Old Master and 19th Century Paintings and Drawings

 
vue 02vue 03

Lot 28
Jean-Baptiste Oudry Paris, 1686 - Beauvais, 1755
Chienne blanche à l'arrêt devant un lapin et un colvert
Huile sur toile
Signée et datée 'JB Oudry / 1742' en bas à droite
(Modifiée dans ses dimensions, mise au rectangle avec ajout d'une bande de 1 cm de large sur le côté gauche et de 4,50 cm sur le côté droit)

'DOG POINTING AT A RABBIT AND A MALLARD', OIL ON CANVAS, SIGNED AND DATED, BY J.-B. OUDRY
h: 108 w: 145 cm

Provenance : Probablement l'un des deux dessus-de-porte commandés pour le décor de la salle à manger du château de Choisy en 1742, en pendant avec un Chien en arrêt sur une perdrix rouge ;
Probablement mentionné dans l'Inventaire des tableaux du château de Choisy-le-Roy fait le 30 mai 1792 avec son pendant ;
Probablement au dépôt national des monuments français au couvent des Petits-Augustins en 1794 avec son pendant ;
Acquis par les actuels propriétaires auprès d'Eric Turquin, Paris


Expositions : Probablement Salon de 1743, Paris, n° 48 ou 49

Bibliographie : Probablement " Catalogue historique et chronologique des peintures et tabkeaux réunis au dépôt national des monuments français par Alexandre Lenoir adressé au Comité d'instruction publique, le 11 vendémiaire an III ", in 'Revue des Beaux-Arts de France', vol. 21, 1865, p. 143, n° 554
Probablement Fernand Engerand, 'Inventaire des tableaux commandés et achetés par la direction des Bâtiments du roi (1709-1792)', Paris, 1900, p. 368
Probablement Jean Locquin, 'Catalogue raisonné de l'œuvre de Jean-Baptiste Oudry, peintre du roi (1686-1755)', Paris, Archives de l'art français, t. VI, 1912, p. 32, n°161
Probablement 'Animaux d'Oudry. Collection des ducs de Mecklembourg-Schwerin', cat. exp. Fontainebleau, Versailles, 2003-2004, p. 31


Commentaire : En 1724, le marquis de Beringhen, premier écuyer de Louis XV, présentait au roi le peintre Jean-Baptiste Oudry. La renommée de ce dernier comme peintre animalier commençait à être bien établie et le marquis, connaissant la grande passion du roi pour la chasse, ne doutait pas que sa peinture le séduirait. Dès septembre 1725 en effet, le 'Mercure de France' relatait : " M. Oudry vient de peindre d'après nature, par ordre du Roi, les portraits de quelques lévriers Anglois, dont S. M. a été fort content 1". Les lévriers en question n'étaient autre que ceux du roi Misse et Turlu2, et toute une série d'autres portraits de chiens lui furent commandés à la suite de ce premier tableau pour être placés en dessus-de-porte dans les appartements du roi à Compiègne. Déjà instaurée sous le règne de Louis XIV avec les tableaux de François Desportes, la tradition de faire réaliser les portraits des chiens favoris du roi perdura sous Louis XV, qui, en s'attachant les services d'Oudry, mit fin au monopole détenu jusqu'ici par Desportes. A partir de 1728, Louis XV demanda au peintre de venir suivre les chasses royales afin de les traduire ensuite sur la toile.

Ce qui était apprécié du roi l'était aussi de la cour et des particuliers, qui commandèrent à leur tour à Oudry les portraits de leurs chiens. La chasse était plus que jamais l'un des loisirs aristocratiques les plus appréciés et le succès qu'il en tira ne se démentit pas, dépassant largement les frontières du royaume de France. Peintre de la nature formé auprès de Largillierre, connaisseur des peintres flamands de gibier et de nature morte, doté d'un sens de l'observation lui permettant de saisir avec une grande justesse les expressions et les attitudes des animaux, Oudry possédait toutes les qualités pour réussir dans ce domaine. Ses représentations de chiens - seuls ou en meute, s'attaquant à une proie, gardant du gibier ou tout simplement se reposant dans un paysage - furent l'une des constantes de sa production tout au long de sa carrière, témoignant d'une grande postérité pendant toute la première partie du XVIIIe siècle.

Signé et daté de 1742, la 'Chienne blanche à l'arrêt devant un lapin et un colvert' est un excellent exemple de cette production. Légèrement modifiée dans ses dimensions, la toile constituait à l'origine un dessus-de-porte et devait appartenir à un ensemble plus important. La date de 1742 et les dimensions de notre tableau semblent pouvoir le désigner comme l'un des deux " portraits de chiens couchants " commandés à Oudry en 1742 pour la salle à manger du château de Choisy et exposés au Salon de 1743. Construit par la Grande Mademoiselle à la fin du XVIIe siècle, le château fut vendu à Louis XV en 1739 qui le fit réaménager pour en faire l'une de ses résidences de chasse favorite (fig. 1). Les dimensions du second tableau de Choisy, 'Chien en arrêt devant une perdrix rouge' (110 x 140 cm), qui ornait le cabinet du directeur du Museum d'histoire naturelle en 1930 sont très proches de celles du nôtre3. Une paire de dessins présentés en vente en 1975 à Paris illustrait la même composition que notre tableau ainsi qu'un 'Chien à l'arrêt devant un faisan' indiquant que ces deux schémas pouvaient fonctionner en pendant chez Oudry4.


La toile que nous présentons permet d'appréhender le grand talent de Jean-Baptiste Oudry dans le genre qui fit sa réputation, celui de la peinture animalière, et de comprendre son succès. Dans un paysage rocheux, une chienne blanche tachetée de brun est à l'arrêt devant un trophée de chasse constitué d'un lapin et d'un colvert, suspendus à la branche d'un arbre. Ce gibier témoigne de l'action de chasse qui précéda, sans que la présence de l'homme ne soit nécessaire sur notre tableau. Les membres tendus, la musculature visible sous son pelage, l'œil aux aguets, la chienne semble s'approcher précautionneusement du gibier. Le peintre a su rendre avec beaucoup de virtuosité les poils soyeux du chien, ceux plus drus du lapin mort, et la douceur du duvet sous le ventre du canard. A aucun moment le peintre ne néglige un détail dans ces tableaux pourtant destinés à être accrochés en hauteur. Ce rôle décoratif initial est rappelé par la grande harmonie du coloris et l'équilibre parfait de la composition avec cette ouverture au centre vers le ciel.

1. Cité par H. Opperman, in cat. exp. 'J.-B. Oudry 1686-1755', Paris, 1982, p. 103
2. Le tableau est aujourd'hui conservé au musée national du château de Fontainebleau. Il est le premier d'une plus vaste commande de dessus-de-porte destinés à orner les appartements du roi à Compiègne.
3. Jean Vergnet-Ruiz, " Oudry ", in L. Dimier (dir.), 'Les peintres français du XVIIIe siècle', Paris-Bruxelles, 1930, t. II, p. 130, n° 90
4. Paris, Palais Galliera, 11 mars 1975, n°5

Estimation 200 000 - 300 000 €
Sold for 373,800 €
Email Lot  | 

Sale Information

Sale: 2791
Location: Artcurial
Date: 13 Nov 2015 14:30
Rue Galliera. Collection d’un couple d’amateurs Lot 27-35
Collection d’un amateur parisien Lot 44-55

Press Release

Auctioneer: Matthieu Fournier

Viewing Information

10 November, 11am-7pm
11 November, 11am-6pm
12 November, 11am-7pm

Catalogue

Browse E-Catalogue
Download PDF Catalogue
Order Catalogue

Contact Information


Phone: +33 1 42 99 20 26

Bid Department


Phone: +33 1 42 99 20 51
Fax: +33 1 42 99 20 60

Conditions of Purchase

View Conditions

My Account

Login
Register to Bid Live, to place Bids online, Track items of specific interest. Thanks to Artcurial LotAlert, you can be informed by e-mail as soon as an object you are looking for comes up for sale