Mobilier et Objets d'Art

 
vue 02vue 03vue 04

Lot 74
COMMODE D'ÉPOQUE LOUIS XV ATTRIBUÉE À ADRIEN DELORME
En placage d'amarante, marqueterie florale teintée sur fond de bois de rose, ornementation de bronze ciselé et doré, dessus de marbre rouge griotte ancien associé, la façade légèrement bombée ouvrant par trois tiroirs sans traverse apparente, les entrées de serrure à motif de cartouches rocailles, inscrits dans des encadrements sinueux terminés en partie basse par un masque féminin, reposant sur des pieds cambrés agrémentés de sabots en bronze ; le tiroir supérieur inscrit A.W./634/C.H.T. et, au feutre, LLLI
H. : 88 cm (34 1/2 in.)
l. : 89,5 cm (35 1/4 in.)
P. : 53,5 cm (21 in.)

A LOUIS XV ORMOLU-MOUNTED, AMARANTH AND TULIPWOOD COMMODE, ATTRIBUTED TO ADRIEN DELORME

Provenance :
Comtes de Lonsdale à Carlton House Terrace.

Notre commode, par la qualité de son bâti en chêne, ses proportions très particulières et son décor de bronze est très certainement l'œuvre d'un grand ébéniste. Il s'agit très probablement d'Adrien Delorme dont plusieurs commodes présentent des traits communs avec celle-ci.

Citons une commode en laque provenant de la collection de Madame A.L Guerin (vente à Drouot, les 23-25 juin 1909, lot 32, reproduite) vendue par Sotheby's Londres, 2 décembre 2008, lot 76. Comme la nôtre, ses proportions la rendent monumentale. Singulièrement, elle comporte également trois tiroirs superposés, sans traverse apparente tandis que les poignées s'échappent des rinceaux de bronze qui encadrent la façade et se rejoignent de part et d'autre d'un masque féminin.

De même dimension que la nôtre, toujours à trois tiroirs, une commode ornée de rinceaux sur un fond de frisage, caractéristique de la production originale d'Adrien Delorme, a été vendue par Christie's Paris le 23 juin 2005, lot 340. Bien qu'étroite, les trois tiroirs accentuent la monumentalité.

Enfin, le même type de marqueterie de branchages fleuris se retrouve sur une commode conservée au Petit Palais à Paris (donation Edward Tuck & Julia Stell, 1921).

Adrien Faizelot Delorme

Issu d'une famille d'ébénistes, il fut reçu maître le 22 juin 1748. Comme son père, il était connu pour ses meubles en laque ou vernis façon de la Chine mais figure dans les almanachs de l'époque parmi les " plus habiles " et les " plus renommés pour les ouvrages de marqueterie ".

Ebéniste, il exerça également une activité de marchand, ce que confirme la présence d'une deuxième estampille sur plusieurs de ses œuvres, comme celle de Martin Criaerd, Pierre Roussel, ou Nicolas Petit. Et, ceci explique sans doute certaines similitudes avec la production de Jean-Pierre Latz pour la marqueterie ou BVRB II pour le bâti ou les bronzes.

En 1768, au décès de son père, il fut élu juré de sa corporation. Il vendit son fonds de commerce en 1783, mais était toujours installé à la même adresse, rue du temple, en tant que maître ébéniste et marchand en 1785.

14-15 Carlton House Terrace

L'inscription présente sur le premier tiroir de notre commode correspond à la marque d'inventaire de Carlton House Terrace, résidences des comtes de Lonsdale, acquises en 1837 par William Lowther, comte de Lonsdale (1757-1844), ami d'enfance du prince de Galles, et fin politique. Tout comme le futur George IV, amateur de mobilier français, il se fournissait chez le célèbre marchand Edward Holmes Baldock. Son fils William Lowther, comte de Lonsdale (1787-1872), deuxième du nom, poursuivit la décoration de la résidence dans le goût français. Les 14 et 15 Carlton House Terrace, situées sur le Parc Saint James à Londres, occupaient l'emplacement de l'ancien palais de George IV qui avaient été démoli en 1827. D'inspiration néoclassique l'un des bâtiments était l'œuvre de l'architecte du roi, John Nash, l'autre de Benjamin Dean Wyatt. Ils furent réunis en 1846 pour le 3ème Comte de Lonsdale, toujours dans le goût français.

L'ameublement de Carlton House Terrace était luxueux et témoigne de l'engouement pour le mobilier et les arts décoratifs français en Angleterre au début du XIXème siècle. Il comprenait notamment une commode de BVRB II (collection Alexander, vente Christie's New York, le 30 avril 1999, lot 100 ) ou un bonheur du jour par Oeben (vente Christie's Londres, le 23 juin 1988, lot 133). Une commode de Pierre Langlois provenant de la collection French & Co, vente Christie's Londres, le 24 novembre 1998, lot 35, porte le numéro 635, voisin du nôtre.

Le mobilier fut envoyé à Lowther Castle dans le Cumberland, probablement en 1946 à l'expiration du bail, jusqu'à sa vente en avril 1947.



Estimation 100 000 - 150 000 €
Vendu 101,000 €
Envoyer à un tiers  | 

Infos vente

Vente : 2485
Lieu : Artcurial
Date : 8 juil. 2014 14:00
Communiqué de presse

Commissaire-priseur :
Isabelle Bresset

Exposition

4 juillet, de 11h à 19h
5 juillet, de 11h à 18h
6 juillet, de 14h à 18h
7 juillet, de 11h à 19h
8 juillet, de 10h à 12h sur rendez-vous

Artcurial
7 rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris

Catalogue

Consulter le E-Catalogue
Télécharger le catalogue en PDF
Abonnez-vous à nos catalogues

Contact


Tél. +33 1 42 99 20 68

Ordres d’achat
et enchères par téléphone


Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60

Conditions générales d'achat

Voir les Conditions

Mon compte

Connexion
Enregistrez-vous pour enchérir en direct avec Artcurial Live Bid, passer des ordres d’achat en ligne, être informé par e-mail avec Artcurial LotAlert dès qu’un objet que vous recherchez est mis en vente.