint à l'abandon à cause d'une sortie de route. C'est l'époque de la rivalité entre Porsche et Alpine et, suite aux abandons des deux Alpine d'usine, c'est la Porche 911 S de Vic Elford qui remporte la mise.
La Ferrari est endommagée surtout à l'arrière, mais l'aile avant droite est légèrement touchée et la réparation du passage de roue est effectuée à l'époque en utilisant une tôle de bidon d'huile que les propriétaires suivants ont pieusement conservé sur la voiture.

En octobre 1967, Siegfried Zwimpfer cède sa Ferrari à Pierre Sudan, qui a été son copilote à Monza en avril 1967 et qui était agent Ferrari/Mercedes/Maserati à Zug, en Suisse. Amateur de Ferrari, Sudan a eu entre les mains plusieurs 250 GTO et 275 GTB. Il immatricule la voiture ZG 2 et participe lui aussi à plusieurs courses de côte et aux 1000 Km de Monza 1968. La berlinette 275 GTB continue à être entretenue au garage de Hans Illert (par le même mécanicien, Heinz Duss) mais, lors d'un déplacement pour se rendre en Belgique, elle tombe du camion qui la transporte. Sudan la fait réparer, puis la vend en 1968, pour la somme de 14 000 francs suisses à M. R., en Suisse. Ce dernier la cède au concessionnaire néerlandais Robert de La Rive Box qui la revend à M. W. dans le canton de Vaud en Suisse, où elle était enregistrée sous l'immatriculation VD 44175. En août 1984, elle passe aux mains de M. C. W., du garage Fluela, à Davos. Elle change d'immatriculation, pour GR 2701.

Plusieurs années plus tard, le 23 mars 1994, ce dernier cède la voiture à Gregor Wolf (des "outils Wolf"), qui réside à Betzdorf, en Allemagne et Bulle en Suisse, et qui la fait immatriculer FR 73390. La 275 GTB est remarquée lors d'une course de Formule 1 au Nürburgring en 1999 et, plus tard dans l'année, elle est proposée à la vente par le spécialiste reconnu des voitures de course Ferrari, Modena Motorsport.

Le 14 février 2000, elle est achetée par son actuel propriétaire, architecte-maquettiste et passionné d'automobile : au fil des ans, il lui est passé entre les mains quelques belles voitures (Dodge Challenger, Jaguar Type E, Ferrari 330 GT ex salon de Genève 1965, Aston Martin DB4).
Ayant des vraies aptitudes au pilotage, avec la 275 GTB, il souhaite profiter de sa retraite pour prendre part à diverses épreuves historiques mais, finalement il renonce à ce projet car il ne souhaite pas prendre le risque d'endommager une voiture dont l'historique est d'une aussi grande richesse. Il décide donc de s'en séparer. Cela ne l'a pas empêché, quand il a pris possession de la 275 GTB, avec l'aide de l'historien Ferrari suisse Marcel Massini, de reprendre contact avec les précédents propriétaires et de consacrer une vingtaine d'années à réunir une très abondante documentation sur le passé de cette Ferrari : certificat de dédouanement d'époque, photos, programmes de courses, fiches d'engagement originales, courriers, magazines... Ces pièces précieuses permettent de suivre de près la vie de la voiture, et notamment sa carrière en compétition. Il a également répertorié l'apparition de cette berlinette 275 GTB n°6785 dans de nombreux livres et publications. Toute cette documentation fait partie du dossier de la voiture, de même que son palmarès détaillé consultable sur notre catalogue en ligne.

Aujourd'hui, cette 275 GTB se présente dans sa configuration du Rallye Lyon-Charbonnières. La carrosserie et l'intérieur sont en état d'origine, les cuirs patinés sont aujourd'hui de couleur noire, mais elle a bénéficié d'une restauration mécanique complète, dans le but d'être en parfait état de fonctionnement. Pour remettre en état le moteur (d'origine), des pièces mécaniques fournies notamment par Piet Roelofs, GTO Engineering, Maranello, ont parfois été utilisées (pistons, bielles, arbres à cames, roulements...), mais il est facile de revenir à la stricte configuration d'origine si nécessaire. Nous invitons les acheteurs intéressés à consulter dans le dossier la liste des travaux effectués.
Par ailleurs, la voiture porte de nombreux stigmates qui témoignent de sa vie en compétition entre les mains de passionnés. En voici quelques exemples, outre la tôle de réparation mentionnée plus haut : tableau de bord dans un bois spécial, avec clé de contact déplacée vers la droite ; déformation à gauche du tableau de bord, à la suite d'un coup de genou porté par Zwimpfer à Monza, en 1966; poignée de porte droite réparée avec une vis extérieure ; lanières de capot arrière en caoutchouc... La voiture est dotée d'un échappement latéral, de ses jantes Borrani Compétition d'époque (elles avaient été montées par Zwimpfer avant les 1000 km de Monza 1966, et furent retrouvées en 2013) et présente la particularité que les cavités de phares soient de teinte grise. En plus de tous les documents mentionnés précédemment et d'un récapitulatif historique par l'historien Marcel Massini, elle est accompagnée de sa trousse à outils d'origine dont le marteau de papillons de roue est complètement déformé par l'usage ainsi que de son cric.
Il est particulièrement rare de croiser la route d'une Ferrari 275 GTB qui présente une histoire aussi riche et aussi bien documentée que cette berlinette. Elle n'a connu qu'un nombre limité de propriétaires, tous connaisseurs, qui ont su en respecter l'intégrité historique. Il ne s'agit pas d'une "reine de concours", mais d'une voiture qui a vécu comme Enzo Ferrari l'entendait, pour la gloire du sport automobile. Comme l'histoire ne se fabrique pas, c'est ce qui fait toute la différence avec d'autres 275 GTB et qui donne à cette voiture un attrait tout à fait particulier.

La participation aux enchères pour ce lot est soumise à une procédure d'enregistrement particulière. Si vous souhaitez enchérir sur ce lot, merci de vous rapprocher du bureau des enchères ou du département Motorcars minimum 48 heures avant la vente.



Swedish title
Chassis n° 6785
Engine n° 6785


- Incredibly rich history
- Over 40 international races in period
- Impressive preserved condition, original engine
- Extensive documentation
- Winner of the 1966 Monza 1000 km GT class, one of the most raced 275 GTB in Period

Monza, 25 April 1966, 13.00 hours: the 1000 km was about to start in heavy rain. On the front row, the Ferrari 330 P3 of John Surtees and Mike Parkes alongside the Ford GT40 of Peter Revson and Skip Scott : rivalry between the two constructors was fierce, and after Ford's victory at Daytona and Sebring, the Scuderia wanted revenge before the 24 Hour race at Le Mans the following month. The list of the forty or so participants included the best international drivers, amongst them Bandini and Scarfiotti in a Dino 206 S, Attwood and Piper in the same model, Mitter and Hermann in a Porsche 906, Jaussaud and Servoz-Gavin at the wheel of a Matra-BRM while the Ford-France GT40 was in the hands of Greder and Ligier... Also lining up for the start: 4 Ferrari 275 LM, 1 GTO 1964, Shelby Cobra, Alfa Romeo TZ, Bizzarrini, Porsche 906 and 904, Alpine and Abarth. Two-thirds of the way down the grid was n°16, the Ferrari 275 GTB of Siegfried Zwimpfer and Hans Illert. At the end of the gruelling 6-hour race, contested in pouring rain, the Ferrari of Surtees and Parkes triumphed over the seven Ford GT40s. It was the Italian marque's day as Ferrari also took the over 3-litre GT class, with the car driven by Zwimpfer and Illert.

Siegfried Zwimpfer had acquired this Ferrari 275 GTB (chassis n°6785) the previous year. He took delivery on 29 April 1965, the day after completing the customs paperwork with Peter Monterverdi's Ferrari garage in Bâle-Binningen. The car was built to the order placed by Zwimpfer, featuring two special options : Standard Borrani wire wheels and with six carburettors (rather than the standard three). It was painted red (no.199374) with beige (no.3218) Connolly leather upholstery, as stated in the build sheet dated 29 December 1964, which also stated the car was built in January 1965 and was the seventy-ninth 275 GTB produced. It was registered NW 1564.

Siegfried Zwimpfer, from Switzerland, was passionate about motorsport and started racing in 1960, aged 30, in a Porsche 356. Three years later he bought a Chevrolet Corvette Sting Ray to compete in. There are photos of him taking part in the Ollon-Villars hillclimb in 1963 and the Prix de Vienna in 1965. He then began using the Ferrari 275 GTB on offer, before moving on to a Porsche Carrera 6 during the 1968 season. Zwimpfer was in many ways the archetypal amateur driver. He succeeded in getting a sponsorship deal with Valvoline and travelled to the European races in a Ford Galaxy painted in Valvoline colours, towing the Ferrari on a trailer. His life was like an automotive " Continental Circus ".
It is probable he had his Ferrari race-prepared at the garage in Feldmeilen, near Zurich, run by Hans Illert, his co-driver at Monza. To reduce weight, part of the interior was removed. Siegfried Zwimpfer used the car until October 1967, taking part in seven competitive events during 1965, sixteen in 1966 and thirteen in 1967. Most of these were international meetings including hillclimbs at Cesana-Sestrières, Ollon-Villars, Mont Ventoux, Sierre-Crans Montana and Trento-Bondone, as well as circuit races at Monza, as mentioned above, Hockenheim and Innsbruck. At the end of the 1966 season, he was crowned Swiss Mountain Champion in the GT class. In March 1967 he took part in the Rallye Lyon-Charbonnières-Stuttgart Solitude but unfortunately went off the road and was forced to retire. This rally took place during the rivalry between Porsche and Alpine, and once the two factory Alpines had retired, it was the Porsche 911 of Vic Elford that won the day. The Ferrari suffered damage to the rear, but the front wing was also slightly affected and the wheel arch was repaired at that time using metal from an oil can, a repair that subsequent owners have studiously kept on the car.

In October 1967, Siegfried Zwimpfer sold his Ferrari to Pierre Sudan, his co-pilot at Monza in April 1967. Sudan was a Ferrari/Mercedes/Maserati dealer in Zug, Switzerland who is fanatical about Ferrari and has owned several 250 GTOs and 275 GTBs over the years. He registered this car ZG 2 and took part in various hillclimb events and the Monza 1000km 1968. The 275 GTB berlinetta continued to be looked after at Hans Illert's garage (by the same mechanic, Heinz Duss). Unfortunately while it was being transported to Belgium, it fell off the truck. Sudan had it repaired, and then sold it at the end of 1968, for the sum of 14 000 Swiss francs, Sudan sold it to Mr R. in Switzerland and thereafter it went to Dutch dealer Robert de La Rive Box who re-sold 06785 to a Mr W in the canton Vaud in Switzerland, where it was registered on Swiss license plates VD 44175. In August 1984 it went to Mr C. W., from the Fluela garage in Davos. The registration then changed to GR 2701.

Many years later, on 23 March 1994, Mr W. sold the car to Gregor Wolf (of " Outils Wolf "), who lived in Betzdorf in Germany and Bulle in Switzerland. He had the car registered FR 73390. The 275 GTB was spotted at a Formula 1 race at the Nürburgring in 1999 and later in the year, it was offered for sale by renowned Ferrari race car specialist, Modena Motorsport.

On 14 February 2000, it was bought by the current owner, an architectural model maker and car enthusiast who has owned some lovely automobiles over the years (Dodge Challenger, Jaguar E-Type, Ferrari 330 GT ex 1965 Geneva show car, Aston Martin DB4).
Being a talented driver, he was planning to enjoy his retirement by competing in the 275 GTB in various historic events. However he finally decided not to risk damaging a car with such an important history which is why he is now selling it. This has not prevented him, with the help of Swiss Ferrari historian Marcel Massini, to make contact with the car's previous owners and devote twenty years to gathering a huge amount of documentation on the Ferrari's past : the period customs clearance certificate, photos, race programmes, original entry sheets, correspondence, magazines... These precious items allow us to track the life of the car in detail, particularly its competition career. He also made a list of the many books and publications in which 275 GTB n°6785 has appeared. All this documentation forms part of the file on the car, along with the detailed racing provenance available on our online catalogue.

Today, this 275 GTB is presented in its Rallye Lyon-Charbonnières configuration. The bodywork and interior are in original condition, the patinated leather interior is now black, while the car has benefitted from a thorough mechanical restoration, to ensure it is in full running condition. The original engine has been rebuilt using some mechanical parts supplied mainly by Piet Roelofs, GTO Engineering, Maranello (pistons, conrods, camshafts and bearings) but it would be easy to restore the original configuration if required. We invite interested buyers to consult the file which details the work carried out. In addition, the car sports a few scars from its competition career in the hands of enthusiast owners. We have already mentioned the repair to the wheel arch, but there is also the ignition key that has been moved to the right on the special wood dashboard, the left-hand side of this dashboard is distorted where Zwimpfer hit his knee against it at Monza in 1966, the righthand door handle has been repaired with an external screw and there are rubber straps on the boot…The car has a side exhaust, its original 1966 Competition Borrani wheels (Zwimpfer put them on the car before Monza 1000km in 1966, rediscovered in 2013 ) and has the unusual feature of grey headlight bowls. In addition to the documentation already mentioned and a historical summary by Marcel Massini, the car comes with its original toolkit containing a hammer for the spinners that is mis-shapen through extensive use and an original jack.


It is incredibly rare to come across a Ferrari 275 GTB with such a full and well documented history as this berlinetta. There have been a small number of owners, all connoisseurs, who have understood the importance of respecting the car's historical integrity. It is not a "concourse queen" but a car that has lived a full life as Enzo Ferrari intended, driven for the glory of motorsport. History cannot be made up and it is its history that makes this car stand out and gives it an extra special appeal.

Participating in the auction on this lot is subject to a special registration process. If you would like to bid on this lot, please get in touch with the bidding office or the motorcars department at least 48 hours before the sale


Estimation 2 000 000 - 3 000 000 €



Sold 2,502,800 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 99

1965 Ferrari 275 GTB
6 Carburateurs Chassis 6785

Sold 2,502,800 € [$]

1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs
Chassis 6785
1965 Ferrari 275 GTB 6 Carburateurs

Titre de circulation suédois
Châssis n° 6785
Moteur n° 6785

- Historique d'une incroyable richesse
- Plus de 40 courses internationales à l'époque
- Emouvant état de préservation, moteur d'origine
- Accompagnée d'une documentation abondante
- Victorieuse des 1000 km de Monza 1966 dans la catégorie GT, une des 275 GTB ayant le plus couru à l'époque

Monza, 25 avril 1966, 13 heures : malgré la pluie qui tombe dru, le départ des 1000 Km va être donné dans quelques minutes. En première ligne, la Ferrari 330 P3 de John Surtees et Mike Parkes côtoie la Ford GT40 de Peter Revson et Skip Scott : la rivalité entre les deux constructeurs est à son comble et, après la victoire de Ford à Daytona et à Sebring, la Scuderia doit prendre sa revanche avant les 24 Heures du Mans, un mois plus tard. Sur la quarantaine de partants, l'épreuve accueille les meilleurs pilotes internationaux et l'on compte par exemple Bandini et Scarfiotti à bord d'une Dino 206 S, Attwood et Piper sur le même modèle, Mitter et Hermann avec une Porsche 906, Jaussaud et Servoz-Gavin au volant d'une Matra-BRM alors que la Ford GT40 de Ford-France est entre les mains de Greder et Ligier... 4 Ferrari 275 LM et une GTO, Shelby Cobra, Alfa Romeo TZ, Bizzarrini, Porsche 906 et 904, Alpine ou Abarth complètent l'ensemble et l'on peut remarquer, au deux-tiers de la grille de départ, la Ferrari 275 GTB n°16 de Siegfried Zwimpfer et Hans Illert. Au terme de 6 heures d'une course éprouvante sous une pluie battante, la Ferrari de Surtees et Parkes aura raison des sept Ford GT40. La course a souri à la marque italienne puisque c'est aussi elle qui remporte la catégorie GT plus de 3 litres, grâce à la voiture de Zwimpfer et Illert.

Cette Ferrari 275 GTB (châssis n°6785) a été achetée l'année précédente par Siegfried Zwimpfer qui en prit livraison le 29 avril au garage Ferrari de Peter Monterverdi, à Bâle-Binningen, le lendemain du jour où ont été effectuées les formalités de douane. Immatriculée ensuite NW 1564, elle correspond à la commande passée par Zwimpfer et bénéficie de deux options : des jantes Borrani à rayons et une alimentation par six carburateurs (au lieu des trois habituels). Elle est de teinte rouge (peinture n°19374) avec sellerie en cuir Connolly beige (n°3218), comme le précise sa fiche de production datée du 29 décembre 1964, qui indique également que la voiture a été fabriquée en janvier 1965 et qu'il s'agit de la soixante-dix-neuvième 275 GTB produite.

De nationalité suisse, Siegfried Zwimpfer est un passionné de sport automobile, qui commence à courir début 1960 à bord d'une Porsche 356. Il a 30 ans et, trois ans plus tard, achète une Chevrolet Corvette Sting Ray qu'il engage également en compétition. Des photos le montrent par exemple à la course de côte d'Ollon-Villars 1963 et au Prix de Vienne 1965. Il passe ensuite à la Ferrari 275 GTB que nous proposons, puis se tournera vers une Porsche Carrera 6 utilisée pour la saison 1968. Zwimpfer est une sorte d'archétype du pilote amateur. Il a pu décrocher un contrat de sponsoring avec Valvoline et se rend sur les épreuves européennes avec une Ford Galaxie aux couleurs de la marque de lubrifiant, en remorquant la Ferrari sur un plateau. Ce qu'il vit, c'est un véritable "Continental Circus" automobile.
Pour l'engager en course, il commence par faire préparer la Ferrari, sans doute au Garage de Hans Illert (son coéquipier à Monza) de Feldmeilen, près de Zurich et, pour gagner du poids, elle est dépouillée d'une partie de son aménagement intérieur.
Siegfried Zwimpfer va l'utiliser jusqu'à octobre 1967, participant à sept épreuves en 1965, seize en 1966 et treize en 1967. Ce sont généralement des rencontres de niveau international avec des courses de côte comme celles de Cesana-Sestrières, Ollon-Villars, Mont Ventoux, Sierre-Crans Montana, Trento-Bondone mais aussi des compétitions sur circuits comme à Monza déjà cité, Hockenheim ou Innsbruck. A l'issue de la saison 1966, il est sacré champion de Suisse de la Montagne, en catégorie GT et, en mars 1967, il prend part au Rallye Lyon-Charbonnières-Stuttgart Solitude mais sera malheureusement contraint à l'abandon à cause d'une sortie de route. C'est l'époque de la rivalité entre Porsche et Alpine et, suite aux abandons des deux Alpine d'usine, c'est la Porche 911 S de Vic Elford qui remporte la mise.
La Ferrari est endommagée surtout à l'arrière, mais l'aile avant droite est légèrement touchée et la réparation du passage de roue est effectuée à l'époque en utilisant une tôle de bidon d'huile que les propriétaires suivants ont pieusement conservé sur la voiture.

En octobre 1967, Siegfried Zwimpfer cède sa Ferrari à Pierre Sudan, qui a été son copilote à Monza en avril 1967 et qui était agent Ferrari/Mercedes/Maserati à Zug, en Suisse. Amateur de Ferrari, Sudan a eu entre les mains plusieurs 250 GTO et 275 GTB. Il immatricule la voiture ZG 2 et participe lui aussi à plusieurs courses de côte et aux 1000 Km de Monza 1968. La berlinette 275 GTB continue à être entretenue au garage de Hans Illert (par le même mécanicien, Heinz Duss) mais, lors d'un déplacement pour se rendre en Belgique, elle tombe du camion qui la transporte. Sudan la fait réparer, puis la vend en 1968, pour la somme de 14 000 francs suisses à M. R., en Suisse. Ce dernier la cède au concessionnaire néerlandais Robert de La Rive Box qui la revend à M. W. dans le canton de Vaud en Suisse, où elle était enregistrée sous l'immatriculation VD 44175. En août 1984, elle passe aux mains de M. C. W., du garage Fluela, à Davos. Elle change d'immatriculation, pour GR 2701.

Plusieurs années plus tard, le 23 mars 1994, ce dernier cède la voiture à Gregor Wolf (des "outils Wolf"), qui réside à Betzdorf, en Allemagne et Bulle en Suisse, et qui la fait immatriculer FR 73390. La 275 GTB est remarquée lors d'une course de Formule 1 au Nürburgring en 1999 et, plus tard dans l'année, elle est proposée à la vente par le spécialiste reconnu des voitures de course Ferrari, Modena Motorsport.

Le 14 février 2000, elle est achetée par son actuel propriétaire, architecte-maquettiste et passionné d'automobile : au fil des ans, il lui est passé entre les mains quelques belles voitures (Dodge Challenger, Jaguar Type E, Ferrari 330 GT ex salon de Genève 1965, Aston Martin DB4).
Ayant des vraies aptitudes au pilotage, avec la 275 GTB, il souhaite profiter de sa retraite pour prendre part à diverses épreuves historiques mais, finalement il renonce à ce projet car il ne souhaite pas prendre le risque d'endommager une voiture dont l'historique est d'une aussi grande richesse. Il décide donc de s'en séparer. Cela ne l'a pas empêché, quand il a pris possession de la 275 GTB, avec l'aide de l'historien Ferrari suisse Marcel Massini, de reprendre contact avec les précédents propriétaires et de consacrer une vingtaine d'années à réunir une très abondante documentation sur le passé de cette Ferrari : certificat de dédouanement d'époque, photos, programmes de courses, fiches d'engagement originales, courriers, magazines... Ces pièces précieuses permettent de suivre de près la vie de la voiture, et notamment sa carrière en compétition. Il a également répertorié l'apparition de cette berlinette 275 GTB n°6785 dans de nombreux livres et publications. Toute cette documentation fait partie du dossier de la voiture, de même que son palmarès détaillé consultable sur notre catalogue en ligne.

Aujourd'hui, cette 275 GTB se présente dans sa configuration du Rallye Lyon-Charbonnières. La carrosserie et l'intérieur sont en état d'origine, les cuirs patinés sont aujourd'hui de couleur noire, mais elle a bénéficié d'une restauration mécanique complète, dans le but d'être en parfait état de fonctionnement. Pour remettre en état le moteur (d'origine), des pièces mécaniques fournies notamment par Piet Roelofs, GTO Engineering, Maranello, ont parfois été utilisées (pistons, bielles, arbres à cames, roulements...), mais il est facile de revenir à la stricte configuration d'origine si nécessaire. Nous invitons les acheteurs intéressés à consulter dans le dossier la liste des travaux effectués.
Par ailleurs, la voiture porte de nombreux stigmates qui témoignent de sa vie en compétition entre les mains de passionnés. En voici quelques exemples, outre la tôle de réparation mentionnée plus haut : tableau de bord dans un bois spécial, avec clé de contact déplacée vers la droite ; déformation à gauche du tableau de bord, à la suite d'un coup de genou porté par Zwimpfer à Monza, en 1966; poignée de porte droite réparée avec une vis extérieure ; lanières de capot arrière en caoutchouc... La voiture est dotée d'un échappement latéral, de ses jantes Borrani Compétition d'époque (elles avaient été montées par Zwimpfer avant les 1000 km de Monza 1966, et furent retrouvées en 2013) et présente la particularité que les cavités de phares soient de teinte grise. En plus de tous les documents mentionnés précédemment et d'un récapitulatif historique par l'historien Marcel Massini, elle est accompagnée de sa trousse à outils d'origine dont le marteau de papillons de roue est complètement déformé par l'usage ainsi que de son cric.
Il est particulièrement rare de croiser la route d'une Ferrari 275 GTB qui présente une histoire aussi riche et aussi bien documentée que cette berlinette. Elle n'a connu qu'un nombre limité de propriétaires, tous connaisseurs, qui ont su en respecter l'intégrité historique. Il ne s'agit pas d'une "reine de concours", mais d'une voiture qui a vécu comme Enzo Ferrari l'entendait, pour la gloire du sport automobile. Comme l'histoire ne se fabrique pas, c'est ce qui fait toute la différence avec d'autres 275 GTB et qui donne à cette voiture un attrait tout à fait particulier.

La participation aux enchères pour ce lot est soumise à une procédure d'enregistrement particulière. Si vous souhaitez enchérir sur ce lot, merci de vous rapprocher du bureau des enchères ou du département Motorcars minimum 48 heures avant la vente.



Swedish title
Chassis n° 6785
Engine n° 6785


- Incredibly rich history
- Over 40 international races in period
- Impressive preserved condition, original engine
- Extensive documentation
- Winner of the 1966 Monza 1000 km GT class, one of the most raced 275 GTB in Period

Monza, 25 April 1966, 13.00 hours: the 1000 km was about to start in heavy rain. On the front row, the Ferrari 330 P3 of John Surtees and Mike Parkes alongside the Ford GT40 of Peter Revson and Skip Scott : rivalry between the two constructors was fierce, and after Ford's victory at Daytona and Sebring, the Scuderia wanted revenge before the 24 Hour race at Le Mans the following month. The list of the forty or so participants included the best international drivers, amongst them Bandini and Scarfiotti in a Dino 206 S, Attwood and Piper in the same model, Mitter and Hermann in a Porsche 906, Jaussaud and Servoz-Gavin at the wheel of a Matra-BRM while the Ford-France GT40 was in the hands of Greder and Ligier... Also lining up for the start: 4 Ferrari 275 LM, 1 GTO 1964, Shelby Cobra, Alfa Romeo TZ, Bizzarrini, Porsche 906 and 904, Alpine and Abarth. Two-thirds of the way down the grid was n°16, the Ferrari 275 GTB of Siegfried Zwimpfer and Hans Illert. At the end of the gruelling 6-hour race, contested in pouring rain, the Ferrari of Surtees and Parkes triumphed over the seven Ford GT40s. It was the Italian marque's day as Ferrari also took the over 3-litre GT class, with the car driven by Zwimpfer and Illert.

Siegfried Zwimpfer had acquired this Ferrari 275 GTB (chassis n°6785) the previous year. He took delivery on 29 April 1965, the day after completing the customs paperwork with Peter Monterverdi's Ferrari garage in Bâle-Binningen. The car was built to the order placed by Zwimpfer, featuring two special options : Standard Borrani wire wheels and with six carburettors (rather than the standard three). It was painted red (no.199374) with beige (no.3218) Connolly leather upholstery, as stated in the build sheet dated 29 December 1964, which also stated the car was built in January 1965 and was the seventy-ninth 275 GTB produced. It was registered NW 1564.

Siegfried Zwimpfer, from Switzerland, was passionate about motorsport and started racing in 1960, aged 30, in a Porsche 356. Three years later he bought a Chevrolet Corvette Sting Ray to compete in. There are photos of him taking part in the Ollon-Villars hillclimb in 1963 and the Prix de Vienna in 1965. He then began using the Ferrari 275 GTB on offer, before moving on to a Porsche Carrera 6 during the 1968 season. Zwimpfer was in many ways the archetypal amateur driver. He succeeded in getting a sponsorship deal with Valvoline and travelled to the European races in a Ford Galaxy painted in Valvoline colours, towing the Ferrari on a trailer. His life was like an automotive " Continental Circus ".
It is probable he had his Ferrari race-prepared at the garage in Feldmeilen, near Zurich, run by Hans Illert, his co-driver at Monza. To reduce weight, part of the interior was removed. Siegfried Zwimpfer used the car until October 1967, taking part in seven competitive events during 1965, sixteen in 1966 and thirteen in 1967. Most of these were international meetings including hillclimbs at Cesana-Sestrières, Ollon-Villars, Mont Ventoux, Sierre-Crans Montana and Trento-Bondone, as well as circuit races at Monza, as mentioned above, Hockenheim and Innsbruck. At the end of the 1966 season, he was crowned Swiss Mountain Champion in the GT class. In March 1967 he took part in the Rallye Lyon-Charbonnières-Stuttgart Solitude but unfortunately went off the road and was forced to retire. This rally took place during the rivalry between Porsche and Alpine, and once the two factory Alpines had retired, it was the Porsche 911 of Vic Elford that won the day. The Ferrari suffered damage to the rear, but the front wing was also slightly affected and the wheel arch was repaired at that time using metal from an oil can, a repair that subsequent owners have studiously kept on the car.

In October 1967, Siegfried Zwimpfer sold his Ferrari to Pierre Sudan, his co-pilot at Monza in April 1967. Sudan was a Ferrari/Mercedes/Maserati dealer in Zug, Switzerland who is fanatical about Ferrari and has owned several 250 GTOs and 275 GTBs over the years. He registered this car ZG 2 and took part in various hillclimb events and the Monza 1000km 1968. The 275 GTB berlinetta continued to be looked after at Hans Illert's garage (by the same mechanic, Heinz Duss). Unfortunately while it was being transported to Belgium, it fell off the truck. Sudan had it repaired, and then sold it at the end of 1968, for the sum of 14 000 Swiss francs, Sudan sold it to Mr R. in Switzerland and thereafter it went to Dutch dealer Robert de La Rive Box who re-sold 06785 to a Mr W in the canton Vaud in Switzerland, where it was registered on Swiss license plates VD 44175. In August 1984 it went to Mr C. W., from the Fluela garage in Davos. The registration then changed to GR 2701.

Many years later, on 23 March 1994, Mr W. sold the car to Gregor Wolf (of " Outils Wolf "), who lived in Betzdorf in Germany and Bulle in Switzerland. He had the car registered FR 73390. The 275 GTB was spotted at a Formula 1 race at the Nürburgring in 1999 and later in the year, it was offered for sale by renowned Ferrari race car specialist, Modena Motorsport.

On 14 February 2000, it was bought by the current owner, an architectural model maker and car enthusiast who has owned some lovely automobiles over the years (Dodge Challenger, Jaguar E-Type, Ferrari 330 GT ex 1965 Geneva show car, Aston Martin DB4).
Being a talented driver, he was planning to enjoy his retirement by competing in the 275 GTB in various historic events. However he finally decided not to risk damaging a car with such an important history which is why he is now selling it. This has not prevented him, with the help of Swiss Ferrari historian Marcel Massini, to make contact with the car's previous owners and devote twenty years to gathering a huge amount of documentation on the Ferrari's past : the period customs clearance certificate, photos, race programmes, original entry sheets, correspondence, magazines... These precious items allow us to track the life of the car in detail, particularly its competition career. He also made a list of the many books and publications in which 275 GTB n°6785 has appeared. All this documentation forms part of the file on the car, along with the detailed racing provenance available on our online catalogue.

Today, this 275 GTB is presented in its Rallye Lyon-Charbonnières configuration. The bodywork and interior are in original condition, the patinated leather interior is now black, while the car has benefitted from a thorough mechanical restoration, to ensure it is in full running condition. The original engine has been rebuilt using some mechanical parts supplied mainly by Piet Roelofs, GTO Engineering, Maranello (pistons, conrods, camshafts and bearings) but it would be easy to restore the original configuration if required. We invite interested buyers to consult the file which details the work carried out. In addition, the car sports a few scars from its competition career in the hands of enthusiast owners. We have already mentioned the repair to the wheel arch, but there is also the ignition key that has been moved to the right on the special wood dashboard, the left-hand side of this dashboard is distorted where Zwimpfer hit his knee against it at Monza in 1966, the righthand door handle has been repaired with an external screw and there are rubber straps on the boot…The car has a side exhaust, its original 1966 Competition Borrani wheels (Zwimpfer put them on the car before Monza 1000km in 1966, rediscovered in 2013 ) and has the unusual feature of grey headlight bowls. In addition to the documentation already mentioned and a historical summary by Marcel Massini, the car comes with its original toolkit containing a hammer for the spinners that is mis-shapen through extensive use and an original jack.


It is incredibly rare to come across a Ferrari 275 GTB with such a full and well documented history as this berlinetta. There have been a small number of owners, all connoisseurs, who have understood the importance of respecting the car's historical integrity. It is not a "concourse queen" but a car that has lived a full life as Enzo Ferrari intended, driven for the glory of motorsport. History cannot be made up and it is its history that makes this car stand out and gives it an extra special appeal.

Participating in the auction on this lot is subject to a special registration process. If you would like to bid on this lot, please get in touch with the bidding office or the motorcars department at least 48 hours before the sale


Estimation 2 000 000 - 3 000 000 €



Sold 2,502,800 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 3980
Location: Salon Rétromobile, Paris
Date: 07 feb. 2020 14:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Rétromobile 2020