Mobilier et objets d'art

 
vue 02vue 03

Lot 44
ENCRIER D'EPOQUE NAPOLEON III PAR FERDINAND BARBEDIENNE, LA COUPE CHINE DU XVIIIEME SIECLE Composé d'une palette de peintre en néphrite blanche à décor sculpté de caractères stylisés et de quatre emblèmes boudhiques, la monture en encrier en bronze ciselé et doré dans le goût chinois, signée F.BARBEDIENNE
Hauteur : 10 cm. (4 in.), Largeur : 19,5 cm. (7 3/4 in.)
Diamètre de la coupe : 15 cm. (6 in.)

A NAPOLEON III GILT BRONZE INKSTAND BY FERDINAND BARBEDIENNE, THE GREENSTONE BOWL, CHINESE, 18TH CENTURY

Cet encrier témoigne des créations originales de Barbedienne s'inspirant souvent de l'Orient et de la Perse en réinterprétant leur vocabulaire décoratif.
Après avoir fait fortune avec les papiers peints, Ferdinand Barbedienne (1810-1892) ouvrit en 1834 à Paris, au 30, boulevard Poissonnière, l'une des fonderies les plus importantes de la seconde moitié du XIXème siècle qui sera reprise par son neveu Gustave Leblanc-Barbedienne.
Il reproduisait des bronzes d'art de l'Antiquité au XVIIIème siècle grâce à un procédé de réduction mécanique inventé par son associé - dès 1838 - Achille Colas (1765-1859). Puis via le contrat d'édition, il procéda aux fontes, entre autres, de Pierre-Jules Mène, Antoine-Louis Barye, Antonin Mercié, Jean-Baptiste Carpeaux ou Emmanuel Frémiet.
Parallèlement, il exécutait et vendait des objets décoratifs tels que boîtes à bijoux, vases, coupes, luminaire, horlogerie, orfèvrerie à travers diverses techniques de création tels que le bronze, le marbre, l'émail cloisonné ou champlevé. Pour cela, il collaborait avec les meilleurs artisans de l'époque comme l'émailleur André Fernand Thesmar (1843-1912) pour la coupe d'ornement du musée d'Orsay associant émail cloisonné et bronze doré (ancienne collection Alice Stern) ou encore le sculpteur-ornemaniste Louis-Constant Sévin (1821-1888) pour la coupe d'ornement vers 1872 du même musée, en marbre et bronze doré (ancienne collection du comte E. de Ribes).
Figure incontournable, la Maison Barbedienne se distingua par trois médailles à l'Exposition Universelle de Londres de 1862 en mobilier, orfèvrerie et bronze et fut même comparé à " un prince de d'industrie et au roi-fondeur " à celle de 1878.
Il proposait ainsi ces objets d'art à la renommée internationale auprès d'une clientèle bourgeoise en quête d'un goût sûr et démonstratif de sa légitimité en tant que classe émergeante et puissante. Cette stratégie commerciale et son ingénieuse politique de collaboration permirent à la Maison Barbedienne de rivaliser avec la fonderie de Victor Susse - créée en 1778 - et de perdurer jusqu'en 1954.


Estimation 6 000 - 8 000 €
Vendu 50,106 €
Envoyer à un tiers  | 

Infos vente

Vente : 1806
Lieu : Hôtel Marcel Dassault
Date : 23 juin 2010 14:30
Commissaire-priseur : Isabelle Bresset

Exposition

18-22 juin, de 11h à 19h

Hôtel Marcel Dassault
7 rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris

Catalogue

Télécharger le catalogue en PDF
Abonnez-vous à nos catalogues

Contact


Tél. +33 1 42 99 20 41

Ordres d’achat
et enchères par téléphone


Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60

Conditions générales d'achat

Voir les Conditions

Mon compte

Connexion
Enregistrez-vous pour enchérir en direct avec Artcurial Live Bid, passer des ordres d’achat en ligne, être informé par e-mail avec Artcurial LotAlert dès qu’un objet que vous recherchez est mis en vente.