• 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
  • 1964 Porsche 904 GTS
1964 Porsche 904 GTS
Carte grise française
Châssis n° 904-104
Moteur 4 cylindre vendu avec la voiture n° 99057
Boite de vitesse n°904106

- Collection Jean-Claude Miloé
- Seulement quatre propriétaires dont deux depuis 1970
- Parfait suivi historique, palmarès intéressant
- Entretien chez Porsche, par Rolf Sprenger
- Disponible avec deux moteurs (dont un quatre-cylindres type 587/3) et deux boîtes
- Ex Tour auto 1964 et 1 000km du Nurburgring 1964

Provenant de la collection de Jean-Claude Miloé, cette voiture présente la particularité de de n'avoir connu que quatre propriétaires (dont seulement deux depuis 1970). Elle est donc d'une authenticité irréprochable, comme en témoignent plusieurs documents : acte de naissance délivré par l'usine, lettre de Porsche à Bernard Consten en date du 8 novembre 1977, attestation du 23 septembre 1996 de Christian Huet (expert en automobile de collection près la cour d'appel), mention dans l'ouvrage Porsche 904 des spécialistes Jürgen Barth, Patrick Albinet et Bernhard Weigel.

Par ailleurs, cette voiture présente un historique parfaitement clair et connu depuis l'origine. Il s'agit d'une 904 GTS équipée initialement d'un moteur quatre-cylindres. Ce modèle a été fabriqué à 50 exemplaires en 1964 pour être homologué en catégorie sport, et le châssis 904-104 correspond à l'antépénultième voiture fabriquée.
Livrée le 14 mai 1964 aux établissements D'Ieteren, importateurs Porsche en Belgique, elle est ensuite vendue à Edmond (Eddy) Meert, pilote belge connu, qui l'immatricule 52-B-80. A la fin de 1966, celui-ci la cède au pilote français Robert Dutoit, originaire de Lille, et elle change d'immatriculation pour 7431 DW 59. Le 5 octobre 1969, lendemain des Coupes du Salon à Montlhéry, Robert Dutoit qui a dû abandonner sur accident cède sa 904 à Bernard Consten, pilote déjà célèbre à l'époque pour ses victoires au Tour de France Automobile, entre autres. Il l'immatricule 241 BD 92 mais ne l'utilisera jamais en compétition. Et comme la voiture a changé de couleur pour un gris argent, il la fait repeindre dans sa teinte d'origine, un beau rouge rubis (Rubin Rot). Bernard Consten fait l'acquisition quelque temps plus tard de la Porsche 904 de Robert Buchet et, constatant un doublon dans sa collection, décide de se séparer de la 904-104. Ami de la famille Consten et passionné de la marque, Jean-Claude Miloé achète la voiture le 4 novembre 1994 et l'immatricule 217 LBF 75. Elle est donc en sa possession depuis plus de 23 ans.

Sur le plan sportif, cette 904 a remporté plusieurs succès. Selon le livre de Jürgen Barth, elle a pris part de 1964 à 1969 avec Meert et Dutoit à 24 épreuves, se classant 16 fois. Elle a remporté cinq victoires au classement général, deux victoires de catégorie et a terminé deuxième à la Coupe de l'USA 1969 à Montlhéry et sixième au classement général du Tour de France Automobile 1964. A noter une sortie de route sans gravité en 1964 à Spa au cours de laquelle le capot arrière s'est détaché.
Fait exceptionnel, on retrouve dans le dossier de la voiture le Carnet de Bord original du Tour Auto 1964 ainsi que la fiche d'engagement originale du Rallye de deux Catalognes 1965, dans lequel Meert, après avoir fait le meilleur temps avait été contraint à l'abandon, son mécanicien découvrant plus tard qu'on avait mis du sucre dans l'essence !
Après son achat par Jean-Claude Miloé, la voiture a été révisée puis, en 1996, engagée au Tour Auto historique en catégorie "régularité". A partir de 1999, elle y a participé en section "compétition" et a pratiquement toujours terminé dans les cinq premiers au classement général, avec une place de deuxième en 2008 où elle a remporté toutes les épreuves spéciales. Après 2009, elle a cessé d'être engagée au Tour Auto mais a pris part à diverses épreuves sur circuit, de club ou non, jusqu'à 2015.

Cette voiture exceptionnelle mérite ici une présentation mécanique détaillée. Ainsi, elle est aujourd'hui équipée du moteur six-cylindres (numéro 6290446) qui était le sien au moment de l'achat par Jean-Claude Miloé. Sa cylindrée a été portée à 2,7 litres en 2009, ce qui a fait passer la voiture en Groupe G pour les courses historiques. Par ailleurs, un autre moteur sera également livré avec la voiture. Il s'agit d'un quatre-cylindres de type 587/3 correspondant à ceux montés à l'usine pour les 904 livrées à la clientèle privée. Jean-Claude Miloé a acheté en août 1994 ce moteur portant le numéro P99057 et qui équipait la 904-059. Il a été complètement remis en état à l'usine Porsche au deuxième semestre 1997 et, au début de l'année 2005, ce moteur (strict 2 litres) a été posé dans la 904 par l'usine Porsche, en vue du Tour Auto 2005. Après l'épreuve, il a été révisé par l'usine et n'a plus été utilisé depuis. Il est accompagné des pièces nécessaires à son installation.
Au niveau des freins, pour certaines épreuves hors Tour Auto, la voiture a été dotée de disques ventilés et d'étriers correspondant qui l'équipent encore actuellement. Les disques et étriers d'origine, totalement révisés, seront livrés avec la voiture. Deux boîtes de vitesses ont été utilisées, avec des démultiplications différentes qui sont frappées sur une plaque fixée dessus. L'une est dite "Le Mans" et, utilisée lors des participations au Mans Classic, elle équipe actuellement la voiture. Fait exceptionnel, c'est la boite de vitesse (n°904106) qui équipe la voiture depuis l'origine. L'autre, dite "Tour Auto" sera remise à l'acheteur.
Sur le plan carrosserie, un capot arrière de rechange accompagne la voiture, qui est équipée de jantes 6 pouces à l'avant et 7 pouces à l'arrière, chaussées de pneus Avon. Enfin, le spécialiste allemand qui s'est chargé de la réviser en 1995 a intégré à la carrosserie un arceau de sécurité peu visible, non encombrant et qui ne gêne en rien l'accès à l'habitacle.

Jusqu'à 2009, l'entretien a été assuré à l'usine Porsche pour les interventions les plus importantes, sous la supervision de Rolf Sprenger.
En 2013, la voiture affichant alors 28 449 km, le moteur six-cylindres a été confié au spécialiste Christophe Terriou qui dispose d'un excellent mécanicien. Il s'est également chargé d'une révision de la boîte de vitesses en novembre 2015 (à 29 796 km). En 2017, tous les silentblocs ont été remplacés.
Depuis ces travaux, la voiture a peu roulé et en novembre 2017 le kilométrage s'élevait à 30 168 km, soit 1 719 km depuis la dernière remise en état du moteur, et 372 km depuis celle de la boîte Le Mans". La boîte "Tour Auto" a été révisée par l'usine Porsche en 2009 et n'a pas servi depuis. Elle est stockée sans huile.
Il convient d'ailleurs de noter que les kilométrages indiqués ici s'entendent depuis l'achat de la voiture en novembre 1994 par Jean-Claude Miloé, le compteur ayant alors été remis à zéro. A la vente, le propriétaire précédent avait déclaré un kilométrage d'environ 45 000 km qui ne s'applique qu'au six-cylindres, Eddy Meert ayant couru avec le quatre-cylindres qui équipait la voiture à l'origine. L'ancien PTH ainsi que les fiches d'homologation du réservoir d'essence souple et de l'arceau de sécurité seront remis à l'acquéreur, ainsi que le réservoir d'origine. Pour la petite histoire, l'on peut ajouter que cette 904 a servi de modèle à la société Minichamps pour réaliser une miniature au 1/18e et qu'elle figure en couverture de l'excellent livre de Sylvain Reisser et Cyril de Plater : Fantastiques Porsche aux éditions EPA.

L'ensemble de ces informations prouvent que nous sommes en présence d'une pièce exceptionnelle. Il est en effet très rare qu'une voiture de compétition présente un historique aussi simple et clair. Parfaitement authentique, elle est accompagnée d'un moteur compétition conforme à l'origine, et provenant de la Porsche 904-059. Entretenue chez Porsche et entre les mains actuelles d'un passionné respecté, l'ayant lui-même achetée à un pilote connu, cette 904 représente l'occasion rare d'entrer en possession d'une voiture historique, sans ombre et qui représente un jalon important dans l'histoire sportive de Porsche.

Palmarès:
- Rallye de Lorraine : 07.05.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe d'ACIF, Montlhéry : 08.09.1968, Robert Dutoit
- Rallye de Flandre, Haunault : 11.11.1968, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye des Routes du Nord : 09.02.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Tour de France : 26.09.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe de Salon, Montlhéry : 05.10.1969, Robert Dutoit

- 12 Std Huy : 04.04.1964, Eddy Meert
- Bergrennen La Roche : 19.04.1964, Eddy Meert
- 500 Km Spa : 17.05.1964, Eddy Meert
- 1000 Km Nürburgring : 31.05.1964, Eddy Meert / W. de Jonghe
- Tour de France : 20.09.1964, Eddy Meert / W. de Jonghe
- Rallye de Route du Nord : 14.02.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye du Limousin : 02.04.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye de Lorraine : 02.05.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye du Touquet : 13.06.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- GP d'Albi : 26.09.1965, Eddy Meert
- Rallye du Limousin : 27.03.1966, Eddy Meert / " Anita "
- Rallye Route du Nord : 12.09.1967, Robert Dutoit / J. Morel
- Rallye Stuttgart-Lyon-Charbonnière : 19.03.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Bordeaux Sud-ouest : 16.04.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye de Lorraine : 07.05.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe d'ACIF, Montlhéry : 08.09.1968, Robert Dutoit
- Rallye de Flandre, Haunault : 11.11.1968, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye des Routes du Nord : 09.02.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Tour de France : 26.09.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe de Salon, Montlhéry : 05.10.1969, Robert Dutoit



French title
Chassis n° 904-104
4-cylinder engine to be sold with the car n° 99057
Gearbox n°904106

- Jean-Claude Miloé collection
- Four owners from new, only two since 1970
- Continuous history, great racing provenance
- Maintained by Rolf Sprenger at Porsche
- Available with two engines (including a four-cylinder type 587/3) and two gearboxes
- Ex Tour Auto 1964 and Nurburgring 1 000 km 1964

Coming from the collection of Jean-Claude Miloé, this car, remarkably, has only had four owners from new, and just two since 1970. This has given the car impeccable authenticity, backed up by various documents : the factory sheet, a letter from Porsche to Bernard Consten dated 8 November 1977, a statement from 23 September 1966 by Christian Huet (collectors' car expert for the court of appeal), and an entry in the book Porsche 904 by specialists Jürgen Barth, Patrick Albinet et Bernhard Weigel.

What's more, this car has transparent and continuous history from new. It is a 904 GTS, originally fitted with a four-cylinder engine, and was one of the 50 examples built in 1964 to allow homologation in the sport category. Chassis 904-104 corresponds to the third to last one produced.

Delivered on 14 May 1964 to D'Ieteren, the Porsche importers in Belgium, it was subsequently sold to Edmond (Eddy) Meert, the well-known Belgian racing driver, who registered the car 52-B-80. At the end of 1966, he sold it to the French driver, Robert Dutoit, originally from Lille, and the registration changed to 7431 DW 59. On 5 October 1969, the day after the Coupes du Salon at Montlhéry, Robert Dutoit, who had to retire due to an accident, sold his 904. It was bought by Bernard Consten, the driver already known for winning various races including the Tour de France Automobile. Consten registered the car 241 BD 92 but never used it competitively. Having been repainted silver grey he returned the car to its original colour, a stunning ruby red (Rubin Rot). Some time later, Bernard Consten bought Robert Buchet 's 904 and, not wanting to have two in his collection, he decided to sell 904-104. Jean-Claude Miloé, a Porsche fanatic, and a friend of the Consten family, acquired the car on 4 November 1994, registering it 217 LBF 75. It has been in his possession for over 23 years.
This 904 has enjoyed considerable success in competition. According to Jürgen Barth's book, it was entered by Meert and Dutoit in 24 events between 1964 and 1969, and was classified 16 times. The car won outright five times, was first in class twice and finished 2nd in the Coupe de l'USA in 1969 at Montlhéry and sixth overall in the 1964 Tour de France Automobile. The car had a minor off at Spa in 1964 in which the rear boot lid came off.
Remarkably, the original Carnet de Bord from Tour Auto 1964 is still in the file with the car, along with the original registration papers for the 1965 Rallye de deux Catalognes, in which Meert, having set the quickest time, had to retire. His mechanic later discovered that sugar had been added to the fuel !
After buying the car, Jean-Claude Miloé had it serviced, and in 1966 he entered the regularity section of the Tour Auto Historic. From 1999 onwards, the car participated in the competition class, usually finishing in the top five places overall, and finishing second overall in 2008, when it won all the special stages. The car hasn't taken part in Tour Auto since 2009, but continued to compete in various club and private track events until 2015.

This exceptional car merits a detailed description of its mechanical set-up. It is currently fitted with the six-cylinder engine (number 6290446) that was in it when Jean-Claude Miloé bought it. The engine's size was increased to 2.7-litres in 2009, putting the car into Group G for historic racing. There will also be a four-cylinder engine delivered with the car. This is a type 587/3 four-cylinder engine that corresponds to the type factory-fitted in 904s for private clients. Jean-Claude Miloé bought this engine, P99057, in August 1994, which came from 904-059. It had been completely rebuilt at the Porsche factory during the second half of 1997, and been refitted in 2005 as a strict 2-litre engine in the 904, again by the factory, so that the car could compete in Tour Auto 2005. Following this event, it was serviced by the factory and hasn't been used since. It comes with all necessary parts for installation. For the brakes, the car is currently fitted with ventilated discs and calipers, a set-up that has been used for certain events other than Tour Auto. The original discs and calipers, fully serviced, will be delivered with the car. Two gearboxes have been used, with different gear ratios that are stamped on a plate above. The one currently in the car, called " Le Mans ", has been used to compete at Le Mans Classic. Remarkably, it is the gearbox (no.904106) that has belonged to the car from new. The second box, known as " Tour Auto " will be passed on to the new owner.
A second-hand rear boot lid comes with the 904, and there are 6-inch wheels at the front and 7-inch at the rear, fitted with Avon tyres. Finally, a German specialist given the task of servicing the car in 1995 also fitted a discreet roll-cage that doesn't impede access to the passenger compartment.

Up until 2009, major servicing work was carried out at the Porsche factory under the supervision of Rolf Sprenger. In 2013, when the car had covered 28 449 km, the six-cylinder engine was sent to specialist Christophe Terriou who worked with an excellent mechanic. He was also responsible for overhauling the gearbox in November 2015 (at 29 796 km). In 2017, the silentblocs were all replaced. The car has hardly been driven since this work and in November 2017, the mileage was 30 168 km, up 1 719 km since the last engine was rebuilt, and 372 km since the Le Mans gearbox was last serviced. The " Tour Auto " box was serviced by the Porsche factory in 2009 and hasn't been used since. It has been stored without oil.
Please note that the mileages indicated here date from November 1994, when Jean-Claude Miloé bought the car, and the odometer was re-set to zero. At the time of the transaction, the previous owner said the mileage was around 45 000 km. This applies to the six-cylinder engine, as Eddy Meert raced with the four-cylinder engine that was in the car from new. The old PTH and homologation papers for the flexible fuel tank and the roll-cage will be passed on to the buyer, along with the original tank. An interesting detail, this 904 served as a model for the company Minichamps, for a 1:18 model. It also features on the cover of the excellent book by Sylvain Reisser and Cyril de Plater : Fantastiques Porsche published by EPA.

The information at our disposal confirms that we are in the presence of an exceptional vehicle. It is extremely rare to find a competition car with such a straightforward and transparent history. It is completely genuine, and with a competition engine conforming to the original, from Porsche 904-059.
Maintained by Porsche and currently in the hands of a respected enthusiast, who acquired the car from a well-known racing driver, this 904 offers an opportunity to buy an historic car representing an important milestone in Porsche's sporting history.


Palmarès:
- Rallye de Lorraine : 07.05.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe d'ACIF, Montlhéry : 08.09.1968, Robert Dutoit
- Rallye de Flandre, Haunault : 11.11.1968, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye des Routes du Nord : 09.02.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Tour de France : 26.09.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe de Salon, Montlhéry : 05.10.1969, Robert Dutoit

- 12 Std Huy : 04.04.1964, Eddy Meert
- Bergrennen La Roche : 19.04.1964, Eddy Meert
- 500 Km Spa : 17.05.1964, Eddy Meert
- 1000 Km Nürburgring : 31.05.1964, Eddy Meert / W. de Jonghe
- Tour de France : 20.09.1964, Eddy Meert / W. de Jonghe
- Rallye de Route du Nord : 14.02.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye du Limousin : 02.04.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye de Lorraine : 02.05.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye du Touquet : 13.06.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- GP d'Albi : 26.09.1965, Eddy Meert
- Rallye du Limousin : 27.03.1966, Eddy Meert / " Anita "
- Rallye Route du Nord : 12.09.1967, Robert Dutoit / J. Morel
- Rallye Stuttgart-Lyon-Charbonnière : 19.03.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Bordeaux Sud-ouest : 16.04.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye de Lorraine : 07.05.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe d'ACIF, Montlhéry : 08.09.1968, Robert Dutoit
- Rallye de Flandre, Haunault : 11.11.1968, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye des Routes du Nord : 09.02.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Tour de France : 26.09.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe de Salon, Montlhéry : 05.10.1969, Robert Dutoit

Photos © Rémi Dargegen


JEAN-CLAUDE MILOE OU L'ART DU PILOT'AGE

Jean-Claude et moi, nous nous sommes connus sur le circuit du Mans l'été 1992 en participant à la première manche du Trophée Venturi, un concept clef en main inventé par Stéphane Ratel, un colonel d'empire qui faisait ses premières armes dans l'organisation des courses automobiles.
Dans cette formule monotype inédite ferraillaient, au volant d'une automobile de 408 cv, en particulier la fine fleur de la jeunesse aristocratique européenne (pour la frime je nomme: Nino de Cecco, Rocky Agusta, Goerg Von Opel, Carl Edouard Von Bismark, Ferdinand de Lesseps…), des pilotes professionnels pigistes (Jean-Pierre Jarrier, Olivier Grouillard, Michel Ferté…) et des gentlemen drivers, en tout 70 furieux dont je me borne à citer ceux avec lesquels j'ai formé un équipage aux 24 Heures du Mans 1994-95 ou 98, Jean-Luc Maury-Laribière, Bernard Chauvin, Eric Graham. Ce concept ProAm fut à l'origine du renouveau de la catégorie GT et de son second âge d'or.
Pour ma part, reprendre la compétition à plus de 50 ans avec un palmarès jauni par 10 ans d'interruption me faisait redouter une rouille mortifiante. Aussi, apercevant Jean-Claude Miloé lors de cette manche inaugurale, je repris espoir : " Au moins, il y en a un qui a plus de " bouteille " que moi ! "
Grand, mince, élégant, il avait de l'allure et je lui dis qu'il me faisait penser à Gary Cooper. Il ne résista pas à un tel compliment à l'origine d'une amitié que nous eûmes de multiples occasions d'entretenir.
Il me bluffait car son inexpérience de la course ajoutait du leste à ses 60 printemps !
Son imaginaire d'adolescent s'était nourri du bruit des moteurs qu'il entendait tourner sur le circuit de Montlhéry près duquel ses parents habitaient. De sorte que l'oreille affinée, il était capable durant ses études secondaires de reconnaitre sur chaque voiture qui passait sous les murs du Lycée Louis Le Grand. Naturellement, il dévorait les pages du numéro spécial de France Soir consacré aux 24 Heures du Mans.
Le permis en poche, il " gonfla " une Dauphine (pipe Autobleu), une R8 Major (pipe Ferry) et fit quelques épreuves avec une Dauphine 1093, les Coupes du Salon à Montlhéry, des courses de côtes comme Turkheim les Trois Epis, et le Rallye du Nord : un bagage bien léger pour entamer, plusieurs dizaines d'années plus tard, des courses en peloton avec des voitures si performantes et, de son propre aveu, " sans avoir jamais pris de leçon de pilotage ".
" Et qu'est-ce qui te motive Jean-Claude ?
- Je n'ai aucune prétention que par rapport à moi-même, me forcer, me dépasser. "
Durant les trois saisons du Trophée puis en GT, Jean-Claude tint son rang non sans quelques figures et frayeurs mais sans ajouter de chapitres à la Vie du Rail…, tout en se pliant avec un juvénile entrain aux rituels d'avant et d'après courses propres aux " Venturieux ".
Le soir des 6 heures de Zuhaï en Chine, alors qu'il avait confié sa Porsche au trio Wolleck - Jarrier - Lafitte qui gagnèrent la course, je le revois debout sur le plateau tournant rempli de victuailles de la table d'un restaurant sans perdre l'équilibre, haut fait qui stupéfia les enfants de Mao.
La même année il invita ses trois fils Jean-Louis, Jérôme et Jean-Philippe à le rejoindre en VHC sur différentes Porsche. Une fois aguerris, ces mousquetaires coururent en moderne et Jérôme fut même champion de France ProAm (avec James Ruffier) sur une GT3. Quant à Jean-Claude, il éleva son niveau de pilotage en terminant en milieu de classement un championnat GT.
Il fréquentait mes ventes aux enchères dans lesquelles il fit l'acquisition de deux chefs d'œuvre de l'entre deux guerres, une Bugatti 51 et une Delage 1500. Avec la 51 il participa au GP historique de Monaco 1997, au GP d'Angoulême et, avec la Delage 1500, " un rêve à conduire mais handicapée par un empattement trop long pour les circuits sinueux ", jusqu'en 2008 à six reprises à Monaco.
Dans ses choix de collectionneur, il était motivé davantage par l'histoire et la beauté des automobiles que par une perspective patrimoniale. La preuve, la première de la liste acquise en 1988, fut la Traction Citroën de la présente vente. L'année suivante il acheta une Porsche 959. Il appréciait particulièrement les modèles de cette marque à cause de leurs lignes intemporelles, de leurs tenues de route, de leurs freinages et naturellement des lauriers glanés au Mans. Peut être aussi en hommage à Ina son épouse et complice originaire du pays de Goethe.
La collection comprit jusqu'à 30 automobiles. Il y eut des choix cornéliens : par exemple il se sépara d'une Ferrari 275 et d'un châssis court compétition ex Mairesse, pour acheter des proto et décliner une série incomparable de Porsche, 356 Carrera, 904, 910, 908/3, 917 Spider, 962.
" Ton marteau va jouer le rôle du drapeau à damiers qui marque la fin d'une histoire, mais sans regret. Il me suffit de contempler le tableau iconique de Geo Ham Le Pilote Bleu dont l'attitude et les traits symbolisent tous les sentiments éprouvés au volant d'un bolide pour que s'animent des souvenirs vivaces. Que de joie m'ont donné la collection et la course. L'une, la recherche et le goût toujours affiné de la automobile, l'autre, l'affrontement, un supplément de jeunesse et…des amitiés. "



JEAN-CLAUDE MILOE AND THE ART OF DRIVING

Jean-Claude and I met on the track at Le Mans in the summer of 1992, taking part in the first round of the Venturi Trophy, a turnkey concept founded by Stéphane Ratel, a colonel of the empire who was making his first moves into the organisation of motorsport .
Battling together in this unprecedented single marque formula, at the wheel of a 408 bhp automobile, were the aristorcratic European youth, (for the story, I name : Nino de Cecco, Rocky Agusta, Goerg Von Opel, Carl Edouard Von Bismark, Ferdinand de Lesseps…), freelance professional drivers (Jean-Pierre Jarrier, Olivier Grouillard, Michel Ferté…), and gentlemen drivers, a furious 70 in total. I limit myself here to naming my teammates in the 1994 - 95 and 98 Le Mans 24 Hours, Bernard Chauvin, Eric Graham. This new ProAm concept was behind the revival of the GT class, giving rise to its second golden age.
For me, to take up racing again at the age of over 50, with a record yellowed by a ten-year interruption, caused a dread of mortifying rust. Then, seeing Jean-Claude Miloé in this inaugural round, hope was restored: " At least there is someone with more " bottle " than me ! "
Tall, slim, elegant, he looked good, and I told him he reminded me of Gary Cooper. He didn't turn down this compliment, paid at the start of a friendship we had many opportunities to maintain.
I was impressed, he was sixty years young and here he was, with little experience in racing.
His adolescent imagination had been nurtured by the sound of engines he could hear on the circuit at Montlhéry, close to where his parents lived. His ear became so finely tuned that, while studying at high school, he was able to recognise every car that passed by the school, Louis Le Grand. Of course, he devoured every page of the special edition of France Soir dedicated to the Le Mans 24 Hours.
With a licence in his pocket, he " souped-up " a Dauphine (pipe Autobleu) and an R8 Major (pipe Ferry) and took part in a few events in a Dauphine 1093, les Coupes du Salon at Montlhéry, hillclimbs such as Turkheim les Trois Epis, and the Rallye du Nord. A gentle start to setting off, several decades later, in the leading pack of such powerful cars, and by his own admission, " without ever having had a single driving lesson ",
" And what motivates you Jean-Claude ? "
- I have no pretention other than in relation to myself, to push myself on, to beat myself. "
During three seasons in the Trophy and then in GT, Jean-Claude held his own, not without a few scares, but without adding any chapters to la Vie du Rail..., and by entering into the rituals of the " Venturieux ", pre- and post-racing, with the spirit of a youngster.
In the evening of the Zuhaï 6 Hours in China, having handed over his Porsche to the trio Wolleck - Jarrier - Lafitte, who went on to win the race, I saw him, standing on the turntable laden with food, on a table in a restaurant, without losing his balance, a feat that amazed the children of Mao.
The same year he invited his three sons Jean-Louis, Jérôme and Jean-Philippe to join him in VHC in different Porsche. Once toughened up, these musketeers took up modern racing and Jérôme was even ProAm French champion (with James Ruffier) in a GT3. As for Jean-Claude, he made great progress, finishing halfway up the ranking in a GT Championship.
He came to my auctions and bought two interwar masterpieces, a Bugatti 51 and a Delage 1500. In the 51, he took part in the 1997 Monaco Historic GP and the Angoulême GP, and in the Delage 1500, " a dream to drive, but handicapped by a wheelbase too long for winding circuits " six times at Monaco until 2008.
In his choices as a collector, he was motivated more by a car's history and beauty than by its heritage perspective. Proof of this, the first acquisition on the list in 1988 was the Traction Citroën in the sale today. The following year he bought a Porsche 959. He was particularly keen on certain models in this marque for their timeless styling, their handling, their brakes and naturally the laurels collected at Le Mans. Perhaps also in homage to his wife Ina, an accomplice from Goethe's homeland.
The collection included up to 30 automobiles. There were some tough choices : for example he parted with a Ferrari 275 and an ex-Mairesse short chassis competition car, to buy prototypes and put together an incomparable series of Porsche: 356 Carrera, 904, 910, 908/3, 917 Spider, 962.
" Your gavel will play the part of a chequered flag marking the end of a story, but without regret. It will be enough to look at the iconic painting by Geo Ham Le Pilote Bleu which communicates everything about sitting behind the wheel of a race car, and will recall happy memories. What happiness this collection and motor racing has brought me. One, the research and an appreciation of beauty, the other, contests, a supplement of youth and...friendships. "

Hervé Poulain


Estimation 1 400 000 - 1 800 000 €

Sold 1,873,600 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 35

1964 Porsche 904 GTS

Sold 1,873,600 € [$]

1964 Porsche 904 GTS
Carte grise française
Châssis n° 904-104
Moteur 4 cylindre vendu avec la voiture n° 99057
Boite de vitesse n°904106

- Collection Jean-Claude Miloé
- Seulement quatre propriétaires dont deux depuis 1970
- Parfait suivi historique, palmarès intéressant
- Entretien chez Porsche, par Rolf Sprenger
- Disponible avec deux moteurs (dont un quatre-cylindres type 587/3) et deux boîtes
- Ex Tour auto 1964 et 1 000km du Nurburgring 1964

Provenant de la collection de Jean-Claude Miloé, cette voiture présente la particularité de de n'avoir connu que quatre propriétaires (dont seulement deux depuis 1970). Elle est donc d'une authenticité irréprochable, comme en témoignent plusieurs documents : acte de naissance délivré par l'usine, lettre de Porsche à Bernard Consten en date du 8 novembre 1977, attestation du 23 septembre 1996 de Christian Huet (expert en automobile de collection près la cour d'appel), mention dans l'ouvrage Porsche 904 des spécialistes Jürgen Barth, Patrick Albinet et Bernhard Weigel.

Par ailleurs, cette voiture présente un historique parfaitement clair et connu depuis l'origine. Il s'agit d'une 904 GTS équipée initialement d'un moteur quatre-cylindres. Ce modèle a été fabriqué à 50 exemplaires en 1964 pour être homologué en catégorie sport, et le châssis 904-104 correspond à l'antépénultième voiture fabriquée.
Livrée le 14 mai 1964 aux établissements D'Ieteren, importateurs Porsche en Belgique, elle est ensuite vendue à Edmond (Eddy) Meert, pilote belge connu, qui l'immatricule 52-B-80. A la fin de 1966, celui-ci la cède au pilote français Robert Dutoit, originaire de Lille, et elle change d'immatriculation pour 7431 DW 59. Le 5 octobre 1969, lendemain des Coupes du Salon à Montlhéry, Robert Dutoit qui a dû abandonner sur accident cède sa 904 à Bernard Consten, pilote déjà célèbre à l'époque pour ses victoires au Tour de France Automobile, entre autres. Il l'immatricule 241 BD 92 mais ne l'utilisera jamais en compétition. Et comme la voiture a changé de couleur pour un gris argent, il la fait repeindre dans sa teinte d'origine, un beau rouge rubis (Rubin Rot). Bernard Consten fait l'acquisition quelque temps plus tard de la Porsche 904 de Robert Buchet et, constatant un doublon dans sa collection, décide de se séparer de la 904-104. Ami de la famille Consten et passionné de la marque, Jean-Claude Miloé achète la voiture le 4 novembre 1994 et l'immatricule 217 LBF 75. Elle est donc en sa possession depuis plus de 23 ans.

Sur le plan sportif, cette 904 a remporté plusieurs succès. Selon le livre de Jürgen Barth, elle a pris part de 1964 à 1969 avec Meert et Dutoit à 24 épreuves, se classant 16 fois. Elle a remporté cinq victoires au classement général, deux victoires de catégorie et a terminé deuxième à la Coupe de l'USA 1969 à Montlhéry et sixième au classement général du Tour de France Automobile 1964. A noter une sortie de route sans gravité en 1964 à Spa au cours de laquelle le capot arrière s'est détaché.
Fait exceptionnel, on retrouve dans le dossier de la voiture le Carnet de Bord original du Tour Auto 1964 ainsi que la fiche d'engagement originale du Rallye de deux Catalognes 1965, dans lequel Meert, après avoir fait le meilleur temps avait été contraint à l'abandon, son mécanicien découvrant plus tard qu'on avait mis du sucre dans l'essence !
Après son achat par Jean-Claude Miloé, la voiture a été révisée puis, en 1996, engagée au Tour Auto historique en catégorie "régularité". A partir de 1999, elle y a participé en section "compétition" et a pratiquement toujours terminé dans les cinq premiers au classement général, avec une place de deuxième en 2008 où elle a remporté toutes les épreuves spéciales. Après 2009, elle a cessé d'être engagée au Tour Auto mais a pris part à diverses épreuves sur circuit, de club ou non, jusqu'à 2015.

Cette voiture exceptionnelle mérite ici une présentation mécanique détaillée. Ainsi, elle est aujourd'hui équipée du moteur six-cylindres (numéro 6290446) qui était le sien au moment de l'achat par Jean-Claude Miloé. Sa cylindrée a été portée à 2,7 litres en 2009, ce qui a fait passer la voiture en Groupe G pour les courses historiques. Par ailleurs, un autre moteur sera également livré avec la voiture. Il s'agit d'un quatre-cylindres de type 587/3 correspondant à ceux montés à l'usine pour les 904 livrées à la clientèle privée. Jean-Claude Miloé a acheté en août 1994 ce moteur portant le numéro P99057 et qui équipait la 904-059. Il a été complètement remis en état à l'usine Porsche au deuxième semestre 1997 et, au début de l'année 2005, ce moteur (strict 2 litres) a été posé dans la 904 par l'usine Porsche, en vue du Tour Auto 2005. Après l'épreuve, il a été révisé par l'usine et n'a plus été utilisé depuis. Il est accompagné des pièces nécessaires à son installation.
Au niveau des freins, pour certaines épreuves hors Tour Auto, la voiture a été dotée de disques ventilés et d'étriers correspondant qui l'équipent encore actuellement. Les disques et étriers d'origine, totalement révisés, seront livrés avec la voiture. Deux boîtes de vitesses ont été utilisées, avec des démultiplications différentes qui sont frappées sur une plaque fixée dessus. L'une est dite "Le Mans" et, utilisée lors des participations au Mans Classic, elle équipe actuellement la voiture. Fait exceptionnel, c'est la boite de vitesse (n°904106) qui équipe la voiture depuis l'origine. L'autre, dite "Tour Auto" sera remise à l'acheteur.
Sur le plan carrosserie, un capot arrière de rechange accompagne la voiture, qui est équipée de jantes 6 pouces à l'avant et 7 pouces à l'arrière, chaussées de pneus Avon. Enfin, le spécialiste allemand qui s'est chargé de la réviser en 1995 a intégré à la carrosserie un arceau de sécurité peu visible, non encombrant et qui ne gêne en rien l'accès à l'habitacle.

Jusqu'à 2009, l'entretien a été assuré à l'usine Porsche pour les interventions les plus importantes, sous la supervision de Rolf Sprenger.
En 2013, la voiture affichant alors 28 449 km, le moteur six-cylindres a été confié au spécialiste Christophe Terriou qui dispose d'un excellent mécanicien. Il s'est également chargé d'une révision de la boîte de vitesses en novembre 2015 (à 29 796 km). En 2017, tous les silentblocs ont été remplacés.
Depuis ces travaux, la voiture a peu roulé et en novembre 2017 le kilométrage s'élevait à 30 168 km, soit 1 719 km depuis la dernière remise en état du moteur, et 372 km depuis celle de la boîte Le Mans". La boîte "Tour Auto" a été révisée par l'usine Porsche en 2009 et n'a pas servi depuis. Elle est stockée sans huile.
Il convient d'ailleurs de noter que les kilométrages indiqués ici s'entendent depuis l'achat de la voiture en novembre 1994 par Jean-Claude Miloé, le compteur ayant alors été remis à zéro. A la vente, le propriétaire précédent avait déclaré un kilométrage d'environ 45 000 km qui ne s'applique qu'au six-cylindres, Eddy Meert ayant couru avec le quatre-cylindres qui équipait la voiture à l'origine. L'ancien PTH ainsi que les fiches d'homologation du réservoir d'essence souple et de l'arceau de sécurité seront remis à l'acquéreur, ainsi que le réservoir d'origine. Pour la petite histoire, l'on peut ajouter que cette 904 a servi de modèle à la société Minichamps pour réaliser une miniature au 1/18e et qu'elle figure en couverture de l'excellent livre de Sylvain Reisser et Cyril de Plater : Fantastiques Porsche aux éditions EPA.

L'ensemble de ces informations prouvent que nous sommes en présence d'une pièce exceptionnelle. Il est en effet très rare qu'une voiture de compétition présente un historique aussi simple et clair. Parfaitement authentique, elle est accompagnée d'un moteur compétition conforme à l'origine, et provenant de la Porsche 904-059. Entretenue chez Porsche et entre les mains actuelles d'un passionné respecté, l'ayant lui-même achetée à un pilote connu, cette 904 représente l'occasion rare d'entrer en possession d'une voiture historique, sans ombre et qui représente un jalon important dans l'histoire sportive de Porsche.

Palmarès:
- Rallye de Lorraine : 07.05.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe d'ACIF, Montlhéry : 08.09.1968, Robert Dutoit
- Rallye de Flandre, Haunault : 11.11.1968, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye des Routes du Nord : 09.02.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Tour de France : 26.09.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe de Salon, Montlhéry : 05.10.1969, Robert Dutoit

- 12 Std Huy : 04.04.1964, Eddy Meert
- Bergrennen La Roche : 19.04.1964, Eddy Meert
- 500 Km Spa : 17.05.1964, Eddy Meert
- 1000 Km Nürburgring : 31.05.1964, Eddy Meert / W. de Jonghe
- Tour de France : 20.09.1964, Eddy Meert / W. de Jonghe
- Rallye de Route du Nord : 14.02.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye du Limousin : 02.04.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye de Lorraine : 02.05.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye du Touquet : 13.06.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- GP d'Albi : 26.09.1965, Eddy Meert
- Rallye du Limousin : 27.03.1966, Eddy Meert / " Anita "
- Rallye Route du Nord : 12.09.1967, Robert Dutoit / J. Morel
- Rallye Stuttgart-Lyon-Charbonnière : 19.03.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Bordeaux Sud-ouest : 16.04.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye de Lorraine : 07.05.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe d'ACIF, Montlhéry : 08.09.1968, Robert Dutoit
- Rallye de Flandre, Haunault : 11.11.1968, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye des Routes du Nord : 09.02.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Tour de France : 26.09.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe de Salon, Montlhéry : 05.10.1969, Robert Dutoit



French title
Chassis n° 904-104
4-cylinder engine to be sold with the car n° 99057
Gearbox n°904106

- Jean-Claude Miloé collection
- Four owners from new, only two since 1970
- Continuous history, great racing provenance
- Maintained by Rolf Sprenger at Porsche
- Available with two engines (including a four-cylinder type 587/3) and two gearboxes
- Ex Tour Auto 1964 and Nurburgring 1 000 km 1964

Coming from the collection of Jean-Claude Miloé, this car, remarkably, has only had four owners from new, and just two since 1970. This has given the car impeccable authenticity, backed up by various documents : the factory sheet, a letter from Porsche to Bernard Consten dated 8 November 1977, a statement from 23 September 1966 by Christian Huet (collectors' car expert for the court of appeal), and an entry in the book Porsche 904 by specialists Jürgen Barth, Patrick Albinet et Bernhard Weigel.

What's more, this car has transparent and continuous history from new. It is a 904 GTS, originally fitted with a four-cylinder engine, and was one of the 50 examples built in 1964 to allow homologation in the sport category. Chassis 904-104 corresponds to the third to last one produced.

Delivered on 14 May 1964 to D'Ieteren, the Porsche importers in Belgium, it was subsequently sold to Edmond (Eddy) Meert, the well-known Belgian racing driver, who registered the car 52-B-80. At the end of 1966, he sold it to the French driver, Robert Dutoit, originally from Lille, and the registration changed to 7431 DW 59. On 5 October 1969, the day after the Coupes du Salon at Montlhéry, Robert Dutoit, who had to retire due to an accident, sold his 904. It was bought by Bernard Consten, the driver already known for winning various races including the Tour de France Automobile. Consten registered the car 241 BD 92 but never used it competitively. Having been repainted silver grey he returned the car to its original colour, a stunning ruby red (Rubin Rot). Some time later, Bernard Consten bought Robert Buchet 's 904 and, not wanting to have two in his collection, he decided to sell 904-104. Jean-Claude Miloé, a Porsche fanatic, and a friend of the Consten family, acquired the car on 4 November 1994, registering it 217 LBF 75. It has been in his possession for over 23 years.
This 904 has enjoyed considerable success in competition. According to Jürgen Barth's book, it was entered by Meert and Dutoit in 24 events between 1964 and 1969, and was classified 16 times. The car won outright five times, was first in class twice and finished 2nd in the Coupe de l'USA in 1969 at Montlhéry and sixth overall in the 1964 Tour de France Automobile. The car had a minor off at Spa in 1964 in which the rear boot lid came off.
Remarkably, the original Carnet de Bord from Tour Auto 1964 is still in the file with the car, along with the original registration papers for the 1965 Rallye de deux Catalognes, in which Meert, having set the quickest time, had to retire. His mechanic later discovered that sugar had been added to the fuel !
After buying the car, Jean-Claude Miloé had it serviced, and in 1966 he entered the regularity section of the Tour Auto Historic. From 1999 onwards, the car participated in the competition class, usually finishing in the top five places overall, and finishing second overall in 2008, when it won all the special stages. The car hasn't taken part in Tour Auto since 2009, but continued to compete in various club and private track events until 2015.

This exceptional car merits a detailed description of its mechanical set-up. It is currently fitted with the six-cylinder engine (number 6290446) that was in it when Jean-Claude Miloé bought it. The engine's size was increased to 2.7-litres in 2009, putting the car into Group G for historic racing. There will also be a four-cylinder engine delivered with the car. This is a type 587/3 four-cylinder engine that corresponds to the type factory-fitted in 904s for private clients. Jean-Claude Miloé bought this engine, P99057, in August 1994, which came from 904-059. It had been completely rebuilt at the Porsche factory during the second half of 1997, and been refitted in 2005 as a strict 2-litre engine in the 904, again by the factory, so that the car could compete in Tour Auto 2005. Following this event, it was serviced by the factory and hasn't been used since. It comes with all necessary parts for installation. For the brakes, the car is currently fitted with ventilated discs and calipers, a set-up that has been used for certain events other than Tour Auto. The original discs and calipers, fully serviced, will be delivered with the car. Two gearboxes have been used, with different gear ratios that are stamped on a plate above. The one currently in the car, called " Le Mans ", has been used to compete at Le Mans Classic. Remarkably, it is the gearbox (no.904106) that has belonged to the car from new. The second box, known as " Tour Auto " will be passed on to the new owner.
A second-hand rear boot lid comes with the 904, and there are 6-inch wheels at the front and 7-inch at the rear, fitted with Avon tyres. Finally, a German specialist given the task of servicing the car in 1995 also fitted a discreet roll-cage that doesn't impede access to the passenger compartment.

Up until 2009, major servicing work was carried out at the Porsche factory under the supervision of Rolf Sprenger. In 2013, when the car had covered 28 449 km, the six-cylinder engine was sent to specialist Christophe Terriou who worked with an excellent mechanic. He was also responsible for overhauling the gearbox in November 2015 (at 29 796 km). In 2017, the silentblocs were all replaced. The car has hardly been driven since this work and in November 2017, the mileage was 30 168 km, up 1 719 km since the last engine was rebuilt, and 372 km since the Le Mans gearbox was last serviced. The " Tour Auto " box was serviced by the Porsche factory in 2009 and hasn't been used since. It has been stored without oil.
Please note that the mileages indicated here date from November 1994, when Jean-Claude Miloé bought the car, and the odometer was re-set to zero. At the time of the transaction, the previous owner said the mileage was around 45 000 km. This applies to the six-cylinder engine, as Eddy Meert raced with the four-cylinder engine that was in the car from new. The old PTH and homologation papers for the flexible fuel tank and the roll-cage will be passed on to the buyer, along with the original tank. An interesting detail, this 904 served as a model for the company Minichamps, for a 1:18 model. It also features on the cover of the excellent book by Sylvain Reisser and Cyril de Plater : Fantastiques Porsche published by EPA.

The information at our disposal confirms that we are in the presence of an exceptional vehicle. It is extremely rare to find a competition car with such a straightforward and transparent history. It is completely genuine, and with a competition engine conforming to the original, from Porsche 904-059.
Maintained by Porsche and currently in the hands of a respected enthusiast, who acquired the car from a well-known racing driver, this 904 offers an opportunity to buy an historic car representing an important milestone in Porsche's sporting history.


Palmarès:
- Rallye de Lorraine : 07.05.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe d'ACIF, Montlhéry : 08.09.1968, Robert Dutoit
- Rallye de Flandre, Haunault : 11.11.1968, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye des Routes du Nord : 09.02.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Tour de France : 26.09.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe de Salon, Montlhéry : 05.10.1969, Robert Dutoit

- 12 Std Huy : 04.04.1964, Eddy Meert
- Bergrennen La Roche : 19.04.1964, Eddy Meert
- 500 Km Spa : 17.05.1964, Eddy Meert
- 1000 Km Nürburgring : 31.05.1964, Eddy Meert / W. de Jonghe
- Tour de France : 20.09.1964, Eddy Meert / W. de Jonghe
- Rallye de Route du Nord : 14.02.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye du Limousin : 02.04.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye de Lorraine : 02.05.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- Rallye du Touquet : 13.06.1965, Eddy Meert / " Pedro "
- GP d'Albi : 26.09.1965, Eddy Meert
- Rallye du Limousin : 27.03.1966, Eddy Meert / " Anita "
- Rallye Route du Nord : 12.09.1967, Robert Dutoit / J. Morel
- Rallye Stuttgart-Lyon-Charbonnière : 19.03.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Bordeaux Sud-ouest : 16.04.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye de Lorraine : 07.05.1967, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe d'ACIF, Montlhéry : 08.09.1968, Robert Dutoit
- Rallye de Flandre, Haunault : 11.11.1968, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye des Routes du Nord : 09.02.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Rallye Tour de France : 26.09.1969, Robert Dutoit / " Pedro "
- Coupe de Salon, Montlhéry : 05.10.1969, Robert Dutoit

Photos © Rémi Dargegen


JEAN-CLAUDE MILOE OU L'ART DU PILOT'AGE

Jean-Claude et moi, nous nous sommes connus sur le circuit du Mans l'été 1992 en participant à la première manche du Trophée Venturi, un concept clef en main inventé par Stéphane Ratel, un colonel d'empire qui faisait ses premières armes dans l'organisation des courses automobiles.
Dans cette formule monotype inédite ferraillaient, au volant d'une automobile de 408 cv, en particulier la fine fleur de la jeunesse aristocratique européenne (pour la frime je nomme: Nino de Cecco, Rocky Agusta, Goerg Von Opel, Carl Edouard Von Bismark, Ferdinand de Lesseps…), des pilotes professionnels pigistes (Jean-Pierre Jarrier, Olivier Grouillard, Michel Ferté…) et des gentlemen drivers, en tout 70 furieux dont je me borne à citer ceux avec lesquels j'ai formé un équipage aux 24 Heures du Mans 1994-95 ou 98, Jean-Luc Maury-Laribière, Bernard Chauvin, Eric Graham. Ce concept ProAm fut à l'origine du renouveau de la catégorie GT et de son second âge d'or.
Pour ma part, reprendre la compétition à plus de 50 ans avec un palmarès jauni par 10 ans d'interruption me faisait redouter une rouille mortifiante. Aussi, apercevant Jean-Claude Miloé lors de cette manche inaugurale, je repris espoir : " Au moins, il y en a un qui a plus de " bouteille " que moi ! "
Grand, mince, élégant, il avait de l'allure et je lui dis qu'il me faisait penser à Gary Cooper. Il ne résista pas à un tel compliment à l'origine d'une amitié que nous eûmes de multiples occasions d'entretenir.
Il me bluffait car son inexpérience de la course ajoutait du leste à ses 60 printemps !
Son imaginaire d'adolescent s'était nourri du bruit des moteurs qu'il entendait tourner sur le circuit de Montlhéry près duquel ses parents habitaient. De sorte que l'oreille affinée, il était capable durant ses études secondaires de reconnaitre sur chaque voiture qui passait sous les murs du Lycée Louis Le Grand. Naturellement, il dévorait les pages du numéro spécial de France Soir consacré aux 24 Heures du Mans.
Le permis en poche, il " gonfla " une Dauphine (pipe Autobleu), une R8 Major (pipe Ferry) et fit quelques épreuves avec une Dauphine 1093, les Coupes du Salon à Montlhéry, des courses de côtes comme Turkheim les Trois Epis, et le Rallye du Nord : un bagage bien léger pour entamer, plusieurs dizaines d'années plus tard, des courses en peloton avec des voitures si performantes et, de son propre aveu, " sans avoir jamais pris de leçon de pilotage ".
" Et qu'est-ce qui te motive Jean-Claude ?
- Je n'ai aucune prétention que par rapport à moi-même, me forcer, me dépasser. "
Durant les trois saisons du Trophée puis en GT, Jean-Claude tint son rang non sans quelques figures et frayeurs mais sans ajouter de chapitres à la Vie du Rail…, tout en se pliant avec un juvénile entrain aux rituels d'avant et d'après courses propres aux " Venturieux ".
Le soir des 6 heures de Zuhaï en Chine, alors qu'il avait confié sa Porsche au trio Wolleck - Jarrier - Lafitte qui gagnèrent la course, je le revois debout sur le plateau tournant rempli de victuailles de la table d'un restaurant sans perdre l'équilibre, haut fait qui stupéfia les enfants de Mao.
La même année il invita ses trois fils Jean-Louis, Jérôme et Jean-Philippe à le rejoindre en VHC sur différentes Porsche. Une fois aguerris, ces mousquetaires coururent en moderne et Jérôme fut même champion de France ProAm (avec James Ruffier) sur une GT3. Quant à Jean-Claude, il éleva son niveau de pilotage en terminant en milieu de classement un championnat GT.
Il fréquentait mes ventes aux enchères dans lesquelles il fit l'acquisition de deux chefs d'œuvre de l'entre deux guerres, une Bugatti 51 et une Delage 1500. Avec la 51 il participa au GP historique de Monaco 1997, au GP d'Angoulême et, avec la Delage 1500, " un rêve à conduire mais handicapée par un empattement trop long pour les circuits sinueux ", jusqu'en 2008 à six reprises à Monaco.
Dans ses choix de collectionneur, il était motivé davantage par l'histoire et la beauté des automobiles que par une perspective patrimoniale. La preuve, la première de la liste acquise en 1988, fut la Traction Citroën de la présente vente. L'année suivante il acheta une Porsche 959. Il appréciait particulièrement les modèles de cette marque à cause de leurs lignes intemporelles, de leurs tenues de route, de leurs freinages et naturellement des lauriers glanés au Mans. Peut être aussi en hommage à Ina son épouse et complice originaire du pays de Goethe.
La collection comprit jusqu'à 30 automobiles. Il y eut des choix cornéliens : par exemple il se sépara d'une Ferrari 275 et d'un châssis court compétition ex Mairesse, pour acheter des proto et décliner une série incomparable de Porsche, 356 Carrera, 904, 910, 908/3, 917 Spider, 962.
" Ton marteau va jouer le rôle du drapeau à damiers qui marque la fin d'une histoire, mais sans regret. Il me suffit de contempler le tableau iconique de Geo Ham Le Pilote Bleu dont l'attitude et les traits symbolisent tous les sentiments éprouvés au volant d'un bolide pour que s'animent des souvenirs vivaces. Que de joie m'ont donné la collection et la course. L'une, la recherche et le goût toujours affiné de la automobile, l'autre, l'affrontement, un supplément de jeunesse et…des amitiés. "



JEAN-CLAUDE MILOE AND THE ART OF DRIVING

Jean-Claude and I met on the track at Le Mans in the summer of 1992, taking part in the first round of the Venturi Trophy, a turnkey concept founded by Stéphane Ratel, a colonel of the empire who was making his first moves into the organisation of motorsport .
Battling together in this unprecedented single marque formula, at the wheel of a 408 bhp automobile, were the aristorcratic European youth, (for the story, I name : Nino de Cecco, Rocky Agusta, Goerg Von Opel, Carl Edouard Von Bismark, Ferdinand de Lesseps…), freelance professional drivers (Jean-Pierre Jarrier, Olivier Grouillard, Michel Ferté…), and gentlemen drivers, a furious 70 in total. I limit myself here to naming my teammates in the 1994 - 95 and 98 Le Mans 24 Hours, Bernard Chauvin, Eric Graham. This new ProAm concept was behind the revival of the GT class, giving rise to its second golden age.
For me, to take up racing again at the age of over 50, with a record yellowed by a ten-year interruption, caused a dread of mortifying rust. Then, seeing Jean-Claude Miloé in this inaugural round, hope was restored: " At least there is someone with more " bottle " than me ! "
Tall, slim, elegant, he looked good, and I told him he reminded me of Gary Cooper. He didn't turn down this compliment, paid at the start of a friendship we had many opportunities to maintain.
I was impressed, he was sixty years young and here he was, with little experience in racing.
His adolescent imagination had been nurtured by the sound of engines he could hear on the circuit at Montlhéry, close to where his parents lived. His ear became so finely tuned that, while studying at high school, he was able to recognise every car that passed by the school, Louis Le Grand. Of course, he devoured every page of the special edition of France Soir dedicated to the Le Mans 24 Hours.
With a licence in his pocket, he " souped-up " a Dauphine (pipe Autobleu) and an R8 Major (pipe Ferry) and took part in a few events in a Dauphine 1093, les Coupes du Salon at Montlhéry, hillclimbs such as Turkheim les Trois Epis, and the Rallye du Nord. A gentle start to setting off, several decades later, in the leading pack of such powerful cars, and by his own admission, " without ever having had a single driving lesson ",
" And what motivates you Jean-Claude ? "
- I have no pretention other than in relation to myself, to push myself on, to beat myself. "
During three seasons in the Trophy and then in GT, Jean-Claude held his own, not without a few scares, but without adding any chapters to la Vie du Rail..., and by entering into the rituals of the " Venturieux ", pre- and post-racing, with the spirit of a youngster.
In the evening of the Zuhaï 6 Hours in China, having handed over his Porsche to the trio Wolleck - Jarrier - Lafitte, who went on to win the race, I saw him, standing on the turntable laden with food, on a table in a restaurant, without losing his balance, a feat that amazed the children of Mao.
The same year he invited his three sons Jean-Louis, Jérôme and Jean-Philippe to join him in VHC in different Porsche. Once toughened up, these musketeers took up modern racing and Jérôme was even ProAm French champion (with James Ruffier) in a GT3. As for Jean-Claude, he made great progress, finishing halfway up the ranking in a GT Championship.
He came to my auctions and bought two interwar masterpieces, a Bugatti 51 and a Delage 1500. In the 51, he took part in the 1997 Monaco Historic GP and the Angoulême GP, and in the Delage 1500, " a dream to drive, but handicapped by a wheelbase too long for winding circuits " six times at Monaco until 2008.
In his choices as a collector, he was motivated more by a car's history and beauty than by its heritage perspective. Proof of this, the first acquisition on the list in 1988 was the Traction Citroën in the sale today. The following year he bought a Porsche 959. He was particularly keen on certain models in this marque for their timeless styling, their handling, their brakes and naturally the laurels collected at Le Mans. Perhaps also in homage to his wife Ina, an accomplice from Goethe's homeland.
The collection included up to 30 automobiles. There were some tough choices : for example he parted with a Ferrari 275 and an ex-Mairesse short chassis competition car, to buy prototypes and put together an incomparable series of Porsche: 356 Carrera, 904, 910, 908/3, 917 Spider, 962.
" Your gavel will play the part of a chequered flag marking the end of a story, but without regret. It will be enough to look at the iconic painting by Geo Ham Le Pilote Bleu which communicates everything about sitting behind the wheel of a race car, and will recall happy memories. What happiness this collection and motor racing has brought me. One, the research and an appreciation of beauty, the other, contests, a supplement of youth and...friendships. "

Hervé Poulain


Estimation 1 400 000 - 1 800 000 €

Sold 1,873,600 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 3279
Location: Salon Rétromobile - Hall 2.1 Parc des expositions Porte de Versailles 75015 Paris
Date: 09 feb. 2018 14:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Rétromobile 2018 by Artcurial Motorcars