Books & Manuscripts

 
vue 02vue 03vue 04
vue 05vue 06vue 07vue 08
vue 09vue 10vue 11vue 12
vue 13

Lot 171
Guillaume APOLLINAIRE
Case d'Armons
L'exemplaire d'Ambroise Vollard, avec dédicace
Exceptionnelle provenance

Aux Armées de la République, 17 juin 1915. Edition originale. Cahier in-8 br., non paginé. Couverture papier bleu d'écolier, premier plat orné d'une vignette contrecollée illustrée, gardes consolidées par un feuillet du Bulletin des Armées de la République. Polygraphié sur papier quadrillé à la gélatine, encre bleue avec rehauts manuscrits à l'encre. Le poème "Carte postale" [p. 28], avec le collage de carte postale, est calligraphié en partie par Apollinaire à l'encre rouge. Un grand nombre de passages ont été rehaussés à la main.
"Le tirage à 25 exemplaires des 21 poèmes de La Case d'Armons a été achevé à la batterie de tir, devant l'ennemi, 38e Régt. d'art. - 45e Batterie par les maréchaux des logis Bodard et Berthier le 17 juin 1915". Justification et signature G.A. autographes à l'encre rouge, celui-ci n° 2, avec bel envoi autographe à Ambroise Vollard :

"A Ambroise Vollard
très cordial souvenir
du fond d'un hypogée
situé sur le front P[erthes] B[eauséjour]
et qui rappelle un peu la cave de la rue Laffitte
Guillaume Apollinaire
brigadier-fourrier Ă  la 45e Batterie du
38e Rgt d'Artillerie de campagne
Secteur postal 138
le 19 Août 1915".

Remarquons qu'au moment où il envoie le recueil à Vollard, il doit cacher le lieu de cantonnement, et mentionne l'adresse énigmatique de "sur le front P…… B………" [lire : "entre Perthes Beauséjour" ; le nombre de points correspond d'ailleurs au nombre de lettres manquantes], alors qu'il écrivait encore le lieu en toutes lettres à Picabia le 21 juillet 1915.

COLLATION. L'ordre des poèmes pouvant changer d'un tirage à l'autre (cf. Debon, p. 13), voici celui de l'exemplaire Vollard : [1] f. blanc (page de garde), [1] f. de titre avec au dos la justification du tirage, [1] f. avec dédicace à Ambroise Vollard, puis les 21 poèmes polygraphiés : Loin du pigeonnier ; S.P. ; Reconnaissance ; Visée ; [3 p. vierges] ; Fête ; [1 p. vierge] ; Saillant ; [1 p. vierge] ; Guerre ; Mutation ; Madeleine ; Oracles ; 14 juin 1915 ; Venu de Dieuze ; [1 p. vierge] ; De la batterie de tir ; [1 p. vierge] ; Echelon. ; [3 p. vierges] ; 1915 [verso de la carte postale, collée] ; Carte postale [coin de la carte postale apparaissant dans une fenêtre] ; [1 p. vierge] ; Les Saisons ; [1 p. vierge] ; Vers le Sud ; [1 p. vierge] ; Le Servant des Dakar [2 p.] ; [1 p. vierge] ; Toujours ; [1 p. vierge] ; La nuit d'avril 1915 ; [1 p. vierge] ; Justificatif imprimé du tirage ; [1 p. vierge] ; [1] f. blanc (page de garde).

HISTORIQUE. Même au front, le militaire reste avant tout poète : c'est devant l'ennemi qu'Apollinaire compose et imprime Case d'Armons. Il polygraphie le 17 juin 1915 la plaquette à la gélatine, aidé par ses amis les maréchaux des logis Julien Bodard et René Berthier, avec le matériel qui sert à l'impression du journal de la 45e batterie, le Tranchman'Echo. Ce procédé d'impression n'est pas parfait - variations de l'encrage, nuances de couleurs - et contraint ses camarades à rehausser certains passages pour les rendre plus lisibles. Aucun exemplaire n'est donc absolument identique à l'autre, en particulier la page du collage.
Apollinaire envisage d'abord un tirage à 112 exemplaires, puis à 60 ("ce sera une vraie rareté", dit-il), dont 5 sur grand papier. En juillet 1915, il lance une souscription pour la publication avec l'intention de verser le produit de la vente aux blessés de la batterie. Apprenant cependant que, même pour une bonne cause, le commerce aux Armées est interdit, il rappelle les bulletins de souscription et il s'empresse d'envoyer les 25 exemplaires déjà imprimés à ses amis et aux quelques souscripteurs. On sait le poète très soucieux de sauver les quelques exemplaires qui existent ; il s'inquiète notamment de savoir si sa précieuse plaquette est bien parvenue à la Bibliothèque Nationale.
En 1918, Case d'Armons sera repris dans le recueil Calligrammes, poèmes de la paix et de la guerre. Le titre du recueil vient du nom du compartiment de la voiture-caisson contenant les effets personnels des soldats.

TIRAGE. Le tirage est confidentiel : "25 exemplaires, un à moi, un à vous, restent 23 à travers l'univers", écrira Apollinaire à Madeleine Pagès. Jusqu'à présent, on ne connaissait l'existence que de 12 des 25 exemplaires : ceux adressés à Ardengo Soffici [n° 1], Alberto Magnelli [n° 3, à la Bibliothèque Nationale], Madeleine Pagès [n° 6], Guillaume Apollinaire lui-même [n° 7], Lou [n° 14, vendu par Artcurial en 2007], René Berthier [n° 18], Gabrielle et Francis Picabia [n° 19], André Level [n° 24], Lucien Bodard [n° 25, à la Bibliothèque Jacques Doucet], ainsi que 3 autres exemplaires dont la dédicace manque tristement (l'un à la B.N.F. [n° 21], celui qui devait être de l'imprimeur Danel [n° 23] et un dans une autre collection privée [n° 15]).
L'exemplaire d'Ambroise Vollard [n° 2] s'ajoute désormais à cette liste très restreinte des quelques exemplaires qui restent "à travers l'univers".

APOLLINAIRE DANS LA CAVE VOLLARD. En mai 1896, Vollard avait acquis une galerie rue Laffitte, près du boulevard Haussmann, dont le sous-sol allait vite devenir le rendez-vous des artistes et du Tout-Paris : le galeriste d'origine créole servait un célèbre curry de poulet à la créole à ses amis artistes et écrivains ainsi qu'à quelques-uns des plus audacieux collectionneurs. Marie Dormoy décrit la cave dans ses Souvenirs : "C'est dans son magasin de la rue Laffitte qu'il débuta dans son rôle d'amphitryon. Au sous-sol était une pièce assez grande, mal aérée, mal éclairée, où il ne voulait pas entreposer de tableaux parce qu'il ne la trouvait pas assez saine. Il en fit une salle à manger. C'est là qu'il traitait ses invités, qui se nommaient : Cézanne, Renoir, Pissarro, Degas, Monet, Picasso, Odilon Redon, Pierre Bonnard, Le Douanier Rousseau, Rouault et tant d'autres ! Il y avait aussi des écrivains : Apollinaire et Alfred Jarry. Pierre Bonnard s'inspira de ces dîners pour une toile restée célèbre [Voir illustration] et dont Vollard se montrait très fier" (p. 150-151). Le marchand a le goût de la farce, et s'amuse à organiser des rencontres impossibles en rassemblant autour de sa table des convives qui ne font pas partie du même univers : l'abbé Mugnier et une cocotte des Lettres, Paul Léautaud et un écrivain qu'il a trainé dans la boue, etc. "Le marchand était assurément bien plus à l'aise au milieu des artistes et des écrivains que dans le beau monde, et ces soirées dans la cave ont donné à sa galerie poussiéreuse un certain cachet bohème qui a contribué à sa réussite" (cat. Musée d'Orsay, p. 32).

Apollinaire lui-même consacre au lieu une de ses chroniques, La Cave de M. Vollard, reprise dans Le Flâneur des deux rives : "sa cave fut fameuse de 1900 à 1908, époque à laquelle il m'annonça qu'il renonçait à manger dans sa cave de la rue Laffitte ; elle était devenue trop humide. Tout le monde a entendu parler de ce fameux hypogée. Il fut même de bon ton d'y être invité pour y déjeuner ou y dîner. […] Carrelée, les murs tout blancs, la cave ressemblait à un petit réfectoire monacal" (p. 67). Et Apollinaire de citer alors des anecdotes relatives aux dîners donnés par le galeriste. Quant à la cuisine, elle "y était simple, mais savoureuse ; mets préparés suivants les principes de la vieille cuisine française, encore en vigueur dans les colonies, des plats cuits longtemps, à petit feu, et relevés par des assaisonnements exotiques" (ibid.). C'est aussi dans la cave de la rue Laffitte que Jarry, Bonnard et Terrasse composèrent le Grand almanach illustré, sur une chanson de Vollard lui-même. Apollinaire conclut : "Nombre des anciens convives regretterons ce coin pittoresque de Paris, la voûte blanche de cette cave où, près des boulevards, on goûtait une grande quiétude et sans aucun tableau aux murs" (p. 69).

Sept ans après ces joyeux repas, Apollinaire se remémore la cave au moment où il dédicace Case d'Armons à l'amphitryon : la dédicace "du fond d'un hypogée situé sur le front … et qui rappelle un peu la cave de la rue Laffitte" établit une comparaison surprenante entre les tranchées humides et la cave qu'il fréquenta avec le Tout-Paris artistique. Sa dédicace semble être la plus longue et la plus détaillée de toutes celles répertoriées.

VOLLARD TEMOIGNE POUR APOLLINAIRE. Une autre circonstance importante est à souligner : lorsqu'il épouse Jacqueline Kolb le 2 mai 1916, Apollinaire a pour témoins un des artistes ainsi qu'un des galeristes les plus importants du moment : Picasso et Vollard. C'est dire l'importance du lien qui unissait le poète au marchand.

Exemplaire broché en bonne condition, légère tache d'humidité sur quelques pages. Un des plus beaux que nous connaissions, encore broché, dans l'une des plus désirables des provenances !

"C'est aujourd'hui une rareté bibliographique qu'on s'arrache à prix d'or" (Debon, p. 18).

Provenance
-Ambroise Vollard, 19 août 1915 ;
- Marie Dormoy, secrétaire de Vollard de 1926 à 1939 ;
- Collection privée.

Bibliographie
- Guillaume Apollinaire, "La cave de M. Vollard", in Œuvres complètes, Balland, p. 67-69.
- Claude Debon, Calligrammes, dans tous ses états. Edition critique du recueil de Guillaume Apollinaire, Calliopées, 2008.
- Laurence Campa et Michel Décaudin, Passion Apollinaire. La poésie à perte de vue. Textuel, 2004.
- Marie Dormoy, Souvenirs et portraits d'amis, Mercure de France, 1963.
- Jean-Paul Morel, C'Ă©tait Ambroise Vollard, Fayard, 2007.
- De Cézanne à Picasso. Chefs-d'œuvre de la galerie Vollard. R.M.N./Musée d'Orsay, 2007.

Estimation 80 000 - 100 000 €
Sold for 383,694 €
Email Lot  | 

Sale Information

Sale: 2130
Location: Artcurial
Date: 16 May 2012 14:00
Sessions
Antique Books
16 May 2pm: Lot 1-167
Modern Books
16 May 3:30pm: Lot 168-End

Auctioneers: Hervé Poulain, François Tajan

Viewing Information

12-14 May, 11am-7pm
15 May, 11am-5pm

Artcurial
7 rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris

Catalogue

Download PDF Catalogue
Order Catalogue

Contact Information


Phone: +33 1 42 99 16 49

Bid Department


Phone: +33 1 42 99 20 51
Fax: +33 1 42 99 20 60

Conditions of Purchase

View Conditions

My Account

Login
Register to Bid Live, to place Bids online, Track items of specific interest. Thanks to Artcurial LotAlert, you can be informed by e-mail as soon as an object you are looking for comes up for sale