Sale Rétromobile 2019 The Official Sale - 08 february 2019 /Lot 25 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B

  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
  • 1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
Titre de circulation anglais
Châssis n° 130901
Carrosserie n°120526

- État de préservation exceptionnel
- Moteur 540 K d'origine
- Modèle rare, exclusif et prestigieux

En 1936, le citoyen britannique M. Palethorpe est un grand nom de l'industrie alimentaire. Pour que son automobile corresponde à son statut, il se tourne vers Mercedes-Benz et choisi une 500 K, une des voitures les plus prestigieuses et les plus rapides de son époque, grâce à son huit-cylindres à compresseur.
C'est cette même voiture que nous proposons aujourd'hui. Avec 224381 comme numéro de commande, elle est livrée à Londres le 2 novembre 1936. M. Palethorpe et son entourage peuvent pleinement profiter du confort de ce splendide cabriolet, mais des jours difficiles attendent l'Europe et la guerre éclate... L'industrie alimentaire s'en ressent, avec ses pénuries et ses restrictions et, en y ajoutant le développement des supermarchés, les activités de M. Palethorpe se dégradent et il doit vendre son entreprise à la fin des années 1960.
Mais il n'a pas attendu pour se séparer de la belle Mercedes et, en 1959, elle a été achetée par James Robert Mugmes qui ne va la garder qu'à peine un an avant de la revendre à Donald Healey. Le nom est connu, puisqu'il s'agit du constructeur automobile qui s'est notamment associé à Austin pour créer la célèbre Austin-Healey. Il se sépare lui aussi assez rapidement de la Mercedes, au profit de Terence O'Neill, du Surrey, qui la garde plus de huit ans puis la cède en 1969 à Baptya Co Ltd, à Barwick, au sud-ouest de l'Angleterre. A partir de 1971, la Mercedes se trouve en possession d'un M. Logan Kennedy qui la vend en 1984 à M. Rolf Wagner. Ce dernier la ramène alors en Allemagne, tout en conservant son immatriculation anglaise et la voiture, toujours en strict état d'origine, est depuis restée dans la famille.
Cette 500 K a bénéficié entre 2016 et 2018 d'une restauration mécanique complète chez Reifen-Wagner, spécialiste des Mercedes à compresseur basé à Landshut. La remise en état a été réalisée avec le souci de respecter l'intégrité de la voiture et ses éléments d'origine. Ainsi, le moteur et la boîte de vitesses ont été entièrement refaits, mais la carrosserie (qui avait été repeinte dans les années 1960) a conservé son exceptionnel état d'origine. L'habitacle est resté dans un état de conservation rare, avec sa sellerie en cuir rouge magnifiquement préservée et des boiseries encore superbes. Même la capote en toile, doublée, est celle de 1936, ce qui est rarissime.
En plus de son état exceptionnel, cette 500 K fait partie des dernières produites et elle est équipée depuis sa sortie d'usine d'un moteur de 540 K, de 5,4 litres, au lieu de 5 litres, comme le précise sa fiche de fabrication. Elle bénéficie de la carrosserie "Cabriolet B" offrant quatre places spacieuses.

Rappelons que la 500 K est un évolution de la 380, première version d'une famille de Mercedes haut de gamme qui culminera avec la 540 K. Présentée en 1933, la 380 bénéficie des travaux de Hans Nibel, qui a conçu les redoutables modèles de compétition, et elle présente une suspension très évoluée à quatre roues indépendantes, à une époque où les essieux rigides sont la règle. Cela lui apporte un comportement routier extrêmement sûr et confortable, salué par la presse d'époque. La finition de la voiture est évidemment à la hauteur de son standing, avec une luxueuse présentation.
Elle reçoit en outre un splendide huit-cylindres en ligne à soupapes en tête dont Mercedes lance en 1934 une version plus étoffée, la 500 K, dont le moteur présente la particularité d'un compresseur débrayable qui s'enclenche lorsque la pédale d'accélérateur est appuyée à fond. Ainsi, la puissance augmente en fonction des besoins du conducteur. Sur le moteur 540 K, elle est de 115 ch en conduite normale et de 180 ch à 3 400 tr/mn avec le compresseur. Ces chiffres lui permettent de faire partie des plus rapides de son époque, avec une vitesse de pointe qui avoisine 170 km/h. C'est une voiture très exclusive car, de 1934 à 1936, elle n'a été produite qu'à 354 exemplaires.

Aujourd'hui, la Mercedes 500 K que nous présentons affiche trois qualités rares : un moteur de 540 K d'origine, d'une part, d'autre part un état de préservation exceptionnel, et enfin un historique limpide. Ces avantages s'ajoutent aux caractéristiques et à la rareté du modèle, un des plus prestigieux des années 1930.



British title
Chassis n° 130901
Coachwork n°120526

- Exceptionally well-preserved condition
- Original 540 K engine
- Rare model, exclusive and prestigious

In 1936, the British gentleman Mr Palethorpe was a big name in the food industry. Requiring a motor car in keeping with his status, he looked to Mercedes-Benz and selected a 500 K, one of the fastest and most prestigious cars of its day, thanks to the supercharged eight-cylinder engine. It is this very car that we are presenting today. Order number 224381 was delivered to London on 2 November 1936. Mr Palethorpe and his entourage profited from the comfortable drive of this splendid cabriolet for a while, but there were difficult days ahead for Europe and war broke out…The food industry struggled with shortages and restrictions. After the war, the rise of the supermarket added to Mr Palethorpe's problems and he was forced to sell his business at the end of the 1960s.
He didn't leave it that long to part with his beautiful Mercedes, however, and in 1959, it was acquired by James Robert Mugmes, who kept it for a little year. Mugmes then sold the car to Donald Healey, the automobile constructor known for his association with Austin that led to the famous Austin-Healey. He owned the Mercedes for a short period, before selling it to Terence O'Neill from Surrey, who kept it for over eight years. In 1969, O'Neill sold the car to Baptya Co Ltd in Barwick, in the south west of England. The next owner, from 1971, was Mr Logan Kennedy, followed by Mr Rolf Wagner in 1984. Wagner took the car to Germany, but retained its British registration. The Mercedes has remained in the family ever since, conserved in very original condition.
Between 2016 and 2018, this 500 K has benefitted from a full mechanical restoration carried out by Reifen-Wagner, the specialist for supercharged Mercedes, based in Landshut. This restoration was undertaken with the aim of respecting the integrity of the car and preserving its originality. The engine and gearbox were completely rebuilt, but the exceptionally original condition of the bodywork, repainted in the 1960s, has been conserved. The passenger compartment remains in rare condition, with magnificently preserved red leather upholstery and superb wood trim. Even the lined fabric hood dates back to 1936, which is extremely rare. In addition to its outstanding condition, this 500 K was one of the last to be built, equipped from new with a 5.4-litre 540 K engine, rather than the 5-litre version specified on the build sheet. It benefits from a spacious four-seater " Cabriolet B " body.

It is worth noting that the 500 K was an evolution of the 380, the first in a line of high-end models culminating with the 540 K. First presented in 1933, the 380 benefitted from the engineering input of Hans Nibel, who was responsible for the marque's formidable competition models. At a time when rigid axles were the norm, this car featured sophisticated all-round suspension. This ensured the car handled beautifully and provided a high level of comfort, qualities applauded by the press at the time. The highly luxurious car had a level of finish in keeping with its status.
It was equipped with a splendid eight-cylinder engine with in-line overhead valves. Mercedes launched a larger version in 1934, the 500 K, which featured the added feature of a supercharger that engaged when the accelerator pedal was depressed fully. The power could therefore be increased by the driver as required. This gave the 540 K engine power that ranged from 115 bhp under normal driving conditions to a supercharged 180 bhp at 3,400 rpm. With this performance, it became one of the fastest cars of its day, with a top speed around 170 km/h. The 500 K was a highly exclusive automobile, with just 354 examples built between 1934 and 1936.

Today, the Mercedes 500 K on offer has three rare features: an original 540 K engine, in exceptionally well-preserved condition and with full transparent history. This is above and beyond the qualities and rarity of one of the most prestigious models of the 1930s.

Photos © Moritz Hoffmann

Estimation 600 000 - 800 000 €

Lot 25

1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B

Estimation 600,000 - 800,000 € [$]

1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet B
Titre de circulation anglais
Châssis n° 130901
Carrosserie n°120526

- État de préservation exceptionnel
- Moteur 540 K d'origine
- Modèle rare, exclusif et prestigieux

En 1936, le citoyen britannique M. Palethorpe est un grand nom de l'industrie alimentaire. Pour que son automobile corresponde à son statut, il se tourne vers Mercedes-Benz et choisi une 500 K, une des voitures les plus prestigieuses et les plus rapides de son époque, grâce à son huit-cylindres à compresseur.
C'est cette même voiture que nous proposons aujourd'hui. Avec 224381 comme numéro de commande, elle est livrée à Londres le 2 novembre 1936. M. Palethorpe et son entourage peuvent pleinement profiter du confort de ce splendide cabriolet, mais des jours difficiles attendent l'Europe et la guerre éclate... L'industrie alimentaire s'en ressent, avec ses pénuries et ses restrictions et, en y ajoutant le développement des supermarchés, les activités de M. Palethorpe se dégradent et il doit vendre son entreprise à la fin des années 1960.
Mais il n'a pas attendu pour se séparer de la belle Mercedes et, en 1959, elle a été achetée par James Robert Mugmes qui ne va la garder qu'à peine un an avant de la revendre à Donald Healey. Le nom est connu, puisqu'il s'agit du constructeur automobile qui s'est notamment associé à Austin pour créer la célèbre Austin-Healey. Il se sépare lui aussi assez rapidement de la Mercedes, au profit de Terence O'Neill, du Surrey, qui la garde plus de huit ans puis la cède en 1969 à Baptya Co Ltd, à Barwick, au sud-ouest de l'Angleterre. A partir de 1971, la Mercedes se trouve en possession d'un M. Logan Kennedy qui la vend en 1984 à M. Rolf Wagner. Ce dernier la ramène alors en Allemagne, tout en conservant son immatriculation anglaise et la voiture, toujours en strict état d'origine, est depuis restée dans la famille.
Cette 500 K a bénéficié entre 2016 et 2018 d'une restauration mécanique complète chez Reifen-Wagner, spécialiste des Mercedes à compresseur basé à Landshut. La remise en état a été réalisée avec le souci de respecter l'intégrité de la voiture et ses éléments d'origine. Ainsi, le moteur et la boîte de vitesses ont été entièrement refaits, mais la carrosserie (qui avait été repeinte dans les années 1960) a conservé son exceptionnel état d'origine. L'habitacle est resté dans un état de conservation rare, avec sa sellerie en cuir rouge magnifiquement préservée et des boiseries encore superbes. Même la capote en toile, doublée, est celle de 1936, ce qui est rarissime.
En plus de son état exceptionnel, cette 500 K fait partie des dernières produites et elle est équipée depuis sa sortie d'usine d'un moteur de 540 K, de 5,4 litres, au lieu de 5 litres, comme le précise sa fiche de fabrication. Elle bénéficie de la carrosserie "Cabriolet B" offrant quatre places spacieuses.

Rappelons que la 500 K est un évolution de la 380, première version d'une famille de Mercedes haut de gamme qui culminera avec la 540 K. Présentée en 1933, la 380 bénéficie des travaux de Hans Nibel, qui a conçu les redoutables modèles de compétition, et elle présente une suspension très évoluée à quatre roues indépendantes, à une époque où les essieux rigides sont la règle. Cela lui apporte un comportement routier extrêmement sûr et confortable, salué par la presse d'époque. La finition de la voiture est évidemment à la hauteur de son standing, avec une luxueuse présentation.
Elle reçoit en outre un splendide huit-cylindres en ligne à soupapes en tête dont Mercedes lance en 1934 une version plus étoffée, la 500 K, dont le moteur présente la particularité d'un compresseur débrayable qui s'enclenche lorsque la pédale d'accélérateur est appuyée à fond. Ainsi, la puissance augmente en fonction des besoins du conducteur. Sur le moteur 540 K, elle est de 115 ch en conduite normale et de 180 ch à 3 400 tr/mn avec le compresseur. Ces chiffres lui permettent de faire partie des plus rapides de son époque, avec une vitesse de pointe qui avoisine 170 km/h. C'est une voiture très exclusive car, de 1934 à 1936, elle n'a été produite qu'à 354 exemplaires.

Aujourd'hui, la Mercedes 500 K que nous présentons affiche trois qualités rares : un moteur de 540 K d'origine, d'une part, d'autre part un état de préservation exceptionnel, et enfin un historique limpide. Ces avantages s'ajoutent aux caractéristiques et à la rareté du modèle, un des plus prestigieux des années 1930.



British title
Chassis n° 130901
Coachwork n°120526

- Exceptionally well-preserved condition
- Original 540 K engine
- Rare model, exclusive and prestigious

In 1936, the British gentleman Mr Palethorpe was a big name in the food industry. Requiring a motor car in keeping with his status, he looked to Mercedes-Benz and selected a 500 K, one of the fastest and most prestigious cars of its day, thanks to the supercharged eight-cylinder engine. It is this very car that we are presenting today. Order number 224381 was delivered to London on 2 November 1936. Mr Palethorpe and his entourage profited from the comfortable drive of this splendid cabriolet for a while, but there were difficult days ahead for Europe and war broke out…The food industry struggled with shortages and restrictions. After the war, the rise of the supermarket added to Mr Palethorpe's problems and he was forced to sell his business at the end of the 1960s.
He didn't leave it that long to part with his beautiful Mercedes, however, and in 1959, it was acquired by James Robert Mugmes, who kept it for a little year. Mugmes then sold the car to Donald Healey, the automobile constructor known for his association with Austin that led to the famous Austin-Healey. He owned the Mercedes for a short period, before selling it to Terence O'Neill from Surrey, who kept it for over eight years. In 1969, O'Neill sold the car to Baptya Co Ltd in Barwick, in the south west of England. The next owner, from 1971, was Mr Logan Kennedy, followed by Mr Rolf Wagner in 1984. Wagner took the car to Germany, but retained its British registration. The Mercedes has remained in the family ever since, conserved in very original condition.
Between 2016 and 2018, this 500 K has benefitted from a full mechanical restoration carried out by Reifen-Wagner, the specialist for supercharged Mercedes, based in Landshut. This restoration was undertaken with the aim of respecting the integrity of the car and preserving its originality. The engine and gearbox were completely rebuilt, but the exceptionally original condition of the bodywork, repainted in the 1960s, has been conserved. The passenger compartment remains in rare condition, with magnificently preserved red leather upholstery and superb wood trim. Even the lined fabric hood dates back to 1936, which is extremely rare. In addition to its outstanding condition, this 500 K was one of the last to be built, equipped from new with a 5.4-litre 540 K engine, rather than the 5-litre version specified on the build sheet. It benefits from a spacious four-seater " Cabriolet B " body.

It is worth noting that the 500 K was an evolution of the 380, the first in a line of high-end models culminating with the 540 K. First presented in 1933, the 380 benefitted from the engineering input of Hans Nibel, who was responsible for the marque's formidable competition models. At a time when rigid axles were the norm, this car featured sophisticated all-round suspension. This ensured the car handled beautifully and provided a high level of comfort, qualities applauded by the press at the time. The highly luxurious car had a level of finish in keeping with its status.
It was equipped with a splendid eight-cylinder engine with in-line overhead valves. Mercedes launched a larger version in 1934, the 500 K, which featured the added feature of a supercharger that engaged when the accelerator pedal was depressed fully. The power could therefore be increased by the driver as required. This gave the 540 K engine power that ranged from 115 bhp under normal driving conditions to a supercharged 180 bhp at 3,400 rpm. With this performance, it became one of the fastest cars of its day, with a top speed around 170 km/h. The 500 K was a highly exclusive automobile, with just 354 examples built between 1934 and 1936.

Today, the Mercedes 500 K on offer has three rare features: an original 540 K engine, in exceptionally well-preserved condition and with full transparent history. This is above and beyond the qualities and rarity of one of the most prestigious models of the 1930s.

Photos © Moritz Hoffmann

Estimation 600 000 - 800 000 €

Sale’s details

Sale: 3888
Location: Salon Rétromobile Hall 2.1 Paris Expo – Porte de Versailles 75015 Paris
Date: 08 feb. 2019 14:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Rétromobile 2019 The Official Sale