Sale Monaco 2021 by Artcurial Motorcars - 19 july 2021 /Lot 199 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale

  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
  • 1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
Titre de circulation allemand
Châssis n° AM101 1053

- Très bel état
- Combinaison de couleurs discrète et raffinée
- Aménagements de confort astucieux (climatisation, direction assistée)

D'une certaine façon, la 3500 GT est à Maserati ce que la 250 GT est à Ferrari. Pour prendre la suite des Maserati A6G 2000, qui sont quasiment des voitures de course en habit de ville, Adolfo et Omer Orsi savent qu'il faut une automobile plus confortable, capable de plaire à une clientèle élargie d'amateurs opulents. L'époque s'y prête, enivrée par un développement insouciant et peu contraignant, et la marque a le vent en poupe, forte des succès de la 250 F entre les mains de Juan-Manuel Fangio. Giulio Alfieri, ingénieur talentueux entré chez Maserati en 1953, conçoit une voiture robuste et relativement simple. Dans un châssis tubulaire, il place un six cylindres dérivé de celui de la 350 S et inspiré du 250 F. Avec ses deux ACT, son double allumage et ses trois carburateurs Weber, il à la fois souple, puissant et fiable. Pour habiller cette nouvelle voiture, plusieurs carrossiers présentent leurs propositions mais c'est la réalisation de Touring qui remporte les suffrages.
Présenté en 1957, le coupé 3500 GT va plaire et les commandes affluent chez Maserati. Play-boys, gros industriels et aristocrates se laissent séduire si bien que, jusqu'à 1965, il va être produit à 1 975 exemplaires, bien loin des chiffres ultraconfidentiels des précédents modèles. Fort de ce succès, Maserati présente au Salon de Genève 1960 une version Spyder. Réalisée par Vignale sur un dessin de Michelotti, sa ligne est plus moderne que le coupé, avec une calandre plus affirmée et un élégant décrochement de l'aile arrière. Sa carrosserie est en acier, sauf le capot et le couvercle de coffre en aluminium, et elle est légèrement plus courte que le coupé. Cette version a connu des clients célèbres, comme le roi du Maroc ou l'acteur Dean Martin. Vendue un prix élevé, sa production est restée plus limitée que celle du coupé. Avec 242 exemplaires, c'est aujourd'hui une voiture beaucoup plus rare et recherchée.

L'exemplaire que nous présentons appartient à un important collectionneur de voitures italiennes de sport et se présente dans un état magnifique. Selon les archives de Maserati, elle est sortie d'usine le 27 septembre 1960, de teinte "Argento Luna" avec sellerie "Rosso", et a été livré à Rome. Certaines photos la montrent dans les années 80, à une époque où elle appartenait à un collectionneur de Modène et où elle était d'une plus classique teinte rouge. Lors de sa restauration, dans les années 90, une autre combinaison de couleurs a été choisie : il faut reconnaître que la carrosserie noire et la sellerie tabac qui la caractérisent aujourd'hui forment un ensemble d'un chic irrésistible.
Cette voiture, intéressante version à carburateurs (l'injection, étant venue plus tard) et boîte ZF 5 rapports, est dotée d'aménagements qui en rendent l'utilisation plus facile : un système d'air conditionné, d'une part, et d'autre part une assistance électrique de direction. Son moteur, qui est hérité de la course, n'est pas celui d'origine mais il est du bon type. Elle symbolise une époque d'insouciance et constitue un très beau témoignage de l'automobile sportive italienne dans ce qu'elle a de plus élégant et raffiné, à une époque où elle était en passe d'affirmer sa domination sur le marché.

Lieu d'exposition : Chapiteau de l'Espace Fontvieille



German title
Chassis n° AM101 1053

- Stunning condition
- Discreet, elegant colour combination
- Intelligent inclusion of comfort features (air conditioning, power steering)

In some ways, the 3500 GT was to Maserati what the 250 GT was to Ferrari. In looking for a successor to the Maserati A6G 2000, pretty much a race car in street clothing, Adolfo and Omer Orsi knew they needed a more comfortable automobile that would appeal to a wider clientele of wealthy enthusiasts. The timing was right, it was an era with less restrictions and a free approach to development. The marque was on a roll, buoyed by the success of the 250 F driven by Juan-Manuel Fangio. The talented engineer Giulio Alfieri, who had been at Maserati since 1953, designed a strong and relatively simple car. The tubular chassis housed a six-cylinder engine derived from the 350 S and inspired by the 250 F. With dual overhead cams, twin-spark ignition and three Weber carburettors, it was powerful, smooth and reliable. For the body of this new car, several coachbuilders proffered designs but it was the creation by Touring that got the vote.
Presented in 1957, the coupé 3500 GT was an immediate hit and orders came pouring in at Maserati. It appealed to play-boys, big businessmen and aristocrats alike, and some 1 975 examples were produced up to 1965, a far higher number than previous models had seen. Encouraged by this success, Maserati presented a Spyder version at the Geneva Motor Show in 1960. Built by Vignale to a design by Michelotti, the styling was more modern than on the coupé, with a more pronounced grille and elegantly shaped rear wings. This model was slightly shorter than the coupé and was built in steel with aluminium bonnet and boot. It attracted some famous clients including the King of Morocco and actor Dean Martin. Selling for a higher price, production numbers were lower than for the coupé. With just 242 examples, it was much rarer and is highly sought-after today.

The example on offer belongs to a major collector of Italian sports cars and is presented in magnificent condition. According to Maserati records, it left the factory on 27 September 1960, in "Argento Luna" with "Rosso" upholstery, and was delivered to Rome. There are photos showing the car in the 1980s, when it belonged to a collector from Modena and was painted a more classic red. When it was restored in the 1990s, another colour combination was chosen, and the black coachwork with tan interior it retains today are irresistibly stylish.
This car, an interesting carburettor version (the injection came later) with ZF 5-speed gearbox is equipped with features that make it easier to use : air conditioning and electronic power steering. Its engine, derived from competition, is not original but is the correct type. This car symbolises a carefree era, and is a beautiful testament to Italian sports cars at their most elegant and sophisticated at a time when they were on their way to asserting their dominance on the market.

Viewing : Chapiteau de l'Espace Fontvieille


Photos © Peter Singhof

Estimation 450 000 - 600 000 €

Lot 199

1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale

Estimation 450,000 - 600,000 € [$]

1960 Maserati 3500 GT Spyder Vignale
Titre de circulation allemand
Châssis n° AM101 1053

- Très bel état
- Combinaison de couleurs discrète et raffinée
- Aménagements de confort astucieux (climatisation, direction assistée)

D'une certaine façon, la 3500 GT est à Maserati ce que la 250 GT est à Ferrari. Pour prendre la suite des Maserati A6G 2000, qui sont quasiment des voitures de course en habit de ville, Adolfo et Omer Orsi savent qu'il faut une automobile plus confortable, capable de plaire à une clientèle élargie d'amateurs opulents. L'époque s'y prête, enivrée par un développement insouciant et peu contraignant, et la marque a le vent en poupe, forte des succès de la 250 F entre les mains de Juan-Manuel Fangio. Giulio Alfieri, ingénieur talentueux entré chez Maserati en 1953, conçoit une voiture robuste et relativement simple. Dans un châssis tubulaire, il place un six cylindres dérivé de celui de la 350 S et inspiré du 250 F. Avec ses deux ACT, son double allumage et ses trois carburateurs Weber, il à la fois souple, puissant et fiable. Pour habiller cette nouvelle voiture, plusieurs carrossiers présentent leurs propositions mais c'est la réalisation de Touring qui remporte les suffrages.
Présenté en 1957, le coupé 3500 GT va plaire et les commandes affluent chez Maserati. Play-boys, gros industriels et aristocrates se laissent séduire si bien que, jusqu'à 1965, il va être produit à 1 975 exemplaires, bien loin des chiffres ultraconfidentiels des précédents modèles. Fort de ce succès, Maserati présente au Salon de Genève 1960 une version Spyder. Réalisée par Vignale sur un dessin de Michelotti, sa ligne est plus moderne que le coupé, avec une calandre plus affirmée et un élégant décrochement de l'aile arrière. Sa carrosserie est en acier, sauf le capot et le couvercle de coffre en aluminium, et elle est légèrement plus courte que le coupé. Cette version a connu des clients célèbres, comme le roi du Maroc ou l'acteur Dean Martin. Vendue un prix élevé, sa production est restée plus limitée que celle du coupé. Avec 242 exemplaires, c'est aujourd'hui une voiture beaucoup plus rare et recherchée.

L'exemplaire que nous présentons appartient à un important collectionneur de voitures italiennes de sport et se présente dans un état magnifique. Selon les archives de Maserati, elle est sortie d'usine le 27 septembre 1960, de teinte "Argento Luna" avec sellerie "Rosso", et a été livré à Rome. Certaines photos la montrent dans les années 80, à une époque où elle appartenait à un collectionneur de Modène et où elle était d'une plus classique teinte rouge. Lors de sa restauration, dans les années 90, une autre combinaison de couleurs a été choisie : il faut reconnaître que la carrosserie noire et la sellerie tabac qui la caractérisent aujourd'hui forment un ensemble d'un chic irrésistible.
Cette voiture, intéressante version à carburateurs (l'injection, étant venue plus tard) et boîte ZF 5 rapports, est dotée d'aménagements qui en rendent l'utilisation plus facile : un système d'air conditionné, d'une part, et d'autre part une assistance électrique de direction. Son moteur, qui est hérité de la course, n'est pas celui d'origine mais il est du bon type. Elle symbolise une époque d'insouciance et constitue un très beau témoignage de l'automobile sportive italienne dans ce qu'elle a de plus élégant et raffiné, à une époque où elle était en passe d'affirmer sa domination sur le marché.

Lieu d'exposition : Chapiteau de l'Espace Fontvieille



German title
Chassis n° AM101 1053

- Stunning condition
- Discreet, elegant colour combination
- Intelligent inclusion of comfort features (air conditioning, power steering)

In some ways, the 3500 GT was to Maserati what the 250 GT was to Ferrari. In looking for a successor to the Maserati A6G 2000, pretty much a race car in street clothing, Adolfo and Omer Orsi knew they needed a more comfortable automobile that would appeal to a wider clientele of wealthy enthusiasts. The timing was right, it was an era with less restrictions and a free approach to development. The marque was on a roll, buoyed by the success of the 250 F driven by Juan-Manuel Fangio. The talented engineer Giulio Alfieri, who had been at Maserati since 1953, designed a strong and relatively simple car. The tubular chassis housed a six-cylinder engine derived from the 350 S and inspired by the 250 F. With dual overhead cams, twin-spark ignition and three Weber carburettors, it was powerful, smooth and reliable. For the body of this new car, several coachbuilders proffered designs but it was the creation by Touring that got the vote.
Presented in 1957, the coupé 3500 GT was an immediate hit and orders came pouring in at Maserati. It appealed to play-boys, big businessmen and aristocrats alike, and some 1 975 examples were produced up to 1965, a far higher number than previous models had seen. Encouraged by this success, Maserati presented a Spyder version at the Geneva Motor Show in 1960. Built by Vignale to a design by Michelotti, the styling was more modern than on the coupé, with a more pronounced grille and elegantly shaped rear wings. This model was slightly shorter than the coupé and was built in steel with aluminium bonnet and boot. It attracted some famous clients including the King of Morocco and actor Dean Martin. Selling for a higher price, production numbers were lower than for the coupé. With just 242 examples, it was much rarer and is highly sought-after today.

The example on offer belongs to a major collector of Italian sports cars and is presented in magnificent condition. According to Maserati records, it left the factory on 27 September 1960, in "Argento Luna" with "Rosso" upholstery, and was delivered to Rome. There are photos showing the car in the 1980s, when it belonged to a collector from Modena and was painted a more classic red. When it was restored in the 1990s, another colour combination was chosen, and the black coachwork with tan interior it retains today are irresistibly stylish.
This car, an interesting carburettor version (the injection came later) with ZF 5-speed gearbox is equipped with features that make it easier to use : air conditioning and electronic power steering. Its engine, derived from competition, is not original but is the correct type. This car symbolises a carefree era, and is a beautiful testament to Italian sports cars at their most elegant and sophisticated at a time when they were on their way to asserting their dominance on the market.

Viewing : Chapiteau de l'Espace Fontvieille


Photos © Peter Singhof

Estimation 450 000 - 600 000 €

Sale’s details

Sale: M1086
Location: Hôtel Hermitage, Salle Eiffel Monte-Carlo
Date: 19 jul. 2021 16:00

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Monaco 2021 by Artcurial Motorcars