Sale Sport & GTs au Mans Classic - 09 july 2010 /Lot 124 1960 MERCEDES BENZ 220 SE CABRIOLET

  • 1960 MERCEDES BENZ 220 SE CABRIOLET
  • 1960 MERCEDES BENZ 220 SE CABRIOLET
  • 1960 MERCEDES BENZ 220 SE CABRIOLET
1960 MERCEDES BENZ 220 SE CABRIOLET N° de série : 128030 - 10002838

La version cabriolet de la 220 S fut construite à partir de Juillet 1956. La carrosserie de la nouvelle voiture était presque identique à celle du cabriolet présenté à Frankfort à l' " International Motor Show " sur la base de la 220 a. La motorisation était assurée par le groupe de la berline 220 S qui développait 100 ch, ce qui n'était pas superflu car la version découverte était plus lourde de 60 kg, dû au renfort nécessaire de structures. Trois mois après le lancement du cabriolet, un coupé entra également en production identique du point de vue mécanique.
En Août 1957, des améliorations apparurent sur toute la gamme Mercedes-Benz. Les 220 S coupé et cabriolet bénéficièrent d'un moteur dont la puissance passait à 106 ch. Les seules modifications visibles étaient un nouveau pare-choc et une nouvelle plaque d'immatriculation.
En plus du moteur plus puissant on notait la présence d'un nouvel embrayage dit " Hydrak ".
A partir de Septembre 1958, les versions coupé et cabriolet ainsi que la berline furent offertes équipées de l'injection mécanique Bosch et devenaient 220 SE.
A part le moteur, la version coupé et cabriolet, code interne W 128, étaient identiques aux précédentes versions 220 S. La puissance du robuste moteur passait à 115ch et la consommation baissait sensiblement.
En Août 1959 trois nouveaux modèles étaient présentés avec des ailes arrière dites " Fin Tail ". La production confidentielle du cabriolet et du coupé 220 SE continua jusqu'en Novembre1960. A partir d'Août 1959 les deux versions furent équipées du moteur 220 SE b dont la puissance passait à 120 ch grâce à un nouvel arbre à cames et une pipe d'admission plus directe.
Avec seulement 5731 voitures construites dont 1942 avec des moteurs à injection, les coupés et cabriolets à carrosserie " ponton " sont les plus rares dans la période d'après guerre.

La voiture présentée a été vendue neuve à Paris chez Delecroix, l'importateur de l'époque.
L'entretien de ce rare cabriolet est assuré par Alfredo Sampaio et 25000 € de frais ont été investis en 5 ans et il n'a effectué que 2000 km depuis. L'étanchéité moteur/boîte/pont à été revue. La pompe à essence, l'échappement, les durites d'eau et les amortisseurs arrière ont été remplacés. Les pneus sont neufs. Le pare brise et son joint ont été remplacés (factures).
La carrosserie a été repeinte en bleu marine, sa capote en toile beige clair doublée de tissus est neuve. Les tapis en laine ont été refaits, mais les sièges sont en cuir d'origine de couleur parchemin tout comme les contre-portes. Le tableau de bord a été restauré, le compteur indique 32000 km. Le volant et le pommeau de changement de vitesses sont blancs, la voiture est équipée d'une radio Becker Le Mans d'origine.
Cette voiture est, dans son ensemble, très élégante et représente une rare opportunité de rouler à quatre passagers les cheveux au vent.

Carte grise française


The Cabriolet version of the 220 S was first made in July 1956. The new car's bodywork was almost identical to that of the Cabriolet shown at the Frankfurt International Motor Show, based on the 220a. The engine was similar to that of the 220 S Saloon, developing 100bhp, which was far from superfluous given that the convertible version was 60kg heavier due to structural reinforcements. Three months after the Cabriolet's launch, a Coupé - identical from a mechanical point of view - also entered production.

In August 1957 improvements were made to the entire Mercedes-Benz range. The 220 S Coupé and 220 S Cabriolet received a more powerful engine, producing 106bhp, and a new Hydrak clutch. The only visible changes were a new windscreen and registration plate. From September 1958 the Coupé, Cabriolet and Saloon versions were fitted with Bosch mechanical injection and renamed 220 SE. Engine apart, the Coupé and Cabriolet (internal code W 128) remained identical to previous 220 S versions. The power of their robust engine rose to 115bhp, and fuel consumption fell significantly.

In August 1959 three new Fin Tail models were presented. Restricted production of the 220 SE Cabriolet and Coupé continued until November 1960. From August 1959, both versions were fitted with a 220 SEb engine, with increased power of 120bhp thanks to a new camshaft and more direct intake-pipe.

Coupés and Cabriolets with 'Ponton' bodywork are the rarest of the post-war period: just 5,731 were built, only 1,942 with injection engines. The rare Cabriolet presented here was sold new at Delecroix (importers) in Paris. Maintenance was carried out by Alfredo Sampaio, with €25,000 spent over a five-year period, since when the car has covered just 1,250 miles. The waterproofing of the engine/gear-box/axel has been repaired, and the fuel pump, exhaust, water hoses and rear shock-absorbers replaced. The tyres are new and the windscreen has been replaced (invoices).

The bodywork has been repainted navy blue, with a new beige canvas hood with fabric lining. The wool carpets have been restored but the parchment-coloured leather seats are original, as are the door linings. The dashboard has been restored. The steering-wheel and gear-stick are white, and the car is fitted with its original Becker Le Mans radio. This very elegant car, with 20,000 miles on the clock, offers a wonderful opportunity for galloping along in a four-seater, hair in the wind….

French registration "carte grise"


Estimation 46 000 - 60 000 €

Sold 57,791 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 124

1960 MERCEDES BENZ 220 SE CABRIOLET

Sold 57,791 € [$]

1960 MERCEDES BENZ 220 SE CABRIOLET N° de série : 128030 - 10002838

La version cabriolet de la 220 S fut construite à partir de Juillet 1956. La carrosserie de la nouvelle voiture était presque identique à celle du cabriolet présenté à Frankfort à l' " International Motor Show " sur la base de la 220 a. La motorisation était assurée par le groupe de la berline 220 S qui développait 100 ch, ce qui n'était pas superflu car la version découverte était plus lourde de 60 kg, dû au renfort nécessaire de structures. Trois mois après le lancement du cabriolet, un coupé entra également en production identique du point de vue mécanique.
En Août 1957, des améliorations apparurent sur toute la gamme Mercedes-Benz. Les 220 S coupé et cabriolet bénéficièrent d'un moteur dont la puissance passait à 106 ch. Les seules modifications visibles étaient un nouveau pare-choc et une nouvelle plaque d'immatriculation.
En plus du moteur plus puissant on notait la présence d'un nouvel embrayage dit " Hydrak ".
A partir de Septembre 1958, les versions coupé et cabriolet ainsi que la berline furent offertes équipées de l'injection mécanique Bosch et devenaient 220 SE.
A part le moteur, la version coupé et cabriolet, code interne W 128, étaient identiques aux précédentes versions 220 S. La puissance du robuste moteur passait à 115ch et la consommation baissait sensiblement.
En Août 1959 trois nouveaux modèles étaient présentés avec des ailes arrière dites " Fin Tail ". La production confidentielle du cabriolet et du coupé 220 SE continua jusqu'en Novembre1960. A partir d'Août 1959 les deux versions furent équipées du moteur 220 SE b dont la puissance passait à 120 ch grâce à un nouvel arbre à cames et une pipe d'admission plus directe.
Avec seulement 5731 voitures construites dont 1942 avec des moteurs à injection, les coupés et cabriolets à carrosserie " ponton " sont les plus rares dans la période d'après guerre.

La voiture présentée a été vendue neuve à Paris chez Delecroix, l'importateur de l'époque.
L'entretien de ce rare cabriolet est assuré par Alfredo Sampaio et 25000 € de frais ont été investis en 5 ans et il n'a effectué que 2000 km depuis. L'étanchéité moteur/boîte/pont à été revue. La pompe à essence, l'échappement, les durites d'eau et les amortisseurs arrière ont été remplacés. Les pneus sont neufs. Le pare brise et son joint ont été remplacés (factures).
La carrosserie a été repeinte en bleu marine, sa capote en toile beige clair doublée de tissus est neuve. Les tapis en laine ont été refaits, mais les sièges sont en cuir d'origine de couleur parchemin tout comme les contre-portes. Le tableau de bord a été restauré, le compteur indique 32000 km. Le volant et le pommeau de changement de vitesses sont blancs, la voiture est équipée d'une radio Becker Le Mans d'origine.
Cette voiture est, dans son ensemble, très élégante et représente une rare opportunité de rouler à quatre passagers les cheveux au vent.

Carte grise française


The Cabriolet version of the 220 S was first made in July 1956. The new car's bodywork was almost identical to that of the Cabriolet shown at the Frankfurt International Motor Show, based on the 220a. The engine was similar to that of the 220 S Saloon, developing 100bhp, which was far from superfluous given that the convertible version was 60kg heavier due to structural reinforcements. Three months after the Cabriolet's launch, a Coupé - identical from a mechanical point of view - also entered production.

In August 1957 improvements were made to the entire Mercedes-Benz range. The 220 S Coupé and 220 S Cabriolet received a more powerful engine, producing 106bhp, and a new Hydrak clutch. The only visible changes were a new windscreen and registration plate. From September 1958 the Coupé, Cabriolet and Saloon versions were fitted with Bosch mechanical injection and renamed 220 SE. Engine apart, the Coupé and Cabriolet (internal code W 128) remained identical to previous 220 S versions. The power of their robust engine rose to 115bhp, and fuel consumption fell significantly.

In August 1959 three new Fin Tail models were presented. Restricted production of the 220 SE Cabriolet and Coupé continued until November 1960. From August 1959, both versions were fitted with a 220 SEb engine, with increased power of 120bhp thanks to a new camshaft and more direct intake-pipe.

Coupés and Cabriolets with 'Ponton' bodywork are the rarest of the post-war period: just 5,731 were built, only 1,942 with injection engines. The rare Cabriolet presented here was sold new at Delecroix (importers) in Paris. Maintenance was carried out by Alfredo Sampaio, with €25,000 spent over a five-year period, since when the car has covered just 1,250 miles. The waterproofing of the engine/gear-box/axel has been repaired, and the fuel pump, exhaust, water hoses and rear shock-absorbers replaced. The tyres are new and the windscreen has been replaced (invoices).

The bodywork has been repainted navy blue, with a new beige canvas hood with fabric lining. The wool carpets have been restored but the parchment-coloured leather seats are original, as are the door linings. The dashboard has been restored. The steering-wheel and gear-stick are white, and the car is fitted with its original Becker Le Mans radio. This very elegant car, with 20,000 miles on the clock, offers a wonderful opportunity for galloping along in a four-seater, hair in the wind….

French registration "carte grise"


Estimation 46 000 - 60 000 €

Sold 57,791 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 1855
Date: 09 jul. 2010 17:00

Contact

Artcurial Motorcars
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Sport & GTs au Mans Classic