RĂ©tromobile 2015 by Artcurial Motorcars

 
vue 02vue 03vue 04
vue 05vue 06vue 07vue 08
vue 09vue 10vue 11vue 12
vue 13vue 14vue 15vue 16
vue 17vue 18vue 19vue 20
vue 21vue 22vue 23vue 24
vue 25vue 26vue 27vue 28
vue 29vue 30vue 31vue 32
vue 33vue 34vue 35vue 36
vue 37vue 38vue 39vue 40
vue 41vue 42vue 43vue 44
vue 45vue 46vue 47vue 48
vue 49vue 50vue 51vue 52
vue 53vue 54vue 55vue 56

Lot 193
1934 Mercedes-Benz 380 K Cabriolet A
Vendu sans titre de circulation
Châssis n° 95364
Moteur n° 95364

- Restauration de haut niveau, matching numbers
- Un des 16 construits et un des 4 survivants
- Primée à Pebble Beach en 2005
- Voiture du Salon de Genève 1934

Dévoilée en février 1933 au Salon de Berlin, la Mercedes 380 innovait par plusieurs aspects. Son moteur était une évolution de celui de la 380 S "Mannheim" mais, au lieu de la distribution par soupapes latérales de son prédécesseur, son gros huit-cylindres 3,8 litres bénéficiait de soupapes en tête culbutées. Il pouvait de plus être équipé en option d'un compresseur qui faisait faire un bond à la puissance : atteignant 120 ch, elle permettait à cette voiture d'atteindre des performances plus en rapport avec son allure imposante. De nombreux modèles de Mercedes ont reçu l'appellation commerciale de 380, si bien que pour éviter toute confusion celui-ci est souvent désigné par son type W22.
Mais les nouveautés ne concernaient pas uniquement le moteur, car la suspension était complètement repensée, à quatre roues indépendantes : à l'avant, par doubles triangles et, à l'arrière, par demi-essieux oscillants reliés à des ressorts hélicoïdaux, ce qui était particulièrement moderne à une époque où l'essieu arrière rigide dominait le marché. Ainsi, la 380 offrait un confort et des qualités routières supérieures à la moyenne. Les freins étaient à commande hydraulique, la boîte de vitesses comportait quatre rapports et les jantes étaient des Rudge à rayons. Plusieurs carrosseries "usine" étaient disponibles, dont trois types de cabriolets, A, B ou C : la différence provenait du nombre de places (deux ou quatre) et du nombre de glaces latérales (deux ou quatre également). Le cabriolet A correspondait à la configuration la plus sportive, à deux places et deux vitres latérales.
Grâce à sa conception intelligente, la 380 allait servir de base aux Mercedes haut de gamme suivantes : elle s'effaçait en 1934 derrière la 500 K, qui elle-même précédait la fameuse 540 K.

La voiture que nous proposons a été livrée neuve en février 1934 à Zürich pour être exposée au Salon de Genève le mois suivant. Elle se trouvait exactement dans sa configuration d'aujourd'hui. Nous ne connaissons pas l'histoire de cette sublime automobile jusqu'à sa découverte en Pologne au début des années 80. Ce qui restait de la voiture lors de sa découverte a été acheté par un collectionneur belge qui vivait une grande partie de l'année en Australie. Il l'avait acquise en vue de la restaurer mais son épouse décède quelques semaines après l'achat alors que la voiture était déjà en Australie. C'est alors que la mort dans l'âme, il la vend à Monsieur Wolfgang Grodd, un allemand expatrié et patron d'un atelier de restauration. Nous avons téléphoné à ce monsieur d'un certain âge qui nous a transmis tout son meilleur souvenir au sujet de cette magnifique Mercedes : " j'ai mis huit ans à la restaurer. Je me suis rapproché du Classic Center de Mercedes en Allemagne pour qu'ils me donnent tous les renseignements sur la vie de la voiture et surtout de quelle couleur elle était née. Presque 8 000 heures de travail de restauration m'ont été nécessaires pour achever une restauration parfaite et surtout conforme à l'origine. Je la voulais dans sa configuration d'origine du Salon de Genève. Après la restauration, j'ai été sélectionné pour la présenter au Concours d'Elégance de Pebble Beach en 2005. Lorsque les organisateurs m'ont demandé d'amener la voiture sur scène pour recevoir la deuxième place de ma classe, j'ai ressenti une immense fierté ; tout ce travail était couronné dans le plus grand Concours d'Elegance du Monde. Ce fut le plus beau jour de ma vie ! ".
Ce splendide cabriolet 380 à compresseur a donc fait l'objet d'une restauration complète par la société Sleeping Beauties, basée à Brisbane, en Australie. Complètement démontés, tous ses éléments de carrosserie et de mécanique ont bénéficié de soins attentifs, rien n'étant laissé au hasard. En 2005, une fois terminée, elle a été présentée par son propriétaire au Concours d'Elégance de Pebble Beach dans la catégorie I (Mercedes-Benz Pre-war), et a obtenu la deuxième place, preuve de la qualité de la restauration. Monsieur Grodd, n'ayant pas les moyens de garder plusieurs voitures et ayant envie de commencer un autre projet, la confie au Mercedes Benz Classic Center en vue de la vendre. Une copie d'un V5 anglais au nom de M. Grodd se trouve dans le dossier de la voiture. C'est finalement via Axel Schuette que la voiture intégrera le célèbre Musée Rosso Bianco à Aschaffenburg, en Bavière.
Sur les quelques 150 exemplaires de Mercedes 380 produits, seuls 16 ont été carrossés en cabriolet A, dont celui-ci. Il n'en resterait que 3 ou 4 encore survivants. Il s'agit d'une voiture luxueusement équipée, avec un beau tableau de bord en bois et des sièges réglables. Depuis sa restauration, qui a comptabilisé 8 000 heures de travail, cette voiture est restée impeccable avec une sellerie en cuir rouge foncé assortie aux moquettes rouges et à la peinture extérieure en deux tons de rouge, d'une très grande classe. Sous le capot, le très beau huit-cylindres d'origine présente sa forme sobre, avec à l'avant son compresseur. Moins excessive qu'une 540 K construite à 156 exemplaires, mais équivalente sur le plan technique, plus légère également, cette 380 constitue une rare occasion de s'offrir une des Mercedes les plus prestigieuses des années 1930, dans un état impressionnant et doté d'une histoire de Salon prestigieuse et très valorisante.



Sold without registration documents
Chassis n° 95364
Engine n° 95364

- High-class restoration, matching numbers
- One of four survivors from 16 built
- Pebble Beach Award Winner in 2005
- 1934 Geneva Motor Show

The Mercedes 380, unveiled at the Berlin Auto Show in February 1933, was an innovative car in several respects. Its engine evolved from that of the 380 S Mannheim but, instead of its predecessor's side-valve engine, it had a larger, eight-cylinder, 3.8-litre engine with overhead valves. It could also be equipped (as an option) with a supercharger to boost power: by delivering 120hp, this enabled the car to attain performances more in keeping with its imposing appearance. Numerous Mercedes models were commercially named 380, so this one is often designated W22 after its works number, to avoid confusion.
Innovations were not confined to the engine: the suspension was completely redesigned, with four independent wheels; double wishbones up front; and swing-axles linked to coil springs at the rear - very modern at the time, when rigid rear-axles were the rule. The 380 therefore offered above-average comfort and road-holding, with hydraulic brakes, four-speed gearbox and Rudge wire wheels. Several 'factory' body-styles were available, including three types of Cabriolet (A, B or C) - the difference depending on the number of seats and side-windows (two or four in each case). Cabriolet A was the most sporty, with two seats and two side-windows.
Thanks to its intelligent design, the 380 served as the basis for the top-of-the-range Mercedes that came afterwards: in 1934 it was superseded by the 500 K, which in turn preceded the famous 540 K.

Our sublime car was delivered new to Zurich in February 1934 for exhibiting at the Geneva Motor Show the following month. It was in exactly the same configuration as today. Its subsequent history remains a mystery until it resurfaced in Poland in the early 1980s - when what remained of the car was bought for restoration by a Belgian collector who spent most of the year in Australia. Tragically his wife died a few weeks later, when the car was already in Australia, forcing him to resell it. New owner Wolfgang Grodd was a German ex-pat who ran a restoration workshop. When we called this elderly gentleman, he waxed lyrical about his memories of this magnificent Mercedes: 'I spent eight years restoring it. I asked Mercedes-Benz Classic in Germany to send me all the information they had about the car and, especially, its original colour. It took me nearly 8,000 hours to complete a perfect restoration, conform to the original: I wanted it to look just as it had at the Geneva Motor Show. Afterwards I showed the car at the Pebble Beach 2005 Concours d'Elégance. When the organizers asked me to bring it on stage to receive second prize in my category, I felt so proud! All that work, rewarded at the greatest Concours d'Elégance in the world… It was the best day of my life!'
This splendid, supercharged Cabriolet 380 underwent a complete restoration at Sleeping Beauties, Wolfgang Grodd's firm in Brisbane - it was first dismantled, then all the mechanical elements and coachwork were subjected to a degree of care that left nothing to chance. The supreme quality of this restoration was underlined when the car obtained Second Prize in Class I (Mercedes-Benz Pre-War) at the Pebble Beach Concours d'Elégance in 2005. But, with Grodd about to embark on another project and unable to hold on to several cars at the same time, he gave the Cabriolet to Mercedes-Benz Classic with a view to selling it. A copy of the old Britsh V5 in the name of Mr Grodd is coming in the file of the car. Through the good offices of Axel Schuette, it entered the famous Rosso Bianco Museum in Aschaffenburg (Bavaria).

Of the 150 or so Mercedes 380s ever made, just 16 were Cabriolet A's, and only 3 or 4 others are thought to have survived. Our car is luxuriously fitted, with a handsome wooden dashboard and adjustable seats. Since its 8,000-hour restoration it has remained impeccable, with dark red leather upholstery, matching red carpet and classy, two-tone red paintwork. Beneath the bonnet is the original, splendidly sober, eight-cylinder engine with its supercharger at the front. Technically the equivalent of the 540 K (of which 156 were built), but less excessive and also lighter, this 380 constitutes a rare chance to acquire one of the most prestigious Mercedes of the 1930s - in impressive condition and with a prestigious and value-enhancing motor show history.




Estimation 1 300 000 - 1 600 000 €
Sold for 1,380,000 €
Email Lot  | 

Sale Information

Sale: 2651
Location: RĂ©tromobile Hall 2.1, Paris
Date: 6 Feb 2015 14:00
Auctioneer: Hervé Poulain

Sessions
6 February 11am: Automobilia

6 February 2pm:
Baillon Collection Lot 1-59

6 February 5pm:
Motor cars Lot 101-End

View all Videos >

Viewing Information

4 February, 10am-10pm
5 February, 10am-7pm
6 February, 10am-12pm

Salon RĂ©tromobile - Hall 1 + 2.1
Parc des expositions Porte de Versailles
75015 Paris

Catalogue

Browse E-Catalogue
Download PDF Catalogue
Order Catalogue

Contact Information


Phone: +33 1 42 99 20 73

Bid Department


Phone: +33 1 42 99 20 51
Fax: +33 1 42 99 20 60

Conditions of Purchase

View Conditions

My Account

Login
Register to Bid Live, to place Bids online, Track items of specific interest. Thanks to Artcurial LotAlert, you can be informed by e-mail as soon as an object you are looking for comes up for sale