Aéronautique

 
vue 02vue 03vue 04
vue 05vue 06vue 07vue 08

Lot 61
CHARLES LINDBERGH (1902-1974) BONNET DE VOL PORTE LORS DE LA TRAVERSEE DE L'ATLANTIQUE LE 20-21 MAI 1927
Par V.L. & A. Chicago Sporting goods Exclusively
En cuir naturel brun et doublure en laine, attache à bouton pression, porte l'étiquette du fabricant à l'intérieur ; quelques manques et usures

Provenance :
- Charles Lindbergh (1902-1974)
- A partir du 28 mai 1927, arrière-grand-tante de l'actuel propriétaire puis par descendance

Charles Lindbergh (1902-1974)
Né en 1902 à Détroit, état du Michigan, aux Etats-Unis, Charles Lindbergh entreprend des études de construction mécanique qu'il abandonne en 1922 pour passer son brevet de pilote et acheter son premier avion. Il suit alors l'entraînement des pilotes de l'armée américaine, et devient pilote de l'aéronavale. Surnommé " l'Aigle Solitaire ", il entre dans la légende en devenant le premier pilote à relier, sans escale et en solitaire, New-York à Paris entre le 20 et le 21 mai 1927, à bord de son avion Spirit of Saint Louis . Il se marie en 1929 avec Anne Spencer Morrow, elle-aussi pionnière américaine de l'aviation. Ils auront 6 enfants dont l'ainé Charles Junior. Son enlèvement et son assassinat en 1932 bouleverseront l'Amérique et resteront connus comme le " Crime du Siècle ".

Il poursuit sa carrière en tant que consultant pour différents constructeurs aéronautiques pendant la guerre du Pacifique et rejoint après-guerre la compagnie aérienne Pan Am. Il officie dans de nombreux comités nationaux et internationaux sur les questions aéronavales. Il reçoit le Prix Pulitzer en 1954 pour son livre autobiographique The Spirit of St. Louis.

Il passe les dernières années de sa vie sur l'ile de Maui à Hawaï où il s'éteint d'un cancer en 1974.

Première Traversée de l'Atlantique, sans escale et en solitaire, par l'Aigle solitaire " à bord du Spirit of Saint Louis : 20 et 21 mai 1927

A l'origine de la traversée, le Prix Orteig, ce défi avait été lancé en 1919 par Raymond Orteig, un hôtelier new-yorkais d'origine française, qui avait pour but de récompenser le premier homme à relier New-York et Paris sans escale, en lui offrant la somme de 25 000 dollars US.

Plusieurs aviateurs tentent de relever le défi, sans succès, dont Nungesser et Coli, disparus à bord de l'Oiseau blanc le 8 mai 1927.

Le monoplan de la traversée " Spirit of Saint Louis ", sera conçu en deux mois, sur la base d'un Ryan spécifiquement modifié et équipé, officiellement dénommé ainsi car financé par de généreux financiers de cette ville, officieusement en référence au nom de la loge maçonnique de Charles Lindbergh (doc.1). Le 20 mai 1927 à 7h52 (heure de New-York), Charles Lindbergh décolle au départ de l'aérodrome Roosevelt de Long Island à côté de New York. Il remonte tout d'abord la côte américaine en direction de Terre Neuve au Canada pour ensuite faire cap sur l'Europe. Dès 17h (heure de Paris) le lendemain, il survole l'Irlande, puis, deux heures plus tard, l'Angleterre. Il arriva au Bourget peu de temps après 22h, où il chercha la piste d'atterrissage qui n'était tout d'abord pas éclairée. Lindbergh atterrit alors à 22h22 devant une foule de 200 000 spectateurs venus spécialement pour l'occasion. Cette traversée de l'Atlantique aura duré 33h et 30 minutes, pour un total de 5 808 kilomètres.

Historique du bonnet de vol de la traversée

Charles Lindbergh porta pendant la célèbre traversée notre bonnet de vol. Celui-ci fut remis le soir même du 21 mai 1927 entre les mains de l'ambassadeur des Etats-Unis. Le 27 mai suivant son arrivée, Charles Lindbergh survola la capitale parisienne avec le pilote d'essai Michel Détroyat, en simulant un combat aérien sur le chemin retour vers le Bourget. Au cours d'une manœuvre acrobatique Charles Lindbergh qui avait récupéré son précieux " talisman " le perdit.

Le 28 mai 1927 au matin, l'arrière-grand-tante de notre vendeur qui découvrit le bonnet dans son potager au Bourget, fit le rapprochement avec l'exercice dont elle avait été le témoin la veille et le conservera pieusement.

En 1969, l'émission Les Dossiers de l'Ecran consacra la soirée à Charles Lindbergh, et notre bonnet, rare témoignage de la traversée, fut l'une des vedettes de l'émission pendant laquelle est retracée l'histoire de son étonnant destin.

Cf. la lettre dactylographiée de l'office de Radiodiffusion-Télévision française du 30 juillet 1969 à la suite du prêt du bonnet pour l'émission " les Dossiers de l'Ecran " du 9 juillet 1969. (doc.2).


Transmis par descendance jusqu'à l'actuel propriétaire, le bonnet de vol de Charles Lindbergh de la première Traversée de l'Atlantique, sans escale et en solitaire, reste aujourd'hui l'emblématique et unique témoignage de la Traversée.

Les amateurs apprécieront que cette émouvante relique soit présentée à l'occasion du 90ème anniversaire de la traversée.

THE CHARLES LINDBERGH'S FLIGHT CAP OF THE ATLANTIC CROSSING, 20-21 OF MAY 1927

Charles Lindbergh (1902-1974)

Born in 1902, in Detroit, Michigan, USA, Charles Lindbergh studied mechanical engineering, but these studies were abandoned in 1922 when he received his pilot's license, and subsequently acquired his first plane. He then trained as a pilot in the American army, and became a pilot for naval aviation. Nicknamed "The Lone Eagle", Lindbergh became a legend when he was the first to fly non-stop, and alone, from New York to Paris, between May 20 and 21, 1927, aboard the plane Spirit of Saint Louis . In 1929 Lindbergh married Anne Spencer Morrow, also an American aviation pioneer. They would go on to have six children, including the eldest, Charles Junior. The abduction and assassination in 1932 of Charles Junior had a profound effect on America, and will remain known as the "Crime of the Century."

Lindbergh pursued his career as a consultant for various aviation manufacturers during the Pacific War, and he would then go on to join Pan Am airline, after the war. He served on numerous national and international committees on issues concerning naval and aviation questions. He also went on to receive the Pulitzer Prize in 1954 for his autobiographical book The Spirit of St. Louis.

He spent the last years of his life on the island of Maui in Hawaii, where he died of cancer in 1974.

The first flight over the Atlantic, without a single stopover, and alone, by the "Lonely Eagle" aboard the Spirit of Saint Louis: 20 and 21 May 1927

At the genesis of the Atlantic crossing was the Orteig Prize, a challenge was launched in 1919 by Raymond Orteig, a New York-based hotelier of French origin, whose aim was to reward the first man to connect New York to Paris, without stopping, by offering him the sum of 25,000 US dollars.

Several airmen tried to take up the challenge, but without success, and those included Nungesser and Coli, who disappeared aboard the White Bird on May 8, 1927.

The monoplane "Spirit of Saint Louis" was designed in two months, and was based on a specially modified and equipped Ryan aircraft, officially named as well as financed by generous financiers of the city of Saint Louis, and unofficially as a reference to the name of the Masonic Lodge of Charles Lindbergh (doc.1). On May 20, 1927, at 7:52 am (New York time), Charles Lindbergh took off from Roosevelt Airfield in Long Island, near New York. He first traveled along the US coast to Newfoundland in Canada and then headed out for Europe. From 1700hrs (Paris time) to the next day, he flew over Ireland, then, two hours later, over England. He arrived at Le Bourget, near Paris, shortly after 10pm, where he looked for the landing strip, which was not illuminated at first. Lindbergh then landed at 22:22hrs, in front of a crowd of 200,000 spectators who had come especially for this occasion. This crossing of the Atlantic lasted 33 hours and 30 minutes, covering a distance of 5,808 kilometers.

History of the crossing flight cap

Charles Lindbergh used our flight cap during the famous crossing. It was handed over on the evening of May 21, 1927 to the United States Ambassador. On May 27 following his arrival, Charles Lindbergh flew over the Parisian capital with test pilot Michel Détroyat, simulating an air combat on the way back to Le Bourget. During an acrobatic maneuver, Lindbergh who had on his precious "talisman", lost it.

On the morning of the 28th of May, 1927, the great-aunt of our vendor, discovered the cap in her vegetable garden at Le Bourget, made the comparison with what she had witnessed the day before, and then preserved it very carefully.

In 1969, the show Les Dossiers de l'Ecran dedicated the evening to Charles Lindbergh, and this cap, a rare testimony of the crossing, was one of the stars of the program, which retraced the history of its astonishing story.

Cf. the typewritten letter of the French Broadcasting-Television Office, dated July 30, 1969 following the loan of the bonnet for the program "les Dossiers de l'Ecran" of July 9, 1969. (doc.2).


Passed down through generations to the current owner, Charles Lindbergh's flight cap from the first Atlantic crossing, non-stop and alone, remains today the emblematic and unique testimony of the that famous crossing.

Enthusiasts will appreciate this exciting relic on the occasion of the 90th anniversary of the crossing.

Estimation 30 000 - 50 000 €
Vendu 35,100 €
Envoyer à un tiers  | 

Infos vente

Vente : 2964
Lieu : Artcurial
Date : 13 juin 2017 14:00
Commissaires-priseurs : Stéphane Aubert, Hervé Poulain

Voir toutes les vidéos >

Exposition

9 juin, de 11h à 19h
10 juin, de 11h à 18h
12 juin, de 11h à 19h

Catalogue

Consulter le E-Catalogue
Télécharger le catalogue en PDF
Abonnez-vous à nos catalogues

Contact


Tél. +33 1 42 99 20 41

Ordres d’achat
et enchères par téléphone


Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60

Conditions générales d'achat

Voir les Conditions

Mon compte

Connexion
Enregistrez-vous pour enchérir en direct avec Artcurial Live Bid, passer des ordres d’achat en ligne, être informé par e-mail avec Artcurial LotAlert dès qu’un objet que vous recherchez est mis en vente.