• 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
  • 1956 Talbot Lago Sport 2500
1956 Talbot Lago Sport 2500
Titre de circulation allemand
Châssis n° 140036
Moteur n° 16030
Carrosserie n° 6027

- Modèle extrêmement rare (54 exemplaires)
- Restauration de haut niveau, par des passionnés
- Ligne sublime
- Une des dernières représentantes de Talbot Lago

Selon la fiche de construction Talbot dont nous disposons, la voiture que nous présentons a été livrée neuve le 17 juillet 1956 à M. Brizard. On y découvre qu'elle était équipée de plusieurs accessoires, comme un chauffage-dégivrage, une prise baladeuse sous le tablier, un lave-glace et un cendrier. La teinte de carrosserie y est décrite comme "radiose crème albatros", avec une sellerie en cuir beige. La voiture est immatriculée à Paris par son premier propriétaire, sous le numéro 1198 FE 75.
Une facture de travaux mécaniques datant de décembre 1963, au garage Roger Lamirault, nous apprend que cette Talbot T14 est alors entre les mains d'un certain Michel Sayey. En juillet 1965, une autre facture du même établissement fait mention d'une réfection moteur et, en 1966, elle est achetée par Christian Raoult et immatriculée 9527 GN 78. Elle fait alors l'objet d'une remise en état des trains roulants chez Demeca, à Clamart, puis d'une réfection du démarreur, en 1980, alors qu'elle appartient toujours à M. Raoult.
En 1990, elle est achetée par Gérard Kapp, a priori à M. Raoult car elle est toujours immatriculée 78. C'est ce que l'on constate à la lecture d'un article que le magazine Auto Passion lui a consacré, dans son édition de février 1992. Gérard Kapp la fait ensuite immatriculer 950 TJ 24, puis décide de lui consacrer une restauration de haut niveau, dont le détail est relaté dans l'article mentionné plus haut. La voiture est démontée jusqu'au châssis nu et tout est complètement remis à neuf, en utilisant chaque fois que c'est possible des pièces neuves d'origine fournies par Dominique Dupont, alors président du Club Talbot. La mécanique Talbot double arbre est confiée à Rétromécanique, à Montigny-le-Bretonneux, la sellerie à Pardini, à Boulogne, et la carrosserie est restaurée également dans une belle teinte gris métallisé. A cette époque, les restaurations d'un tel niveau sont rares.
C'est en 2012 que l'actuel propriétaire en fait l'acquisition, par l'intermédiaire d'un négociant allemand. Étonnamment, la voiture n'a que très peu roulé (le compteur affiche 188 km) depuis sa restauration des années 1990, si bien qu'elle se présente encore dans un état irréprochable, avec une patine très subtile qui ajoute à la justesse de la remise en état. L'intérieur en cuir bleu et les moquettes assorties, parfaitement conservées, donnent à l'habitacle une ambiance luxueuse et raffinée. Le tableau de bord est complété d'une petite platine en aluminium qui regroupe une montre et un chronomètre anciens.
La mécanique présente la même qualité et une intervention récente sur les freins a permis de constater que l'ensemble est en parfait état, jusqu'à la peinture des flasques de tambours ! La voiture est bien chaussée, avec cinq pneus Michelin X très peu usés, et le soin du détail est allé jusqu'à la fabrication d'une petite caisse sur mesure, gainée et destinée à recevoir le cric et le maillet.
En plus d'être une des dernières représentantes d'une des marques françaises les plus prestigieuses de l'entre-deux-guerres, qui a brillé sur tous les circuits et dans tous les concours d'élégance, cette voiture a l'avantage d'un état exceptionnellement bien conservé après une restauration réalisée sans compter par un passionné. Il s'agit sans doute d'un des plus beaux exemplaires survivants de ce modèle, dont la production s'est limitée à 54 exemplaires.



German title
Chassis # 140036
Engine No. 16030
Body No. 6027

- An extremely rare model (only 54 made)
- Very high quality restoration by enthusiasts
- Sublime design
- One of the last cars from Talbot Lago

According to the Talbot construction sheet that we have, the car on offer was delivered new on the 17th of July 1956 to Mr Brizard. The car was equipped with several accessories such as a heater-defroster, a portable lamp socket under the dashboard, a washer and an ashtray. The body color was described as "radiant cream albatross" with beige leather upholstery for the inside. The car was registered in Paris by its first owner, with the registration number of 1198 FE 75.
From an invoice regarding work on the mechanicals dating from December 1963, at the garage Roger Lamirault, we can figure out that this Talbot T14 was then in the hands of a certain Michel Sayey. In July 1965, another invoice from the same establishment refers to an engine repair and, in 1966, it was bought by a Christian Raoult and registered as 9527 GN 78. It was then subject to an overhaul of the running gear at Demeca, in Clamart, then a restoration of the starter in 1980, when it still belonged to Mr Raoult.
In 1990 it was bought by Gérard Kapp, probably to Mr Raoult as it was still registered 78. From an article in Auto Passion magazine on the car, in the February 1992 edition, we learn that Gérard Kapp then had the car reregistered with the number 950 TJ 24, and that the car had received a very high quality restoration, which details are reported in the same article. The car was stripped down to the bare chassis, and everything was completely refurbished, using whenever possible, new original parts supplied by Dominique Dupont, then the president of Club Talbot. The Talbot double camshaft engine's restoration was entrusted to Rétromécanique in Montigny-le-Bretonneux, the upholstery work to Pardini, in Boulogne, and the body was restored to a beautiful metallic gray color. At that time, restorations of this level were rare.
It is in 2012 that the current owner acquired the car through a German dealer. Surprisingly, the car has hardly been used since (as the meter displays just 188 km) since its restoration in the 1990s, and therefore it is in nice condition, with a very subtle patina. The interior blue leather and matching carpets, perfectly preserved, give the insides a luxurious and refined atmosphere. The dashboard is completed with a small aluminum plate which features an old clock and an old stop-watch.
The mechanical quality of the car has been retained as a recent check of the brakes revealed that the set is in perfect condition, including the fresh paint on the drums' flanges! The car is shod with five Michelin X tires which show very little wear and the attention to detail has gone into the making of a small custom case that houses the jack and the mallet.
Besides being one of the last survivors of one of the most prestigious of French brands from the interwar period, with success in races as well as in concours d'elegances, this car has the advantage of being in an exceptionally well-preserved state, after a thorough restoration carried out by a true enthusiast. This is probably one of the finest surviving examples of this model, which production was limited to 54 units.



Estimation 280 000 - 340 000 €

Sold 381,440 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 186

1956 Talbot Lago Sport 2500

Sold 381,440 € [$]

1956 Talbot Lago Sport 2500
Titre de circulation allemand
Châssis n° 140036
Moteur n° 16030
Carrosserie n° 6027

- Modèle extrêmement rare (54 exemplaires)
- Restauration de haut niveau, par des passionnés
- Ligne sublime
- Une des dernières représentantes de Talbot Lago

Selon la fiche de construction Talbot dont nous disposons, la voiture que nous présentons a été livrée neuve le 17 juillet 1956 à M. Brizard. On y découvre qu'elle était équipée de plusieurs accessoires, comme un chauffage-dégivrage, une prise baladeuse sous le tablier, un lave-glace et un cendrier. La teinte de carrosserie y est décrite comme "radiose crème albatros", avec une sellerie en cuir beige. La voiture est immatriculée à Paris par son premier propriétaire, sous le numéro 1198 FE 75.
Une facture de travaux mécaniques datant de décembre 1963, au garage Roger Lamirault, nous apprend que cette Talbot T14 est alors entre les mains d'un certain Michel Sayey. En juillet 1965, une autre facture du même établissement fait mention d'une réfection moteur et, en 1966, elle est achetée par Christian Raoult et immatriculée 9527 GN 78. Elle fait alors l'objet d'une remise en état des trains roulants chez Demeca, à Clamart, puis d'une réfection du démarreur, en 1980, alors qu'elle appartient toujours à M. Raoult.
En 1990, elle est achetée par Gérard Kapp, a priori à M. Raoult car elle est toujours immatriculée 78. C'est ce que l'on constate à la lecture d'un article que le magazine Auto Passion lui a consacré, dans son édition de février 1992. Gérard Kapp la fait ensuite immatriculer 950 TJ 24, puis décide de lui consacrer une restauration de haut niveau, dont le détail est relaté dans l'article mentionné plus haut. La voiture est démontée jusqu'au châssis nu et tout est complètement remis à neuf, en utilisant chaque fois que c'est possible des pièces neuves d'origine fournies par Dominique Dupont, alors président du Club Talbot. La mécanique Talbot double arbre est confiée à Rétromécanique, à Montigny-le-Bretonneux, la sellerie à Pardini, à Boulogne, et la carrosserie est restaurée également dans une belle teinte gris métallisé. A cette époque, les restaurations d'un tel niveau sont rares.
C'est en 2012 que l'actuel propriétaire en fait l'acquisition, par l'intermédiaire d'un négociant allemand. Étonnamment, la voiture n'a que très peu roulé (le compteur affiche 188 km) depuis sa restauration des années 1990, si bien qu'elle se présente encore dans un état irréprochable, avec une patine très subtile qui ajoute à la justesse de la remise en état. L'intérieur en cuir bleu et les moquettes assorties, parfaitement conservées, donnent à l'habitacle une ambiance luxueuse et raffinée. Le tableau de bord est complété d'une petite platine en aluminium qui regroupe une montre et un chronomètre anciens.
La mécanique présente la même qualité et une intervention récente sur les freins a permis de constater que l'ensemble est en parfait état, jusqu'à la peinture des flasques de tambours ! La voiture est bien chaussée, avec cinq pneus Michelin X très peu usés, et le soin du détail est allé jusqu'à la fabrication d'une petite caisse sur mesure, gainée et destinée à recevoir le cric et le maillet.
En plus d'être une des dernières représentantes d'une des marques françaises les plus prestigieuses de l'entre-deux-guerres, qui a brillé sur tous les circuits et dans tous les concours d'élégance, cette voiture a l'avantage d'un état exceptionnellement bien conservé après une restauration réalisée sans compter par un passionné. Il s'agit sans doute d'un des plus beaux exemplaires survivants de ce modèle, dont la production s'est limitée à 54 exemplaires.



German title
Chassis # 140036
Engine No. 16030
Body No. 6027

- An extremely rare model (only 54 made)
- Very high quality restoration by enthusiasts
- Sublime design
- One of the last cars from Talbot Lago

According to the Talbot construction sheet that we have, the car on offer was delivered new on the 17th of July 1956 to Mr Brizard. The car was equipped with several accessories such as a heater-defroster, a portable lamp socket under the dashboard, a washer and an ashtray. The body color was described as "radiant cream albatross" with beige leather upholstery for the inside. The car was registered in Paris by its first owner, with the registration number of 1198 FE 75.
From an invoice regarding work on the mechanicals dating from December 1963, at the garage Roger Lamirault, we can figure out that this Talbot T14 was then in the hands of a certain Michel Sayey. In July 1965, another invoice from the same establishment refers to an engine repair and, in 1966, it was bought by a Christian Raoult and registered as 9527 GN 78. It was then subject to an overhaul of the running gear at Demeca, in Clamart, then a restoration of the starter in 1980, when it still belonged to Mr Raoult.
In 1990 it was bought by Gérard Kapp, probably to Mr Raoult as it was still registered 78. From an article in Auto Passion magazine on the car, in the February 1992 edition, we learn that Gérard Kapp then had the car reregistered with the number 950 TJ 24, and that the car had received a very high quality restoration, which details are reported in the same article. The car was stripped down to the bare chassis, and everything was completely refurbished, using whenever possible, new original parts supplied by Dominique Dupont, then the president of Club Talbot. The Talbot double camshaft engine's restoration was entrusted to Rétromécanique in Montigny-le-Bretonneux, the upholstery work to Pardini, in Boulogne, and the body was restored to a beautiful metallic gray color. At that time, restorations of this level were rare.
It is in 2012 that the current owner acquired the car through a German dealer. Surprisingly, the car has hardly been used since (as the meter displays just 188 km) since its restoration in the 1990s, and therefore it is in nice condition, with a very subtle patina. The interior blue leather and matching carpets, perfectly preserved, give the insides a luxurious and refined atmosphere. The dashboard is completed with a small aluminum plate which features an old clock and an old stop-watch.
The mechanical quality of the car has been retained as a recent check of the brakes revealed that the set is in perfect condition, including the fresh paint on the drums' flanges! The car is shod with five Michelin X tires which show very little wear and the attention to detail has gone into the making of a small custom case that houses the jack and the mallet.
Besides being one of the last survivors of one of the most prestigious of French brands from the interwar period, with success in races as well as in concours d'elegances, this car has the advantage of being in an exceptionally well-preserved state, after a thorough restoration carried out by a true enthusiast. This is probably one of the finest surviving examples of this model, which production was limited to 54 units.



Estimation 280 000 - 340 000 €

Sold 381,440 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 2877
Date: 05 Feb. 2016 15:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Artcurial Motorcars
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Rétromobile 2016 by Artcurial Motorcars