• 1924 Peugeot 172 torpédo. Châssis n°6552. Nous rappelons que toutes les voitures de réserves de la collection de SAS le prince de Monac
  • 1924 Peugeot 172 torpédo. Châssis n°6552. Nous rappelons que toutes les voitures de réserves de la collection de SAS le prince de Monac
  • 1924 Peugeot 172 torpédo. Châssis n°6552. Nous rappelons que toutes les voitures de réserves de la collection de SAS le prince de Monac
  • 1924 Peugeot 172 torpédo. Châssis n°6552. Nous rappelons que toutes les voitures de réserves de la collection de SAS le prince de Monac
  • 1924 Peugeot 172 torpédo. Châssis n°6552. Nous rappelons que toutes les voitures de réserves de la collection de SAS le prince de Monac
  • 1924 Peugeot 172 torpédo. Châssis n°6552. Nous rappelons que toutes les voitures de réserves de la collection de SAS le prince de Monac
  • 1924 Peugeot 172 torpédo. Châssis n°6552. Nous rappelons que toutes les voitures de réserves de la collection de SAS le prince de Monac
1924 Peugeot 172 torpédo
Documents de circulation Principauté de Monaco (véhicule de collection)
Châssis n° 6552

- Sans réserve
- Modèle attrayant et rare
- Restauration ancienne de bonne qualité
- A mi-chemin entre cyclecar et automobile

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le prix de l'essence gêne le développement de l'automobile et la moto est trop inconfortable pour un usage prolongé. Pour répondre à la demande, Peugeot lance la Quadrilette, qui correspond à la catégorie fiscale des cyclecars : moins de 6 CV et de 350 kg. Sommaire mais astucieuse, la Quadrilette est équipée d'une boîte-pont à trois rapports (mais sans différentiel) et son châssis est une plateforme en tôle pliée. Son petit moteur quatre cylindres borgne bénéficie de deux paliers sur roulements, ce qui est étonnant sur un modèle populaire. Sans tarder, la Quadrilette prend une direction un peu plus étoffée et confortable. Sous l'appellation 172, elle reçoit une nouvelle plateforme et peut recevoir une carrosserie plus large, deux places côte à côte au lieu de décalées ou en tandem comme sur la première version. Les ailes se font plus enveloppantes et la Quadrilette perd son allure frêle pour devenir une véritable automobile. L'évolution continuera et, au Salon 1924, la 172 devient la 5 CV Peugeot, qui s'attaque directement à sa rivale la 5 CV Citroën. Mais c'est une autre histoire.
La Quadrilette est une bonne voiture, robuste malgré sa légèreté, et elle remportera d'ailleurs quelques succès en course, comme sa catégorie à la course de côte de Gaillon, ou certaines épreuves de consommation où son économie fait merveille.

Dans sa charmante carrosserie torpédo deux places, cette Peugeot 172 a été restaurée par les ateliers de Palais dans les années 1980. La voiture ayant été peu utilisée depuis, cette remise en état a conservé toute sa fraîcheur. De couleur rouge avec ailes noires, cette Peugeot est équipée de lanternes à acétylène de marque Lucidus. Légère et amusante, elle est caractéristique d'une époque où les constructeurs rivalisaient d'imagination pour mettre au point des voitures économiques, de façon à les rendre accessibles au plus grand nombre.



Monegasque title (Collector car)
Chassis # 6552

- No reserve
- Attractive design and rare model
- Older restoration of good quality
- Halfway between a cyclecar and a car

After the First World War, the price of petrol hindered the development of the automobile, whereas the motorcycle was too uncomfortable for prolonged use. To meet demand, Peugeot launched the Quadrilette, which corresponded to the category of taxed cyclecars: less than 6hp and 350kg. Small but clever, the Quadrilette was equipped with a transaxle with three speeds (but no differential) and its chassis was a platform in folded sheet. The little four-cylinder engine had two bearings, which was surprising on an inexpensive car. Soon thereafter, the Quadrilette evolved into something a little more substantial and comfortable. Under the name of 172, it got a new platform which could accommodate a wider body, with two seats side-by-side instead of staggered or tandem seating as in the first version. The wings were more enveloping and frail Quadrilette lost its momentum to become a real car. The evolution continued and, at the Paris Salon of 1924, the 172 became the Peugeot 5 CV, which became a direct rival of the Citroen 5 CV. But that's another story. The Quadrilette was a good car, sturdy despite its light weight, and the car saw some racing success too, winning its class in the Gaillon hillclimb, and in economy runs.

In its charming two-seater roadster body, this Peugeot 172 was restored by Le Palais de Monaco workshops in the 1980s. This car has seen little use since the restoration and has preserved all its freshness. Red with black wings, this Peugeot is equipped with Lucidus acetylene lanterns. Light and amusing, it is characteristic of a time when manufacturers competed with each other to develop fuel-efficient cars, thereby making them accessible to as many people as possible.



Estimation 8 000 - 14 000 €

Sold 15,014 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 9

1924 Peugeot 172 torpédo

Sold 15,014 € [$]

1924 Peugeot 172 torpédo
Documents de circulation Principauté de Monaco (véhicule de collection)
Châssis n° 6552

- Sans réserve
- Modèle attrayant et rare
- Restauration ancienne de bonne qualité
- A mi-chemin entre cyclecar et automobile

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le prix de l'essence gêne le développement de l'automobile et la moto est trop inconfortable pour un usage prolongé. Pour répondre à la demande, Peugeot lance la Quadrilette, qui correspond à la catégorie fiscale des cyclecars : moins de 6 CV et de 350 kg. Sommaire mais astucieuse, la Quadrilette est équipée d'une boîte-pont à trois rapports (mais sans différentiel) et son châssis est une plateforme en tôle pliée. Son petit moteur quatre cylindres borgne bénéficie de deux paliers sur roulements, ce qui est étonnant sur un modèle populaire. Sans tarder, la Quadrilette prend une direction un peu plus étoffée et confortable. Sous l'appellation 172, elle reçoit une nouvelle plateforme et peut recevoir une carrosserie plus large, deux places côte à côte au lieu de décalées ou en tandem comme sur la première version. Les ailes se font plus enveloppantes et la Quadrilette perd son allure frêle pour devenir une véritable automobile. L'évolution continuera et, au Salon 1924, la 172 devient la 5 CV Peugeot, qui s'attaque directement à sa rivale la 5 CV Citroën. Mais c'est une autre histoire.
La Quadrilette est une bonne voiture, robuste malgré sa légèreté, et elle remportera d'ailleurs quelques succès en course, comme sa catégorie à la course de côte de Gaillon, ou certaines épreuves de consommation où son économie fait merveille.

Dans sa charmante carrosserie torpédo deux places, cette Peugeot 172 a été restaurée par les ateliers de Palais dans les années 1980. La voiture ayant été peu utilisée depuis, cette remise en état a conservé toute sa fraîcheur. De couleur rouge avec ailes noires, cette Peugeot est équipée de lanternes à acétylène de marque Lucidus. Légère et amusante, elle est caractéristique d'une époque où les constructeurs rivalisaient d'imagination pour mettre au point des voitures économiques, de façon à les rendre accessibles au plus grand nombre.



Monegasque title (Collector car)
Chassis # 6552

- No reserve
- Attractive design and rare model
- Older restoration of good quality
- Halfway between a cyclecar and a car

After the First World War, the price of petrol hindered the development of the automobile, whereas the motorcycle was too uncomfortable for prolonged use. To meet demand, Peugeot launched the Quadrilette, which corresponded to the category of taxed cyclecars: less than 6hp and 350kg. Small but clever, the Quadrilette was equipped with a transaxle with three speeds (but no differential) and its chassis was a platform in folded sheet. The little four-cylinder engine had two bearings, which was surprising on an inexpensive car. Soon thereafter, the Quadrilette evolved into something a little more substantial and comfortable. Under the name of 172, it got a new platform which could accommodate a wider body, with two seats side-by-side instead of staggered or tandem seating as in the first version. The wings were more enveloping and frail Quadrilette lost its momentum to become a real car. The evolution continued and, at the Paris Salon of 1924, the 172 became the Peugeot 5 CV, which became a direct rival of the Citroen 5 CV. But that's another story. The Quadrilette was a good car, sturdy despite its light weight, and the car saw some racing success too, winning its class in the Gaillon hillclimb, and in economy runs.

In its charming two-seater roadster body, this Peugeot 172 was restored by Le Palais de Monaco workshops in the 1980s. This car has seen little use since the restoration and has preserved all its freshness. Red with black wings, this Peugeot is equipped with Lucidus acetylene lanterns. Light and amusing, it is characteristic of a time when manufacturers competed with each other to develop fuel-efficient cars, thereby making them accessible to as many people as possible.



Estimation 8 000 - 14 000 €

Sold 15,014 €
* Results are displayed including buyer's fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 2231
Date: 26 jul. 2012 17:00

Contact

Artcurial Motorcars
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Reserves from H.S.H the Prince of Monaco's Private Collection of Cars