Livres et Manuscrits Modernes

 
vue 02

Lot 194
Paul VERLAINE
Romances sans paroles
Sens, Typographie de Maurice L'Hermitte, [mars] 1874. In-12 (hauteur : 188 mm) de 1 f. blanc, 48 pp, [1] f. de table et 1 f. blanc, demi-maroquin brun, dos à nerfs, couverture.

Édition originale tirée à 300 exemplaires sur papier vélin légèrement teinté (seul papier). Elle fut imprimée sous la surveillance d'Edmond Lepelletier durant l'emprisonnement à Mons du poète qui avait tiré sur Arthur Rimbaud quelques mois plus tôt.
Cet exemplaire, l'un des rares avec la couverture bleu pâle à l'adresse de "Paris / chez tous les libraires", orte un envoi autographe signé de Paul Verlaine "à Mr J. K. Huysmans / L'auteur sympathique" et, dans une encre de même teinte, huit corrections autographes : page 16 ("poussine" devient "poussive" [lettre en surcharge]) et page 48 ("citaient" devient "c'étaient" [en toutes lettres, en marge] ; "volèrent" devient "volaient" [en toutes lettres, en marge] ; une virgule déplacée ; "en" devient "et " [lettre en surcharge] ; "portant" devient "portait" [lettre en surcharge] ; "Rouvre-Ostende" devient "Douvres-Ostende" [lettres en surcharge] ; "Princesse-de-Flandre" devient "Comtesse-de-Flandre" ["Comt" au-dessus]).
Plusieurs mois avant la parution du recueil, Paul Verlaine avait dressé la liste des destinataires des exemplaires de presse que son ami Edmond Lepelletier s'était chargé d'expédier lui-même - assortis, à l'en croire, d'envois allographes - après avoir pris soin de corriger sur chacun les coquilles que le poète, volume en main, lui avait signalées (lettre du 27 mars 1874 avec quatre corrections pour la page 48).
Joris-Karl Huysmans ne figurant pas parmi les premiers destinataires du recueil, l'exemplaire que nous présentons ne fait assurément pas partie de ceux qui furent expédiés par Lepelletier au printemps 1874 (au demeurant, on notera au dernier vers, page 48, la variante "et portait" au lieu de "en portant" indiquée par Verlaine à Émile Blémont en septembre 1875 seulement, après sa sortie de prison).
L'origine de cet exemplaire est en fait à chercher une dizaine d'années plus tard lorsqu'il est explicitement signalé par Paul Verlaine dans deux lettres à Léon Vanier : "Vous recevrez demain, ou après, un exemplaire (pour vous) des Romances sans paroles, ainsi qu'un autre pour M. Huysmans" (26 mars [?] 1884) ; "Vous avez dû recevoir 31 Romances (dont une pour vous et une pour M. Huysmans, à qui j'écrirai prochainement)" (4 avril 1884). Cet exemplaire serait donc un de ceux que Verlaine avait reçus à son propre usage après la parution et conservés une dizaine d'années, avant que Léon Vanier ne remette sur le marché une partie de ces invendus avec une étiquette à ses nom et adresse.
Comment ne pas goûter l'intensité mémoriale d'un tel exemplaire, avec son envoi à l'amabilité si discrète, dès lors qu'on est en droit d'imaginer celui-ci entre les mains de Des Esseintes à quelques semaines de la parution d'À rebours ? Si ce dernier trouvait alors dans Romances sans paroles "des poèmes où l'écrivain original se révélait, tranchant sur la multitude de ses confrères" (À rebours, chapitre XIV), Huysmans, vingt ans plus tard, remémora ces premiers élans d'enthousiasme dans sa longue préface de Poésies religieuses.
La date de la première rencontre entre Huysmans et Verlaine n'est pas connue mais on serait volontiers tenté de la faire coïncider justement avec l'envoi de cet exemplaire, l'expression "auteur sympathique" prouvant une affinité mutuelle qu'on imagine sanctionnée, peu avant ou peu après, par une entrevue. C'est du moins l'opinion des rares spécialistes qui ont relevé la transcription de cet envoi par Henry Céard et Jean de Caldain : "Un autre livre, venu lui aussi du hasard, est demeuré dans la bibliothèque de J.-K. Huysmans. […] "A M. J.-K. Huysmans, l'auteur sympathique, P. Verlaine", dit la dédicace du petit volume […]". Oublié après cette apparition fugace en 1908, cet exemplaire est conservé depuis plusieurs générations dans une même famille qui serait apparentée à Huysmans.
Quelques piqûres et traces éparses. Couverture légèrement passée dans les marges. Reliure un peu frottée, mors faibles.

Bibliographie :
Le "Huysmans intime" de Henry Céard et Jean de Caldain, éd. Pierre Cogny, 1957, p. 100-101.- André Guyaux, "Huysmans et "le seul poète catholique", Spiritualité verlainienne, 1997, p. 191-215 ; "À propos des lettres de Huysmans à Verlaine et sur Verlaine", Huysmans à côté et au-delà, 2001, p. 233-244.- Correspondance générale de Verlaine. I, 1857 - 1885, éd. Michael Pakenham, 2005.- Galantaris, Rimbaud, Verlaine, Mallarmé, 2014, n° 39 et 40.



Estimation 4 000 - 5 000 €
Vendu 29,066 €
Envoyer à un tiers  | 

Infos vente

Vente : 2776
Lieu : Artcurial
Date : 22 juin 2015 14:30
Communiqué de Presse

Commissaire-priseur : François Tajan

Exposition

18-19 juin, de 11h à 19h
20 juin, de 11h à 18h
21 juin, de 14h à 18h

Artcurial
7 rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris

Catalogue

Consulter le E-Catalogue
Télécharger le catalogue en PDF
Abonnez-vous à nos catalogues

Contact


Tél. +33 1 42 99 16 58

Ordres d’achat
et enchères par téléphone


Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60

Conditions générales d'achat

Voir les Conditions

Mon compte

Connexion
Enregistrez-vous pour enchérir en direct avec Artcurial Live Bid, passer des ordres d’achat en ligne, être informé par e-mail avec Artcurial LotAlert dès qu’un objet que vous recherchez est mis en vente.