• 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
  • 1961 Aston Martin DB4
1961 Aston Martin DB4
Carte grise française
Châssis n° DB4/679/L
Moteur n° 370/689

- Vendue neuve en France
- Moteur d'origine, amélioré en 1962 à l'usine
- Spécifications rares et désirables
- Commandée avec des instruments de bord de DB4 GT

Rendues légendaires par James Bond autant que par leurs qualités routières, les Aston DB combinent le raffinement d'un intérieur britannique au charme d'un dessin d'origine italienne et au brio d'un moteur noble. Celui-ci, dérivé du six-cylindres Lagonda conçu sous l'autorité de WO Bentley, a été complètement revu, pour la DB4, par Tadek Marek : il conservait les deux arbre à cames en tête mais abandonnait la fonte au profit de l'aluminium, la cylindrée passant à 3,7 litres. Pour la carrosserie, Aston Martin s'est tourné vers la Carrozzeria Touring pour adopter son mode de fabrication "superleggera", où les panneaux en alliage étaient portés par une légère structure tubulaire. Forte de 240 ch, cette superbe automobile dépassait 225 km/h et, lors de sa présentation en 1958, la DB4 était saluée par des commentaires flatteurs. Après la DB2/4, qui dégageait encore un parfum compétition, la DB4 établissait une nouvelle référence en matière de grand tourisme, à une époque où les utilisateurs découvraient le plaisir des voyages intercontinentaux. La DB4 servira de base aux futures DB5 et DB6, tout en connaissant elle-même diverses améliorations ainsi que des versions dérivées comme la DB4 GT, réservée à la compétition.

Comme l'indique sa fiche d'usine, la voiture que nous proposons a été livrée le 16 mai 1961 par le garage Mirabeau à son premier propriétaire, M. J. Quoirez, demeurant à Paris, 16e. Cette même fiche nous apprend que, d'origine, cette Aston Martin DB4 a été commandée avec plusieurs options désirables telles qu'overdrive, jantes chromées, radiateur d'huile, moteur haute compression et surtout instruments de bord de DB4 GT, dont un compteur de vitesse gradué jusqu'à 300 km/h ! Pour compléter cette liste enviable, il est également précisé que, le 26 février 1962, le moteur était converti aux spécifications trois carburateurs comme sur les modèle Vantage de l'époque. Il s'agit donc d'une voiture dont les caractéristiques techniques, et donc les performances, dépassent celles des DB4 standard. Sur le plan confort et esthétique, cette voiture était équipée d'un autoradio Motorola avec antenne électrique à l'arrière et d'une sellerie en cuir Connolly bleu nuit, la teinte extérieure étant "Caribean Pearl".
Dans les années 1980, cette voiture changeait de mains lors d'une vente aux enchères, sous le marteau de Me Poulain, le nouveau propriétaire étant un M. F.-X. Poylo. Son nom étant le seul porté sur la fiche usine sous la rubrique "autres propriétaires", nous pouvons supposer qu'il s'agit donc du deuxième. Il a fait repeindre la voiture dans sa teinte actuelle, "Goodwood Green", et fait teindre l'intérieur d'origine en noir.
En 1996, il s'en séparait pour la céder à son actuel propriétaire : cette Aston Martin est donc très probablement une troisième main. A cette époque, le compteur affichait 8 000 km et, aujourd'hui, il en montre 13 000, ce qui traduit alors une utilisation parcimonieuse. En 1997-1998, elle a été confiée à l'atelier de Pierre Lamy, spécialiste de la marque, pour une révision moteur. En 2015, la voiture ayant peu roulé, elle bénéficiait à nouveau d'un contrôle mécanique.
Cette Aston Martin DB4 se présente aujourd'hui dans un état préservé, avec un intérieur agréablement patiné. Elle représente une occasion rare d'acquérir un exemplaire d'origine française, n'ayant connu qu'un nombre de propriétaires limité et, ce qui est peut-être encore plus important, doté d'origine de spécifications hors normes.



French title
Chassis n° DB4/679/L
Engine n° 370/689

- Sold new in France
- Original engine, upgraded by the factory in 1962
- Rare and desirable specification
- Ordered with dashboard instruments of the DB4 GT

The DB series is legendary, made famous not just by James Bond, but also by its driving qualities, combining the refinement of a luxurious British interior, the charisma of an original Italian design and the brio of an imposing engine. Derived from the six-cylinder Lagonda engine designed under the authority of W O Bentley, this engine was completely rebuilt by Tadek Marek for the DB4 : it retained the overhead twin cam but replaced the cast iron with aluminium and increased the capacity to 3.7-litres. Aston Martin turned to Carrozzeria Touring for the body, opting for the "superleggera" build, with alloy panels fitted to a lightweight tubular structure. With 240 bhp at its disposal, this superb automobile was capable of over 225 km/h and when it was presented in 1958 the DB4 was greeted with critical acclaim. Following the DB2/4, which still had a strong sense of competition in its genes, the DB4 established a new benchmark for touring cars, at a time when drivers were discovering the delights of long-distance travel. The DB4 served as a base for the future DB5 and DB6 models, while itself enjoying various upgrades and developed racing versions such as the DB4 GT.

As recorded on the factory sheet, the Aston Martin DB4 on offer was delivered by the Mirabeau Garage on 16 May 1961 to its first owner, Mr. J. Quoirez, resident of the 16th arrondissement of Paris. These same records tell us that this car was ordered with several desirable optional extras such as overdrive, chrome wheels, oil cooler, high compression engine and of particular interest, the dashboard instruments of a DB4 GT, including a speedometer graduated up to 300 km/h ! To complete this enviable list, records show that on 26 February 1962, the engine was converted to a triple-carburettor specification, as on the Vantage models at that time. This is therefore a car with a specification and performance well above that of the standard DB4. With regards to aesthetics and comfort, it was kitted out with a Motorola radio with rear electric aerial, midnight blue Connolly leather upholstery, and painted " Caribbean Pearl ". During the 1980s, the car changed hands at an auction held by Mtre Poulain, passing to a certain Monsieur F.X. Poylo. His name is the only one appearing on the records under the heading " other owners ", so we presume him to be the second owner. He had the car repainted its current colour " Goodwood Green " and the original leather interior dyed black.
In 1996, he sold the Aston to its current owner, making this in all probability a three-owner car. When it changed hands in 1996, the odometer recorded 8 000 km and it displays 13 000 today, reflecting its careful use. In 1997 - 1998, it was entrusted to the workshop of marque specialist Pierre Lamy, for an engine service. In 2015, as the car had been driven so sparingly, it underwent another mechanical check. Today, the car is in a well-preserved condition, with a lovely patinated interior. Here is a rare opportunity to acquire an example that has been French from new, with a limited number of owners, and which, of particular note, remains in its original and non-standard specification.




Estimation 450 000 - 550 000 €

Sold 536,400 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 156

1961 Aston Martin DB4

Sold 536,400 € [$]

1961 Aston Martin DB4
Carte grise française
Châssis n° DB4/679/L
Moteur n° 370/689

- Vendue neuve en France
- Moteur d'origine, amélioré en 1962 à l'usine
- Spécifications rares et désirables
- Commandée avec des instruments de bord de DB4 GT

Rendues légendaires par James Bond autant que par leurs qualités routières, les Aston DB combinent le raffinement d'un intérieur britannique au charme d'un dessin d'origine italienne et au brio d'un moteur noble. Celui-ci, dérivé du six-cylindres Lagonda conçu sous l'autorité de WO Bentley, a été complètement revu, pour la DB4, par Tadek Marek : il conservait les deux arbre à cames en tête mais abandonnait la fonte au profit de l'aluminium, la cylindrée passant à 3,7 litres. Pour la carrosserie, Aston Martin s'est tourné vers la Carrozzeria Touring pour adopter son mode de fabrication "superleggera", où les panneaux en alliage étaient portés par une légère structure tubulaire. Forte de 240 ch, cette superbe automobile dépassait 225 km/h et, lors de sa présentation en 1958, la DB4 était saluée par des commentaires flatteurs. Après la DB2/4, qui dégageait encore un parfum compétition, la DB4 établissait une nouvelle référence en matière de grand tourisme, à une époque où les utilisateurs découvraient le plaisir des voyages intercontinentaux. La DB4 servira de base aux futures DB5 et DB6, tout en connaissant elle-même diverses améliorations ainsi que des versions dérivées comme la DB4 GT, réservée à la compétition.

Comme l'indique sa fiche d'usine, la voiture que nous proposons a été livrée le 16 mai 1961 par le garage Mirabeau à son premier propriétaire, M. J. Quoirez, demeurant à Paris, 16e. Cette même fiche nous apprend que, d'origine, cette Aston Martin DB4 a été commandée avec plusieurs options désirables telles qu'overdrive, jantes chromées, radiateur d'huile, moteur haute compression et surtout instruments de bord de DB4 GT, dont un compteur de vitesse gradué jusqu'à 300 km/h ! Pour compléter cette liste enviable, il est également précisé que, le 26 février 1962, le moteur était converti aux spécifications trois carburateurs comme sur les modèle Vantage de l'époque. Il s'agit donc d'une voiture dont les caractéristiques techniques, et donc les performances, dépassent celles des DB4 standard. Sur le plan confort et esthétique, cette voiture était équipée d'un autoradio Motorola avec antenne électrique à l'arrière et d'une sellerie en cuir Connolly bleu nuit, la teinte extérieure étant "Caribean Pearl".
Dans les années 1980, cette voiture changeait de mains lors d'une vente aux enchères, sous le marteau de Me Poulain, le nouveau propriétaire étant un M. F.-X. Poylo. Son nom étant le seul porté sur la fiche usine sous la rubrique "autres propriétaires", nous pouvons supposer qu'il s'agit donc du deuxième. Il a fait repeindre la voiture dans sa teinte actuelle, "Goodwood Green", et fait teindre l'intérieur d'origine en noir.
En 1996, il s'en séparait pour la céder à son actuel propriétaire : cette Aston Martin est donc très probablement une troisième main. A cette époque, le compteur affichait 8 000 km et, aujourd'hui, il en montre 13 000, ce qui traduit alors une utilisation parcimonieuse. En 1997-1998, elle a été confiée à l'atelier de Pierre Lamy, spécialiste de la marque, pour une révision moteur. En 2015, la voiture ayant peu roulé, elle bénéficiait à nouveau d'un contrôle mécanique.
Cette Aston Martin DB4 se présente aujourd'hui dans un état préservé, avec un intérieur agréablement patiné. Elle représente une occasion rare d'acquérir un exemplaire d'origine française, n'ayant connu qu'un nombre de propriétaires limité et, ce qui est peut-être encore plus important, doté d'origine de spécifications hors normes.



French title
Chassis n° DB4/679/L
Engine n° 370/689

- Sold new in France
- Original engine, upgraded by the factory in 1962
- Rare and desirable specification
- Ordered with dashboard instruments of the DB4 GT

The DB series is legendary, made famous not just by James Bond, but also by its driving qualities, combining the refinement of a luxurious British interior, the charisma of an original Italian design and the brio of an imposing engine. Derived from the six-cylinder Lagonda engine designed under the authority of W O Bentley, this engine was completely rebuilt by Tadek Marek for the DB4 : it retained the overhead twin cam but replaced the cast iron with aluminium and increased the capacity to 3.7-litres. Aston Martin turned to Carrozzeria Touring for the body, opting for the "superleggera" build, with alloy panels fitted to a lightweight tubular structure. With 240 bhp at its disposal, this superb automobile was capable of over 225 km/h and when it was presented in 1958 the DB4 was greeted with critical acclaim. Following the DB2/4, which still had a strong sense of competition in its genes, the DB4 established a new benchmark for touring cars, at a time when drivers were discovering the delights of long-distance travel. The DB4 served as a base for the future DB5 and DB6 models, while itself enjoying various upgrades and developed racing versions such as the DB4 GT.

As recorded on the factory sheet, the Aston Martin DB4 on offer was delivered by the Mirabeau Garage on 16 May 1961 to its first owner, Mr. J. Quoirez, resident of the 16th arrondissement of Paris. These same records tell us that this car was ordered with several desirable optional extras such as overdrive, chrome wheels, oil cooler, high compression engine and of particular interest, the dashboard instruments of a DB4 GT, including a speedometer graduated up to 300 km/h ! To complete this enviable list, records show that on 26 February 1962, the engine was converted to a triple-carburettor specification, as on the Vantage models at that time. This is therefore a car with a specification and performance well above that of the standard DB4. With regards to aesthetics and comfort, it was kitted out with a Motorola radio with rear electric aerial, midnight blue Connolly leather upholstery, and painted " Caribbean Pearl ". During the 1980s, the car changed hands at an auction held by Mtre Poulain, passing to a certain Monsieur F.X. Poylo. His name is the only one appearing on the records under the heading " other owners ", so we presume him to be the second owner. He had the car repainted its current colour " Goodwood Green " and the original leather interior dyed black.
In 1996, he sold the Aston to its current owner, making this in all probability a three-owner car. When it changed hands in 1996, the odometer recorded 8 000 km and it displays 13 000 today, reflecting its careful use. In 1997 - 1998, it was entrusted to the workshop of marque specialist Pierre Lamy, for an engine service. In 2015, as the car had been driven so sparingly, it underwent another mechanical check. Today, the car is in a well-preserved condition, with a lovely patinated interior. Here is a rare opportunity to acquire an example that has been French from new, with a limited number of owners, and which, of particular note, remains in its original and non-standard specification.




Estimation 450 000 - 550 000 €

Sold 536,400 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 2877
Date: 05 Feb. 2016 15:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Artcurial Motorcars
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Rétromobile 2016 by Artcurial Motorcars